16 janvier 2021

4 thoughts on “Salaire des enseignants : ces chiffres favorables que les profs ne citent jamais….

  1. Au vue de mon expérience de quelques mois dans un lycée professionnel, l’analyse macro faite ici est juste.
    La philosophie du système est de laisser aux enseignants leur sacro-sainte « liberté pédagogique » dans un système qui , d’un côté, donne la priorité au volet « Vie scolaire » (avec l’objectif du « pas de vague ») et, d’un autre côté, vide peu à peu les programmes de toute ambition d’acquisition de connaissances.
    Les enseignants sont donc à la fois orgueilleux, malheureux et mal payés et ils ne veulent rien changer ; les élèves méprisent les acteurs de la « communauté éducative » qu’ils sentent démoralisés et qui ne leur apprend que le catéchisme du « vivre ensemble » ; le personnel non-enseignant régit le tout en ayant pleinement conscience que c’est une farce explosive. La démoralisation est générale, d’où la fuite vers les quelques établissements qui peuvent maintenir le style « vieille école » parce que les cadres supérieurs et les enseignants y scolarisent leurs enfants.

  2. Ok, mais quel est le rapport avec le salaire des enseignants.
    Qu’il faille modifier et faire évoluer le système d’accord mais quel est le rapport avec les salaires?
    Le titre de l’article n’a que peu de rapport avec son contenu.

  3. Que des chiffres et des problèmes de fric et de ROI comme d’habitude.
    L’article s’abaisse dans les statistiques ; on y comparatise des pays incompatibles.
    Et la sainte OCDE est convoquée, comme Dieu nous convoquera au jour du jugement dernier.
    Mais notre auteur en bon  »maître queue » a trouvé pourquoi la soupe est pas bonne : c’est la faute au fameux  »mammouth » – aux planqués des bureaux – aux ultra-vilains syndicats.
    Quant à la bonne recette du chef – à consommer sans modération : il suffit de libéraliser tout ça une bonne fois pour toute.
    Patience … bientôt, la bonne recette des accords de Bologne (1999) va marcher. Chaque gouvernement  »français » a toujours été un bon gouvernements, mais juste un peu trop lent. Aujourd’hui, la bonne solution finale est enfin en vue. Faites confiance à la grandeur managériale et entrepreneuriale de la Commission Européenne qui est toujours gagnante : éclatement de la SNCF – capitalisation des retraites – vente à la découpe des grandes infrastructures et des grands équipements collectifs hexagonaux. Le sort de l’Éducation est lui aussi plié, même si elle reste le dernier grand et juteux MARCHÉ à privatiser. Chacun sait en effet que seul le  »capital » est capable de gérer efficacement la demande et des besoins réels issus de la préservation du bien commun, dans une économie fondée sur la profitabilité des capitaux, et surtout des attentes de pseudos citoyens-consommateurs.
    Avec le réchauffement climatique, l’Éducation va elle aussi disparaître – comme des milliers d’espèces condamnées – même s’il existe encore des enseignants qui, malgré toutes les contraintes de l’idéologie libérale, tentent encore de construire des citoyens Libres – Égaux- et non jetables.
    Patience mes bons amis, le CAC veille sur nous, pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.