mar. Août 11th, 2020

Macron a aussi des soucis avec son petit personnel

Pas une semaine n'épargne le petit personnel d'Emmanuel Macron. Ces derniers jours, deux nouvelles affaires ont défrayé la chronique, illustrant l'effet de choc produit par l'affaire Benalla et par les Gilets Jaunes. Désormais, même les combles ou les caves de l'Élysée sont surveillées par la presse et l'opinion publique, qui ne pardonne plus rien au Président. Ces deux polémiques, au fond tout à fait secondaires et qui, en temps normal, ne retenaient l'attention de personne, illustrent parfaitement le climat d'hystérisation dans lequel évolue désormais le débat public français. Deux affaires "ancillaires" marquent l'actualité du président de la République cette semaine. La première concerne le Groupement de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR) dont le responsable, le général Lavergne, vient de partir. Il est remplacé par un colonel. Ce départ anodin retient l'attention, car ledit général a été mis en cause dans l'affaire Benalla. Le Sénat avait pointé ses “incohérences” et les “contradictions” lors de son audition. Comme par hasard, les deux autres mis en cause par le Sénat, le directeur de cabinet du Président, et le secrétaire général, tous deux énarques, restent en poste. Il n'en faut pas plus pour nourrir dans l'opinion le sentiment d'une caste qui se protège et qui fait sauter les lampistes. L'autre affaire concerne le chauffeur du Président. Celui-ci aurait commis un délit de fuite après un excès
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

2 thoughts on “Macron a aussi des soucis avec son petit personnel

  1. ce n’est pas tant l’opinion publique que la presse et les médias qui montent le moindre évènement en épingle, et qui ne ratent pas une occasion de jeter de l’huile sur le feu , de faire le buzz, et de dramatiser, tant est forte la pression de l’Audimat, .. ils sont une partie non négligeable du problème qu’ils prétendent vouloir régler ..
    tout cela rappelle les unes de « Detective » et autres feuilles de choux des années 50 qui affichaient des titres incendiaires et l’intérieur du journal était nul ….. un rapide tour de piste des journaux hors France montre ce qu’on pense des médias française : une majorité de « journalistes » français devenus des émules de la célèbre Elsa maxwell, qui pensent qu’ils ne sont pas enquêteurs à la recherche de la vérité de l’information, mais des colporteurs de ce qui se dit, y ajoutant tout le sel et le poivre pour que ça brûle la langue et ue cela fasse scandale: cela a un nom en jargon anglosaxon: trash press , médias poubelles
    pendant ce temps, les vrais problèmes sont soigneusement occultés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter