ūüéĖAbonn√©s – le Pr√©fet Lallement outrage-t-il Paris ?

Le Préfet Lallement est de longue date critiqué pour sa gestion musclée de l'ordre. C'est d'ailleurs pour cette raison que Christophe Castaner l'avait recruté à Paris. Mais va-t-il trop loin dans les instructions qu'il donne, et viole-t-il les règles de la démocratie ? C'est ce que prétendraient des officiers supérieurs de la gendarmerie.

Selon Mediapart, cela pourrait chauffer pour le Pr√©fet Lallement, accus√© par des officiers sup√©rieurs de la gendarmerie de trop gestapoter les manifestants. Les grad√©s auraient mis le Pr√©fet en cause aupr√®s du ministre de l’Int√©rieur apr√®s une r√©union de septembre 2019, tenue √† la Pr√©fecture, o√Ļ le Pr√©fet aurait donn√© des ordres ill√©gaux. En particulier, le Pr√©fet inviterait les cadres de la police √† “impacter” les manifestants, c’est-√†-dire √† leur “rentrer dans le lard” pour rendre l’art de manifester extr√™mement d√©sagr√©able.¬†

Le préfet Lallement en délicatesse avec la loi

Au coeur de cette pol√©mique, la hi√©rarchie militaire reproche au pr√©fet de banaliser √† tout propos la strat√©gie de l’encagement ou de la nasse.¬†

¬ę¬†L’encagement ou la¬†nasse, pr√©cise une source proche du dossier,¬†se font souvent en fin de manifestation pour proc√©der notamment √† des interpellations. Il s’agit de¬†fixer¬†c’est-√†-dire immobiliser dans un lieu, une rue ou une place ferm√©e et quadrill√©e par des policiers.¬†Mais ainsi qu‚Äôil est pr√©cis√© dans le document de la gendarmerie nationale,¬†¬ę¬† il convient dans toute op√©ration de maintien de l‚Äôordre de laisser une √©chappatoire √† l‚Äôadversaire.¬†¬Ľ¬†Or, selon le¬†modus operandi¬†du pr√©fet, les manifestants sont parqu√©s,¬†¬ę¬†encag√©s¬†¬Ľ¬†sans issue et les grenades de gaz lacrymog√®ne y sont souvent massivement utilis√©es.¬†

Autrement dit, l’encagement, qui est contraire aux textes r√©glementaires, serait utilis√© √† outrance par le pr√©fet Lallement pour briser les manifestations. Il mettrait en danger les manifestants eux-m√™mes.¬†

Sur ce point, un t√©moignage datant du 15 octobre 2019, jour de la mobilisation des pompiers, en dit long sur l’inqui√©tude des troupes face aux ordres de leur chef :

√Ä la suite de la mobilisation des pompiers, du 15¬†octobre¬†2019, √† Paris, un capitaine en charge d‚Äôun escadron de gendarmerie mobile (pr√®s de 70¬†hommes) rend compte des op√©rations¬†: alors que les manifestants sont sur le pont de la Concorde et demandent¬†¬ę¬†calmement de pouvoir quitter les lieux¬†¬Ľ, √©crit-il, ils se retrouvent bloqu√©s d‚Äôun c√īt√© par les gendarmes et de l‚Äôautre par une unit√© de police,¬†¬ę¬†qui plus est avec usage de gaz lacrymog√®ne¬†¬Ľ.¬†

Sans aucune possibilit√© de pouvoir s‚Äôextraire¬†¬†¬ę¬†certains individus commencent √† enjamber la rambarde du pont pour contourner le barrage se mettant ainsi en danger au dessus-de la Seine¬†¬Ľ.

Finalement, pour¬†¬ę¬†√©viter un accident¬†¬Ľ, le chef d‚Äôescadron d√©sob√©it¬†aux ordres du pr√©fet¬†: il d√©cide d‚Äô¬ę¬†escorter¬†[les manifestants]¬†jusqu‚Äôau m√©tro¬†¬Ľ.¬†Un choix dict√© par le fait que¬†¬ę¬†l‚Äôobjectif tactique¬†¬Ľ¬†initial avait¬†¬ę¬†provoqu√© une d√©gradation de la situation¬†¬Ľ, les manifestants¬†¬ę¬†√©tant enferm√©s sans aucune issue¬†¬Ľ. De plus,¬†¬ę¬†l‚Äôusage de gaz¬†¬Ľ¬†avait eu l‚Äôeffet¬†¬ę¬†logique et pr√©visible de faire monter la tension alors m√™me que le dialogue √©tait √©tabli.¬†¬Ľ¬†

Des chefs d’escadron qui d√©sob√©issent √† leur pr√©fet pour sauver la vie de manifestants… Le constat est bien sombre sur l’√©tat de nos forces de police, et sur les recrutements de Christophe Castaner.¬†

 

Ostéo? Naturo? Homéo? Sophro?

Cosmico vous aide à savoir le vrai, et à choisir les bons. Et c'est gratuit...
NOUVEAU
18 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer