1 octobre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Pertes d’exploitation : le manque d’empathie des assureurs sanctionné par un milliard de contribution

Les assureurs ont commis un gros loupé de communication depuis le début du confinement. Le silence qu'ils ont observé durant les premières semaines de la pandémie, et le refus sec opposé aux mouvements patronaux de couvrir les pertes d'exploitation les ont placés au centre des attaques. Patrons, élus et président de la République viennent de se succéder pour imposer un tribut d'un milliard à la profession. Et ce n'est probablement qu'un début. Les assureurs sont désormais dans l'oeil du cyclone. Après avoir opposé un refus sec et laconique aux mouvements patronaux qui demandaient l'indemnisation au moins partielle des pertes d'exploitation dues au confinement, ils font face à une violente campagne de critiques qui devraient les cornériser pour un bon moment. Les assureurs directement visés par le président de la République Dans sa quatrième adresse à la Nation en quelques jours, le président de la République a annoncé hier soir un déconfinement le 11 mai, et une mise sous surveillance des assureurs dans leur participation à l'effort collectif. Aucune autre profession n'a eu droit à ce traitement de faveur. Cette solitude des assureurs dans la mise au pilori donne une bonne mesure du revers politique subi. Il est loin le temps où quelques députés issus de compagnies d'assurance se félicitaient des 200 millions arrachés par Bercy à un carré d'assureurs revêches conduits par une Florence Lustman peu au fait de ce qu'est la politique.
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.