Guerre d’Ukraine – Point au jour 253 -Les Américains avouent qu’ils ont des troupes présentes en Ukraine: escalade ou prélude à une négociation avec la Russie?

Odessa – Statue du duc de Richelieu (1766-1822),, à qui le Tsar Alexandre Ier confia la charge de gouverneur de la “Nouvelle Russie” de 1804 à 1814

(1) La Bataille d'Ukraine (2) Les pourcentages du budget militaires des membres de l'UE redirigés vers l'Ukraine. (3)La Russie rappelle leur devoir aux trois membres occidentaux du club des puissances nucléaires. (4) M.K. Bhadrakumar décrypte le basculement géopolitique

Bataille d’Ukraine

samedi 29 octobre:

Attaque de drones sur la flotte russe à Sébastopol

Le 29 octobre au matin, la ville de Sébastopol en Crimée a subi une attaque majeure de drones ukrainiens, britanniques et américains. Il s’agit de la plus importante attaque contre la ville depuis le début des opérations militaires russes en Ukraine. Il s’agit de la première attaque coordonnée sur la Crimée par un essaim de drones – selon la technique employée depuis plusieurs semaines par les Russes. .

L’attaque a commencé vers 4h30 du matin, heure locale. Les systèmes de défense aérienne de Sébastopol ont repoussé les attaques de drones pendant plusieurs heures. Les navires de la flotte de la mer Noire ont repoussé à trois reprises les attaques des drones ennemis et les défenses aériennes côtières ont repoussé deux autres attaques au large de la ville. Les forces armées ukrainiennes ont tenté de frapper le terminal de carburant russe à Sébastopol. Dans le même temps, l’essaim de drones a visé la flotte russe de la mer Noire.

Toutes les cibles aériennes ont été détruites. 4 USV ont été détruits sur la rade extérieure de Sébastopol, 3 autres véhicules ont été détruits sur la rade intérieure. Des drones sous-marins ont également été impliqués dans l’attaque. Ils ont, selon les observations, causé des dégâts

Le ministère de la Défense russe a confirmé que le dragueur de mines Ivan Golubets et le barrage de filets dans la baie de Yuzhnaya ont subi des dommages – mais plus importants que ce que veulent bien reconnaître les officiels russes.

Selon les médias ukrainiens, 4 navires ont subi des dommages divers, dont le navire amiral de la flotte – la frégate Admiral Makarov.  La coque du dragueur de mines Ivan Golubets a été percée, mais il est à flot. Outre les dommages causés par les éclats d’obus à la coque de la frégate Admiral Makarov, son système radar a été désactivé.

Le ministère russe de la Défense a affirmé que la préparation de cette attaque a été coordonnée par des spécialistes britanniques déployés dans la ville d’Otchakov, dans la région de Mykolaiv en Ukraine. C’est pourquoi, les centres de commandement d’Otchakov ont été la cible, le 30 octobre de drones russes. 

Les accusations russes vont très loin: 

“La préparation de l’acte terroriste à Sébastopol et l’entraînement des militaires du 73e centre spécial ukrainien pour les opérations navales ont été réalisés sous la direction de spécialistes britanniques.”, affirment-ils. “Les spécialistes de la marine britannique qui préparaient les forces armées ukrainiennes à l’attaque terroriste de Sébastopol sont impliqués dans la mise à mal des gazoducs Nord Stream”, a ajouté  le ministère russe de la Défense.

Les militaires russes ont rappelé que les navires de la flotte de la mer Noire qui ont fait l’objet de l’attaque participent à la sécurisation du corridor utilisé pour l’exportation des céréales ukrainiennes.  C’est pourquoi la Russie a suspendu, dès le 30 octobre, sa participation à l’accord sur l’exportation de céréales. 

 

Attaque russe dans la région d’Ougledar

Le 29 octobre, les forces russes ont repris leurs opérations offensives actives en direction de la ville d’Ougledar, dans la partie occidentale de la République populaire de Donetsk. Les forces qui avancent ont déjà engagé les troupes pro-Kiev autour du village de Pavlovka (Pavlivka) et au sud-est d’Ougledar même.

Selon Southfront.org

Ainsi, il y a au moins deux directions sur lesquelles les forces russes mènent actuellement les opérations offensives. La première est Bahmout/ Artiomovsk et Opitnoïee au nord de Gorlovka et la seconde est Ougledar. Toutes deux se trouvent dans la région du Donbass. Dans le même temps, les forces russes dans le secteur sud (Kherson et Zaporojiie) se concentrent principalement sur la défense active.

L’augmentation des sections de la ligne de front sur lesquelles les Russes mènent des opérations offensives peut indiquer que Moscou a décidé que le temps de reprendre l’initiative sur le champ de bataille était venu”.

Destruction des volontaires étrangers basés dans l’usine d’aluminium de Zaporojie

Le 29 octobre, une puissante explosion a retenti dans la ville de Zaporozhie qui est actuellement sous le contrôle des forces armées ukrainiennes. Les faubourgs de la ville ont été touchés par des missiles russes.

Peu après l’explosion, les médias ukrainiens ont rapporté qu’une installation d’infrastructure critique avait été détruite.

Selon Vladimir Rogov, membre du Conseil principal de l’administration de la région de Zaporozhye, les missiles ont frappé l’usine d’aluminium de Zaporozhye, où se trouvait la base de la “Légion étrangère”.

Un groupe de militants tchétchènes qui combattaient aux côtés du régime de Kiev a été détruit à la suite de la frappe. Il y a également beaucoup de citoyens de Pologne et de Géorgie parmi les mercenaires de la région de Zaporozhye. À en juger par la puissance des explosions et la colonne de fumée, l’installation a été fortement endommagée.

30 octobre 2022

 

+Le 30 octobre, une autre attaque de sabotage a touché une installation militaire dans la Fédération de Russie. Trois explosions ont retenti sur l’héliport d’un aérodrome dans la région de Pskov. L’attaque a eu lieu à l’aérodrome militaire de Veretye, à 600 km de la frontière ukrainienne.

Des saboteurs ukrainiens ont fait exploser des hélicoptères russes sur l’héliport situé près de la frontière russo-latvienne, dans le district d’Ostrovsky.

Le 30 octobre, l’armée russe a déjoué une tentative des Forces armées ukrainiennes de faire débarquer un groupe de sabotage et de reconnaissance près de la centrale nucléaire de Zaporojie.

“Un hors-bord des forces armées ukrainiennes a été détruit lors d’une tentative de débarquement d’un groupe de sabotage et de reconnaissance ukrainien dans la ville d’Energodar, dans la région de Zaporojie”, a déclaré le lgénéral Konachenkov.

Selon le porte-parole du Ministère de la Défense russe, l’armée ukrainienne a bombardé Energodar et les territoires adjacents à la centrale nucléaire de Zaporojie trois fois au cours des 24 heures qui ont précédé le débarquement manqué, avec un total de 10 obus. 

“Malgré la présence de représentants de l’AIEA à la centrale nucléaire de Zaporozhye, le régime de Kiev poursuit ses provocations afin de créer une menace de catastrophe artificielle”, a déclaré le porte-parole. 

+Les troupes russes sont entrées dans la ville d’Artemiovsk (Bakhmout). Les combats se poursuivent dans les faubourgs de la ville. L’armée kiévienne a abandonné une partie importante de la ville. “Infrastructures civiles détruites, magasins pillés, bâtiments endommagés – voilà à quoi ressemble la ville d’Artemiovsk aujourd’hui“.

30-31 octobre 2022: Frappes russes en riposte aux attaques sur Sébastopol

Le 30 octobre, le centre d’entraînement ukrainien d’Otchakov, d’où a été coordonnée l’attaque sur Sébastopol, a été touché par des missiles russes. Les services d’urgence ukrainiens ont signalé deux incendies dans la ville après le tir de missile russe, mais comme d’habitude, ils sont restés muets sur les dommages causés à leurs installations militaires. Selon diverses sources, des entrepôts, des bâtiments du quartier général et des casernes avec du personnel ont été détruits.

Dans la matinée du 31 octobre, les autorités ukrainiennes ont confirmé les dommages causés aux installations d’infrastructure énergétique dans les régions de Kiev, Dniepropetrovsk, Tcherkassy, Vinnitsa, Poltava, Lvov, Kharkov et Zaporojie. Une partie des lignes de chemin de fer en Ukraine reste privée d’électricité. On observe également les plus importantes pertes d’approvisionnement en énergie dans tout le pays depuis le début de l’opération militaire russe.

Lu sur Southfront.org le lendemain des frappes russes: 

“Des fusillades actives sont signalées dans la capitale ukrainienne de Kiev, qui a été plongée dans l’obscurité à la suite des frappes russes sur les infrastructures énergétiques.

Depuis février 2022, divers gangs sont devenus actifs à Kiev, certains dévalisant les habitants, d’autres les banques et les magasins. Le précédent pic d’activité des gangs criminels remontait à mars-avril 2022. À cette époque, l’armée russe était proche de Kiev, provoquant la panique chez certains citoyens et l’espoir d’un pillage au milieu du chaos pour d’autres.

Aujourd’hui, l’histoire semble se répéter. La situation est aggravée par l’appauvrissement de la population, un sentiment de désespoir et l’attente d’un temps glacial dans une ville désénergisée.”

+Une équipe anonyme de pirates informatiques “Joker DPR” a affirmé avoir piraté tous les programmes militaires de commande et de contrôle utilisés par les Forces armées ukrainiennes (AFU) avec des bases de données sur la localisation des armées ukrainienne et russe. Parmi eux, il y a le célèbre programme militaire Delta de fabrication américaine, qui est activement utilisé par les AFU.

+ Il se confirme que l’armée kiévienne utilise le corridor de livraison du blé joignant Odessa à la Turquie pour faire passer d’autres cargaisons. “Dans le cas de la caravane du 31 octobre, il y a le navire suspect “Ocean Legend”. Ce navire s’est d’abord dirigé vers la caravane, puis a fait demi-tour et a rejoint les navires de la caravane, avant de naviguer vers l’ouest. Il est probable que ce navire ait pris à son bord une cargaison transportée secrètement depuis le territoire de l’Ukraine.
Autre bizarrerie, dans la section du site web de l’ONU consacrée à l’Initiative pour les céréales de la mer Noire, la liste convenue des navires impliqués dans le transport des céréales a disparu” pendant 24h –

Points sur la ligne de front les 1er et 2 novembre

La situation reste inchangée sur de nombreux fronts de l’Ukraine. Au milieu des duels d’artillerie lourde, les unités ukrainiennes tentent d’avancer par petits groupes, tandis que les forces russes repoussent les attaques.

Dans la région de Kharkov, les unités ukrainiennes ont poursuivi leurs tentatives de percée vers Makeyevka et Chervonopopovka, mais ont subi de lourdes pertes d’environ 170 militaires. Les forces russes ont également frappé des unités ukrainiennes et des groupes de mercenaires étrangers dans la région de Kupyansk. Les pertes s’élèvent à plus de 110 militants.

Dans la région de Kherson, les duels d’artillerie se poursuivent. Les militaires ukrainiens attaquent avec de petites forces allant jusqu’à une compagnie, soit entre 80 et 250 hommes par attaque. Les lignes de front nord, où les Ukrainiens tentent de progresser vers Berislav, restent le principal champ de bataille de la région. Le 1er novembre, le chef adjoint du gouverneur de la région de Kherson a affirmé que l’Ukraine avait perdu environ 70 militaires lors de la récente tentative d’offensive dans la région. Les attaques ukrainiennes sur les lignes de front occidentales de la région ont également échoué.

Pendant ce temps, l’évacuation des civils vers la rive orientale du Dniepr se poursuit. La zone d’évacuation a été étendue à 15 km à partir de la rive orientale. Les habitants quittent un certain nombre de villes situées sur la rive orientale, notamment Kakhovka, Novaya Kakhovka et Golaya Pristan. La décision a été prise en raison du risque d’attaques ukrainiennes sur le barrage de Kakhovskaya et du danger d’inondation des zones côtières. L’évacuation permettra également aux militaires russes de créer une défense en couches le long du fleuve. Jusqu’à présent, les militaires russes n’ont pas quitté leurs positions sur les lignes de front. Les Ukrainiens ont déjà tenté une offensive de grande envergure immédiatement après l’annonce de l’évacuation, mais ont subi de lourdes pertes. Ils agissent maintenant avec plus de prudence et ne se précipitent pas pour attaquer malgré les signaux russes sur leur prétendue retraite à travers le fleuve Dniepr.

Pendant ce temps, les troupes russes sont passées à l’offensive dans le Donbas. Dans la banlieue ouest de Donetsk, les forces dirigées par la Russie chassent les unités ukrainiennes de Maryinka. Elles ont progressé dans la périphérie nord et ont pris le contrôle de l’école locale n° 3, et progressent également dans la zone de l’avenue Druzhby, au centre de la colonie.

Au sud, les militaires russes ont lancé un assaut sur Novomikhailovka et pourraient bientôt couper la route menant à Ougledar. Dans le même temps, les forces russes s’approchent d’Ougledar par la périphérie sud. Plus de la moitié du village de Pavlovka est sous contrôle russe, y compris le passage de la rivière Kashlagach. Sous le feu de l’artillerie ukrainienne en provenance d’Ougedar, les Russes poursuivent l’opération de ratissage dans le village.

Dans le cas d’une nouvelle avancée des forces russes, le groupement ukrainien d’Ugledar risque d’être encerclé et coupé de ses lignes d’approvisionnement. Dans ce cas, ils seront contraints de se battre dans les rues de la ville assiégée ou forcés de fuir à travers le pays pour échapper à l’artillerie russe.

Sur le nord du front: L’armée russe a attaqué les positions de l’armée ukrainienne  à Makiivka elle a repoussé les attaques kiéviennes près d’Orlyanka, de Kuzemovka  et de Chervonopopovka ;
Les affrontements entre l’armée russe et l’armée ukrainienne se poursuivent près de Debrova.

 

2 novembre 2022: la Russie obtient des assurances par l’intermédiaire de la Turquie sur le “corridor du blé”. 

Le 2 novembre, la Russie a repris sa participation à l’accord sur les céréales après que Kiev a fourni des garanties de ne pas utiliser le corridor de sécurité de la mer Noire à des fins militaires.

Lors d’une réunion avec les membres permanents du Conseil de sécurité, le président russe Vladimir Poutine a confirmé que Kiev garantissait la sécurité des navires participant à l’exportation de céréales. Le président russe a donné instruction au ministère de la défense de reprendre sa participation à l’accord sur les céréales. Dans le même temps, il a prévenu que si l’Ukraine violait les garanties de sécurité, Moscou pourrait se retirer de l’accord.

La Russie a suspendu sa participation à l’accord après que l’Ukraine et l’OTAN ont utilisé le corridor céréalier pour attaquer la flotte de la mer Noire. La partie russe a exigé du régime de Kiev qu’il garantisse que les couloirs ne seront pas utilisés à des fins militaires.

Selon le président russe, la Turquie a fourni aux militaires russes des données selon lesquelles “de telles assurances ont été données par l’Ukraine.”

“Ainsi, si nous nous retirons de cet accord à l’avenir en cas de violation par l’Ukraine de ses obligations, nous livrerons gratuitement aux pays les plus pauvres la totalité du volume qui a été livré depuis le territoire de l’Ukraine”, a assuré Poutine.

Poutine a affirmé que même en cas de retrait de cet accord, la Russie continuera à fournir des céréales aux pays les plus pauvres du monde. Le président russe a de nouveau critiqué la mise en œuvre de l’accord ukrainien sur les céréales, car la quasi-totalité des céréales ukrainiennes est envoyée vers l’UE. Seuls 4 % des céréales ukrainiennes ont été transportés vers les pays les plus pauvres, et l’ensemble de l’accord vise à garantir les intérêts de l’UE.

Il faut dire que les Européens veulent se rembourser des armes qu’ils livrent à l’Ukraine. 

Les pourcentages du budget militaire des membres de l'UE redirigés vers l'Ukraine

+ En septembre, l’Ukraine parlait de livrer de l’électricité à l’Union Européenne. Maintenant, c’est l’Union Européenne qui annonce 25,5 millions d’euros à l’Ukraine pour la réparation de ses infrastructures électriques. 

+ Selon la dernière enquête de l’Institut ifo, les attentes des entreprises de l’industrie automobile allemande se sont assombries en octobre. Le chiffre s’est effondré à moins 35,3 points en octobre, contre moins 6,3 points auparavant. “Les inquiétudes concernant un effondrement de la demande s’emparent désormais des constructeurs automobiles et de leurs fournisseurs”, explique Oliver Falck, directeur du Centre ifo pour l’organisation industrielle et les nouvelles technologies. Ainsi, les commandes des constructeurs (moins 26,2 points) et la demande (moins 38,1 points) sont toutes deux inférieures à celles de septembre. Dans l’ensemble de l’industrie, l’évaluation de la situation actuelle a baissé – mais seulement de moins 5,1 points à moins 5,7 points

La Russie rappelle leurs devoirs aux trois membres occidentaux du club des puissances nucléaires

Après que le Pentagone a fait savoir que les Etats-Unis pourraient utiliser des armes nucléaires même sans attaque nucléaire adverse, Moscou a publié le communiqué suivant

“En tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et l’une des puissances nucléaires, conformément au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, la Fédération de Russie a une responsabilité particulière dans les questions liées au renforcement de la sécurité internationale et de la stabilité stratégique.

Dans la mise en œuvre de sa politique de dissuasion nucléaire, la Russie est guidée de manière stricte et cohérente par le principe selon lequel une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée. Les approches doctrinales russes dans ce domaine sont définies avec la plus grande précision, poursuivent uniquement des objectifs défensifs et n’admettent pas d’interprétation expansive. Ces approches permettent à la Russie de recourir hypothétiquement aux armes nucléaires exclusivement en réponse à une agression impliquant l’utilisation d’armes de destruction massive ou à une agression avec utilisation d’armes conventionnelles lorsque l’existence même de l’État est menacée.

La Russie part du principe que les arrangements et les accords existants restent pertinents dans le domaine de la réduction et de la limitation des armes nucléaires, ainsi que de la réduction des risques stratégiques et de la menace d’incidents et de conflits internationaux susceptibles d’escalader au niveau nucléaire. Nous réaffirmons pleinement notre engagement à l’égard de la déclaration conjointe des dirigeants des cinq États dotés d’armes nucléaires sur la prévention de la guerre nucléaire et la lutte contre la course aux armements du 3 janvier 2022. Nous sommes fermement convaincus que dans la situation compliquée et turbulente actuelle, causée par des actions irresponsables et impudentes visant à porter atteinte à notre sécurité nationale, la tâche la plus immédiate est d’éviter tout affrontement militaire entre puissances nucléaires.

Nous demandons instamment aux autres États des “cinq nucléaires” de démontrer dans la pratique leur volonté de travailler à la résolution de cette tâche prioritaire et de renoncer aux dangereuses tentatives d’empiéter sur les intérêts vitaux des uns et des autres tout en se tenant en équilibre au bord d’un conflit armé direct et en encourageant les provocations avec des armes de destruction massive, qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques.

La Russie continue de plaider en faveur d’une architecture de sécurité internationale remaniée et plus solide, fondée sur la prévisibilité et la stabilité stratégique mondiale, ainsi que sur les principes d’égalité des droits, de sécurité indivisible et de prise en compte mutuelle des intérêts fondamentaux des parties“.

Le basculement géopolitique décrypté par M.K.Bhadrakumar

(1) L’affrontement sino-américain sur Taïwan est-il inéluctable? 

Le point fort du récent 20e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) a été la réélection de Xi Jinping au poste de secrétaire général pour un nouveau mandat de cinq ans. La tradition établie par Deng Xiaoping dans l’ère post-Mao Zedong a été mise de côté. Cela n’était pas inattendu et a été largement interprété comme une consolidation du pouvoir politique par le dirigeant en place. C’est en partie le cas, mais pas entièrement. Ses conséquences sont de grande envergure.

Fondamentalement, le PCC a fait le tour de ses wagons pour relever les défis sans précédent de l’environnement extérieur de la Chine. La composition du Comité permanent du Politburo (CPP) du Comité central du PCC le montre bien. Le Comité permanent du Politburo est composé de personnes que Xi connaît et avec lesquelles il travaille depuis des années et qu’il considère comme fiables et dignes de confiance. Il n’y a aucune ambiguïté possible entre Xi et eux. Li Qiang, qui occupe la deuxième place au sein du Comité permanent du Politburo et qui devrait être élu prochain Premier ministre chinois, est connu pour avoir travaillé directement sous les ordres de Xi dès 2004.

En outre, il est tout à fait possible que Xi reste au pouvoir même au-delà de son mandat actuel, qui se termine en 2027. Les adversaires de la Chine – principalement les États-Unis – pourraient tout aussi bien admettre que l’exploitation des clivages et des rivalités entre factions restera une utopie.

L’importance de ce type de mobilisation de l’unité du parti dans le contexte actuel ne peut être sous-estimée. Selon l’agence de presse Xinhua, Xi a joué un rôle direct dans la sélection des candidats au nouveau Comité central du PCC, l’organe crucial de tout parti communiste, qui est l’autorité décisionnelle ultime entre les congrès et sert de médiateur une fois que le processus de centralisme démocratique a abouti à une position convenue.

Il ne fait aucun doute que Pékin se prépare à riposter aux États-Unis avec une vigueur renouvelée. Les nouveaux dirigeants n’hésiteront pas à recourir à la confrontation si les États-Unis bafouent les intérêts fondamentaux de la Chine. La spirale de l’hostilité s’intensifiera à mesure que la Chine sentira que les États-Unis se préparent à un conflit. Dans un commentaire éditorial, le quotidien du PCC Global Times a noté que “la source de cette “hostilité” vient des États-Unis, et la réponse et les contre-mesures de la Chine sont, par nature, une défense légitime. Les diverses actions de Washington contre Pékin sont comme couper intentionnellement devant la voiture d’autrui sur l’autoroute.”

Le rapport au Congrès du Parti a souligné que la Chine s’oppose inébranlablement à “l’hégémonisme et à la politique de puissance sous toutes leurs formes”, ainsi qu’à “l’unilatéralisme, au protectionnisme et à l’intimidation sous toutes ses formes”. Le pays s’oppose également à “la mentalité de la guerre froide, à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et à la politique du deux poids, deux mesures.” Bien qu’aucun pays n’ait été spécifiquement mentionné dans ce contexte, la référence est indubitablement aux États-Unis. La Chine ne se laissera plus apaiser par des paroles creuses et formalistes.

Il est clair que la dernière stratégie de sécurité nationale publiée par la Maison Blanche ne fera qu’attiser davantage l’hostilité en désignant la Chine comme le seul rival mondial de Washington qui nourrit l’intention de remodeler l’ordre international et dispose d’une puissance économique, diplomatique, militaire et technologique croissante pour atteindre cet objectif.

Xi a répondu lorsqu’il a envoyé, le 26 octobre, un message de félicitations au dîner de gala annuel du Comité national des relations entre les États-Unis et la Chine. Xi a déclaré que “le monde actuel n’est ni tranquille ni stable. La Chine et les États-Unis sont deux pays importants. Une communication et une coopération plus étroites entre les deux pays contribueront à apporter une plus grande stabilité et une plus grande certitude au monde, et à promouvoir la paix et le développement dans le monde. La Chine est prête à travailler avec les États-Unis pour trouver le bon moyen de s’entendre dans la nouvelle ère sur la base du respect mutuel, de la coexistence pacifique et de la coopération gagnant-gagnant, ce qui profitera non seulement aux deux pays mais aussi au monde entier.

En réalité, la trajectoire de la politique américaine à l’égard de la Chine est actuellement fondée sur la tentative d’empêcher la Chine d’avoir accès à la dernière génération de semi-conducteurs et de rattraper les technologies de défense américaines. Mais il est non seulement futile mais aussi naïf de penser qu’une technologie peut rester la chasse gardée d’un pays pendant un certain temps, ou que l’avance technologique d’un pays dans un secteur particulier de l’économie peut être garantie par des restrictions à l’exportation. Certes, les Chinois trouveront toujours un moyen.

Il en va de même pour le changement climatique. L’envoyé du président Biden pour le climat, John Kerry, a récemment reconnu qu’il ne peut y avoir de programme mondial efficace en matière de changement climatique sans la coopération active de la Chine. Mais il a ensuite proposé l’idée plutôt pittoresque de maintenir l’agenda du changement climatique dans une bulle séparée des préoccupations géopolitiques, comme il l’a dit. Cela ne passera pas.

Le Global Times a écrit : “Kerry est peut-être sincère dans son désir de reprendre la coopération sino-américaine dans le domaine du changement climatique, mais il devrait probablement commencer par persuader le gouvernement américain de lever les obstacles, par exemple en levant les sanctions sur l’industrie photovoltaïque du Xinjiang et en cessant la répression déraisonnable contre la Chine dans le domaine des puces.”

Le fait est que Xi n’a jamais essayé de déclencher une nouvelle guerre froide. Il n’a pas non plus provoqué la confrontation actuelle. La Chine ne cherche pas non plus à prendre le leadership mondial, mais se concentre sur son développement et ses aspirations nationales, à savoir devenir une société prospère sans ingérence extérieure. Ce sont les États-Unis qui veulent exercer une hégémonie mondiale, alors que la Chine n’a ni l’expérience ni le désir d’imposer sa volonté.

La balle est dans le camp de Washington, mais il ne faut pas s’attendre à des changements significatifs à court terme. Le Congrès du Parti a transmis un signal sans équivoque selon lequel la Chine ne fera aucun compromis sur l’intégration de Taïwan. Xi a parlé d’une réunification pacifique, mais n’a pas exclu le recours à la force, le cas échéant.

Xi a déclaré : “Nous continuerons à œuvrer pour une réunification pacifique avec la plus grande sincérité et les plus grands efforts, mais nous ne promettrons jamais de renoncer à l’usage de la force, et nous nous réservons la possibilité de prendre toutes les mesures nécessaires. Ces mesures visent uniquement l’ingérence de forces extérieures et les quelques séparatistes qui cherchent à obtenir l'”indépendance de Taïwan” et leurs activités séparatistes.”

La décision d’inscrire dans la constitution du PCC l’engagement de rechercher une réunification de la Chine tout en contenant ceux qui proclament l’indépendance de Taïwan doit être prise très au sérieux. La pression monte sur Pékin. On pensait auparavant qu’avec le temps, les circonstances propices à une réunification pacifique ne feraient que se renforcer à mesure que la Chine s’élèverait. Cette estimation ne tient plus, grâce à la stratégie de l’administration Biden qui consiste à brouiller les pistes sans relâche. Le fond du problème est que toute hésitation perçue de la part de Pékin à prendre des mesures décisives ne peut que renforcer les forces qui soutiennent l’indépendance de Taïwan. Le temps presse pour Pékin.

C’est pourquoi, les élections taïwanaises de 2024 seront un point d’inflexion. Pékin ne peut pas se permettre de vivre avec un autre mandat du Parti démocratique progressiste au pouvoir à Taipei. Pour les États-Unis aussi, d’autre part, le temps presse car la Chine ne fera que poser des défis plus importants sur le plan économique, militaire et idéologique avec le temps.

Là où l’Ukraine et Taïwan se ressemblent, c’est que ni la Russie ni la Chine ne pourront rattraper les États-Unis dans un groupe de pairs. Les autres pays – qu’il s’agisse de l’Allemagne, de l’Inde ou de l’Iran – doivent également se méfier du fait qu’il existe des limites au-delà desquelles ils ne peuvent aspirer à s’élever sous peine d’être réduits à néant.

Si pour la Chine, un environnement extérieur pacifique est une nécessité impérative pour sa transformation en société prospère, pour les États-Unis, c’est la dernière occasion de la ralentir. Taïwan, l’interruption de l’approvisionnement en puces, etc. font partie de la même boîte à outils, avec pour objectif unique d’affaiblir la Chine et de retarder sa progression. Ce n’est pas différent, quintessentiellement, de l’Ukraine ou des gazoducs Nord Stream.

Le Congrès du Parti a montré que le PCC est très conscient de cette interaction. La consolidation de la direction doit être comprise correctement plutôt que d’être considérée comme un agrandissement.

 

(2) Le Royaume Uni a remplacé DuponD par DuponT? 

L’investiture de Rishi Sunak en tant que Premier ministre britannique s’est avérée être une expérience cathartique pour les élites indiennes, spontanée dans sa libération émotionnelle et son nettoyage spirituel. Mais les Indiens ont souvent tendance à exagérer lorsqu’il s’agit de la diaspora en Occident.

Le Premier ministre Narendra Modi est allé jusqu’à décrire Sunak comme un pont entre l’Inde et le Royaume-Uni. Des pensées aussi nobles conduisent inévitablement à des notions exagérées. Bien qu’hindou, Sunak restera un Britannique qui lit la Bhagavad Gita, et un politicien britannique qui ne prendra ses décisions qu’au nom de l’establishment britannique.

Du point de vue indien, une attitude prudente et une approche pragmatique s’imposent, car l’identité et l’idéologie sont devenues les principaux moteurs de la politique britannique, et des contradictions ne manqueront pas de surgir à ce sujet.

Un autre leader non élu

M. Sunak appartient à la même race de politiciens que les Italiens Mario Monti et Mario Draghi – le dirigeant technocratique ou le banquier central typique. Il est Premier ministre par nomination : il n’a pas été élu lors d’une élection générale, ni même par son propre parti ou le Parlement. Le parti conservateur a évité un vote des membres en fixant un seuil de vote au premier tour artificiellement élevé.

En termes politiques, ainsi que selon les normes d’une transition démocratique, sa nomination équivaut à priver les électeurs conservateurs de leur droit de vote par le biais d’un montage électoral qui a permis à Sunak d’atteindre Downing Street.

Bien sûr, cela a fonctionné, comme en d’autres occasions dans l’histoire moderne de la Grande-Bretagne. Mais la majorité désespérée des Britanniques réclame maintenant un véritable vote sur qui dirige le pays.

Un sondage YouGov de la semaine dernière a révélé que 56 % des Britanniques pensent que Sunak devrait convoquer des élections anticipées. Mais les députés de son parti cherchent à éviter les élections, compte tenu de leur faible cote de popularité dans les sondages, et ce carrousel tordu pourrait bien l’aider à tourner en rond jusqu’à la date limite de janvier 2025 pour les prochaines élections générales.

Un autre premier ministre éphémère ?

Cependant, la politique est imprévisible. Une dissidence interne n’est pas à exclure, principalement de la part des députés qui soutiennent l’ancien Premier ministre Boris Johnson. Les Indiens qui romancent la culture politique britannique en la présentant comme un modèle de libéralisme ne se rendent pas compte que la fraude peut aussi passer pour des “valeurs démocratiques” en Grande-Bretagne.

La possibilité d’élections anticipées au Royaume-Uni est en fait très élevée, surtout si Sunak ne parvient pas à résoudre la crise économique du pays dans les six prochains mois environ.

De puissants groupes d’intérêt ont choisi cet ardent mondialiste de droite pour diriger la Grande-Bretagne dans des eaux agitées, convaincus que ce jeune politicien immensément riche est aussi l’un des leurs et peut servir leurs intérêts.

En effet, Sunak est calme et professionnel, et n’essaiera pas de mettre en œuvre des mesures radicales ou déstabilisantes. Mais il y a toujours un filet de sécurité en cas d’échec de Sunak, puisque le premier ministre fantôme – le leader du parti travailliste Sir Keir Starmer – se fera un plaisir de servir leurs intérêts de classe avec le même dévouement. La conspiration visant à évincer Jeremy Corbyn de la direction du Parti travailliste est maintenant bien mise en perspective.

Le problème aujourd’hui de la Grande-Bretagne est qu’un Brexit réussi nécessiterait un changement de son modèle économique. Mais Boris Johnson n’en avait pas, et Liz Truss n’a pas réussi à séquencer son plan correctement.

Nous ne savons pas si Sunak a un plan. Il est clair que le Brexit n’est pas viable. Quelqu’un doit prendre le taureau par les cornes pour que le Royaume-Uni puisse réintégrer le marché unique et l’union douanière de l’UE sans avoir à revenir sur le Brexit. Cela implique de renégocier l’accord de commerce et de coopération (TCA) et de créer une union douanière avec l’UE. Peut-être faudra-t-il attendre que Sir Keir devienne Premier ministre.

Une politique étrangère ininterrompue

Pendant ce temps, l’Ukraine est comme un albatros autour du cou de la Grande-Bretagne. Les sanctions contre la Russie ont eu un effet boomerang sur l’économie britannique, et la reprise ne commencera vraiment qu’avec la normalisation des liens avec la Russie – qui, à son tour, doit commencer avec l’Ukraine.

Mais tout porte à croire, y compris l’attaque de drones sur Simferopol, en Crimée, samedi dernier, que les services de renseignement britanniques sont aux commandes des opérations secrètes contre la Russie. Moscou a affirmé que les mêmes agents britanniques de la Royal Navy basés en Turquie étaient à l’origine du sabotage des pipelines Nord Stream.

Par conséquent, la décision de Sunak de réintégrer Ben Wallace et James Cleverly – tous deux anciens militaires – aux postes de ministre de la défense et des affaires étrangères respectivement, n’est pas de bon augure, car elle signale une continuité dans l’approche britannique des affaires mondiales.

Ni l’un ni l’autre n’a soutenu Sunak dans sa candidature à la présidence, mais ils jouissent de la confiance de Washington, et Wallace a également des contacts personnels dans les cercles de l’OTAN.

Il est révélateur que le premier appel de Sunak avec un dirigeant étranger ait été avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy la semaine dernière. Il l’aurait informé que le soutien de la Grande-Bretagne resterait “plus fort que jamais sous sa direction”, selon un communiqué de Downing Street.

Pragmatique dans l’âme ?

Plus tôt dans l’année, il a été dit que M. Sunak pensait qu’un accord devrait un jour être conclu avec le président russe Vladimir Poutine. M. Sunak, qui s’est fait les dents en tant que gestionnaire de fonds spéculatifs à la City de Londres avant d’entamer une carrière de sept ans en politique, doit bien connaître les forces et la résilience de l’économie russe.

De même, lorsqu’il était chancelier de l’Échiquier, M. Sunak a continué à plaider en faveur d’une relation “mature et équilibrée” avec la Chine et a cherché à améliorer les liens commerciaux, ressuscitant le dialogue économique et financier entre la Chine et le Royaume-Uni. À cet égard, les experts chinois font preuve d’un optimisme prudent quant à l’état d’esprit du Trésorier Sunak en matière de politique étrangère.

Mais, ne vous y trompez pas, la politique étrangère de Sunak adhérera aux diktats de Washington, conformément à l’idéologie néoconservatrice. On peut toutefois se demander quel est le poids de cette “relation spéciale” aujourd’hui – dans les affaires mondiales, du moins.

Le paradoxe est que le déclin national de la Grande-Bretagne entraîne une polarisation politique et un conflit d’identité croissants. Cela engendre une instabilité politique, qui reflète à son tour les contradictions structurelles endogènes globales du capitalisme.

Les politiciens de l’élite dirigeante restent obsédés par l’idée séduisante d’une “Grande-Bretagne globale” sur laquelle le soleil ne se couchera jamais, et n’ont pas encore déterminé avec réalisme et calme la place de leur pays dans le monde moderne. Ainsi, en tant que premier ministre intérimaire, Sunak sera embourbé dans des problèmes domestiques pour sa survie, mais il dispose de peu de capital politique pour les résoudre.

 

(3) Les perspectives pour Lula

L’ancien président du Brésil Luiz Inácio Lula da Silva, plus connu sous le nom de Lula, a remporté l’élection présidentielle du pays avec une marge incroyablement étroite de 50,90 % des voix contre 49,10 % pour son rival de droite et président sortant Jair Bolsonaro.

Lorsque Lula a quitté la présidence en 2010, il bénéficiait de l’approbation de 80 % du peuple brésilien. Comment Lula en est venu à perdre son carisma est une histoire compliquée. Il l’attribue entièrement à la réalité du terrain, à savoir qu’il ne se battait pas contre un individu mais contre l’appareil d’État brésilien. Il est clair que la base de soutien la plus solide de Lula – plus des deux tiers des voix – parmi les électeurs pauvres et ruraux du nord-est du Brésil a tenu bon.

Lula est tout sauf un homme unidimensionnel. Peu de gens savent qu’il a été le premier dirigeant latino-américain à être invité à Camp David – par nul autre que le président George W. Bush en 2007. Bush a déclaré : “Vous venez en ami, nous vous accueillons en ami, et nos discussions ont été très amicales.”

En mars 2009, après avoir reçu Lula dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le président Barack Obama, successeur de Bush, a déclaré qu’il était “un grand admirateur du Brésil et un grand admirateur du leadership progressiste et tourné vers l’avenir dont le président Lula a fait preuve dans toute l’Amérique latine et dans le monde entier.”

Les accolades étaient invraisemblablement similaires. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la victoire de Lula compte beaucoup pour les États-Unis – le commerce, la démocratie, Donald Trump et le changement climatique. La nouvelle position plus verte de Lula plaît aux États-Unis. La forêt amazonienne pourrait cesser de brûler. Washington a également été enthousiasmé par les politiques économiques de Lula, favorables aux entreprises.

Lula pourrait être l’ami des gens de droite tout en étant un leader progressiste emblématique. Son magnétisme attire des esprits divers. Le successeur immédiat de Lula à la présidence, qui a fait partie d’un mouvement révolutionnaire clandestin à une époque, Dilma Rousseff, l’attribue à son “évaluation rationnelle et à son intelligence émotionnelle” – l’arme secrète d’un politicien doué pour se connecter aux esprits humains à travers un vaste espace politique.

Les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Brésil sont records – avions, pétrole, fer et acier – et ils fabriquent également des produits de base similaires. Le Brésil est le premier producteur de soja et d’oranges, suivi par les États-Unis, tandis que les Américains sont en tête pour la production de maïs, de bœuf, de dinde et de poulet, le Brésil étant juste derrière. En période de récession, il y aura une concurrence pour les parts de marché.

Le meilleur article que j’ai lu sur Lula au fil des ans est un essai incisif datant de 2011 du professeur et auteur Perry Anderson (qui siège au comité de rédaction de New Left Review, aux côtés de Tariq Ali) dans la London Review of Books. Dans cet essai de 22 000 mots intitulé Lula’s Brazil, Perry Anderson a navigué avec habileté entre les facettes très contrastées et pourtant mutuellement complémentaires des deux mandats complets de Lula en tant que président, de 2003 à 2010.

Le vaste arrière-pays de corruption derrière la conquête du pouvoir par Lula lors de son premier mandat a failli lui coûter un second mandat en 2006. Mais Lula avait deux atouts en réserve. Premièrement, ses politiques économiques néolibérales ont conduit à une croissance économique soutenue et, deuxièmement, avec la reprise des affaires et de l’emploi, non seulement l’humeur du pays a changé, mais les coffres du gouvernement se sont remplis de recettes plus importantes.

En bref, bien que Lula se soit engagé à aider les pauvres, il s’est rendu compte assez tôt au pouvoir qu’il serait nécessaire d’accommoder les riches et les puissants, et ce n’est qu’avec des revenus plus importants qu’il a pu lancer le programme qui lui est désormais indissociablement associé, la Bolsa Família, un transfert mensuel d’argent liquide aux mères des couches de revenus les plus faibles, contre la preuve qu’elles envoient leurs enfants à l’école et qu’elles se font examiner.

Ces transferts ont touché plus de 12 millions de ménages, soit un quart de la population, signe que Lula se souciait du sort des miséreux ou des opprimés, en tant que citoyens ayant des droits sociaux. “L’identification populaire de Lula à ce changement est devenue son atout politique le plus inébranlable”, écrit Anderson.

Une succession d’augmentations du salaire minimum a suivi. Ces transferts conditionnels en espèces, la hausse du salaire minimum et l’accès inédit au crédit ont déclenché la consommation populaire, entraînant une expansion du marché intérieur qui a finalement commencé à créer davantage d’emplois.

Pour citer Anderson, “la combinaison d’une croissance économique plus rapide et de transferts sociaux plus larges a permis la plus grande réduction de la pauvreté de l’histoire du Brésil. Selon certaines estimations, le nombre de pauvres est passé d’environ 50 à 30 millions en l’espace de six ans, et le nombre d’indigents de 50 %.” Depuis 2005, les dépenses publiques en matière d’éducation ont triplé et l’espoir d’un mieux-être a connu un grand succès populaire.

Les lauriers étrangers de Lula ne sont pas moins impressionnants. Lula s’est bien gardé d’affronter Washington, mais il a accordé une plus grande priorité à la solidarité régionale, en promouvant le Mercosur avec ses voisins du sud, et en refusant de bousculer Cuba et le Venezuela au nord. Lula a reconnu la Palestine comme un État et s’est opposé aux sanctions contre l’Iran. Il ne fait aucun doute que le poids croissant du Brésil en tant que puissance économique et sa propre aura en tant que dirigeant le plus populaire de l’époque ont permis à Lula de réussir. La nouvelle position qu’il a gagnée pour le Brésil s’est concrétisée par la formation du quartet BRIC en 2009, qui était pratiquement une déclaration d’indépendance diplomatique vis-à-vis de l’Occident.

Ces paradoxes se reflètent aujourd’hui dans les messages élogieux qui affluent de l’Occident collectif, de Moscou et de Pékin, pour souhaiter le succès de Lula. Le message de salutation du président chinois Xi Jinping souligne à quel point le Brésil est devenu un terrain de jeu à enjeux élevés en géopolitique. En effet, l’ascension de la Chine en tant que contre-pouvoir économique au Brésil est une réalité incontournable. En 2021, la Chine était le premier investisseur au Brésil.

L’Amérique latine se dirige vers la gauche. Dans l’ensemble, ce groupe est extrêmement hétérogène, il diffère en matière de politique économique et d’engagement envers les principes démocratiques, mais il est uni dans sa résistance à l’hégémonie américaine. Les solidarités qui en découlent entre les gouvernements de gauche bercent le Brésil de Lula dans un environnement hospitalier. À son tour, Lula étendra un manteau d’amitié protectrice aux régimes – Bolivie, Venezuela, Équateur – plus radicaux que le sien, tout en exerçant sur eux une influence modératrice.

Certes, Lula apporte du sérieux à l’agenda des BRICS. La démocratisation de l’ordre politique et économique international lui tient à cœur. Il est le seul dirigeant des BRICS capable de galvaniser le groupement en tant que “contrepoint” du G7 dans la politique internationale.

Cependant, la politique mondiale a changé de manière phénoménale au cours des 12 dernières années. Les BRICS eux-mêmes sont à l’aube d’un changement. Au cours de ses deux mandats présidentiels, le contexte international était favorable au Brésil, car Washington a perdu sa concentration en tant que suzerain continental dans l’hémisphère et la guerre contre le terrorisme est devenue la ligne de front de la stratégie mondiale américaine.

Mais dans les nouvelles conditions de la guerre froide, les mécanismes traditionnels d’hégémonie de Washington reviendront presque certainement en Amérique latine sous une forme ou une autre, d’autant plus que le président Biden va devoir prendre des décisions difficiles sur l’Ukraine, avec un effondrement majeur du projet de l’OTAN vers l’est à venir.

C’est là que la marge de Lula à l’élection présidentielle est d’une minceur inquiétante dans une économie politique caractérisée par un taux de chômage élevé et persistant, une inflation élevée, une inégalité de richesse stupéfiante et une polarisation extrême. Washington est très doué pour exploiter de telles contradictions.

Toutefois, le seul facteur susceptible de freiner l’administration Biden serait la situation générale de l’hémisphère, à savoir qu’il n’y a pas la moindre nuance aujourd’hui dans la carte de la gauche et de la droite en Amérique latine.

L’appel de Biden à Lula lundi est un geste extraordinaire qui souligne la grande importance du Brésil dans la stratégie régionale des États-Unis et dans la politique intérieure, où les électeurs latinos ont une grande importance, et qui affirme le vif intérêt pour une relation de coopération avec l’imposant et charismatique dirigeant brésilien. Biden doit être ravi d’avoir Lula à ses côtés alors qu’il se prépare à combattre le Trumpisme.

 

(4) L’aveu américain sur la présence de troupes états-uniennes en Ukraine

Très innocemment, l’administration Biden a “sensibilisé” l’opinion mondiale au fait que des troupes américaines sont effectivement présentes sur le sol ukrainien, dans le voisinage immédiat de la Russie. Washington a fait un “atterrissage en douceur”, un haut responsable du Pentagone, sous couvert d’anonymat, ayant fait cette révélation à l’Associated Press et au Washington Post.

Le responsable a expliqué ingénument que les troupes américaines “ont récemment commencé à effectuer des inspections sur place pour s’assurer” que l’Ukraine “comptabilise correctement” les armes occidentales qu’elle a reçues. Il a affirmé que cela faisait partie d’une campagne américaine plus large, annoncée la semaine dernière par le département d’État, “destinée à s’assurer que les armes fournies à l’Ukraine ne finissent pas dans les mains des troupes russes, de leurs mandataires ou d’autres groupes extrémistes”.

En fait, le président Biden ne tient pas sa promesse de ne pas envoyer de troupes en Ukraine, quelles que soient les circonstances. Il existe toujours un risque réel que l’équipe d’Américains en tournée en Ukraine subisse le feu des forces russes. En fait, le déploiement américain intervient dans un contexte d’intenses attaques de missiles et de drones russes sur les infrastructures critiques de l’Ukraine.

En clair, consciemment ou non, les États-Unis montent dans l’échelle de l’escalade. Jusqu’à présent, l’intervention américaine a consisté à déployer des conseillers militaires auprès du commandement militaire ukrainien, à fournir des renseignements en temps réel, à planifier et à exécuter des opérations contre les forces russes et à laisser des mercenaires américains se charger des combats, sans compter la fourniture régulière d’armes d’une valeur de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

La différence qualitative réside désormais dans le fait que la guerre par procuration pourrait se transformer en une guerre chaude entre l’OTAN et la Russie. Le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, a déclaré aujourd’hui, lors d’une réunion conjointe des ministères de la Défense russe et biélorusse, que le nombre de forces de l’OTAN en Europe centrale et orientale avait été multiplié par deux et demi depuis février et qu’il pourrait encore augmenter dans un avenir proche.

M. Shoigu a souligné que Moscou comprend parfaitement que l’Occident poursuit une stratégie concertée visant à détruire l’économie et le potentiel militaire de la Russie, rendant impossible pour le pays de mener une politique étrangère indépendante.

Il a souligné que le nouveau concept stratégique de l’OTAN suggérait de passer de l’endiguement de la Russie “par une présence avancée” à la création “d’un système complet de défense collective sur le flanc oriental”, les membres non régionaux du bloc déployant des troupes dans les pays baltes, en Europe centrale et orientale, et de nouveaux groupes tactiques de bataillons multinationaux étant formés en Bulgarie, en Hongrie, en Roumanie et en Slovaquie.

Ce n’est peut-être pas une coïncidence si Washington a reconnu la présence de son personnel militaire en Ukraine à un moment où les Russes ont allégué la participation des services de renseignement britanniques dans le récent acte de sabotage des pipelines Nord Stream et les frappes de drones de samedi sur la base de la flotte russe de la mer Noire à Sébastopol.

Il existe des zones d’ombre, historiquement parlant, dans la soi-disant “relation spéciale” entre les États-Unis et le Royaume-Uni. La chronique de cette relation est remplie de cas où la queue a remué le chien à des moments critiques. Il est intéressant de noter qu’en ce qui concerne l’attaque de Sébastopol, Moscou pointe davantage du doigt les agents du MI6 que Kiev. (ici et ici)

Le calcul US-UK était à l’origine d’embourber les Russes dans un bourbier en Ukraine et de susciter une insurrection en Russie contre la “guerre de Poutine”. Mais cela a échoué. Les États-Unis constatent que plus de 300 000 anciens militaires russes entraînés sont déployés en Ukraine pour lancer une offensive majeure visant à mettre fin à la guerre dans les 3 ou 4 mois à venir.

En d’autres termes, le toit est en train de s’effondrer sur l’ensemble de l’édifice de mensonges et de propagande trompeuse qui constituait le récit occidental sur l’Ukraine. La défaite en Ukraine pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’image et la crédibilité des Etats-Unis en tant que superpuissance, non seulement en Europe mais aussi sur la scène mondiale, saper leur leadership sur l’alliance transatlantique et même mettre l’OTAN hors d’état de nuire.

Curieusement, cependant, Washington ne peut pas ignorer que, même à ce stade, Moscou pousse Kiev à reprendre le processus de négociation. En effet, dans un développement significatif mardi, l’Ukraine a donné des garanties écrites au centre de coordination conjoint d’Istanbul (comprenant la Turquie, la Russie et l’ONU) que le corridor humanitaire et les ports ukrainiens désignés pour l’exportation de produits agricoles pour les opérations militaires ne seront pas utilisés dorénavant contre la Fédération de Russie. Kiev a assuré que “le couloir humanitaire maritime ne sera utilisé que conformément aux dispositions de l’initiative de la mer Noire et du règlement connexe du CCM.”

Rétrospectivement, l’administration Biden a commis une terrible erreur en estimant que la guerre conduirait à un changement de régime en Russie après un effondrement de l’économie russe sous le poids des sanctions occidentales. Au contraire, même le FMI admet que l’économie russe s’est stabilisée.

L’économie russe devrait enregistrer une croissance d’ici l’année prochaine. La comparaison avec les économies occidentales qui s’enfoncent dans une forte inflation et une récession est bien trop flagrante pour être ignorée par le public mondial.

Il suffit de dire que les États-Unis et leurs alliés sont à court de sanctions pour frapper la Russie. Les dirigeants russes, quant à eux, consolident leur position en poursuivant le passage à un ordre mondial multipolaire qui remet en question la domination mondiale centenaire des États-Unis.

Fondamentalement, c’est le système capitaliste lui-même qui est responsable de cette crise. Nous subissons actuellement l’effet de la crise la plus longue et la plus profonde que le système ait connue depuis la redivision du monde qui a eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale. Les puissances impérialistes se préparent à nouveau à la guerre pour rediviser le monde dans l’espoir de sortir de leur crise, tout comme elles s’y étaient préparées avant la Seconde Guerre mondiale.

La grande question est de savoir quelle sera la réponse de la Russie. Il est pratiquement certain que Moscou n’a pas été pris par surprise par la révélation à Washington de la présence de troupes américaines en Ukraine. Il est très improbable que la Russie ait recours à une réaction instinctive.

La soi-disant “contre-offensive” de l’Ukraine s’est essoufflée. Elle n’a permis aucun gain territorial ni aucune percée significative. Mais les militaires ukrainiens ont subi de lourdes pertes par milliers et d’énormes pertes en matériel militaire. La Russie a pris le dessus et elle en est consciente. Tout au long de la ligne de front, il devient évident que les forces russes prennent progressivement l’initiative.

Ni les États-Unis ni leurs alliés de l’OTAN ne sont en mesure de mener une guerre continentale. Par conséquent, il incombera entièrement aux troupes américaines qui se déplacent dans les steppes ukrainiennes et qui vérifient l’armement de fabrication américaine d’éviter les problèmes et de rester unies corps et âme. Qui sait, le Pentagone pourrait même décider de mettre au point un mécanisme de “déconfliction” avec Moscou, comme en Syrie !

Cela dit, sérieusement, du point de vue russe, la vérification de l’armement américain sur le sol ukrainien n’est peut-être pas en soi une mauvaise chose. Il existe un réel danger que les armes fournies par les États-Unis atteignent l’Europe et transforment ce beau jardin entretenu en une jungle (comme l’Ukraine ou l’Amérique) – pour reprendre la métaphore étonnante utilisée récemment par Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l’UE.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

46 Shares:
10 commentaires
  1. Il faut que les russes punissent les anglais peut importe les moyens employés. Les anglosaxons sont une menace pour la paix mondiale. le bloc angloaméricain ou judéoprotestant , c’est la mème chose veut entrainer le monde dans un conflit nucléaire.

  2. La situation sur le front de Kherson inquiète. Il semblerait que les Ukrainiens y aient massé 40 000 soldats, leur meilleure division blindée, deux divisions d’artillerie, alors qu’en face les Russes n’ont que 20 000 hommes. Dans le même temps les autorités ukrainiennes n’arrêtent pas de fanfaronner à propos d’une prochaine offensive sur ce front, dont ils espèrent qu’elle aura le même succès que celle sur Izium.
    A priori, je pense que le général Surovikine a été mis en place justement pour que ce genre de défaite ne se reproduise plus jamais. En outre le fait d’avoir fait évacuer la population est un très bon signe. Cela permettra, en cas de rupture de la ligne de front, de déchaîner le feu de l’enfer sur les attaquants ukrainiens.
    Il faudra de toute façon attendre que le gel s’installe, dans une quinzaine de jours…

  3. Pour gagner en crédibilité, face aux kiéviens, il serait opportun et plus précis de remplacer le mot “russe” par “moscovite”.
    Sinon, on se risquerait à penser que vous ne considériez pas que l’Ukraine puisse être un pays de plein droit.

    1. J’ai remarqué ça aussi. C’est pas que j’ai de la sympathie pour le régime Zelensky ! mais je suis d’accord avec vous. Le CS devrait normalement être neutre dans le choix de terme comme celui-ci, au contraire d’un site militant comme Stratpol.

    2. Je pense que vous faites erreur.
      Il vaut mieux dire régime nazi que régime allemand. Il vaut mieux dire régime kiévien issu d’un putsch et proche de milices ukronazis que de dire régime ukrainien. Il vaut mieux dire régime russe car une immense majorité de la population russe soutient cette défense organisée par le géant Poutine contre une guerre imposée par les marionnettes kiéviennes poussées par l’ogre dollar des USA. Zelensky va perdre, ce n’est pas les ukrainiens qui vont perdre. Faites des élections en Ukraine, Zelenski saute. Faites des élections en Russie, Poutine gagne haut la main et une avenue Poutine se dessine dans la ville de Moscou.

  4. Pour info, sur la situation et les perspectives économiques (et secondairement géopolitiques (un domaine qui n’est pas la spécialité de J. S.)), de la Russie, j’ai trouvé instructive et très complète l’interview de Jacques Sapir sur la chaîne TV Libertés il y a quelques jours. La température politique interne y est aussi évoquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer