27 novembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Les fragilités de l’assurance-vie à la française survivront-elles à la crise ?

L'assurance-vie à la française est-elle menacée ?   L'assurance-vie à la française est-elle désormais au bout d'un cycle ? S'expose-t-elle au risque d'une refiscalisation brutale à la faveur de la crise qui s'annonce et qui rendra le Trésor public particulièrement gourmand ? On peut craindre en tout cas que cette formule d'épargne atypique ne porte ses particularismes comme autant de "boulets" qui permettront à ses adversaires de n'en faire qu'une bouchée... L'assurance-vie à la française vit-elle ses dernières semaines ? Il est trop tôt pour le dire, mais à l'heure où la dette publique devrait exploser et où la récession qui s'annonce atteindra des proportions colossales, les encours de l'assurance-vie risquent de susciter d'immenses convoitises. Sans beaucoup d'arguments pour justifier des mesures de clémence de la part des pouvoirs publics. D'ailleurs, il se trouve déjà des voix pour réclamer sans ménagement sa refiscalisation. Les encours de l'assurance-vie à la française vont susciter l'appétit Fin janvier 2020, c'est-à-dire avant que la pandémie ne devienne un sujet de préoccupation mondiale, les encours de l'assurance-vie s'élevaient à 1.800 milliards €. La collecte de 2019 avait drainé 145 milliards pour près de 120 milliards de rachat. Ces chiffres bruts soulignent en soi le malaise qui pend au nez des assureurs : l'État propose un plan à 150 milliards € pour relancer l'économie, soit l'équivalent de la co
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.