Comment la Chine vole au secours d’une Italie affaiblie en Europe

La Chine prend des allures de bouclier pour l’Italie face à l’Europe. Le pays doit entrer aujourd’hui dans les Nouvelles Routes de la Soie chinoises. La signature de ces traités bilatéraux ressemble à un dangereux précédent et à un vrai retournement d’alliance en Europe.  

L’Italie est entrée dans une spirale de coopération économique avec la Chine. Ce samedi, le président chinois doit signer 29 accords bilatéraux avec notre voisin latin, dont 10 accords inter-entreprises et 19 accords institutionnels

Ces traités vont de l’intervention chinoise dans le développement des ports de Gênes et de Trieste jusqu’à la restitution d’oeuvres d’art ou l’exportation de semences bovines. L’ensemble des contrats porte sur une valeur de 7 milliards €.

On notera que Matteo Salvini, le leader de la Ligue, a exprimé toute sa réticence vis-à-vis de cette stratégie. 

Parallèlement, la presse allemande a relayé une décision d’une cour italienne reconnaissant la responsabilité de la Commission Européenne dans la faillite d’une caisse d’épargne régionale. L’association bancaire italienne réclame désormais 5 milliards € à la Commission en guise de dédommagement. 

Manifestement, l’Italie est en train de basculer hors de l’Union Européenne… et ses partenaires européennes feraient bien de prendre au sérieux les premiers signaux de ce basculement. 

0 Shares:
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer