A Paris, les élections municipales se maintiennent dans la confusion générale

A Paris, les élections municipales donnent lieu à toujours autant de confusion, et pourraient voir la reconduction surprise d’Anne Hidalgo, faute d’adversaire capable d’emporter le morceau. Un nouveau sondage le confirme, qui montre toutefois l’inquiétante percée de David Belliard, l’écologiste, au détriment du duel annoncé LREM contre maire sortante. Le pire est désormais possible pour tous, y compris pour les Républicains où la candidature de Rachida Dati ne fait pas, loin s’en faut, l’unanimité.

A Paris, les jours se suivent et se ressemblent depuis la désignation de Benjamin Griveaux comme candidat LREM dans des conditions fortement disputées et discutées. On se souvient que, mécontent de la procédure suivie, Cédric Villani avait finalement décidé de le concurrencer.

A Paris, LREM est majoritaire

Un sondage commandé par Cédric Villani lui-même et publié par l’Opinion soulève de nombreuses questions… pour le commanditaire. Les résultats confirment qu’Anne Hidalgo devrait approcher les 22% des voix sur l’ensemble parisien, ce qui ne préjuge en rien des scores par arrondissement déterminants pour la désignation du maire. Derrière elle, Benjamin Griveaux semble distancé à 16%, désormais talonné de près par l’écologiste David Belliard. Ce mouvement s’explique par l’arrivée massive de Rachida Dati, qui s’impose comme challengeuse d’Anne Hidalgo, avec 16% des intentions de vote.

 

Dans cette course à quatre, Cédric Villani semble distancé par le peloton de tête. Il atteint les 12%… contre 15 ou 16 points il y a encore quelques semaines.

Dans la deuxième partie de course, la France Insoumise et le Rassemblement National tournent autour de 5,5%, au coude-à-coude.

Rachida Dati contrée par les siens

Alors que Rachida Dati s’impose désormais comme la principale adversaire d’Anne Hidalgo, ses petits camarades l’ont désignée pour cible de leur jeu de fléchettes. Ainsi, Valérie Pécresse vient d’affirmer que l’ancienne garde des Sceaux de Sarkozy ne pouvait gagner seule, et qu’il valait mieux faire alliance avec les maires de droite Macron-compatibles.

Tout indique donc que la droite devrait, une fois encore, être la meilleure ennemie d’elle-même dans la capitale.

Anne Hidalgo fourbit ses armes

De son côté, Anne Hidalgo prépare activement sa campagne. Elle ratisse relativement large pour désigner ses têtes de liste. Elle accorde une attention particulière aux ONG caritative, dont sera notamment issue la benjamine des têtes de liste : Céline Hervieu, venues de Solidarités International. Pour le reste, faute de connaître son principal opposant, elle reste discrète sur l’orientation de sa campagne.

In fine, cette option pourrait lui jouer le pire des tours. Faute d’adversaire clairement identifié, sa campagne patine.

0 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer