🎖Les assureurs-crédits bientôt sommés de mettre de l’argent au pot

Les assureurs-crédits seront prochainement sommés de participer très activement à la “solidarité” face au coronavirus. Et, selon une règle désormais d’ordre commun dans l’assurance, le “bis repetita placent” devrait montrer toute sa puissance. Après avoir raté leur séquence de communication sur la perte d’exploitation, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’opération devrait se reproduire à l’identique sur le crédit. Peu à peu se réunissent les conditions pour des mesures d’étatisation autoritaire lorsque la situation économique se durcira.

Les assureurs-crédits devraient prochainement être mangés tout crus par les pouvoirs publics dans la lutte contre le coronavirus. Plusieurs signaux viennent d’être émis prévenant de mesures autoritaires pour augmenter leur participation à “l’effort de guerre” demandé par le général en chef Macron, très soutenu en son temps par la profession…  

On notera par exemple cette tribune de Yann Trichard, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Saint-Nazaire, dans Ouest-France (dont on rappellera qu’il est le quotidien le plus lu de France…), intitulée : Assureurs-crédits : « J’en appelle à votre responsabilité ». On y lit notamment : 

Les réponses de l’État et des banques en matière de crédit bancaire sont en œuvre. Il est indispensable, qu’en matière d’assurance-crédit le soutien soit tout aussi rapide, massif et à la hauteur des enjeux. Il y va de la survie de milliers d’entreprises qui n’auront pas la trésorerie pour payer « au cul du camion » en sortie de pandémie. 

Des appels aux assureurs-crédits venus de différentes professions

D’autres appels au secours sont venus de différentes professions. C’est par exemple le cas des grossistes informatiques, dont le syndicat a publié un communiqué en ce sens. Ce communiqué récent souligne que les décisions prises à ce stade, avec un décret qui accorde la garantie de l’État à la CCR et le lancement de trois contrats adaptés à la situation de crise ne suffit pas.  

Différents clients se plaignent en tout cas que cette option ne suffise pas… 

La profession dispose donc de deux solutions, comme d’habitude. Soit faire contre mauvaise fortune bon coeur pour éviter les foudres futures de l’opinion publique. Soit jouer front contre front jusqu’à la dernière minute, ce qui se révèle souvent payant à court terme.  

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer
Lire la suite

Quels scénarios pour le Covid dans les 12 mois ? Les scientifiques répondent

Dans plusieurs pays, la situation sanitaire s’est beaucoup améliorée après une vague de pandémie liée au variant Omicron. Selon les estimations des scientifiques, la pandémie va passer à un stade endémique. Les experts se sont justement réunis pour discuter de l’évolution possible du Covid-19. Selon les scientifiques de l’agence américaine des médicaments, la FDA (Food and Drug Administration), au cours de l’année prochaine, les nouveaux variants seront probablement des versions
Lire la suite

🎖Où l’on reparle du big one financier qui pourrait mettre tout par terre

Le big one financier approche-t-il à grands pas ? Alors que les traders ont sauvé leur mise vendredi dernier à l’occasion des quatre sorcières, les bourses repartent à la baisse aujourd’hui, et les craintes les plus folles se font jour sur l’impact que la crise du coronavirus aura sur l’économie réelle. Partout, l’angoisse grandit, et l’on reparler d’un défaut systémique inévitable des banques. Un big one financier, d’une ampleur inégalée

La ministre Buzyn n’a pas d’idée sur l’universalité de la sécurité sociale

Agnès Buzyn participait à une réunion du Grand Débat national à Trappes. Elle a répondu de façon surprenante à une question sur l’universalité des allocations familiales qui était posée par un des participants – une réponse qui éclaire ses options fondamentales sur la réforme de la sécurité sociale. C’est le site de FranceInfo qui rapporte cette information. Agnès Buzyn a participé à une séance du Grand Débat à Trappes, dans les Yvelines.
Lire la suite

AME : 1 migrant sur 4 vient en France pour être soigné gratuitement

L’AME (aide médicale d’Etat) fait couler beaucoup d’encre ces temps-ci. Certains migrants sont accusés de tirer un profit trop important de cette prestation qui leur apporte des soins gratuits. La gauche a régulièrement dénoncé l’instrumentalisation de ce sujet. Un rapport officiel fait le point sur la question, et les chiffres données ne sont pas “piqués des vers”. Le rapport officiel sur l’AME, produit par l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS),
Lire la suite

🎖Coronavirus : au tour des assureurs santé de payer, désormais…

Selon un courrier consulté par les Échos, le gouvernement a donné jusqu’à la mi-juin aux assureurs santé pour indiquer quel serait le montant de leur contribution au financement de la crise. Cette demande était tout à fait prévisible, et nous n’avions pas manqué d’évoquer sa forte probabilité. Pour les assureurs, comme nous l’évoquions hier, l’addition sera d’autant plus salée que la FFA continue à communiquer dans l’entre-soi de la profession et à

🎖Par qui remplacer Castaner : Fauvergue serait bien meilleur que Péchenard

Le départ de Castaner est à peu près inévitable aujourd’hui, tant son bilan est calamiteux et son maintien en poste urticant pour l’ensemble du pays, et tout particulièrement pour les policiers eux-mêmes. De longue date, Nicolas Sarkozy pousse la candidature de Frédéric Péchenard, lui-même flic, et ami de longue date. Mais la candidature de Jean-Michel Fauvergues paraît bien plus intelligente et plus prometteuse. Voici pourquoi. L’éviction de Castaner paraît désormais