jeu. Mai 28th, 2020

MEDEF qui pleure, CPME qui rit

La rivalité entre le MEDEF et la CPME entame une phase nouvelle qui, à ce stade, ne montre pas encore ses effets, mais pourrait avoir des conséquences importantes dans les semaines à venir. Le MEDEF semble traversé par une crise interne qui fait suite à ses étranges prises de position en matière de retraite (et singulièrement sur la disparition de l'AGIRC-ARRCO, qui ne semble guère l'avoir occupé). Pendant ce temps, la CPME continue à faire entendre sa différence et "marque des points" dans le paysage paritaire. Le MEDEF connaît quelques événements malheureux ces derniers jours, qui clôturent un cycle de près de 10 ans entamé par Laurence Parisot. Comme l'a indiqué le Canard Enchaîné de la semaine dernière, le directeur général du mouvement patronal, Michel Guilbaud, a été remercié, après 9 ans de bons et loyaux services. Selon l'hebdomadaire, d'autres départs sont annoncés à un moment sensible pour le MEDEF tout entier. La même semaine, le président de la CPME, François Asselin, publiait une tribune dans l'Opinion qui  marquait toute sa différence avec l'approche très loyaliste de Roux de Bézieux sur la réforme des retraites. Le MEDEF à l'aube d'une crise interne On se souvient que les années Parisot furent marquées par d'importantes dissensions internes au MEDEF, soldées par les départs successifs de deux directeurs généraux: Jacques Creyssel, d'abord, devenu par la suite délégué général de la Fédération du Commerce e
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter