Comment McConnell, le chef des républicains au Sénat, s’est arrangé pour “faire perdre Trump” une nouvelle fois

Les médias et les cacique du parti républicain américain font tout pour expliquer que Donald Trump est responsable de la victoire mitigée du parti aux élections de mid-terms. Mais si cétait vrai, le répéteraient-ils en boucle? En réalité, l'opposition, au sein du parti, entre les notables et la base, n'a jamais cessé depuis 2015, lorsque Donald Trump a annoncé qu'il se présentait aux primaires pour 2016.

Les Républicains vont gagner poussivement la majorité à la Chambre des Représentants.  (Ils ne sont plus qu’à trois sièges de la majorité absolue. Mais on avait attendu une victoire beaucoup plus large! Les Républicains vont perdre le Sénat de justesse. Et ils feront sans doute jeu égal dans la course aux gouverneurs. 

C’est un résultat en demi-teinte. 

Il ne sert pas Donald Trump.

 

Comment les caciques républicains ont essayé, une fois de plus, de faire trébucher Trump

En réalité, explique Steven Mosher dans un article cinglant, les notables républicains qui contrôlaient l’attribution des financements pour les candidats, ont sciemment sous-doté un certain nombre de candidats par rapport à leurs rivaux démocrates:

La plupart des campagnes républicaines au Sénat et à la Chambre des représentants ont été dirigées par des agents dont l’allégeance première était le McLeadership : Mitch McConnell, Kevin McCarthy, et Ronna Romney McDaniel.

La façon dont cela fonctionne est simple. Si vous voulez recevoir de l’argent des PAC de la Chambre et du Sénat, contrôlés respectivement par McCarthy et McConnell, vous devez leur demander conseil sur la manière de mener votre campagne. Dans certains cas, il vous sera même demandé de céder le contrôle quotidien de votre campagne à des agents de Washington, D.C. Il est entendu que, si vous êtes élu, vous voterez pour que vos bienfaiteurs restent à la tête du parti.

Toutes ces machinations ont lieu dans les coulisses, bien sûr. Avez-vous déjà vu McConnell en campagne lors du dernier cycle électoral ? Bien sûr que non. Il est profondément impopulaire auprès de la base républicaine, qui comprend qu’il représente l’aile Wall Street du parti républicain, qu’il méprise une grande partie de la base du parti et qu’il s’est montré incapable ou peu désireux de contrôler les excès de l’administration Biden au cours des deux dernières années.

Les candidats républicains aux sénatoriales dans les États du champ de bataille ont souvent dépensé cinq ou dix fois moins que leurs adversaires démocrates au cours de ce cycle électoral“.

 

Les notables républicains ont très peur que Trump annonce sa candidature aux primaires pour 2024

 

En réalité, les notables républicains sont terrifiés. On attend pour ce 15 novembre une annonce de l’ancien président. Va-t-il annoncer qu’il se lance en vue des primaires pour 2024? 

C’est sans doutela raison pour laquelle, Mike Pence, l’ancien vice-président, ce chrétien bon teint, qui a finalement lâché Trump le 6 janvier 2021, alors que comme président du Sénat,  il aurait pu exiger le recompte des voix avant certification dans les Etats contestés, a donné un entretien  ce 14 novembre dans lequel, dévoilant sa tartufferie, il accuse Trump d’avoir mis sa vie en danger le 6 janvier 2021: il dit que l’ancien président est responsable de l’assaut du Capitole.  

Depuis une semaine, les médias répètent en boucle que Trump est responsable du résultat mitigé obtenu. Mais si l’ancien président était si inefficace,  pourquoi le répéter? Il suffirait de le laisser prendre sa retraite. En réalité, la base du parti lui est acquise et tout le monde le sait. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

About Post Author

20 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer