Guerre d’Ukraine – Jours 163-167 – Le jeu très dangereux des Ukrainiens (et des Américains) avec la centrale nucléaire de Zaporojie – par Edouard Husson

"Placées aux deux extrémités de l’Europe, la France et la Russie ne se touchent point par leurs frontières, elles n’ont point de champ de bataille où elles puissent se rencontrer ; elles n’ont aucune rivalité de commerce, et les ennemis naturels de la Russie sont aussi les ennemis naturels de la France". (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe). On ignore souvent que Chateaubriand fut la principale source d'inspiration du Général de Gaulle en matière diplomatique. Au coeur de la vision d'une politique étrangère forgée par la monarchie et qui pût être utilisée, sans modification, par la République, il y avait la nécessité de s'entendre avec la Russie, telle que l'auteur des Mémoires d'Outre-Tombe, qui fut aussi Ministre des Affaires Etrangères sous la Restauration, l'expose. Faute d'avoir adhéré à ces "piliers de la sagesse diplomatique" française, notre actuelle diplomatie est en train d'être engloutie dans le désastre d'une guerre occidentale qui n'est pas la nôtre, au risque de voir notre pays écarté pour longtemps des affaires du monde - alors que notre géographie nous met en position idéale, sur tous les océans de la planète. Il faudra sans aucun doute du temps pour réparer les énormes erreurs de l'actuelle (absence de) stratégie française. Ce n'est pas une raison pour ne pas comprendre le monde tel qu'il change: non seulement l'évolution de la bataille d'Ukraine mais le retour à l'équilibre des puissances avec, au coeur du nouveau dispositif, la Russie et l'Eurasie.

La Bataille d’Ukraine 

Zelenski en Néron? 

Confronté à des pertes phénoménales (les rumeurs les plus folles courent mais le point de repère le plus solide est celui de ce soldat ukrainien fait prisonnier par les Russes qui déclare dans une interview: “La moitié de ceux avec qui j’ai combattu sont morts ou blessés”) ) et à la lassitude croissante de l’opinion occidentale, le régime de Zelenski (lui-même de plus en plus mis en cause dans les médias occidentaux) peut-il provoquer une catastrophe de grande ampleur – dans l’esprit des ordres néroniens de 1945 en Allemagne? 

En tout cas, selon Southfront.org: 

“Le 7 août, le régime de Zelenski a commis un nouvel acte de terrorisme nucléaire contre les installations de l’infrastructure énergétique de la centrale nucléaire de Zaporojie afin de créer une catastrophe humanitaire dans les régions de Kherson et de Zaporojie, a affirmé le ministère russe de la défense.

L’attaque a été menée vers minuit. L’armée ukrainienne a utilisé le MLRS Hurricane. Des fragments et un moteur de fusée sont tombés à 400 mètres de l’unité de puissance opérationnelle de la station. Les éléments de frappe ont endommagé des bâtiments administratifs et le territoire adjacent du stockage. Une surtension à la centrale a provoqué de la fumée sur le tableau de distribution ouvert de la station. Le système de sécurité a coupé l’alimentation électrique. Suite aux bombardements ukrainiens, la ligne à haute tension de Kakhovskaïa, qui fournissait de l’électricité aux régions de Zaporojiye et de Kherson, a été endommagée.

Les unités ukrainiennes de la 44e brigade d’artillerie ont tiré sur la centrale nucléaire de Zaporozhye depuis la région de Marganets, sur la rive opposée du réservoir Kakhovski.

L’administration militaro-civile d’Energodar a noté que les frappes d’artillerie des forces armées ukrainiennes se rapprochent chaque jour des unités de production d’énergie sur le territoire de la centrale nucléaire de Zaporozjie.

Le stockage du combustible nucléaire se trouve dans la zone touchée. À l’heure actuelle, environ 156 conteneurs contenant un total de 3 744 éléments combustibles sont stockés à l’air libre à la centrale nucléaire de Zaporozhye, sur le site de stockage des éléments combustibles usés.

Ces attaques constituent une menace pour des centaines de milliers de civils sur le territoire de l’Ukraine, ainsi que dans des pays d’Europe et d’Asie.

Afin d’éviter de perturber le fonctionnement de la centrale nucléaire, la capacité des 5e et 6e unités de puissance a été réduite à 500 MW.

Plus tôt, vendredi 5 août, l’Armée ukrainienne a tiré à trois reprises sur la zone de la centrale nucléaire de Zaporozhye. Un incendie s’est déclaré, deux lignes électriques nécessaires au fonctionnement des unités de production ont été coupées.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a qualifié d'”acte suicidaire” le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporojie par l’Ukraine.

“Nous espérons que cela va cesser”, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Tokyo.

La centrale nucléaire de Zaporojiee, la plus grande d’Europe, est située dans la zone de steppe, sur les rives du réservoir Kakhovsky, près d’Energodar dans la région de Zaporojie, dans la partie qui est contrôlée par les forces alliées de la Russie et de la République Populaire de Donetsk. La centrale compte six unités de puissance d’une capacité totale de 6 000 MW. La centrale produit annuellement environ 40 milliards de kWh d’électricité, soit environ 20 % de la production en Ukraine. Au total, quatre centrales nucléaires sont actuellement en service en Ukraine.

Selon le chef de l’administration de la région de Zaporojie, les dirigeants de l’AIEA sont conscients des risques causés par le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporozhye par les troupes ukrainiennes, mais ne prennent pas de mesures réelles pour les prévenir. Les autorités locales se sont adressées à l’AIEA et aux Nations unies, mais n’ont reçu aucune réponse et aucune action n’a été entreprise par les organisations internationales pour sécuriser l’installation“.

Lucas Leizoz revient sur les tentatives ukrainiennes de provoquer une catastrophe par un accident nucléaire civil grave: 

Les autorités locales de Zaporojie ont été témoins de l’incident et ont souligné que les troupes ukrainiennes étaient responsables. Les missiles seraient partis d’une région occupée par l’armée ukrainienne, compte tenu de la direction du bombardement et des endroits touchés. Les porte-parole de l’administration locale ont précisé que les forces russes n’étaient pas impliquées dans l’opération, les attaques ayant été menées par l’armée ukrainienne.

“La nuit dernière, les forces armées ukrainiennes ont effectué une frappe à l’aide d’un lance-roquettes Uragan de 220 millimètres (…) La zone de l’installation de stockage à sec du combustible nucléaire traité et le poste de contrôle automatisé de la situation radiologique semblaient se trouver dans la zone de frappe. Les bâtiments administratifs et le territoire adjacent à l’installation de stockage ont été endommagés par les armes à sous-munitions. Il est important de noter que les éclats d’ogives tombés et le moteur de la fusée lui-même ne sont pas tombés à plus de 400 mètres de l’unité de puissance active”, a déclaré récemment un porte-parole de l’administration locale.

Les médias occidentaux, comme prévu, ont dépeint l’affaire comme une sorte de “crime russe”, ignorant les témoins qui ont réellement vu ce qui s’est passé à Zaporojie. L’ambassade de Russie aux États-Unis a fait une déclaration dans laquelle elle condamne vivement la manière dont les médias occidentaux ont abordé le sujet, considérant l’attitude des journalistes américains comme russophobe. La diplomatie russe a également demandé que les organisations internationales qui réglementent l’énergie nucléaire prennent position sur l’affaire et condamnent l’attitude ukrainienne.

“Nous demandons aux Nations unies et à l’Agence internationale de l’énergie atomique [AIEA] de condamner les actes criminels de Kiev et de prendre des mesures urgentes pour prévenir les provocations dans les installations dangereuses pour les radiations en Ukraine. Quant aux journalistes américains, qu’ils cessent de colporter des fabrications russophobes”, a déclaré un porte-parole de l’ambassade.

Il est curieux de constater à quel point la rhétorique occidentale est sans fondement. Jusqu’à présent, aucun journaliste n’a été en mesure d’argumenter les prétendues raisons pour lesquelles Moscou aurait attaqué Zaporojie. La région est occupée par les forces russes depuis mars, avec une vaste protection de la population locale garantie par les soldats impliqués dans l’opération. C’est un territoire pratiquement pacifié qui continue simplement à subir les conséquences du conflit parce que les troupes ukrainiennes continuent à bombarder la région. Tout intérêt à attaquer cet endroit viendrait logiquement de forces extérieures à celui-ci et non de celles qui l’occupent déjà. Mais malgré cela, les médias occidentaux insistent sur le fait que les Russes seraient responsables de l’attaque.

En outre, il faut noter que ce ne serait pas la première fois que Kiev attaque des régions où se trouvent des centrales nucléaires. Depuis le début de l’intervention russe, la priorité des forces de Moscou a été d’occuper ces zones afin d’éviter les dommages collatéraux des bombardements. Et Kiev a réagi en menant des attaques irresponsables, en lançant des roquettes près des réacteurs et en suscitant des inquiétudes quant à d’éventuels accidents. En mars, les services de renseignement russes ont même affirmé dans un rapport que les forces ukrainiennes tentaient délibérément de provoquer une catastrophe nucléaire afin d’accuser les Russes et de monter l’opinion publique internationale contre Moscou.

Ce qui semble se produire n’est qu’un nouvel épisode de la conduite irresponsable et anti-humanitaire des forces de Kiev. Face à une défaite militaire évidente, le gouvernement ukrainien devrait simplement accepter les conditions de paix plutôt que d’essayer d’aggraver la catastrophe“.

Propos excessifs? Nous avions mentionné dans notre dernier bulletin les propos alambiqués du directeur de l’AIEA, qui ne voulait pas désigner l’Ukraine comme responsable. Il semble, d’après la partie russe, que les Etats-Unis aient fait pression sur l’Agence pour qu’elle n’envoie pas de délégation sur place à Zaporojie. On a compris par ailleurs que les tirs ukrainiens sont validés par les Américains. On peut donc imaginer que ces derniers pensent garder sous contrôle ce “jeu avec le feu”. Mais, par définition, on  ne joue pas avec le feu. 

La fameuse offensive ukrainienne d’un million de soldats? 

+ Nonobstant l’attitude ukrainienne, les autorités de la région de Zaporojie ont prévu qu’un référendum se tiendrait pour déterminer l’avenir de la région – son éventuel rattachement à la Russie. 

+ Les autorités de la région de Kherson ont annoncé la création d’un pont flottant, en attendant la réparation du pont Antonovsky qui a été touché par plusieurs tirs de HIMARS ces trois dernières semaines. 

+ On commence à être habitué mais c’est bien qu’un officiel ukrainien le confirme: Les déclarations concernant la contre-offensive des troupes ukrainiennes sur Kherson faisaient partie d’une opération d’information et de psychologie, a expliqué Mikhail Podolyak, conseiller du chef du bureau de Vladimir Zelenski.

6-8 août 2022

Selon @rybar

“▪️Dans la région de Koursk, un groupe de sabotage et de reconnaissance ukrainien a tiré plusieurs mortiers sur l’aérodrome de Khalino et a fait exploser une tour de transmission électrique. Les saboteurs ont été repérés et désarmés.

▪️Au nord de la région de Kharkov, des combats de position ont lieu près de Dementiïevka. Les forces armées russes montrent une activité offensive près de Ruski Tichki et Tcherkaski Tichki.

▪️Les troupes russes ont lancé des frappes de missiles contre des concentrations d’effectifs et d’équipements de l’armée ukrainienne à Kharkov et Tchougouïev.

▪️Près de Sieversk, les combats de position se poursuivent:  Serebrïanka, Ivano-Darivka et Verhnokamïanskie.

▪️Sur la périphérie sud-est de Soledar, le 6e régiment de cosaques de la République Populaire de Lougansk a libéré une partie du territoire de l’usine KNAUF Gips. Toutes les contre-attaques de l’armée ukrainienne ont été repoussées.

▪️Les unités Wagner combattent à la périphérie est de Bakhmout (Artiemovsk).

▪️Sud de Soledar, des unités des forces alliées progressent sur Kodema.

▪️En réponse au succès des forces alliées en direction de Donetsk, l’armée de Kiev bombarde Donetsk et sa banlieue avec de l’artillerie et des MLRS.

▪️À Piski, les combats se poursuivent à la périphérie nord-ouest de la localité. Les formations ukrainiennes préparent une nouvelle ligne de défense Vodianie et Pervomaïskie.

▪️Le commandement ukrainienest contraint de redéployer des réserves vers Donetsk en raison des pertes sévères subies à Piski, Marinka et Avdiëvka.

▪️A Nikolaïev, un couvre-feu est imposé pour attraper les personnes soupçonnées de déloyauté envers les autorités de Kiev“.

Informations complémentaires fournies par Laurent Brayard ce dimanche 7 août: 

“Le matin, la percée de l’armée russe dans Blagodatnoïe a été confirmée, le long de Partizanskoïe l’artillerie russe a travaillé toute la nuit. On rapporte le début d’une large offensive dans la direction Nikopol-Krivoï Rog.

Tout le front près de Donetsk est actif en ce moment. L’artillerie russe, l’aviation sont impliquées, l’infanterie attaque et va au contact. Toutes les zones près de Donetsk reçoivent de fréquentes arrivées d’obus d’artillerie.

Il y a aussi une large offensive dans la direction d’Artiomovsk, de Soledar à Kodema. Kodema est passée sous contrôle russe, des batailles sont en cours pour Zaitsevo, Bakhmoutskoïe a été libéré. On rapporte le début de l’assaut sur Artiomovsk, l’infanterie est entrée dans la ville par trois côtés.

Compte tenu des rapports d’hier sur le début de l’avancée des troupes russes dans les directions d’Ougledar et Izioum, ainsi que sur la préparation de l’artillerie à Kharkov, il s’avère qu’à l’heure actuelle, 7 directions du grand front de l’opération spéciale ont été activées.

Si cette tendance se poursuit au cours des prochains jours, il sera alors possible de déclarer le début d’une LARGE OFFENSIVE de l’armée russe sur tout le front de l’opération spéciale“.

9 août: 

+ selon @rybar

▪️ Dans la région de Belgorod, les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs missiles tirés depuis le territoire ukrainien.

▪ Les forces armées russes ont frappé les positions de l’armée ukrainienne dans les zones frontalières des régions de Tchernigov et de Soumi.

▪️Les forces de missiles et l’artillerie russes ont touché des cibles à Kharkov, tandis que les forces aériennes russes ont mené une frappe contre les positions de l’armée kiévienne près de Verkhniy Saltov.

▪️Les unités russes qui arrivent combattent à la périphérie de Verkhnekamenskoïe, à l’est de Seviersk. Les affrontements se poursuivent dans la région d’Ivano-Darïevka.

▪️ Les combattants de la République Populaire de Lougansk se battent pour Iakovlevka. Au sud, les combats sont intenses dans la zone allant de Kodema à Veselïa Dolina.

▪️Les forces alliées ont pris pleinement possession du territoire de l’usine KNAUF-Gypsum à Soledar, qui était l’un des nœuds de défense de l’armée ukrainienne à la périphérie de la ville.

▪ Les unités Wagner poursuivent les combats à la périphérie est de Bakhmout (Artiemovsk). Des tirs d’artillerie intensifs sur les positions kiéviennes sont en cours.

▪️Les forces alliées continuent d’avancer vers Avdiïevka et sont entrées dans Krasnogorovka. Des combats ont lieu dans les zones peuplées.

▪️ À Marinka, des unités de la République populaire de Donetsk ont délogé les forces armées ukrainiennes de leurs positions autour du terril de mines de Chourovo et avancent vers le centre du village.

▪️ Les combats de position se poursuivent à Piski, à la périphérie nord-ouest de la localité.

▪️Bombardement de Donetsk par l’artillerie ukrainienne : deux civils tués.

▪️Pendant la nuit, les forces armées ukrainiennes ont tenté de frapper Novaïa Kakhovka et Berislav. Les missiles ont été interceptés par les moyens de défense aérienne.

▪️Les forces armées russes ont frappé une cible à Nikolaïev Un grand incendie s’est déclaré sur le site d’arrivée.

▪️Sur la direction de Krivoï Rog, l’artillerie russe a touché des positions de formations ukrainiennes à Osokorivka, Kniazevka et Olgyno

+ Mardi matin 9 août, l’artillerie ukrainienne a plus spécifiquement visé la cérémonie d’enterrement du colonel Olga Katchoura, officier dans l’armée de la République Populaire de Donetsk et un hôtel à proximité où logent de nombreux journalistes qui couvrent le conflit du Donbass. 

+ Des explosions en Crimée ont eu lieu sur un aéroport près de Novofederovka. Il ne s’agit pas d’un tirs de missiles ukrainien. Peut-être un drone; ou un sabotage. Ou un accident. Il y a une quinzaine de victimes et des dégâts dans les immeubles proches. . 

Deuils

Katia Koutoubaïeva, qui est morte jeudi 4 août, victime d’un obus ukrainien tiré sur le boulevard Pouchkine à Donetsk, devait partir le 25 août pour Saint-Petersbourg pour devenir danseuse à l’académie de ballet russe Vaganova…

Nous autres derniers Européens portons bien entendu le deuil de toutes les victimes civiles innocentes de la guerre, causées par des frappes russes ou ukrainiennes. Cependant personne, dans les médias occidentaux n’a parlé de Katia. Pas plus que des 782 Ukrainiens du Donbass tués par des bombardements d’artillerie intentionnels sur les zones civiles depuis le 1er janvier 2022

Olga Katchoura, colonel de l’armée de la République Populaire de Donetsk, colonel dans l’artillerie, a été tuée par un obus ukrainien, le 29 juillet 2022, près de Verkhnetoretsky, dans le véhicule qui la transportait. Elle a été faite “héros de la Russie” à titre posthume par Vladimir Poutine.  

Cette fille et petite-fille de militaires, diplômée en informatique de la balistique, dont les qualités au combat ont contribué à l’échec des offensives kiéviennes contre les habitants du Donbass en 2014-2015, mérite mieux que l’article fielleux que lui a consacré le Daily Telegraph. L’Occident mérite-t-il encore qu’on le défende quand il a aussi peu de respect pour les morts – l’hommage aux combattants de l’armée adverse fait partie du code d’honneur de notre culture – de toute grande culture. Mais ce journal conservateur britannique préfère maltraiter la mémoire d’une combattante adverse et ne trouve rien à redire quand les Kiéviens ciblent l’enterrement de cette femme officier. 

La critique du gouvernement et de l'armée de Kiev augmente d'intensité

+ Un livre vient de paraître en Allemagne, qui ne prend pas de gants pour parler du vrai Zelenski. Extrait (j’ai laissé la transcription allemande des noms): 

Le 22 septembre, Selenskyj participe à l’Assemblée générale des Nations unies à New York. À trois heures du matin, on l’appelle. À Kiev, des inconnus ont tiré sur la voiture de son partenaire commercial, ami et conseiller Serhij Schefir. Shefir n’a pas été touché, mais son chauffeur, blessé, a dû être transporté à l’hôpital. Un attentat, rapporte-t-on à Selenskyj. Dans sa chambre d’hôtel, Selenskyj enregistre une courte vidéo. “Je ne sais pas qui est derrière tout ça”, dit Selenskyj, “mais me saluer en tirant depuis la lisière de la forêt sur la voiture de mon ami, c’est faible. La réponse sera déterminée”.

Dans le camp de Selenskyj, les spéculations vont bon train sur l’auteur de l’attentat. Le doux Chefir n’est pas connu comme quelqu’un qui a des ennemis – cela doit être un avertissement à Selenskyj. L’ordre est peut-être venu d’un chef de la mafia ou d’un roi de la contrebande qui a été placé sur la liste des sanctions. Il s’agit peut-être d’une réaction à la loi sur les oligarques. Les auteurs ne sont jamais retrouvés. Mais en l’espace de deux semaines, l’attentat est oublié et l’Ukraine parle de tout autre chose : l’intégrité du président Selenskyj. (…)

Le 3 octobre, le film “Offshore 95” doit être présenté en avant-première au théâtre “Le petit opéra” de Kiev. Il s’agit d’un documentaire basé sur les Pandora Papers, plus de onze millions de documents de prestataires de services financiers ayant fait l’objet de fuites. Le réseau international de journalistes d’investigation a commencé à publier le 3 octobre des révélations sur les comptes offshore de centaines de représentants gouvernementaux du monde entier, dont trente-cinq dirigeants politiques. Dans les 2,9 téraoctets d’informations confidentielles, Volodymyr Selenskyj joue un rôle important.

Dans “Offshore 95 – Les affaires secrètes du président Selenskyj”, des journalistes d’investigation ukrainiens en rendent compte. Mais la première est annulée à la dernière minute. Le directeur du théâtre a appelé les journalistes quelques heures avant pour leur dire : “Nous ne montrerons pas le film sur le président”. Le réalisateur a envoyé un message WhatsApp pour dire que la projection ne pourrait pas avoir lieu parce que le théâtre était en rénovation et que l’éclairage ne fonctionnait pas.

Le journal de qualité “Ukrainska Pravda” rapporte plus tard que le directeur a été appelé par un employé du SBU aurait été appelé. En quelques heures, l’annulation de la première provoque un énorme scandale. L’indignation est telle que le film est tout de même projeté le jour même. (…) 

En 2019, il avait déjà été révélé que Selenskyj détenait des comptes offshore à Chypre. Les recherches menées par Slidstvo.info ont révélé que l’humoriste possède également, avec les frères Schefir et un autre collaborateur du Studio Kwartal 95, des sociétés aux îles Vierges britanniques et au Belize. Au centre de cette structure d’entreprise compliquée se trouve la Maltex Multicapital Corp, inconnue jusqu’à présent et enregistrée aux Iles Vierges.

Il y a beaucoup d’argent en jeu dans ces entreprises. Depuis 2012, Maltex Multicapital Corp. semble avoir reçu un total de 40 millions de dollars de sociétés appartenant à Ihor Kolomojskyj. La société semble également posséder des appartements dans le centre de Londres d’une valeur de 7,5 millions de dollars. Peu avant l’élection présidentielle, Selenskyj a transféré ses parts de Maltex Multicapital Corp. à Serhij Schefir. L’objectif de ces offshores n’est pas clair. Kolomojskyj est le propriétaire de la chaîne 1 + 1, avec laquelle Studio Kwartal 95 est sous contrat, mais pourquoi les paiements ont-ils été effectués à l’étranger ? Selenskyj a-t-il fraudé le fisc ? Ou le Studio Kvartal 95 a-t-il participé au blanchiment d’argent criminel pour la banque privée de Kolomojskyj ?(…) 

Les journalistes de Slidstvo.info posent des questions détaillées à l’administration présidentielle dans le cadre de leur droit de réponse, mais ne reçoivent aucune réponse. Ce n’est que le 17 octobre que Selenskyj aborde le sujet dans une interview. “Du temps de Ianoukovytch, tout le monde transférait ses affaires de l’autre côté de la frontière, surtout le secteur de la télévision”, explique-t-il. Selon Selenskyj, les autorités fiscales lui rendaient alors visite “presque tous les jours”, signe que le gouvernement recherchait des infractions. Selenskyj nie avec véhémence tout blanchiment d’argent, mais élude la question de savoir s’il a payé des impôts.

La journaliste Olena Loginova de Slidstvo.info met le doigt sur la plaie. Mais pourquoi ces filiales existent-elles encore ? “Cela signifie que vous ne faites pas confiance au pays dans lequel vous avez créé votre entreprise et dans lequel vous êtes aux commandes”, explique la journaliste le lendemain. “Vous voulez cacher quelque chose et vous avez une raison de le faire”.

+ Depuis la parution du rapport d’Amnesty International, jeudi 4 août, critiquant l’installation de l’armée ukrainienne dans des zones peuplées de civils, des écoles et des hôpitaux, Kiev exerce une pression maximale pour dénigrer le rapport. C’était pourtant le premier rapport critique de l’armée ukrainienne. Les précédents rapports d’AI avaient visé l’armée russe. Kiev a forcé la directrice d’AI pour l’Ukraine à la démission. Mais il n’y a pas que les Ukrainiens à entrer dans la danse. Le co-fondateur d’Amnesty International en Suède Per Wästberg a démissionné avec fracas pour protester contre ce rapport.  

+Le gouvernement ukrainien a réussi à faire censurer une émission de CBS qui soulignait que 30% seulement des armes livrées à l’Ukraine arrivent à destination.  

+Eh bien, pour qui en douterait, on trouve des dizaines d’annonces pour du matériel occidental normalement livré à l’Ukraine, sur le Deep Net: on peut par exemple acquérir un drone kamikaze Switchbald pour 4000 dollars.   

+ Lu sur le canal Telegram Slavyangrad

Il s’est passé tellement de choses en Ukraine et dans les environs au cours de la semaine écoulée que tout le monde n’a pas eu le temps d’assembler les différentes pièces de la mosaïque. À ce propos, une image très intéressante se dessine :

D’abord Amnesty International accuse ouvertement l’AFU de placer des positions dans des zones résidentielles. Ensuite, CBS News écrit qu’il s’avère que seulement 30 % des armes occidentales fournies à Kiev arrivent sur le front. Le Guardian publie une interview d’un “volontaire” australien qui parle franchement de la désertion dans la “légion internationale” et admet qu’il ne peut pas rentrer chez lui – selon la loi australienne, ses aventures en Ukraine sont qualifiées de mercenariat, ce qui est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

Que s’est-il donc passé ? Pourquoi les médias occidentaux ont-ils soudainement changé leur lentille habituelle de couverture du conflit ukrainien, passant des lunettes roses à un regard apparemment plus sobre ?

Vous souvenez-vous de l’événement dont les mêmes médias ont fait grand cas il n’y a pas si longtemps ? C’est exact, la grève de la colonie de Yelenivka, où étaient détenus les prisonniers d’Azov. Cinquante-trois prisonniers de guerre sont morts à la suite de ce bombardement. Bien entendu, Kiev a immédiatement tenté de rejeter la faute sur la Russie, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu.

Après que les forces armées russes ont présenté des preuves irréfutables de l’utilisation de HIMARS américains pour attaquer la colonie, les politiciens ukrainiens ont, comme on dit, “flotté”. Toutes sortes de versions ont été utilisées : l’attaque a été menée, mais pas par nous, ou peut-être par nous, mais par erreur, et en général, quel genre de questions est-ce là ? Pendant ce temps, les Américains gardaient le silence, sachant pertinemment que la Russie était consciente que Kiev coordonnait toutes les frappes HIMARS avec Washington. Le dernier argument qui a fait voler en éclats les fantasmes malsains du gouvernement ukrainien est la volonté de la partie russe de mener une enquête indépendante sur l’incident avec la participation de représentants de l’ONU.

C’est là que l’ardeur des dirigeants de Kiev a dû être refroidie. L’Occident a envoyé à M. Zelensky un signal sans équivoque, ou pour être plus direct, un ordre : vous ne pouvez pas. On se souvenait des armes qui disparaissaient sur le marché noir, des crimes des forces armées ukrainiennes et des mercenaires.

Cette fois, ils ont laissé le président ukrainien sauver la face : CBS a modifié son rapport et a dit que les armes n’avaient été vendues qu’en avril, et que maintenant elles ne sont plus vendues. Je suppose. Amnesty International s’est également excusée pour la “souffrance et la colère” causées par son reportage. Mais ce ne sont que des mots. Et en fait, le résultat de toute cette entreprise a été la décision suivante de Washington : L’Ukraine en a déjà assez des systèmes HIMARS fournis. C’est assez, nous en avons assez joué.”

L'opinion européenne est de plus en plus hostile à la continuation de la guerre d'Ukraine, les dirigeants occidentaux se lassent de Zelenski, et pourtant la fuite en avant occidentale continue....

+ Le sondage que nous reproduisons-ci-dessus confirme des données antérieures. La majorité des Européens est depuis longtemps hostile. 

+ A court de liquidités, Kiev a exigé d’être payée par avance pour le transit du pétrole russe par son territoire. Et n’obtenant pas gain de cause, le gouvernement ukrainien a demandé à l’entreprise Ukratransnafta de stopper les flux dans le pipeline. 

+ Lu dans la Süddeutsche Zeitung: 

Un trésor de plusieurs milliards de dollars repose au fond de la mer Baltique. Il est long de deux fois 1230 kilomètres, flambant neuf et à la pointe de la technologie. Il est rempli à ras bord de 177 millions de mètres cubes de gaz, la pression était de 103 bars aux dernières nouvelles. Seulement, personne n’ouvre le robinet.

Telle est la situation autour du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique. Alors que son tube jumeau Nord Stream 1 ne laisse échapper qu’un maigre flux de gaz dans le réseau allemand, le numéro 2 gît au fond de la mer, prêt à fonctionner. Et tandis que Moscou bloque l’importation d’une turbine réparée qui permettrait au numéro 1 de transporter à nouveau plus de gaz, le président russe Vladimir Poutine présente le numéro 2 comme une alternative. “Nous avons encore un tracé prêt”, a-t-il récemment vanté lors d’une visite à Téhéran. “Nous pouvons le mettre en service”. La menace d’une pénurie de gaz devrait assouplir le gouvernement fédéral.
Fin février, deux jours avant le début de l’attaque russe contre l’Ukraine, il avait stoppé la certification du gazoduc : le ministère de l’économie avait retiré un rapport sur la sécurité d’approvisionnement, base de cette certification. Il s’agissait de la dernière autorisation en suspens. Depuis, le pipeline est un investissement en ruine. Mais il est loin d’être mort.

De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer l’utilisation du deuxième tube, notamment au sein de l’Union. Il est “tout à fait clair” qu’il faut maintenant ouvrir Nord Stream 2, déclare par exemple Frank Bommert, chef adjoint du groupe CDU au parlement du Land de Brandebourg. “Ce serait aussi une possibilité de tester Poutine : veut-il livrer ou non ?” Jusqu’à présent, les Russes pourraient prétexter qu’ils ne peuvent pas remplir leurs obligations de livraison en raison des travaux de maintenance sur Nord Stream 1. Avec le tout nouveau gazoduc Nord Stream 2, ce ne serait plus possible, argumente Bommert.
La circonscription électorale de Bommert se trouve près d’Oranienburg, et c’est là qu’il voit soi-disant la “peur bleue” sur les visages des gens. C’est justement dans les régions rurales de l’Allemagne de l’Est qu’il estime que les conséquences de la crise énergétique menacent la démocratie. Bommert affirme : “C’est là que se trouve le plus grand détonateur. Si les prix continuent d’augmenter, les gens finiront par descendre dans la rue”.

De fait, jusqu’à présent, c’est surtout la droite politique qui s’est emparée du sujet. “Nous exigeons la fin des sanctions contre la Russie et la mise en service de Nord Stream 2”, a exigé en juillet le chef de l’AfD Timo Chrupalla – peu après que le ministre fédéral de l’économie Robert Habeck (Verts) a déclaré le niveau d’alerte du plan d’urgence pour le gaz. “Mettez enfin Nord Stream 2 en service”, tel est le titre d’une pétition en ligne lancée par Christina Baum, députée de l’AfD au Bundestag. “Sous la pression des Etats-Unis”, le gazoduc achevé et rempli de gaz n’est pas mis en service, peut-on y lire. Et ce, bien que “nous devrions être heureux de pouvoir obtenir du gaz russe à un prix aussi avantageux et avec une telle sécurité d’approvisionnement”.

Le petit parti d’extrême droite “Freie Sachsen” (Saxe libre) reproche également au gouvernement fédéral de ne pas vouloir mettre en service le gazoduc pour des “raisons idéologiques” – “alors que le gaz russe assurerait l’approvisionnement de la population via Nord Stream 2”. On omet toujours de dire que la Russie pourrait sans peine augmenter la quantité livrée par les gazoducs existants – si elle le voulait.

Mais l’appel du tube touche aussi d’autres personnes. Ce sont parfois des maires de l’île de Rügen, parfois l’association des entrepreneurs de Poméranie occidentale qui demandent au gouvernement fédéral de revenir sur sa décision. Du côté du Parti de gauche, il y a également d’éminents défenseurs d’une mise en service de Nord Stream 2, en particulier Sahra Wagenknecht ainsi que l’ancien chef de parti Klaus Ernst, qui dirige la commission pour la protection du climat et l’énergie au Bundestag allemand. Wagenknecht ne se lasse pas d’affirmer que Poutine se moque éperdument de la politique de sanctions du gouvernement fédéral, car l’Allemagne fait ainsi moins de mal à la Russie qu’à elle-même.

Les dirigeants de Die Linke considèrent toutefois de telles déclarations comme des opinions individuelles. Le président de Die Linke, Martin Schirdewan, se prononce sans équivoque contre la mise en service de Nord Stream 2. “Je ne pense pas que ce soit explicitement nécessaire, car nous avons trois gazoducs en provenance de Russie qui approvisionnent également l’Allemagne. Les trois sont sous-utilisés”, dit-il. Si la Russie tenait ses promesses de livraison, il n’y aurait pas de pénurie du tout.

Pour le chef de Die Linke, il est donc bien plus important de sortir le plus rapidement possible de la dépendance à l’énergie russe et de faire avancer le tournant énergétique que de prendre des mesures supplémentaires en matière d’infrastructures. Le chef du groupe parlementaire Dietmar Bartsch qualifie le débat sur Nord Stream 2 d'”apparemment populaire, mais malheureusement hors du monde”. Selon lui, tant qu’il y aura cette terrible guerre en Ukraine, la demande de mise en service du gazoduc sera hors du monde.

Mais que se passera-t-il si l’électricité du numéro 1 se tarit complètement ? Si les installations industrielles s’arrêtent ici parce qu’elles manquent de gaz et que les gens ont froid à cause de l’augmentation massive des prix du gaz ? Plus le gaz se fera rare, plus l’appel du tube sera fort. Pour le Kremlin, ce serait un triomphe si l’Allemagne ouvrait le robinet par nécessité. C’est pourquoi le gouvernement allemand estime que cela ne doit pas se produire. “C’est un jeu transparent de Poutine”, déclare également le ministre-président de Basse-Saxe, Stephan Weil (SPD). “Qui veut que l’Allemagne cède et se laisse acheter ?” Ce n’est pas une option, dit Weil. De plus, il n’est même pas sûr que le gaz passe réellement par Nord Stream 2.

Selon son porte-parole Steffen Hebestreit, le chancelier Olaf Scholz ne voit pas non plus de “soutien insuffisant ou en baisse” pour la décision de ne pas mettre en service Nord Stream 2. Il est clair que l’Allemagne est confrontée à des mois difficiles. Mais le pays n’est pas pris au dépourvu grâce à la construction de terminaux de GNL, au remplissage des réservoirs de gaz et au plan d’urgence pour le gaz. A la question de savoir si le chancelier exclut un changement d’attitude, son porte-parole ne laisse aucune porte de sortie ouverte. “Oui”, dit-il, “il l’exclut”.”

+Kaja Kallas, premier ministre estonien, veut interdire l’entrée dans l’Union Européenne à tous les citoyens russes. Etonnant pour le chef du gouvernement d’un Etat qui compte 25% de russophones.  

+ Le Premier ministre du Kosovo juge élevée la probabilité d’un nouveau conflit avec la Serbie. On a fait remarquer à juste titre que l’agressivité des Kosovars envers la Serbie avait repris après une visite d’Anthony Blinken à Pristina. 

+ Sur un mode plus léger, Vovan et Lexus, les deux comiques russes, ont encore frappé: ils se sont fait passer auprès du maire de Budapest Gergely Karachon pour son collègue maire de Kiev, Klitchko, et ont fait dire à leur interlocuteur, qu’il réjouissait des sanctions anti-russes; voilà de quoi rendre très populaire cet homme qui prétend que Viktor Orban n’a été réélu que grâce à la guerre d’Ukraine. 

La désaméricanisation du monde suit son cours

+ Les Etats-Unis sentent qu’ils perdent pied en Afrique face à l’influence chinoise et, désormais, russe. :

“La Russie, la France, et maintenant les États-Unis. “C’est comme si une nouvelle guerre froide se jouait en Afrique”, a déclaré à l’AP William Gumede, directeur de Democracy Works, avant la tournée africaine de trois pays du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Cette tournée fait suite à celles du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui s’est rendu en Égypte, en Ouganda, en Éthiopie et en République du Congo pour rallier le soutien de la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine, et du président français Emmanuel Macron, qui s’est rendu au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau dans le but de renouveler les relations de la France avec le continent africain. La directrice de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Samantha Power, et l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, ont également entamé leur propre tournée africaine“. 

+ Il se confirme que le Ministère chinois de la Défense ne prend plus les appels du Pentagone. 

+ Une fois sorti de sa bouteille, le génie de la réunification de Taïwan à la Chine n’est pas près d’y retourner, si l’on en croit le Global Times. : 

L’Armée populaire de libération (APL) chinoise a poursuivi lundi ses exercices militaires et ses activités d’entraînement autour de l’île de Taïwan, marquant ainsi une prolongation du calendrier précédemment annoncé. De tels exercices ne s’arrêteront pas et devraient devenir une routine jusqu’à la réunification, la Chine continentale montrant sa détermination à faire avancer le processus de réunification après la visite provocatrice de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, sur l’île la semaine dernière, qui a gravement violé la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, selon les experts.

Les exercices ne verrouillent pas seulement l’île de l’intérieur vers l’extérieur, mais aussi de l’extérieur vers l’intérieur, indiquant aux forces extérieures que l’APL dispose de puissantes capacités de déni de zone dans la région que même les États-Unis ne peuvent pas rivaliser, selon les analystes.

Le commandement du théâtre oriental de l’APL a poursuivi lundi des exercices conjoints réalistes orientés vers le combat dans l’espace maritime et aérien autour de l’île de Taïwan, en se concentrant sur la guerre anti-sous-marine conjointe et les opérations d’assaut en mer, a déclaré le commandement du théâtre oriental de l’APL dans un communiqué.

Au cours des exercices, le destroyer à missiles guidés de type 052C Changchun opérant dans les eaux au sud-ouest de l’île de Taiwan a coordonné plusieurs avions de lutte anti-sous-marine Y-8 et a formé une formation de lutte anti-sous-marine avec l’hélicoptère anti-sous-marin Ka-28 du Changchun, a rapporté la télévision centrale chinoise (CCTV).

L’avion de lutte anti-sous-marine Y-8 a largué des bouées acoustiques pour une détection à grande échelle, l’hélicoptère Ka-28 a participé à la localisation de précision et le destroyer a effectué des recherches approfondies. Après avoir localisé la cible, le destroyer a procédé à une attaque simulée et a immédiatement lancé des contre-mesures pour se défendre. L’hélicoptère et l’avion de lutte anti-sous-marine ont également mené des attaques simulées, rapporte CCTV.

Les exercices de lundi ont également permis de s’entraîner à prendre le contrôle de la mer grâce à des exercices anti-sous-marins, selon les analystes.

Les forces armées taïwanaises exploitent des sous-marins obsolètes, qui doivent néanmoins être neutralisés si l’APL entame une opération de réunification par la force, a déclaré lundi au Global Times un expert militaire basé à Pékin, qui a requis l’anonymat.

Les forces d’interférence militaire extérieures possibles, comme les Etats-Unis et le Japon, disposent de sous-marins plus avancés, en particulier les sous-marins à propulsion nucléaire des Etats-Unis, de sorte que la pratique d’exercices de guerre anti-sous-marine dans les terrains sous-marins réels autour de l’île de Taiwan est très importante, a déclaré l’expert.

Les exercices ont montré que l’APL peut détecter, localiser et attaquer des sous-marins hostiles à partir de plusieurs dimensions, et se défendre contre leurs attaques, a déclaré l’expert.

Bien que le reportage de CCTV n’ait pas confirmé la participation d’un sous-marin de l’APL aux exercices, Zhang Junshe, chercheur principal à l’Académie de recherche navale de l’APL, a déclaré au Global Times que l’APL avait envoyé un groupe de porte-avions comprenant au moins un sous-marin à propulsion nucléaire aux exercices en cours autour de l’île de Taïwan pour son premier exercice de dissuasion. L’APL exploite également un certain nombre de sous-marins conventionnels.

Des avions de chasse et des avions d’alerte précoce ont également mené des opérations de reconnaissance, d’alerte précoce et de soutien autour de l’île de Taïwan, a rapporté CCTV.
Les exercices de lundi signifient que l’APL a prolongé ses exercices autour de l’île de Taïwan, qui devaient initialement se terminer dimanche midi.

“Tant que la question de Taïwan n’est pas résolue, les exercices de ce type ne s’arrêteront pas”, a déclaré lundi Song Zhongping, expert militaire et commentateur télé de la Chine continentale, au Global Times.

Les exercices de l’APL pourraient devenir une routine, a déclaré Song. Plus l’île est bloquée longtemps, plus cela montre le contrôle exercé par la Chine continentale sur l’île, a-t-il ajouté.

Interrogé sur les exercices de l’APL lors d’une conférence de presse régulière lundi, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que ces exercices étaient transparents et professionnels.

Les autorités compétentes publiant des avis à ce sujet, les exercices respectent les lois nationales et internationales ainsi que les pratiques internationales, et visent à avertir les provocateurs et à sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale, a déclaré Wang.

L’administration de la sécurité maritime de la province chinoise de Fujian (est) a publié mercredi un avis établissant les zones de restriction pour les exercices de jeudi à dimanche, mais aucun avis de ce type n’a été publié pour les exercices de lundi. Si aucune nouvelle zone de restriction n’est établie pour les exercices supplémentaires, c’est parce qu’ils ne mettront pas en danger les activités civiles normales, donc probablement sans tirs à balles réelles, selon les experts.

Les activités militaires, y compris celles des États-Unis, n’entraînent pas non plus toujours la création de zones de restriction si elles n’ont pas d’impact sur les autres navires ou aéronefs, a expliqué M. Song.

Lorsqu’il est nécessaire, par exemple, d’empêcher les navires de guerre américains de pénétrer dans le détroit de Taiwan, l’APL peut toujours établir de nouvelles zones de restriction, a ajouté M. Song.

Le Pentagone a ordonné au porte-avions USS Ronald Reagan de rester dans les eaux proches de l’île de Taïwan, et les États-Unis “effectueront des transits aériens et maritimes standard dans le détroit de Taïwan au cours des prochaines semaines”, a déclaré jeudi le média américain Business Insider, citant le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, John Kirby.

Les exercices de l’APL visent à dissuader les sécessionnistes “indépendantistes de Taïwan” et les forces d’ingérence extérieures, et non à perturber la vie quotidienne des habitants de l’île, a précisé M. Song.

Peu après l’atterrissage de Mme Pelosi sur l’île de Taïwan le 2 août, le commandement du théâtre oriental de l’APL a répondu par des exercices militaires conjoints autour de l’île à partir du même jour. L’agence de presse Xinhua a ensuite annoncé que l’APL mènerait une série d’exercices militaires à balles réelles du jeudi midi au dimanche midi dans six zones différentes qui encerclent l’île dans toutes les directions.

La première phase des exercices, qui a débuté dans la soirée du 2 août, a consisté en des exercices maritimes et aériens conjoints dans l’espace maritime et aérien au nord, au sud-ouest et au sud-est de l’île. Les rapports officiels montrent des avions de chasse furtifs J-20 décollant pour les exercices et des lanceurs de roquettes et de missiles se mobilisant sous les ombres de la nuit.

Mercredi, le commandement du théâtre oriental de l’APL a organisé ses forces affiliées, à savoir la marine, l’armée de l’air, la force des fusées, la force de soutien stratégique et la force de soutien logistique conjointe, et a mené des exercices conjoints réalistes axés sur le combat dans l’espace maritime et aérien au nord, au sud-ouest et au sud-est de l’île de Taiwan, avec des exercices conjoints de blocus, d’assaut maritime, d’attaque terrestre et de combat aérien au cœur de l’opération.

La deuxième phase des exercices a débuté jeudi par des exercices de tir réel d’artillerie à longue portée dans le détroit de Taïwan par l’armée de terre, suivis d’assauts avec de multiples types de missiles conventionnels dans plusieurs zones maritimes désignées à l’est de l’île de Taïwan par la Force des fusées. Plus de 100 avions de guerre et plus de 10 navires de guerre ont encerclé l’île pour des missions de blocus, de reconnaissance et de patrouille d’alerte.

Vendredi, des chasseurs, des bombardiers, des avions d’alerte précoce et des avions de reconnaissance électronique ont pratiqué la prise de la supériorité aérienne, la couverture et le soutien, la frappe aérienne, la reconnaissance et l’alerte précoce, les pilotes confirmant visuellement le littoral de l’île de Taiwan et la chaîne de montagnes centrale. Des navires de guerre bloquant l’île se sont approchés du littoral de l’île tandis que des marins observaient attentivement un ancien navire de guerre de l’île de Taiwan à proximité.

Des navires de guerre, des avions de combat et des missiles antinavires basés sur la côte ont été déployés lors des exercices de samedi afin d’affiner les capacités d’attaque terrestre et maritime dans le cadre d’un soutien systémique.

Le dernier jour des exercices initialement prévus, dimanche, des bombardiers et des chasseurs bombardiers ont lancé des exercices de frappe à saturation avec différents types de munitions de précision. Les bombardiers ont traversé le détroit de Taïwan du nord au sud et du sud au nord simultanément, accomplissant ainsi une mission de dissuasion autour de l’île.

Maintenant que l’APL a prolongé les exercices, elle a pratiqué lundi des opérations conjointes de guerre anti-sous-marine et d’assaut en mer.

Fu Qianshao, un expert de l’aviation militaire de la Chine continentale, a déclaré au Global Times que l’APL devrait continuer à pratiquer différentes tactiques et éléments de combat, notamment l’implication de porte-avions et la guerre de débarquement amphibie.”

+ Une simulation militaire effectuée au Pentagone a confirmé l’avis des experts pour qui l’armée chinoise serait aujourd’hui bien plus à même de s’emparer de Taïwan qu’il y a dix ans. 

+ Entre janvier et juin 2022, les importations brésiliennes en provenance de Russie sont devenues le double de ce qu’elles étaient au premier trimestre 2021. Elles sont passée de 2,6 à 5,1 milliards. Les exportations russes vers la Chine en juillet ont augmenté de 49% et les importations depuis la Chine de 22% (tout cela contribuant, contre tous les pronostics, à une hausse du commerce chinois de 18%). 

+ Un satellite iranien mis en orbite par la Russie; 

+ Selon un média iranien, Paris, Berlin et Londres sont singulièrement absentes des négociations pour un accord sur le nucléaire iranien: 

“[Le] lundi 8 août, après les négociations entre les délégations à Vienne, il a été annoncé qu’ Enrique Mora, le coordinateur adjoint de l’Union européenne, a présenté des idées aux négociateurs à Vienne et qu’il est nécessaire d’examiner ces idées de plus près dans les capitales. Sur cette base, il a été annoncé que les délégations de négociation quitteront Vienne et retourneront dans les capitales pour poursuivre les consultations après avoir résumé les opinions sur les idées proposées. Hier soir et immédiatement après la fin des pourparlers, “Josep Borrell”, représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et le coordinateur de l’Union européenne, a contacté le ministre iranien des affaires étrangères tout en évaluant positivement le récent cycle de négociations à Vienne, et a noté que des progrès relatifs ont été réalisés dans les pourparlers. Hossein Amirabdollahian, le ministre des affaires étrangères de l’Itan, a également souligné la volonté et le sérieux de l’Iran pour parvenir à un accord solide et fiable et a déclaré : “L’accord final doit garantir les droits et les intérêts de la nation iranienne et assurer la levée effective et stable des sanctions.” Exprimant son espoir que les autres parties, en particulier les États-Unis, éviteront de prendre des positions non constructives, il a déclaré : “On attend de toutes les parties qu’elles fassent preuve de détermination et de sérieux pour parvenir au texte final de l’accord.” Les États-Unis d’Amérique ont également annoncé peu après la fin des pourparlers de Vienne, dans une déclaration d’un porte-parole du ministère des affaires étrangères de ce pays : “Les États-Unis sont prêts pour un accord rapide basé sur le texte proposé par l’Union européenne.” Alors que le représentant de la Russie a pris une position claire et a également évalué positivement les pourparlers et qu’il a exprimé l’espoir que les parties aux négociations parviennent à un accord final, les trois pays que sont la France, l’Angleterre et l’Allemagne, dont les représentants n’étaient pas présents à ce cycle de négociations, n’ont pas encore réagi à cet égard. Naturellement, il n’est possible de parvenir au texte final de l’accord que lorsque toutes les parties impliquées dans les négociations, y compris les trois pays européens mentionnés, l’approuvent, mais on ne comprend pas pourquoi ces pays, qui, au milieu des négociations, ont publié une déclaration unilatérale qui soutient clairement l’un des excès de l’Amérique, ont choisi la voie du silence, maintenant ? Bien que selon les enregistrements du comportement antérieur de l’Angleterre, de la France et de l’Allemagne dans les négociations du JCPOA et des suites, il est possible de soulever des spéculations dans l’analyse des raisons du silence des trois pays européens, mais certainement dans les prochains jours et en présentant un résumé des opinions des pays présents dans les négociations sur les idées soulevées par Enrique Mora, un profil plus détaillé sera obtenu à cet égard“.

+ Il semble que Vladimir Poutine ait convaincu, lors de l’entretien de Sotchi, Erdogan de s’entretenir avec le président syrien Assad. 

Le dessous des cartes diplomatiques avec M.K. Bhadrakumar

Les déboires de la diplomatie pétrolière américaine

“[En se rendant en Arabie Saoudite] Biden avait trois objectifs qui se chevauchaient : premièrement, rallier les dirigeants saoudiens à sa stratégie d’endiguement de la Russie et de la Chine ; deuxièmement, briser l’alliance OPEP+ entre l’Arabie saoudite et la Russie de manière à ce qu’il n’y ait plus de contrepoint coordonné sur le marché mondial du pétrole qui échappe au contrôle américain ; et, troisièmement, réunir une alliance militaire anti-iranienne des États du Golfe et d’Israël pour donner du peps aux accords d’Abraham qui ont manifestement perdu de leur éclat.

Biden a fait chou blanc sur ces trois points : Les Saoudiens poursuivront leurs relations amicales avec la Russie et la Chine et leur normalisation avec Téhéran. Le prince Mohammed s’est entretenu avec le président Poutine au cours de la semaine qui a suivi la visite de M. Biden. Ils ont discuté du développement de la coopération commerciale et économique et ont souligné “l’importance d’une coordination accrue au sein de l’OPEP+”.

Traditionnellement, les actions saoudiennes sont bien plus éloquentes que les mots. Ainsi, lorsque l’OPEP+ a tenu une réunion virtuelle mercredi dernier, elle a conclu que :

Il y a une “disponibilité sévèrement limitée de la capacité excédentaire” parmi les pays producteurs de pétrole résultant d’un “sous-investissement chronique dans le secteur pétrolier” ;
Il est “particulièrement préoccupant… (que) l’insuffisance des investissements dans le secteur en amont aura un impact sur la disponibilité d’un approvisionnement adéquat en temps voulu pour répondre à la demande croissante au-delà de 2023”.
On ne saurait trop insister sur l’importance de maintenir le consensus et la “cohésion” de l’OPEP et de l’OPEP+ (c’est-à-dire l’OPEP plus la Russie principalement).
En clair, elle rejette la déclaration du 3 juillet des ministres des affaires étrangères du G7 sur la sécurité énergétique, qui envisage d’imposer un embargo complet sur tous les services de “transport de pétrole brut et de produits pétroliers russes par voie maritime dans le monde entier”, à moins que Moscou ne vende du pétrole à un prix à convenir en consultation avec l’Occident.

En clair, l’Occident envisage une fois de plus de sévir contre un grand pays producteur de pétrole pour des raisons géopolitiques, ce qui aurait un impact profond sur le marché mondial du pétrole. Le paradoxe ici est que, contrairement au cas de l’Iran ou du Venezuela, l’Occident a désespérément besoin que le pétrole russe continue d’affluer sur le marché mondial du pétrole, mais qu’il plafonne le prix auquel Moscou peut vendre son pétrole afin que ses revenus provenant des exportations de pétrole ne puissent pas soutenir les opérations militaires spéciales en Ukraine.

En fait, l’Occident agit dans l’esprit du célèbre dicton de George Kennan, au début des années 1950, selon lequel le pétrole “nous appartient” parce qu’il a permis la prospérité de l’Occident. La déclaration du G7 crée sans aucun doute un précédent. Alors que la pression sur les ressources mondiales devient de plus en plus forte, cette approche prédatrice nous ramène à l’époque coloniale (lorsque l’Inde était conduite en grenouille par la Grande-Bretagne impériale pour fournir du coton aux usines textiles de Grande-Bretagne et racheter les textiles à des prix déterminés par le maître colonial).

Elle peut également s’étendre à d’autres ressources que le pétrole. La Chine, par exemple, produit environ deux tiers des batteries lithium-ion du monde, alors que les États-Unis ne produisent que 1 % de l’approvisionnement mondial en lithium et 7 % des produits chimiques raffinés à base de lithium – contre 51 % pour la Chine – et dépendent à 70 % des importations de lithium (qui a des utilisations si critiques dans des industries allant des téléphones mobiles, des ordinateurs portables, des appareils photo numériques et des véhicules électriques aux avions, trains à grande vitesse et satellites).

Il est certain que la décision du G7 de prendre le contrôle des exportations de pétrole de la Russie sonne l’alarme dans tous les pays producteurs de pétrole de la région du Golfe. Le message géopolitique est le suivant : “Restez dans le rang, sinon…”. Or, cela arrive à un moment où l’UE cherche désespérément à accéder à un approvisionnement en pétrole bon marché et fiable (le Japon vient d’annoncer que ses “sanctions infernales” contre la Russie ne s’appliqueront pas au projet de gaz et de pétrole Sakhaline 2).

Dans un contexte aussi tumultueux, où les puissances industrielles sont enclines à brandir leurs instincts coloniaux latents d’une époque révolue, les États du Golfe deviennent très vulnérables. Les États du Golfe sont déjà choqués par le banditisme auquel l’UE et les États-Unis ont eu recours contre la Russie en confisquant ses réserves dans le système bancaire occidental et en s’appropriant les biens privés de riches Russes.

Il y a aussi une dimension supplémentaire. Demain, qu’est-ce qui empêche l'”Occident collectif” de recourir à un tel moyen de pression pour imposer un “changement de régime” dans la région du Golfe sous prétexte de faire progresser la démocratie et les droits de l’homme ? Après tout, ce n’est un secret pour personne que l’ancien prince héritier Muhammad bin Nayef était le choix préféré de Washington pour succéder au roi Salman. Ne vous méprenez pas, le coup de poing de Biden avec le prince Mohammed n’est pas le dernier mot sur la succession saoudienne.

En effet, la suggestion du prince Mohammed (alors que Biden était encore à Djeddah) selon laquelle l’Arabie saoudite et l’Iran devraient maintenant intensifier leurs contacts au niveau politique devient très significative. L’intérêt de l’Arabie saoudite pour l’adhésion à l’OCS (si peu de temps après l’admission de l’Iran dans ce groupement) l’est encore plus.

Outre l’Arabie saoudite, un grand nombre d’autres pays d’Asie occidentale ont demandé à l’OCS de devenir membre. Le quotidien russe Izvestia a rapporté jeudi que l’OCS [Organisation de la Coopération de Shangaï] prévoit de signer des mémorandums sur l’octroi d’un partenariat de dialogue à l’Égypte, à la Syrie, au Qatar, à l’Arabie saoudite et au Bahreïn lors du prochain sommet de Samarkand. Il est intéressant de noter que le prince héritier Mohammed bin Salman a été invité à l’événement.

Selon Izvestia, à titre exceptionnel, les Émirats arabes unis ont cherché à adhérer à l’OCS de manière expéditive, bien que la pratique établie du groupement ait été jusqu’à présent de commencer par un “partenaire de dialogue”. Izvestia cite une source proche du comité d’organisation de l’OCS, selon laquelle l’OCS a mené des consultations internes et “la compréhension principale qui domine est que l’OCS est intéressante, l’OCS attire, et donc la chose la plus importante pour nous n’est pas de nous vautrer dans la bureaucratie, mais de trouver des solutions qui nous permettront de réagir de manière adéquate… Et de réagir en adaptant les règles aux nouvelles conditions”.

Il est clair que l’offre de Biden d’une alliance militaire non seulement n’a pas eu de preneurs dans le monde arabe mais ils semblent pétrifiés. Si, comme le dit la Bible, il existe trois types de tromperie – la vanité, la flatterie et le blasphème – et que Satan les utilise tous les trois, l’offre de Biden contient des éléments des trois. Et si l’OCS offre un antidote au calice empoisonné, pourquoi pas?

L’Inde est-elle en train de manquer un tournant diplomatique majeur? 

“Don Quichotte, le héros de l’épopée de Cervantes, a dit avant de mourir : “Ne cherchez jamais les oiseaux de cette année dans les nids de l’année dernière”. L’Inde ne doit pas rater une nouvelle occasion dans sa politique étrangère – pour la troisième fois en 75 ans depuis l’indépendance.

Le choix est entre un rôle subalterne pour la perpétuation de l’hégémonie américaine, ou un ordre mondial plus juste où les nations peuvent poursuivre leurs propres voies de développement sur un pied d’égalité.

La première occasion a été la visite à Delhi, en 1960, du premier ministre chinois de l’époque, Zhou Enlai, porteur d’une solution viable au différend frontalier sous la forme d’un accord global pour un règlement final – la Chine accepterait le contrôle de l’Inde sur l’actuel Arunachal Pradesh, ce qui signifiait sa reconnaissance de facto de la juridiction de l’Inde jusqu’à la ligne McMahon, si l’Inde acceptait le contrôle de la Chine sur Aksai Chin. L’Inde a rejeté la proposition chinoise (qui peut sembler si séduisante aujourd’hui).

La deuxième occasion s’est présentée pendant le mandat du gouvernement Narasimha Rao, lorsque l’ère de la guerre froide était terminée et qu’une remise à zéro de la boussole indienne devenait nécessaire. Dans les années 1990, l’Inde pouvait encore prétendre à la parité avec la Chine. Mais alors que la Russie de Boris Eltsine saisissait l’opportunité de conclure un accord frontalier avec la Chine et d’entamer un nouveau chapitre libéré des toiles d’araignée de l’histoire, les bûcherons de l’establishment de New Delhi marchaient lentement.

Delhi a travaillé avec la conviction erronée et illogique que la Russie “post-soviétique” était condamnée à rester une force épuisée. Ironiquement, pendant que les maîtres américains de la communication faisaient un lavage de cerveau aux Indiens, Washington mettait au point son propre stratagème pour l’élargissement de l’OTAN vers l’est en prévision d’un besoin éventuel de contenir une Russie renaissante sur la scène mondiale !

Le résultat a été une transition inégale, rivée sur l’estimation erronée selon laquelle le monde entrait dans le nouveau siècle américain. La “situation unipolaire” de l’Inde a érodé son autonomie stratégique et entravé sa politique étrangère, tout en faisant naître l’idée que les États-Unis en feraient une puissance mondiale, en tant que “contrepoids” à la Chine. L’Inde n’a plus l’illusion que les États-Unis sont son sauveur.

La doctrine d’atmanirbharta du PM Modi en témoigne.

La transition actuelle, alors que l’Inde a 75 ans, est bien plus profonde. L’Inde d’aujourd’hui est plus qu’un simple spectateur. Et la transition est bien plus qu’une question de montée en puissance de la Chine ou de résurgence de la Russie. Contrairement aux États-Unis, qui sont paranoïaques à l’idée que la Chine puisse bientôt devenir l’économie numéro un du monde et que les capacités stratégiques de la Russie posent à nouveau des défis, l’Inde devrait se concentrer sur le maintien de son développement et sa transformation en un pays à revenu moyen.

La transition concerne l’ordre mondial au XXIe siècle. Les États-Unis sont tombés du piédestal de la “superpuissance solitaire”. Les interventions belliqueuses des États-Unis en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Syrie et en Libye, qui ont semé la mort, la destruction et les réfugiés, ne peuvent plus être répétées. Pourtant, les États-Unis refusent de se réconcilier avec cette réalité. C’est le leitmotiv du conflit ukrainien : amener l’OTAN aux portes de la Russie sur son chemin vers l’Indo-Pacifique. Les États-Unis se comportent comme une puissance révisionniste – ils militent pour le dollar et confisquent les réserves des autres pays. Les pierres angulaires du système international sont arbitrairement retirées.

Le monde non-occidental l’a compris. L’initiative du président Biden à Djeddah de former une alliance militaire avec les alliés les plus proches des États-Unis en Asie occidentale pour faire reculer l’influence russe et chinoise n’a non seulement pas trouvé preneur, mais l’Égypte, la Syrie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar ont, au contraire, cherché à adhérer à l’Organisation de coopération de Shanghai, une plate-forme de sécurité régionale créée par Pékin et Moscou ! (L’OCS a déjà approuvé l’adhésion de l’Iran.) Une fois encore, l’Arabie saoudite a repoussé les supplications de Biden d’abandonner son alliance OPEP+ avec la Russie sur la production de pétrole.

Le discours des États-Unis sur les “valeurs” de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit manque de crédibilité dans le monde non occidental où vit 86 % de la population mondiale. Biden s’est ridiculisé en condamnant l’Arabie saoudite comme un État “paria”, avant de l’embrasser 18 mois plus tard. Le parrainage américain des révolutions de couleur – la dernière en date étant le Sri Lanka – ajoute au sentiment d’insécurité du Sud, qui a perdu la foi dans l’équité du système international dirigé par les États-Unis.

L’Inde devrait avoir une orientation stratégique – le choix est entre un rôle subalterne pour perpétuer l’hégémonie mondiale de l’Amérique et la domination occidentale dans le système international, ou un ordre mondial plus juste où les pays peuvent poursuivre leurs propres voies de développement en tant qu’égaux dans le respect mutuel. Il est absurde de prétendre que l’anarchie s’installera si les États-Unis ne jouent pas leur rôle de gendarme du monde. Presque tous les points chauds de l’après-guerre froide sont directement ou indirectement liés à l’imprudence des États-Unis.

Fondamentalement, cette transition consiste à déplacer la dynamique du pouvoir mondial de l’Occident vers l’Asie. Il est clair que cinq siècles de domination occidentale touchent à leur fin. Ce changement historique a d’énormes implications économiques. Historiquement, la prospérité de l’Occident dépendait du transfert sans faille des richesses du reste du monde. L’ère coloniale est terminée, mais le néocolonialisme survit. L’un des griefs non exprimés à l’encontre de la Chine et de la Russie est qu’elles ont pénétré profondément sur le continent africain, que ce soit dans la région du Sahel, au Soudan ou en Éthiopie. Il s’agit d’une partie perdue pour l’Occident, car les pays africains gagnent de l’espace pour négocier sur un pied d’égalité, pour la première fois dans l’histoire, avec les puissances occidentales prédatrices dont la stratégie consistant à “diviser pour régner” ne fonctionne plus.

La connotation impérialiste fait de la lutte pour l’ordre mondial et le fonctionnement du système international une lutte historique. La semaine dernière, les États-Unis ont clairement indiqué que, pour défendre leurs intérêts, ils n’excluent pas de recourir en premier lieu aux armes nucléaires dans tous les cas et ne précisent pas non plus les circonstances dans lesquelles ils les utiliseraient”. 

 

Russie et Turquie font ensemble bouger les lignes de manière significative

 

“Dans les relations interétatiques, la question est toujours celle de l’équilibre et de l’opportunité politique. L’art de l’État consiste à trouver l’équilibre et à saisir l’occasion qui se présente.

La rencontre de quatre heures entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan, vendredi 5 août à Sotchi, est un exemple remarquable de la manière dont deux puissances rivales dans l’histoire peuvent encore se forger un destin commun en équilibrant leurs intérêts et en créant de nouvelles opportunités pour aller de l’avant dans un monde incertain.

Il est rare que l’on puisse prédire avec une certitude absolue l’issue d’une visite de travail de haut niveau. C’est pourtant ce qu’a fait Erdogan en se rendant à Sotchi. Il a déclaré : “Je crois que (la réunion d’aujourd’hui) va ouvrir une toute autre page dans les relations turco-russes.”

L’ordre du jour de la réunion de Sotchi était basé sur un message que Poutine avait transmis à Erdogan par l’intermédiaire du vice-premier ministre russe Aleksey Overchuk, qui s’est rendu à Ankara le 14 juin. Overchuk est un homme politique qui est plutôt un technocrate en matière de gestion économique. Le président turc l’a d’ailleurs reçu avec plaisir. (…)

Du côté de Poutine, la Russie a aujourd’hui un besoin aigu d’ouvrir des canaux commerciaux et économiques pour atténuer le barrage de sanctions de l’Occident, tandis que, du côté d’Erdogan, la priorité absolue est de donner du lest à l’économie turque pour la sortir de la crise.

De même, la Russie et la Turquie naviguent dans le même bateau : elles ont besoin de générer de nouvelles ressources sans être soumises aux sanctions occidentales dans l’environnement international actuel où Moscou et l’OTAN s’affrontent. Du point de vue russe, les relations avec la Turquie sont devenues très importantes, car il s’agit à la fois d’un pays de l’OTAN et d’une puissance de la mer Noire.

Il est important de noter que l’agilité et l’endurance d’Erdogan à projeter une autonomie stratégique et à mener des politiques étrangères indépendantes sont bien connues de Moscou, comme en témoigne la collaboration avec la Russie dont il est le pionnier : la centrale nucléaire d’Akkuyu, d’une valeur de 20 milliards de dollars, que Rosatom achèvera d’ici l’année prochaine (pour fournir 10 % des besoins énergétiques de la Turquie), et l’achat du système de défense antimissile S-400 qu’Ankara a conclu en défiant le diktat et les sanctions de Washington.

La proposition de Poutine, qu’Overchuk a présentée à Erdogan, détaillait une feuille de route pour contourner les sanctions des États-Unis et de l’Union européenne en trouvant des voies commerciales en dehors des canaux du système bancaire américain qui auraient un résultat “gagnant-gagnant” en générant des flux de trésorerie pour les deux économies. (…)

À la suite de ses entretiens avec Poutine à Sotchi vendredi, Erdogan a révélé aux journalistes turcs qui l’accompagnaient dans l’avion que le commerce bilatéral avec la Russie se fera désormais en partie en roubles et en lires – et non plus en dollars – et que la banque centrale travaille sur cet arrangement.

Il a en outre révélé que cinq banques turques se préparent à travailler avec le système de carte de crédit russe Mir (ce qui permettra aux ressortissants russes, notamment aux touristes, de dépenser plus facilement de l’argent en Turquie).

Le vice-premier ministre russe Aleksander Novak, qui est également le co-président de la commission économique conjointe avec la Turquie, a signé vendredi un accord avec le ministre du commerce Mehmet Mus prévoyant qu’Ankara achète du gaz naturel à la Russie “partiellement” en roubles – et non en dollars. (L’année dernière, la Russie a représenté environ un quart des importations de pétrole de la Turkiye et 45 % de ses achats de gaz naturel).

Novak a également déclaré aux journalistes à Moscou que des accords “importants” ont été conclus dans la sphère financière pour faciliter les paiements des entreprises et des citoyens russes. Il a déclaré : “Les décisions très importantes qui ont été prises au cours des discussions d’aujourd’hui vont porter nos liens économiques et commerciaux à un nouveau niveau dans pratiquement tous les domaines.”

Aucune des parties n’a divulgué le pourcentage de paiements en roubles pour les contrats de gaz. Mais cette initiative met Erdogan en porte-à-faux avec Washington. Bien sûr, les paiements en roubles de la Turquie aident non seulement la Russie à éviter les paiements en dollars et les restrictions liées aux sanctions imposées à ces paiements, mais renforcent également le rouble (que le président américain Joe Biden a un jour promis de transformer en “décombres”).

Erdogan a déclaré aux journalistes sur son vol de retour qu’il existe une nouvelle “feuille de route” pour améliorer les relations bilatérales qui servira de “source de pouvoir entre la Turquie et la Russie en termes financiers”. En effet, le système Mir contournera l’exclusion de Moscou du réseau transnational de communication bancaire SWIFT, et permettra aux hommes d’affaires russes de transférer directement de l’argent en Turquie. (…)

Parallèlement, la partie russe a fait part de son intérêt pour l’établissement d’un plus grand nombre de zones de libre-échange en Turquie, signalant que les entreprises russes augmenteraient leurs investissements si davantage de ces zones étaient établies, en particulier sur les côtes de la mer Noire.

Il y a beaucoup d’argent russe en circulation dans le monde, et ces investisseurs, pour la plupart non sanctionnés, se trouvent pour l’instant en grande partie aux Émirats arabes unis, étant donné l’avantage qu’offre Dubaï en tant que l’un des centres de commerce et de technologie financière du monde.

Il est clair que les entreprises russes préfèrent la Turquie, qui est géographiquement proche de la Russie et de l’Europe (en termes de production et de possibilités d’exportation) et qui a toujours su résister aux éventuelles pressions américaines (contrairement aux EAU).

Erdogan a trouvé cette idée extrêmement intéressante, tant du point de vue du développement des régions relativement arriérées de la mer Noire que de l’impulsion générale qu’elle pourrait donner à l’économie turque – sans parler de son attrait électoral lorsque le président turc cherchera à renouveler son mandat en juin 2023.

Certes, Poutine a conclu avec Erdogan un accord qui transformera profondément les relations russo-turques.

Poutine a bouleversé les sanctions occidentales en créant une fenêtre d’opportunité pour soutenir les vastes partenariats économiques de la Russie avec le marché mondial par le biais de la Turquie.

Pendant ce temps, Erdogan entrevoit une rare opportunité de sortir de la crise économique de son pays en utilisant la connexion avec la Russie, et de mettre en avant sa prochaine campagne électorale comme une réussite.

Poutine récolte l’investissement personnel qu’il a fait en créant une relation de respect et de confiance mutuels avec Erdogan au cours de la dernière décennie. La rencontre de Sotchi montre que cet investissement a été très rentable, à un moment où la Russie considère la Turquie comme un partenaire indispensable. (…)

Il ne fait aucun doute que cette évolution a des implications géopolitiques de grande envergure.

La consternation règne déjà dans les capitales occidentales. L’Occident trouve qu’il est difficile de vivre avec Erdogan, mais en même temps, il lui est impossible de vivre sans la Turquie.

Si la diplomatie d’Erdogan peut s’avérer perturbatrice et imprévisible, il existe également une admiration sournoise pour les liens étroits de la Turquie au niveau régional, qui lui confèrent un poids politique, comme le montre le récent accord sur les céréales.

Ivo Daalder, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’OTAN et président du Chicago Council on Global Affairs, a écrit dans Politico qu’Erdogan est à la fois un méchant et un héros dont “la présidence a porté les offenses de la Turquie à un niveau entièrement nouveau”, mais l’importance stratégique du pays pour l’OTAN est néanmoins claire. “En d’autres termes, la Turquie est un allié avec lequel il est de plus en plus difficile de vivre et presque impossible de vivre sans”.

Bien sûr, pour l’alliance occidentale, la coupe la plus désagréable de toutes a été le refus d’Erdogan d’imposer des sanctions à la Russie. L’ironie du sort veut que ce refus offre une bouée de sauvetage cruciale à la Russie assiégée, tout en offrant à Erdogan un tremplin pour rajeunir l’économie de son pays et s’assurer un nouveau mandat en 2023“. 

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

About Post Author

78 Shares:
7 commentaires
  1. “Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a qualifié d’”acte suicidaire” le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporojie par l’Ukraine.”
    Tiens, pour la première fois l’ONU ne s’aligne pas sur les déclarations ukrainiennes et américaines. Cela ne va pas jusqu’à mettre en place la commission d’enquête internationale demandée par la Russie, mais c’est un bon début.

  2. Pas mal d’informations concordantes sur cette offensive russe dans le Donbass.
    Ici un inventaire de tous les faits qui montrent que ça commence à bouger, et que ce n’est sans doute qu’un début :
    https://ripostelaique.com/ukraine-reprise-progressive-de-la-guerre-de-mouvements.html
    Ici l’analyse de la reprise de Peski, qui est la première à être attaquée parmi les localités transformées en forteresses par les Ukrainiens dans le Donbass depuis sept ans. L’armée russe met en œuvre un véritable “hachoir” avec l’artillerie et les forces aériennes. Malgré des pertes énormes chez les Ukrainiens, les bunkers les plus enterrés subsistent, et les troupes ukrainiennes résistent, manœuvrent, se replient sur d’autres lignes de fortifications
    http://alawata-rebellion.blogspot.com/2022/08/le-point-dappui-ukrainien-de-peski-est.html

    Répondre moderated
  3. La propagande de Zelensky, mafieux et criminel de guerre, est servie dans les médias sans retenue. La presse d’occupation fait son sale boulot. 1942 – 2022, rien n’a changé sauf l’occupant.

  4. En Allemagne écolo vaccinés et non vaccinés vont souffrir : couleurs dégradées suivant le nombre de piqures. Le pays a condamné son industrie en application du plan Morgenthau ; les Allemands vont geler dans un camp de concentration électronique. La bourse monte toujours plus ; Bolloré fait cinq voyages/jour dans son jet pendant que nos déplacements se font toujours plus pénibles et coûteux.
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/08/11/en-germanie-ecologiste-les-vaccines-et-non-vaccines-pour-rien-vont-souffrir-des-couleurs-degradees-suivant-le-nombre-de-piqures-avec-des-droits-qui-vont-avec-le-ministre-nazillon-et-psychopath/

  5. Les bandes armées ukrainiennes se transforment en Organisation d’Actions Spéciales. “on devrait savoir quand on a perdu, et cesser immédiatement les actions “suicide et terre brulée” qui s’apparentent au pur terrorisme.

  6. La réalité du rapprochement de la Russie avec les musulmans turques est un coup de pouce à la bonne volonté future de la France pour sortir enfin de l’otanisation et ainsi de retravailler en direct avec la Russie francophile. Nous comprenons aussi que l’énergie nucléaire est considérée comme l’avenir par les peuples non suicidaires. Les débats allemands montrent une psychopathologie ambiante dans leur ‘classe politique de coalitions’. Il y a eu un sondage, il y a un ou deux ans, sur comment les peuples des nations occidentales voyaient leur avenir. Seuls les Allemands étaient fortement optimistes alors que les autres étaient très majoritairement pessimistes. L’Allemagne, issue indirectement du satanique Luther qui mena au révisionnisme historique par l’anti-messe pour tous, serait-elle l’homme malade de l’Europe depuis des siècles ? L’Empire américain décadent en serait-il un fruit qui pourrit aujourd’hui sous nos yeux stupéfaits ?
    Le Japon parle de “sanctions infernales” contre la Russie. La Turquie otanisée défie les USA par des achats d’armes russes. Les Etats-Unis, pays lanceur de bombes atomiques, redisent haut et fort, sans honte, qu’ils peuvent ‘recourir en premier lieu aux armes nucléaires’. Comment ne pas conclure en 2022 que la géopolitique du monde change à vitesse hypersonique ? Et cela bien plus vite que ne le fera ‘le changement climatique, pépère et anthropique, gobé par des Occidentaux sous Propagande-Prozac’, idéologie malsaine qui ouvre la voie maritime de l’arctique en permettant la prochaine réduction en esclavage des anciens pays libérateurs-colonisateurs. Demain, qui entourera qui par le contrôle des mers ? Nous pensons que certaines nations patriotes et non wokes doivent rire de ‘notre transition écologique pour tous’, cette folie idéologique démiurgique qui mène inéluctablement à notre décadence. Nous pressentons comment l’histoire, écrite par les vainqueurs temporaires aux pieds d’argile, va juger Merkel et Poutine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer