jeu. Mai 28th, 2020

Requiem : on peut commencer la chronique de l’implosion française

L’implosion française peut être datée de ce 5 décembre 2019. Elle n’est pas seulement annoncée, produite, par la désastreuse réforme des retraites dont les élites ont refusé de voir qu’elle ne ferait l’unanimité que dans leur propre cerveau, et qu’elle serait viscéralement rejetée par le pays réel. Elle s’inscrit dans une addition de nouvelles cataclysmiques qui rendent définitivement urgent le renouvellement des élites bobos et le relèvement sans concession du pays.

 

L’implosion française devient une évidence. Pas seulement parce que les rues du pays sont aujourd’hui couvertes par des cortèges d’assurés sociaux en colère. Mais aussi parce que, de toutes parts, nous parviennent des nouvelles catastrophiques. La gestion du pays par des élites médiocres, arrogantes, superficielles, vulgaires, peu cultivées, tourne au désastre, dans des proportions équivalents à ce que fut 1940 ou 1870.

Les retraites encore et toujours donnent le signal de l’implosion française

Alors que, depuis 1944, le pays réel résiste avec obstination à la mise en place d’une sécurité sociale universelle, projet formé en son temps par des conseillers d’Etat déconnectés (déjà!) de la réalité, Emmanuel Macron a voulu faire le malin et épater la galerie en s’y collant. Pourtant, les dernières tentatives de ce genre se sont toutes soldées par des Berezinas. On pense ici au blocage du pays sous Juppé, puis au gaspillage de plusieurs milliards et au désespoir des indépendants dans la création du RSI.

Mais la particularité de l’énarque imbu de sa propre personne est de penser qu’il est entouré d’abrutis qui ne comprennent rien à rien, et de n’accorder sa confiance qu’à ceux qui lui disent ce qu’il a envie d’entendre. Résultat : alors que les détails de la réforme ne sont même pas connus, des millions de Français seront dans les rues aujourd’hui pour protester contre un projet totalement lunaire.

La déroute de l’éducation nationale ne gêne plus personne

Mardi, l’OCDE publiait son enquête PISA 2018, comparaison internationale des performances des systèmes scolaires. Il y a 20 ans, beaucoup de Français étaient convaincus de disposer du meilleur système scolaire du monde, et les enseignants français mettaient en avant cette performance fantasmée pour justifier un corporatisme sans égal dans le reste  du pays. Aujourd’hui, la France démontre avec opiniâtreté qu’elle propose, au mieux, un service moyen aux contribuables dont les enfants sont régulièrement rançonnés par les syndicats enseignants pour dépenser toujours plus.

Aucun ministre n’a songé à demander aux enseignants de se mettre au travail. Il ne faut pas brusquer les bobos. On lit donc dans la presse, désormais, cette bréviaire de la médiocrité républicaine parfaitement assumée :

« Contrairement à ce qu’on entend souvent, le score de la France n’est pas catastrophique », souligne Eric Charbonnier, spécialiste de l’éducation à l’OCDE. Elle fait globalement aussi bien que l’Allemagne, la Belgique ou le Portugal, mais moins bien que les Etats-Unis ou le Royaume-Uni.

« Elle occupe une place honorable mais conserve un gros point noir: les inégalités sociales y restent très fortes », indique Eric Charbonnier. Depuis la dernière enquête Pisa, qui mettait l’accent sur la lecture en 2009, « elles ne se sont pas aggravées mais leur niveau est toujours très inquiétant », souligne-t-il.

Ne pas faire mieux que le Portugal ne semble gêner personne. Avoir le système le plus inégalitaire non plus. Pourtant, le discours récurrent pour justifier que l’école publique soit gouvernée par des syndicats soviétiques comme le SNES est celui de l’égalité des chances. Il paraît que l’école doit rester plublique et nationale pour ne pas accroître les inégalités. Or nous sommes le pays industrialisé le plus inégalitaire scolairement.

Ne dites surtout pas la vérité aux bobos qui nous dirigent, elle risquerait de leur piquer les yeux.

Jack Lang, champion des petits cadeaux offerts par les copains ?

Alors que les performances du pays prennent l’eau de toutes parts (on n’évoque même pas ici la situation du système de santé, que les Français croyaient encore le meilleur du monde) et que les prélèvements publics et le nombre de fonctionnaires sont au plus haut historique, on apprend qu’une perquisition chez Smalto permettrait d’établir que ce ministre de la Culture que le monde entier nous envie, Jack Lang, aurait reçu en cadeau, de la part du couturier, des costumes pour une valeur supérieure à 500.000 euros.

Si l’information devait se confirmer, l’actuel président de l’institut du Monde Arababe se révèlerait fameusement corrompu par ses amis. Celui qui fut député à Blois puis, par pur calcul électoral, dans le Nord-Pas-de-Calais, et qui donc a largement profité des voix des prolétaires pour remplir sa gamelle (au nom de la gauche, bien entendu), s’en serait donc pas mal mis dans les poches en toute illégalité. Bravo la gauche bobo ! bravo les élites ! bravo les donneurs de leçons sur le Vivre Ensemble, le progrès et la bienveillance.

On ne mesure pas assez combien ce genre de comportement délictueux ruine l’idée républicaine et attise les passions.

Depuis les Gilets Jaunes, les élites françaises ont pris l’habitude de vociférer contre le petit peuple des Gaulois réfractaires. Mais il est temps qu’elles balaient devant leur propre porte, car elles ont à rougir de leurs déviances. Je fais ici le pari qu’elles n’auront pas l’intelligence de faire ce ménage salutaire, et que le peuple, très rapidement, le fera à leur place.

 

7 thoughts on “Requiem : on peut commencer la chronique de l’implosion française

  1. Les escrocs de la République. Un roi ou un prince d’alors ne dupaient personne sur leur statut, ils étaient la caste dominante. Le personnel politique, sans aucune distinction, est composé de princes ou roitelets mais sous couvert d’utilité publique.

    La farce semble toucher à sa fin, les français dessillent et ont la gueule de bois. Le discours médiatique n’arrive plus à anesthésier les consciences, au seul sujet des retraites, la presse a redoublé d’effort pour relayer le message qui consiste à dire que le gouvernement a manqué de pédagogie, que la « réforme » des retraites est mal comprise, ce qui revient à dire que les français sont cons.

    Tout au contraire, les français ont parfaitement analysé la pseudo réforme qui n’est qu’un ajustement comptable, une série de mesure visant, dans un avenir proche, à diminuer drastiquement les pensions retraites, sans que les prélèvements diminuent.
    Alors même que les prélèvements n’augmentent (officiellement) pas, que la durée de cotisation reste (officiellement) stable, les futurs retraités s’en trouveraient gagnants ! Faut-il être stupide comme un journaliste pour soutenir pareilles thèses.

    Toujours au sujet des retraites on nous ressort les « partenaires sociaux », ainsi, un gugusse comme Philippe Martinez (*) dont le syndicat CGT ne représente rien ni personne si ce n’est les intérêts de ses cadres qui en croquent sur le même mode que le personnel politique, Philippe Martinez donc, ce sous produit marxiste, serait habilité à débattre de ma retraite !

    Quand va t’on foutre tous ces guignols à la porte ? là est la question.

    (*) https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/remuneration-salaire/les-droles-de-salaires-de-la-cgt_2068134.html

  2. Sur PISA – et je me fais l’avocat du diable car Dieu sait tout le mépris et l’indignation que je professe envers la majorité des enseignants bobos-gauchos -, on ne peut pas accuser notre système éducatif d’être plus inégalitaire que celui des autres pays européens CAR ON CHARGE VRAIMENT BEAUCOUP LA BARQUE ! Pas un seul de nos voisins n’a le « privilège » d’être le roi (?) de la Khaunnerie car la France est LE pays européen qui s’est spécialisé dans l’importation massive de « BAC moins 5 » ET l’exportation qui devient tout aussi massive de « BAC plus 5 ». Et au niveau des moyennes de QI (voir la carte du monde de ce genre Alexandre !!!), il est évident que si, chaque année, on enfourne des milliers et des milliers de barbares incultes (mais aussi barbares) à 80 de QI, on ne facilite pas la tâche de nos enseignants déjà peu aidés par leur propre iveau d’éducation et d’enseignement suite au gâchis qui se propage depuis le gâchis de 1968.

  3. Je trouve Eric que votre commentaire de l’enquête PISA est un peu rapide : c’est vrai que notre système scolaire est en très grande crise, mais je ne suis d’accord avec vous ni sur les causes, ni sur les remèdes.
    ON constate que l’école française réussit aux élèves qui réussissent, c’est-à-dire dont l’environnement familial et social correspond à celui qu’attend l’école. Et que l’école ne sait plus scolariser les élèves qui :
    – ne parlent pas bien français en y arrivant (qu’ils soient français ou étrangers) ;
    – qui ne savent pas « écouter » ;
    -qui ont le cerveau quelque peu zappeur du fait d’un usage immodéré des écrans (et en plus on pense bien faire en remplaçant les livres par des tablettes ! pas à Henri IV, mais à Aimé Césaire dans le 18e !!).
    L’école de la république a su scolariser, c’est à dire apprendre à lire, écrire et compter à tous les enfants de paysans, qui pour part parlaient mal le français, mais parce que l’école était intégrée dans un quartier ou un village, les instituteurs y vivaient, l’éducation des parents comme parents d’enfants scolarisés se faisait en même temps que celle des enfants ; aujourd’hui on relègue les enfants dont les parents sont « a-scolaires » parce qu’ils ont eux mêmes ou été en grave échec scolaire ou pas scolarisés dans des établissements dont tous les enseignants ne pensent qu’à les fuir. Vous imaginez ce que ça peut être pour un enfant de savoir qu’il n’a des enseignants que provisoire, qu’ils demandent tous leur mutation, y compris le directeur ?
    Et vous imaginez une entreprise qui enverrait de jeunes recrutés dans les postes les plus difficiles ?
    Vous imaginez ce que serait une entreprise sans management aucun, dans laquelle chacun à son poste de travail serait libre de décider comment il va travailler, quel type de discipline il va user, quelle pédagogie il va adapter etc.
    Et vous pensez qu’aujourd’hui, avec nos enfants, cela a du sens de passer d’une heure de français à une heure de math etc.
    Et vous pensez que le fait que les petits français ne pratiquent que très peu d’activité sportive (ils jouent peu dehors, ils vont à l’école en voiture etc.) cela n’a pas d’incidence sur les résultats ?
    Je connais beaucoup d’enseignants qui sont dans de très grandes difficultés, car vraiment c’est très difficile d’essayer tous les jours d’enseigner et de voir qu’on n’y arrive pas. Beaucoup seraient prêts à diminuer les vacances pour que les journées des élèves soient moins lourdes ; beaucoup tentent de travailler en commun, même si les conditions de travail ne sont pas très propices ; beaucoup ont plein d’idées et tentent plein de choses, mais aucun, absolument aucun n’attend rien du ministère. Car ils savent bien que ce n’est pas une énième Réforme qui changera quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter