6 avril 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Loiseau se noie peu à peu dans le bouillon

Nathalie Loiseau, improbable tête de liste LREM aux européennes, confirme les craintes que nous avions exprimées sur sa candidature. Elle multiplie les erreurs de communication et les gaffes de premier ordre, qui l’ancrent dans le style de la bourgeoise frivole et méprisante. On regardera l’effet à long terme produit par cette désastreuse personnalité sans ampleur politique manifeste. Pour la majorité présidentielle, l’épine Loiseau plantée dans le pied pourrait devenir un sujet de plus en plus vénéneux…

Pour mesurer l’effet produit par les gaffes de Nathalie Loiseau, il faut lire le papier très acide de Marianne. L’hebdomadaire s’y amuse de l’apparente frivolité avec laquelle Nathalie Loiseau aborde sa campagne et sa communication.

Pour notre part, au-delà des dénis absurdes sur la participation de la candidate à une liste d’extrême-droite lorsqu’elle était à Sciences-Po et de ses protestations véhémentes pour dénoncer l’obscurantisme de ladite extrême-droite, au-delà des maladresses taxées d’homophobie par certains, sur le droit des Polonais à refuser le mariage gay, c’est la gaffe des « romanichelles » qui a notre préférence. L’ancienne directrice de l’ENA n’a en effet pas hésité à soutenir qu’elle avait été accueillie comme une « romanichelle » en arrivant à la direction de l’ENA.

Le mot a fait sourire et grincer des dents. Il exprime à merveille le mépris social qui suinte de la candidate, teinté d’accents xénophobes. Au-delà des apparences de la civilisation, son obscurantisme d’extrême-droite semble avoir laissé des traces.

Ajoutons que l’isolement de la France sur la scène européenne lui est aussi imputable. Cette diplomate n’a guère démontré sa capacité à éviter les clivages dans l’Union Européenne. Et son amour de l’Europe ne semble pas voir touché nos partenaires…

On pronostique ici une baisse de plusieurs points de la liste LREM dans les sondages dans les 15 jours qui viennent.