27 novembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Abonnés – le Préfet Lallement outrage-t-il Paris ?

Le Préfet Lallement est de longue date critiqué pour sa gestion musclée de l'ordre. C'est d'ailleurs pour cette raison que Christophe Castaner l'avait recruté à Paris. Mais va-t-il trop loin dans les instructions qu'il donne, et viole-t-il les règles de la démocratie ? C'est ce que prétendraient des officiers supérieurs de la gendarmerie. Selon Mediapart, cela pourrait chauffer pour le Préfet Lallement, accusé par des officiers supérieurs de la gendarmerie de trop gestapoter les manifestants. Les gradés auraient mis le Préfet en cause auprès du ministre de l'Intérieur après une réunion de septembre 2019, tenue à la Préfecture, où le Préfet aurait donné des ordres illégaux. En particulier, le Préfet inviterait les cadres de la police à "impacter" les manifestants, c'est-à-dire à leur "rentrer dans le lard" pour rendre l'art de manifester extrêmement désagréable. Le préfet Lallement en délicatesse avec la loi Au coeur de cette polémique, la hiérarchie militaire reproche au préfet de banaliser à tout propos la stratégie de l'encagement ou de la nasse. « L'encagement ou la nasse, précise une source proche du dossier, se font souvent en fin de manifestation pour procéder notamment à des interpellations. Il s'agit de fixer c'est-à-dire immobiliser dans un lieu, une rue ou une place fermée et quadrillée par des policiers. Mais ainsi qu’il est précisé dans le document de la gendarmerie nationale, «  il convient dans to
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.