16 milliards de vaccins distribués dans le monde en 2021

L’OMS (Organisation mondiale de la santé) vient de publier le premier rapport sur le marché mondial des vaccins. Le document met en évidence l’offre limitée et la distribution inéquitable des vaccins. Les pays les plus pauvres ont toujours du mal à accéder aux vaccins.

Selon le rapport sur le marché mondial des vaccins 2022 de l’OMS publié mercredi 09 novembre,  l’iniquité entre les nations riches et pauvres persiste. Selon le rapport, environ 16 milliards de doses de vaccin, d’une valeur de 141 milliards de dollars US, ont été fournies en 2021, soit près de trois fois le volume du marché de 2019 (5,8 milliards) et près de trois fois et demie la valeur du marché de 2019 (38 milliards de dollars US). Cette augmentation est principalement due aux vaccins COVID-19. En 2021, plus de 8 milliards de vaccins anti-Covid-19 ont été administrés, soit le double du nombre des vaccins injectés chaque année pour lutter contre des maladies dangereuses comme la rougeole ou la grippe. Mais selon l’OMS, seuls 12 % des habitants des pays à faible revenu présentent un schéma vaccinal anti-Covid complet, contre plus de 74 % pour les pays plus riches.

Un marché non propice à l’accès aux vaccins prioritaires

L’OMS a publié le rapport sur le marché mondial des vaccins. Dans ce document, l’agence de santé des Nations Unies a révélé que l’offre est limitée. Le rapport fait plutôt un constat d’échec, la distribution des vaccins est inéquitable.

En effet, en dépit des progrès technologiques enregistrés au cours de ces dernières décennies, l’accès aux vaccins essentiels ou prioritaires est encore difficile, surtout pour les pays les plus pauvres.

A titre d’exemple, le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) qui permet de prévenir le cancer du col de l’utérus est uniquement disponible dans 41% des pays à faible revenu. Pourtant, c’est l’un des cancers qui causent le plus de décès dans le monde. L’offre limitée de vaccins et la distribution inégale sont à l’origine des disparités mondiales, affirme le rapport.

L’OMS a aussi révélé que la production des vaccins nécessaires dans les situations d’urgence comme la typhoïde, le choléra, le virus d’Ebola ou la variole du singe est insuffisante. Pourtant, la pandémie du Covid-19 a prouvé qu’il est possible de développer et de distribuer rapidement les vaccins.

L'OMS lance un appel aux changements

Selon le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, « le droit à la santé inclut le droit aux vaccins ». Pourtant, le rapport établi par l’agence de santé des Nations Unies met en évidence que le marché des vaccins ne permet pas aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables de jouir de ce droit.

Pourtant selon le rapport, la capacité de fabrication des vaccins est très concentrée. Dix fabricants fournissent à eux seuls 70 % des doses de vaccins (hors Covid-19). Plusieurs des 20 vaccins les plus utilisés (tels que les vaccins contenant le VPC, le VPH, la rougeole et la rubéole) dépendent actuellement principalement de ces deux fournisseurs.

Afin d’atteindre les objectifs du Programme de vaccination 2030, l’OMS lance un appel aux changements afin de sauver des vies et de prévenir les crises sanitaires dans le futur. Elle demande aux gouvernements, aux fabricants de vaccins et aux partenaires d’adopter des mesures ambitieuses afin d’assurer la distribution équitable des vaccins comme la facilitation du transfert de technologie.

Si l’OMS vise la vaccination de 70% de la population de chaque pays du monde d’ici la fin 2022, l’Afrique n’en a pas besoin pour lutter contre le Covid. Une étude récente publiée dans PLOS Global Public Health révèle l’hésitation à la vaccination contre le Covid-19 chez les adolescents des pays d’Afrique subsaharienne. Le manque de confiance quant à la sécurité et l’efficacité des vaccins en est la principale cause.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

33 Shares:
8 commentaires
  1. Les pauvres petits pauvres.. I’ll n’ont pas eut acces a leurs petites picouses anti covid..que c’est triste… heurusement que l’article de Lalaina arrive à point nommé pour denoncer cette injustice!

  2. Ils sont très lucides dans les pays pauvres !
    Et ils ont bien raison de ne pas faire confiance en nos poisons occidentaux !

    Répondre moderated
  3. Ainsi s’exprimait le directeur des laboratoires Merck il y a vingt-cinq ans: « c’est embêtant de ne vendre des médicaments qu’à des gens qui sont malades; si on pouvait agrandir notre marché auprès de gens en bonne santé, il est évident que ça arrangerait nos affaires.»
    Qu’est-ce qu’on peut vendre à tous les gens en bonne santé? Des vaccins!
    Mission accomplie.

    Répondre moderated
    1. Mais malgré ce succès incontestable, il reste encore des marchés à exploiter!
      Dire que les pays pauvres ont souvent servi de terrain d’expérimentation, par exemple pour les essais de vaccins contre le Sida…

  4. La propagande de l’OMS pour le vaccin Gardasil est insoutenable.
    A tout le moins, il faut mentionner les informations alternatives.
    « La comparaison des incidences du cancer invasif du col de l’utérus en France et dans les pays très vaccinés est très démonstrative : Le taux français relativement faible de vaccinées (37% de la population cible) va de pair avec une incidence standardisée plus faible (6/100000) que dans les pays apôtres du vaccin, que ce soit en Australie (6,8/10000032 pour 83% de vaccinées), en Grande-Bretagne (9,7/200000 pour 85% de vaccinées), en Suède (10,4/100000 pour 83% de vaccinées), en Norvège (15/100000 pour 90% de vaccinées) ou au Portugal (16,1/100000 pour 76% de vaccinées). »

    https://reseauinternational.net/les-proces-americains-contre-le-gardasil-rappellent-les-dangers-du-vaccin-contre-le-papillomavirus-de-plus-en-plus-impose-en-france/

  5. Une population mondiale de junkies. Ils feraient mieux de manger bio et d’arrêter la nourriture industrielle plutôt que de confier leur système immunitaire aux laboratoires multi-condamnés.
    C’est incroyable que les masses soient encore aussi crédules alors qu’il est bien évident que le Système global, tous domaines confondus, est intégralement corrompu. À croire qu’ils ne comprendront jamais rien.

  6. Si la pénurie de’ vaccin concerne les injections covid ….. ils en ont de la chance
    Eux ils sont protégés par Nivaquine (chloroquine) ou Ivermectine (anti parasitaire) dont l”efficacité n’est plus à démontrer
    CQFD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer