Le Wall Street Journal révèle les contenus des négociations secrètes entre les USA et la Russie

Alors que l'opinion publique occidentale est divertie avec une russophobie primaire, les Etats-Unis sont bien loin d'avoir coupé le fil des relations avec la Russie. Le Wall Street Journal vient de dévoiler comment se déroulent les pourparlers militaires entre les deux pays. La probable victoire des Républicains demain aux mid-terms devrait continuer à les accélérer.

On doit au Wall Street Journal d’avoir révélé la physionomie et le contenu des pourparlers entre la Russie et les Etats-Unis, menés en coulisse pour éviter l’escalade jusqu’à la guerre nucléaire.

Le principal conseiller à la sécurité nationale du président Biden s’est engagé ces derniers mois dans des conversations confidentielles avec les principaux collaborateurs du président russe Vladimir Poutine dans le but de réduire le risque d’un conflit plus large sur l’Ukraine et de mettre en garde Moscou contre l’utilisation d’armes nucléaires ou d’autres armes de destruction massive.

Les responsables ont déclaré que le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, avait été en contact avec Yuri Ushakov, conseiller en politique étrangère de M. Poutine. M. Sullivan s’est également entretenu avec son homologue direct au sein du gouvernement russe, Nikolai Patrushev, ont ajouté les responsables.
L’objectif a été de se prémunir contre le risque d’escalade et de maintenir les canaux de communication ouverts, et non de discuter d’un règlement de la guerre en Ukraine, ont déclaré les responsables.

Ces informations ne sont toutefois pas officiellement confirmées par la Maison-Blanche. 

Malgré son soutien à l’Ukraine et les mesures punitives contre la Russie pour l’invasion, la Maison Blanche a déclaré que le maintien d’un certain niveau de contact avec Moscou était impératif pour la réalisation de certains intérêts mutuels de sécurité nationale.

Plusieurs responsables américains ont déclaré que M.
Sullivan est connu au sein de l’administration comme faisant pression pour une ligne de communication avec la Russie, même si d’autres hauts responsables politiques estiment que les pourparlers dans l’environnement diplomatique et militaire actuel ne seraient pas fructueux.

Les responsables n’ont pas fourni les dates précises et le nombre d’appels ni précisé s’ils avaient été productifs.

Le conseiller Sullivan est, au demeurant, à la manoeuvre depuis le début du conflit pour éviter une escalade brutale :

Des responsables ont déclaré que M. Sullivan avait joué un rôle de premier plan dans la coordination de la politique et des plans de l’administration Biden en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine – ce que l’on attend du principal conseiller du président à la sécurité nationale. Cependant, il a également été impliqué dans des efforts diplomatiques, y compris une visite à Kyiv vendredi pour s’entretenir avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le ministre de la Défense Oleksii Reznikov, des réunions traditionnellement gérées par les secrétaires d’État ou de la Défense.

M. Sullivan s’est entretenu avec les dirigeants ukrainiens, les exhortant à signaler publiquement leur volonté de résoudre le conflit, a déclaré un responsable américain. Les États-Unis ne poussent pas l’Ukraine à négocier, a ajouté le responsable, mais plutôt à montrer à leurs alliés qu’ils recherchent une résolution du conflit, qui a affecté les prix mondiaux du pétrole et des denrées alimentaires. (…)

Lorsque M. Poutine et ses principaux collaborateurs ont laissé entendre en septembre que la Russie pourrait utiliser des armes nucléaires si ses forces étaient poussées dans un coin, M. Sullivan a déclaré que l’administration Biden avait « communiqué directement, en privé à des niveaux très élevés au Kremlin que toute utilisation des armes nucléaires aura des conséquences catastrophiques pour la Russie. »

Il sera particulièrement intéressant de suivre l’évolution de ces pourparlers après une plausible voire probable victoire des Républicains ce mardi aux midterms. Beaucoup parient sur une réduction drastique de l’aide américaine qui permet à Zelenski d’affronter la Russie.

Vous aimeriez plus d'infos brèves confidentielles et plus de décryptages hot toute la journée ?

Le fil Telegram Rester libre ! est pour vous

C'est gratuit, c'est rapide, c'est crypté, c'est confidentiel
Je m'abonne

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

42 Shares:
10 commentaires
  1. On prépare déjà l’opinion a un énième trucage massif des élections et à un score des “démocrates” bien moins pire que prévu. Et puis si l’État profond finit par commettre un attentat sous faux drapeau pour justifier d’une guerre, les “républicains” n’y changeront rien.

    1. Cela semble plus compliqué au niveau local car plus facile à vérifier.
      La centralisation va se faire au niveau des états et, même si on ne peut jamais tout garantir, les candidats républicains seront particulièrement vigilants. Par ailleurs, la Cour Suprême a rappelé récemment la primauté de la loi de l’état sur la loi fédérale, C’est ce non-respect qui est probablement à l’origine de la défaite de Donald en 2020

  2. Cette communication à la veille des élections n’est-elle pas simplement destinée à faire apparaître l’actuelle administration américaine comme plus pacifique qu’elle ne l’est? On sait combien ce thème a toujours été important pour l’électeur américain (qui s’est souvent fait avoir par de belles paroles…)

  3. Evidemment, pour gratter le moindre recoin des tiroirs vides, les merdias mondiaux à la veille d’une journée éminemment électorale ont titré tout au cours de la journée à des fins de politique étasunienne intérieure sur la “Détente” : Oui, aucune guerre mondiale nucléaire ne pointe à l’horizon, au grand jamais, votez tranquilles puis rendormez-vous, nous protégeons votre sommeil !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer