La guerre civile arrivera-t-elle en France par l’affaire Adama Traore ?

L’affaire Adama Traore est celle de ce jeune de Beaumont-sur-Oise qui est mort après une interpellation mouvementée par la gendarmerie, en 2016. Connu de la police pour de petits délits, l’intéressé s’était enfui pour échapper à un contrôle d’identité. Rattrapé par les forces de l’ordre, les causes exactes de son décès sont contestées par la famille. Celle-ci maintient une manifestation interdite devant le palais de justice ce mardi à 19 heures…

Entre l’affaire Adama Traoré et le décès de Georges Floyd aux États-Unis, les agitateurs qui victimisent les minorités ethniques en France cherchent évidemment à établir un parallèle commode. Récupérer la mort de George Floyd et créer un grand mouvement de contestation contre l’ordre blanc en France… Il n’est pas sûre que cette manoeuvre grossière fonctionne, mais il est vrai qu’une fois de plus le gouvernement et la technostructure mettent toutes les chances du côté des manifestations pour affaiblir l’ordre et pousser à l’émeute.

La contre-expertise sur Adama Traoré qui tombe mal

Alors que l’agitation autour de l’affaire Adama Traore était globalement contenue depuis plusieurs mois en France, la publication vendredi dernier d’une contre-expertise innocentant les gendarmes ayant procédé à l’interpellation du délinquant a remis le feu aux poudres. Cette expertise affirme que le jeune Traore souffrait d’un problème cardiaque dont la manifestation a commencé avant l’interpellation. 

On peut tout de même s’interroger, compte tenu de la sensibilité du dossier, sur le circuit de décision qui a conduit à cette publication en pleine vague de contestation raciale aux États-Unis. Il était évident que le contexte, le bon sens, l’intérêt public, recommandaient de différer cette publication de quelques jours, voire quelques semaines, le temps que les esprits se calment un peu.

Celui ou celle qui a validé la publication de cette contre-expertise forcément ne pouvait ignorer qu’il craquait une allumette au-dessus d’un baril de poudre. 

Le préfet Lallement pose décidément problème

La contre-expertise à peine connue, la famille Traore et ses soutiens ont évidemment décidé d’une manifestation dans Paris, en l’espèce devant le palais de Justice. Comme à son habitude, le Préfet Lallement l’a annulée à la dernière minute, rendant tout référé impossible. 

Cette technique systématiquement utilisée contre les Gilets Jaunes n’est pas nouvelle, et on ne se souvient d’ailleurs pas que les soutiens de Traore s’en soient offusqués lorsqu’il s’agissait d’être solidaire avec des Français. En revanche, s’agissant des minorités victimes de la colonisation, la technique Lallement jette de l’huile sur le feu et échauffe les esprits, comme le montre la vidéo ci-dessus. 

Cette stratégie est au demeurant absurde, puisque les rassemblements sont interdits durant l’urgence sanitaire. Le tribunal administratif aurait en urgence validé la décision du Préfet. 

Pourquoi, dans ces conditions, faire de la provocation ?

À lire aussi

Comment les sanctions accélèrent Reset et débâcle occidentale, par Nicolas Bonnal

Nouveau dossier disponible : Origines du Covid et armes biologiques

Sécession patrimoniale : que penser du krypto-krach, par Florent Machabert

Custine et les débuts de la russophobie européenne, par Nicolas Bonnal

Guerre d’Ukraine: Jours 119-120 – Alors que l’armée ukrainienne s’effondre, l’unité réaffirmée des BRICS marque la défaite géopolitique des Etats-Unis

Un prêtre parisien spécialisé dans les funérailles témoigne sur les dégâts du vaccin

[PAYANT] Faut-il placer ses liquidités en dollars US ? par Dimitri de Vismes

Passe vaccinal jusqu’en 2023 : et si Macron tentait la vaccination obligatoire en septembre ?

“Casse-toi, tu pues!” – Quand le ministre allemand de l’Economie avoue passer moins de temps sous la douche

Passe sanitaire européen : toute la NUPES (Manon Aubry comprise) a voté pour !

Réactions virulentes et appels au soulèvement

Dans ces conditions, sans surprise, ce qui devait arriver arriva : la famille Traore et ses proches se sont répandus contre le racisme prétendu de cette contre-expertise, et sur l’incompétence des médecins qui y ont procédé. On comprend bien l’objectif téléguidé de cette affaire : saisir l’émotion du déconfinement et de la mort de George Floyd, profiter de la précarisation des banlieues du fait de la crise économique foudroyante pour pousser une revendication identitaire racialisée. 

C’est précisément le scénario que les services de renseignement craignaient, sur lequel ils avaient alerté l’exécutif. Mais dans l’incompétence ambiante, personne n’a jugé utile de gérer le dossier Traore préventivement… Quand les lignes de commandement sont déficientes, hein, on ne peut plus faire grand chose pour le pays. 

Un deux poids deux mesures de plus en plus urticant

L’ironie du sort veut que, ce week-end, une bien fâcheuse affaire ait éclaté dans l’Isère. Un commerçant de village a légèrement blessé un cambrioleur qui s’attaquait de nuit à son commerce. Ce petit commerçant s’est retrouvé menotté, accusé de meurtre, mis en garde à vue pendant 48 heures. D’un côté des voyous qui commettent des délits de fuite et qui se présentent en victimes parce qu’ils sont issus de l’immigration. De l’autre, des travailleurs indépendants épuisés par la crise traités comme des moins que rien lorsqu’ils défendent leur outil de travail. 

Ce rapprochement entre deux faits divers, l’un beaucoup moins tragique que l’autre, heureusement, met toutefois l’accent sur les déséquilibres de moins en moins supportables de la société française. Les “Gaulois réfractaires” sont traités sans ménagement par le pouvoir, quand celui-ci met les bouchées doubles pour préserver l’illusion d’un Vivre Ensemble fondé sur l’excuse systématique de la délinquance. 

Le début de la fin pour le Vivre Ensemble et ses faux semblants ?

L’agitation autour de la mort d’Adama Traore sera-t-elle un feu de paille, ou déclenchera-t-elle un mouvement collectif dont l’objet sera une fois de plus d’affaiblir la légitimité de l’ordre existant et de promouvoir une société de plus en plus atomisée, où l’homme blanc porte un fardeau toujours plus lourd, et l’homme noir est toujours plus excusé de ne pas respecter les mêmes règles que les Blancs ?

Dans tous les cas, le confinement a montré comment des zones de non-droit s’étaient gravées dans le marbre en France, avec la complicité tacite des élites qui ne vivent pas dans les mêmes quartiers… et qui valident assez spontanément, au nom de la “bienveillance” une mise sous le boisseau des “Gaulois”, et une promotion des minorités. La surmortalité exceptionnelle en Seine-Saint-Denis a montré comment cette logique d’excuse était contraire aux intérêts mêmes de ces minorités… mais qu’importe. Il s’agit ici d’ostentation, de bonne conscience, et non d’éthique. 

Nous prenons des paris sur une dégradation rapide de la situation et sur une implosion prochaine du Vivre Ensemble en France. 

136 Shares:
6 commentaires
  1. En fait ,Vu le peu d empressement des Organisations Diversitaires et Alterophile , de l église de la Bien Pensance , Monsieur Cedric. C , devait être banalement non assisté, père de famille , blanc ,et sans casier judiciaire , et sa mort n a pas eu le soutien Retentissant Habituel de l opinion des activistes Mondialistes Humanistes hémiplégiques et leur relais Mediatico politiques ! Donc stand by ?

  2. Dans la famille Traoré je veux :
    –Yacouba Traoré : 3 ans ferme – incendie d’un autobus.
    –Samba Traoré : 4 ans ferme – violences avec arme.
    –Serene Traoré : 4 mois ferme – outrage.
    –Bagui Traoré : 30 mois ferme – extorsion sur femmes vulnérables.
    –Youssouf Traoré : 6 mois ferme – trafic de drogue.
    Résultat : Quine !!
    Et ca veut faire des leçons de morale 🙄😡😡🙄

  3. désolé mais je ne serais jamais du coté des branleurs dîtes des forces de l’Ordre qui ne sont que des créateurs de chomage et de pauvreté. Un bon coup sur leur g… ne peut que leur faire du bien.
    J’ai connu une gendarmerie efficace. aujourd’hui j’ai une gendarmerie aux ordres seulement capables de faire crever les gens. J’ai déposé 5 fois plainte et si j’avais pis…. en l’air, j’aurais eu le même résultat. Et la gendarmerie s’est brillamment illustrée dans une plainte qu’à déposé notre maire et son conseil municipale pour dégradation de la maison de notre maire. C’est le maire qui a été condamnée !!! et l’enquête avait été menée par un commandant de gendarmerie !!!! cela a dégouté et le maire et le conseil municipal !!!

  4. Désolé, mais le débat me parait ici plutôt byzantin.
    Qui peut ignorer encore avec ce qu’il se passe depuis quelques décennies qu’une révolution, qu’une guerre civile ou qu’un crise peut parfaitement s’organiser de l’extérieur sans qu’il n’y ait même des “conditions objectives” comme dirait Marx, ni que “le peuple n’en ait une quelconque conscience ?
    Certains services pour ne pas dire anglo-saxosn s’en sont d’ailleurs fait une spécialité depuis fort longtemps d’ailleurs. Tout le problème est donc de savoir qui ils servent vraiment …
    Alors, quelques boutefeux par ici et de quelques false flag par là et l’affaire est jouée.
    Peu importe d’ailleurs le tour que prendrait cette guerre civile à partir du moment où elle démarre effectivement.
    La vraie question est en fait ailleurs. Sachant que “à la veille de chaque grand massacre il y a un défaut de paiement”, la question devient : de quelle guerre civile s’agit-il ? Manifestement, dans le cas de la France il s’agirait d’en déclencher une entre nationaux de souche et migrants, car elle éviterait ainsi la vraie guerre civile qui sourd et qui menace, celle de toujours, celle de Versailles contre la Commune, celle des vrais riches ( qui aujourd’hui ont tout le pouvoir ou presque ) contre les futurs pauvres que nous sommes presque tous ….
    Et qui se trompe de guerre est alors vaincu d’avance !
    J’ajoute que ceci est un constat “terrain”, pas une digression d’exempté du service national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer