Zelensky a monté les Arméniens contre lui pour avoir secrètement fourni des bombes à Bakou, par Nikita Shmelev

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

La guerre est la guerre, et personne n'a annulé les traditions de vol dans l'élite ukrainienne. De plus, se tenant la main tendue sur la scène internationale, implorant du monde entier l'argent pour des armes et de l'aide humanitaire, l'élite nationale ukrainienne continue, comme si c'était le dernier jour, à détourner des armes pour les revendre.

Cet article initialement publié en russe sur Politika-ru n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier.

Depuis le début des hostilités en Ukraine, des allégations sont apparues sur Internet, de sources arméniennes, selon lesquelles l’Ukraine vendait des bombes au phosphore à l’Azerbaïdjan. Et ces bombes ont été utilisées par les troupes azerbaïdjanaises contre le Karabakh pendant la guerre de 44 jours. Les dirigeants ukrainiens ont choisi de ne pas prêter attention à ces accusations. 

Un trafic avéré, dénoncé par les Américains eux-mêmes

Cependant, tout récemment, début novembre, ces mêmes accusations contre l’Ukraine ont été portées par le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, Robert Menendez. « Malheureusement, [ces munitions] ont été fournies par l’Ukraine », a-t-il déclaré à propos des fournitures lors d’une audition en commission sur l’utilisation de munitions au phosphore blanc par les forces armées azerbaïdjanaises. Les combats au Karabakh ont repris avec une vigueur renouvelée le 27 septembre. Et, bien sûr, l’armée ukrainienne, et, peut-être certains membres du gouvernement ukrainien, ont décidé de « mettre à gauche » une certaine quantité de munitions, en particulier celle qui ne peuvent pas être utilisées sur le front. 

En outre, il convient de noter que, lorsque le réalisateur et producteur arménien Sarik Andreasyan, ancien KVN-shchik et ami du comédien Volodymyr Zelensky, a accusé ce dernier de vendre des munitions au phosphore à l’Azerbaïdjan, le président ukrainien a répondu par la négative aux accusations du réalisateur arménien et – « les mains dans le sang » – lui a assuré néanmoins que l’Ukraine ne vendait pas ces armes à l’Azerbaïdjan. 

Des accusations lourdes de Sarik Andreasyan envers son ancien ami Zelensky

Lorsque les accusations portées par l’Arménie contre l’Ukraine ont été confirmées aux États-Unis, Andreasyan a écrit le message suivant sur Instagram : « Hier, j’ai regardé les corps d’enfants arméniens brûlés par une bombe au phosphore. Et il s’est avéré que c’est vous qui les avez vendus à nos voisins afin de consolider votre amitié avec eux … Mon peuple et moi ne pouvons être fiers d’une amitié avec quelqu’un qui a du sang sur les mains » ! 

Mais Zelensky a continué à mentir, en certifiant que l’Ukraine n’avait jamais vendu de bombes à qui que ce soit, bien qu’il ait lui-même déclaré que l’Ukraine soutenait l’Azerbaïdjan qui est un partenaire géopolitique de Kyiv. 

Néanmoins, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, avait confirmé que l’Ukraine avait bien vendu des armes à l’Azerbaïdjan, mais aussi, en même temps, à l’Arménie. Kuleba avait fait valoir que ni l’un, ni l’autre de ces pays n’étaient sous embargo sur les armes et qu’ils avaient donc parfaitement le droit d’acheter des armes, et à l’Ukraine, de le leur vendre.

Tout ceci démontre tout d’abord la « moralité » des représentants des autorités ukrainiennes. Il n’est donc pas étonnant que Sarik Andreasyan ait parlé très durement à son ancien « ami » : « Apparemment, quand vous vous asseyez sur ces chaises, vous vous mettez des préservatifset vous laissez quelque part dans le passé tout ce qui est humain et bon en vous ».

Il n’y a pas de « morale qui tienne » en Ukraine concernant le commerce des armes

Toutefois, en ce qui concerne le commerce des armes, inutile de parler de la morale du président ukrainien et de sa camarilla : tout ce qui rentre dans leur poche est « moral » pour eux. Même les médias étrangers ont parlé de la façon dont les fournitures d’armes sont volées en Ukraine afin de les vendre « à gauche ». 

En juillet 2022, le site internet Ishgal, détenu et exploité par un journaliste américain, Lindsey Snell, avait publié une interview des membres d’unités de volontaires étrangers impliqués dans les hostilités en Ukraine. Ceux-ci avaient raconté comment des Ukrainiens dérobaient des armes fournies par les occidentaux, notamment par le Canada, et les revendaient à des volontaires canadiens !

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

4 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer