Le meilleur plan de relance désormais : une année sans impôt

Désormais, il faut un vrai plan de relance face à l’urgence extrême révélée par les indices économiques. Entre un déficit de la sécurité sociale supérieur à 50 milliards€ (et ce n’est qu’un début) et un PIB en recul de plus de 10% cette année (et là aussi ce n’est sans doute qu’un début), le gouvernement a intérêt à marquer les esprits en prenant une vraie mesure, comme l’instauration d’une année blanche fiscale. Voici pourquoi. 

Un plan de relance, un vrai, voici ce dont le pays a désormais besoin pour éviter la chute libre sur le sol économique. Et pour l’instant, les 450 milliards annoncés par le gouvernement font plutôt l’effet d’un parachute en torche, que d’un plan de relance. Voici pourquoi il serait salutaire de passer à la vitesse supérieure… en décrétant une année fiscalement blanche. 

Un plan de relance facile à comprendre

On sait qu’Emmanuel Macron a constitué une sorte de think tank de fortune avec des économistes majoritairement keynésiens (nous y reviendrons dans les prochains jours) pour trouver une parade à la crise. Selon toute vraisemblance, en sortiront les vieilles recettes qui ne marchent pas, compliquées à mettre en oeuvre et qui donneront une fois de plus aux Français le sentiment d’une noblesse byzantine qui ratiocine pendant que les troupes ottomanes sont aux portes de Constantinople. 

L’instauration d’une année blanche fiscale a, face à ce déluge de complexité, l’avantage d’être simple à comprendre par tous les Français. Et surtout, elle est extraordinairement libératrice pour toutes les entreprises qui vont faire la relance : pas d’impôt sur les sociétés, pas de cotisations sociales… pas de formulaires ineptes à remplir, pas de missions d’inspection interminables. Il suffit juste de mettre l’URSSAF et la DGFIP en chôme technique pendant un an. 

Ce sera par ailleurs l’occasion, pour tous ces planqués de la solidarité et de la crise, de découvrir les charmes d’une vie un peu plus précaire…

L’annonce d’une année blanche fiscale aurait un effet euphorisant sur la société française. De même que le confinement a permis de goûter aux plaisirs d’une vie sans salariat, l’année blanche fiscale fera découvrir aux Français le plaisir d’une vie sans impôt. La dynamisation libératoire et libératrice qui s’en suivra aura un impact révolutionnaire sur la mentalité du pays.  

Un plan de relance à 1.000 milliards €

Si l’on se souvient que les prélèvements obligatoires représentent environ 45% du PIB, c’est donc un plan à 1.000 milliards € qui serait adopté. Si on l’ampute des trois premiers mois de l’année, il s’élèverait à 750 milliards. 

Cette somme a le mérite d’activer la relance, c’est-à-dire de servir directement aux Français et à leurs entreprises pour relancer l’activité, sans supposer de nombreux intermédiaires (qui prélèvent tous leur dîme au passage, pour assurer leur propre subsistance). Elle a aussi le mérite d’être dépensée universellement, à la manière de l'”helicopter money” qui revient régulièrement sur le tapis. 

Au fond, l’année blanche fiscale est un “helicopter money” simple à comprendre et à mettre en pratique. 

À lire aussi

Comment les sanctions accélèrent Reset et débâcle occidentale, par Nicolas Bonnal

Nouveau dossier disponible : Origines du Covid et armes biologiques

Sécession patrimoniale : que penser du krypto-krach, par Florent Machabert

Custine et les débuts de la russophobie européenne, par Nicolas Bonnal

Guerre d’Ukraine: Jours 119-120 – Alors que l’armée ukrainienne s’effondre, l’unité réaffirmée des BRICS marque la défaite géopolitique des Etats-Unis

Un prêtre parisien spécialisé dans les funérailles témoigne sur les dégâts du vaccin

[PAYANT] Faut-il placer ses liquidités en dollars US ? par Dimitri de Vismes

Passe vaccinal jusqu’en 2023 : et si Macron tentait la vaccination obligatoire en septembre ?

“Casse-toi, tu pues!” – Quand le ministre allemand de l’Economie avoue passer moins de temps sous la douche

Passe sanitaire européen : toute la NUPES (Manon Aubry comprise) a voté pour !

Le chômage partiel zombifie l’économie

La formule de l’année blanche fiscale a un mérite : elle évite la zombification de l’économie, c’est-à-dire le maintien en vie “sous respirateur artificiel” d’entreprises qui n’ont pas d’avenir. C’est l’immense inconvénient de la politique économique actuelle, à commencer par la politique industrielle menée par le pouvoir. On voit bien (nous y reviendrons prochainement) que Bruno Le Maire demande à Renault de maintenir pour des raisons politiques et avec l’argent du contribuable des activités sans avenir, choix qui sacrifie le développement de nouvelles activités porteuses. 

Mais le chômage partiel zombifie lui-même l’économie, dans la  mesure où il constitue désormais une drogue dont des entreprises mourantes ne peuvent se passer. Nous sommes à peu près sûr que ces entreprises disparaîtront dans l’année. 

Ne vaut-il pas mieux consacrer l’argent public à faire respirer tout le monde, plutôt qu’à étouffer ceux qui vont encore bien pour prolonger coûteusement la vie de ceux qui vont bientôt mourir ?

L’intervention de l’État finira par coûter 1.000 milliards €

Certains invoqueront l’argument “social” pour justifier ces politiques de zombification. Sauf que… au train où vont les choses, c’est au moins 1.000 milliards € que le gouvernement consacrera à la zombification de l’économie. 

Rappelons qu’à la mi-mars, Darmanin parlait d’un plan de 110 milliards € et d’un déficit de la sécurité sociale à 20 milliards (nous avions alors expliqué que ces chiffres étaient beaucoup trop optimistes). En mai, Bruno Le Maire a expliqué que la mobilisation de l’État était de 450 milliards… Nous prenons les paris que, courant octobre, la mobilisation des dépenses publiques, à travers les différentes dépenses passives ou défensives comme le chômage partiel ou le déficit de la sécurité sociale, flirtera avec les 700 ou 800 milliards €.

Quitte à consacrer la moitié du PIB ou presque à la relance, ne vaut-il pas mieux l’assumer dès maintenant et en faire une force, plutôt que de le faire à reculons et comme une défaite ?

Galvaniser les énergies pour faire face à la crise

L’intérêt de l’année blanche fiscale vient de son extrême simplicité et de son extrême lisibilité pour les Français. Elle constitue un élément de lisibilité et de confiance essentiels pour relancer l’activité. Les Français sauraient qu’ils ne paieraient ni impôts ni cotisations sociales jusqu’à la fin de l’année 2020. 

Cette mesure immédiate apporte de la stabilité et permet une révision forte des anticipations économiques. Elle soulagerait les entreprises en difficulté, sans les zombifier, puisque les entrepreneurs en sursis pourraient décider simplement d’arrêter leurs activités dans un calendrier maîtrisé. 

L’année blanche fiscale est, de notre point de vue, le plan de relance le plus efficace qui puisse être conçu aujourd’hui. 

16 Shares:
10 commentaires
  1. Votre idée est tellement intelligente, simple de conception et d’application qu’elle ne sera pas retenue. En effet, l’oligarchie qui nous gouverne tient à garder ses joujoux et ses pouvoirs ( droit de vie et de mort sur les entreprises de leur choix). Le capitalisme de connivence n’y trouverait pas son compte. Les fonctionnaires désœuvrés déprimeraient ou se révolteraient.
    En outre, les Français risqueraient d’y prendre gout et de réclamer de futures années blanches à 25 ou 50%. Ils constateraient aussi qu’ils se passent très bien des divers CERFA que l’administration leur inflige.
    Au total, vous êtes un vrai révolutionnaire!

    1. Je pense comme vous. C’est un saut dans le vide tellement impensable pour les fonctionnaires, haut-fonctionnaires, élus, qu’ils sont incapables d’y songer plus de 10 secondes.

      Amusons-nous.
      Lequel d’entre nous se servirait des outils de propagandes gauchistes comme change.org pour lancer un sondage pour une année blanche ?

      Bien sincèrement,

  2. La France étant un pays à moitié ou aux trois quarts communiste, il est possible qu’elle soit un peu comme l’ex URSS en 1989, à la veille de l’effondrement. Le virus ayant accéléré les choses.
    Qu’en sortira-t-il ? Difficile à dire, mais sûrement une période de chaos de durée indéterminée.
    Il serait utile de réétudier les circonstances de la chute de l’URSS.

    1. Pas tout à fait pareil, à mon humble avis. J’ai fait la même analyse que vous depuis 1995, en pensant que la situation ne pouvait plus durer.
      Et pourtant, elle dure.

      Vous l’avez écrit, les français sont dorénavant communistes. Vous dites 50 à 75%. Je dis 98%, puisque 2% est le score des libéraux en France. L’ensemble est bien aligné par l’éducation nationale, et par les Pravda subventionnées.
      Contrairement à l’URSS, nous votons fréquemment, dans une palette de gauche à centre gauche. Remarquez qu’aucun candidat libéral n’émerge malgré la “sagesse des foules” et la liberté des votes. 98% d’entre nous sont donc d’accord sans contrainte sur les principes.
      Contrairement à l’URSS, personne ne risque sa vie pour faire défection. Ni n’est capturé en détention pour avoir dénigré les dirigeants.
      Contrairement à l’URSS, nos échanges commerciaux ne sont pas sous embargo.
      Les touristes aisés sont nombreux à venir visiter notre pays sans restriction et participer à son financement (je parle bien des touristes, hein, pas des immigrés illégaux).

      Malheureusement, notre système est loin de s’effondrer sur lui-même comme l’URSS. Ou alors dans très longtemps, plusieurs générations, voire jamais à ce rythme. Notons aussi que les pays qui nous entourent sont à peu près du même type.
      Je ne vois pas de pays libéral et efficace à proximité, comme Singapour, Taiwan, la Corée du Sud, qui pourrait nous entraîner. A part la Suisse, qui s’apparente à un village gaulois entouré de camps retranchés (histoire connue).
      Pas de chaos en vue. Je nous vois continuer à long terme sur le chemin que j’appelle “un pays en voie de sous-développement”.

      D’accord ? Pas d’accord ?

      1. Tout à fait d’accord avec vous et en particulier sur votre conclusion : Pas de chaos en vue. Je nous vois continuer à long terme sur le chemin que j’appelle « un pays en voie de sous-développement ».
        Et j’ai une explication à ça. La France est encore un pays très riche, un des pays les plus riches du monde. Il y a de quoi tenir très longtemps avant que les français aient faim, seul déclencheur des révoltes et des réformes. La prise de conscience n’arrivera qu’avec la faim ou quelque chose d’équivalent.

      2. J’aimerais être aussi confiant que vous dans l’avenir. Mais je pense plutôt que le “dénouement “approche, sans être naturellement capable de fixer une date.
        Quel sera le facteur déclenchant: effondrement de l’économie accéléré par la crise sanitaire? Embrasement des banlieues et extension des zones de droit islamique? Disparition de l’euro et éclatement de l’UE? Crise financière de l’état qui ne peut plus de refinancer et spoliation légale de l’épargne des Français? Découragement définitif des français qui bossent et émigrent, mettent la pédale douce ( comme certains professionnels libéraux qui prennent des vacances de plus en plus longues et travaillent quatre jours par semaine?
        L’image est une digue qui se fissure lentement et qui finit par lâcher brutalement, en laissant l’eau tout submerger.
        J’espère sincèrement me tromper.

    2. Pas tout à fait pareil, à mon humble avis. J’ai fait la même analyse que vous depuis 1995, en pensant que la situation ne pouvait plus durer.
      Et pourtant, elle dure.

      Vous l’avez écrit, les français sont dorénavant communistes. Vous dites 50 à 75%. Je dis 98%, puisque 2% est le score des libéraux en France. L’ensemble est bien aligné par l’éducation nationale et par les Pravda subventionnées.
      Contrairement à l’URSS, nous votons fréquemment, dans une palette de gauche à centre gauche. Remarquez qu’aucun candidat libéral n’émerge malgré la “sagesse des foules” et la liberté des votes. 98% d’entre nous sont donc d’accord sur les principes, sans violence ni contrainte.
      Contrairement à l’URSS, personne ne risque sa vie pour faire défection. Ni n’est capturé en déporter en détention pour avoir dénigré les dirigeants.
      Contrairement à l’URSS, nos échanges commerciaux ne sont pas sous embargo. Les touristes aisés sont nombreux à venir visiter notre pays facilement et participer à ses taxes (je parle bien des touristes, hein, pas des immigrés illégaux).

      Malheureusement, notre système est loin de s’effondrer sur lui-même comme l’URSS. Ou alors dans très longtemps, plusieurs générations, voire jamais à ce rythme. Notons aussi que les pays qui nous entourent sont à peu près du même type.
      Je ne vois pas de pays résolument libéral et efficace à proximité, comme Singapour, Taiwan, la Corée du Sud, qui pourrait nous entraîner à sa suite. A part la Suisse, qui s’apparente à un village gaulois entouré de camps retranchés (histoire connue).
      Donc, pas de chaos en vue. Je nous vois continuer à long terme sur le chemin que j’appelle “un pays en voie de sous-développement”.

      D’accord ? Pas d’accord ?

  3. Absolument génial. C’est beau comme l’antique. Efficace, pédagogique et comme vous dites euphorisant. Et quel à propos! Pile poil ce moment ci ou jamais. Au bon endroit au bon moment. Quel dommage qu’il n’y ait pas de vrais politiciens dans ce pays. Au pays des bureaucrates socialo dans le fromage ce plan n’a bien sûr aucune chance. Qu’à cela ne tienne, pour les emmerder ça vaut vraiment le coup d’en parler. Voyons comment les media socialo l’ignorent ou s’en offusquent.

  4. “Si l’on se souvient que les prélèvements obligatoires représentent environ 45% du PIB”.
    Non inexact, cela fait partie de la propagande de cet état envahissant.
    La réalité c’est à minima 48,4% du PIB source EUROSTAT pour 2018. Je dis à minima, parce que ces chiffres ne tiennent pas compte des multiples manipulations de chiffres réalisées par les organismes étatiques français pour réduire ce pourcentage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer