Le nationalisme flamand, paradoxe belge par excellence

Le nationalisme flamand est, de loin désormais, la première force politique du pays. Les deux mouvements identitaires flamands représentent un quart des voix et acquièrent une quasi-majorité absolue dans le nord du pays. C’est à la fois un séisme qui rend la Belgique ingouvernable, et un paradoxe curieux pour un pays qui héberge les institutions européennes. Au fond, la Belgique est à la fois la capitale de l’Europe et le pays le moins européen du continent…

Les nationalistes flamands présentaient deux partis aux élections: la Nouvelle Alliance Flamande (NVA) au pouvoir avec les libéraux francophones, et le Vlaams Belang, la Priorité Flamande, héritier assumé des mouvements pro-nazis aux sources du mouvement flamingant. Les électeurs, qui devaient en même temps se prononcer aux législatives et aux régionales, ont massivement approuvé le parti le plus à droite possible: la NVA a marqué un tassement de sa suprématie et a recueilli 13,5% des voix. Le Vlaams Belang a fait une forte percée, avec près de 12% des voix.

Les socialistes wallons forment la troisième force politique du pays, loin derrière, avec 10,5% des voix. Les écologistes ont créé la surprise en Wallonie, en talonnant les socialistes avec près de 8% des voix.

La percée des nationalistes flamands constitue un véritable paradoxe en Europe. Le mouvement national flamand est en effet, dans ses valeurs et ses messages politiques, l’un des plus anti-européens qui soit. Les nationalistes flamands avaient d’ailleurs été épinglés il y a quelques années en promouvant le Wooncode, qui réservait la possibilité d’acheter des biens immobiliers sur le territoire flamand aux personnes parlant flamand. Cette disposition visait notamment à empêcher les investissements immobiliers en territoire flamand des fonctionnaires européens.

C’est le paradoxe belge, qui consiste à vivre largement des institutions européennes tout en combattant pied à pied leurs valeurs et les inconvénients de leur présence. Et l’on notera que le pays qui accueille les institutions de l’Union est sous la coupe de mouvements suscités par les différents occupants allemands du territoire flamand.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer