ūüéĖ260 milliards d’emprunt en 2020 : Macron met la France entre les mains de la finance

Pour financer les d√©penses exceptionnelles li√©es au coronavirus, l’√Čtat doit augmenter son programme d’emprunts pour 2020. La France l√®vera 260 milliards sur les march√©s au lieu de 205 pr√©vus en loi de finances initiale, soit deux fois la masse salariale de l’√Čtat. Cette somme astronomique (jamais la France n’aura emprunt√© autant en une ann√©e) donne aux banquiers et aux assureurs une arme irrempla√ßable pour d√©fendre leurs int√©r√™ts face √† un gouvernement financi√®rement aux abois. Une fois de plus, les d√©pensiers affaiblissent l’ind√©pendance du politique par des choix majoritairement sociaux insoutenables financi√®rement.

260 milliards ‚ā¨ d’emprunts cette ann√©e pour la France ! C’est la somme astronomique qui sera n√©cessaire pour financer les √©normes d√©penses publiques. En l’esp√®ce,¬†205 milliards √©taient pr√©vus pour couvrir les d√©penses ordinaires¬†en loi de finances initiale. Les √©carts budg√©taires dus au coronavirus imposent d’augmenter cette somme de 55 milliards. Et ce n’est peut-√™tre pas fini…¬†

Des emprunts en 2020 en veux-tu en voilà

En 2019, d√©j√†, la France avait battu un record en empruntant 200 milliards ‚ā¨, chiffre qui rappelle que le quinquennat Macron n’est certainement pas celui d’un n√©o-lib√©ralisme √©chevel√©, mais beaucoup plus celui de la d√©rive des comptes publics. En 2020, la France devrait battre son triste record historique en empruntant 260 milliards.¬†

Encore cette somme est-elle loin de couvrir les besoins de financement de l’√Čtat. Comme l’indique tr√®s utilement l’Agence France-Tr√©sor, 20 milliards suppl√©mentaires vont √™tre trouv√©s de-ci de-l√†, notamment par la mobilisation des d√©p√īts des correspondants (autoris√©e par la r√©cente loi d’urgence sanitaire). 80 milliards seront apport√©s par le jeu des renouvellements de dette √† court terme. Restent donc 260 milliards de dettes √† moyen et long terme qui seront √©mises pour financer l’√©norme d√©rapage budg√©taire de 2020.¬†

Une aubaine politique pour les banquiers et les assureurs

Si cette expansion fulgurante de l’endettement fran√ßais est op√©r√©e sous une contrainte relative due au coronavirus, elle n’en constitue pas moins une aubaine politique pour la sph√®re financi√®re, qui d√©tient ainsi un puissant moyen de pression sur le gouvernement. Rappelons en effet que¬†la dette publique est achet√©e par ceux que les “d√©pensiers” font profession de d√©tester¬†: les gestionnaires d’actifs (33% de la dette en 2017), les banques (21%), les fonds de pension (20%) et les assureurs (19%). Ce joli panel r√©sume les grands acteurs qu’une kyrielle de souverainistes √† la petite semaine, pourfendeurs du n√©o-lib√©ralisme ordinaire, et qu’une constellation de nostalgiques du marxisme-l√©ninisme consid√®rent comme l’incarnation du mal.¬†

Une dérive bien entamée avant 2020

Il serait toutefois injuste d’attribuer au seul coronavirus la paternit√© de cette puissante d√©rive. L’incapacit√© d’Emmanuel Macron √† r√©former l’√Čtat et √† diminuer les d√©penses publiques, qui suit l’incapacit√© de Fran√ßois Hollande √† en faire de m√™me, explique qu’aujourd’hui le gouvernement ne puisse plus payer un centime de r√©mun√©ration √† ses fonctionnaires (la masse salariale de l’√Čtat s’√©l√®ve √† 130 milliards ‚ā¨) sans s’endetter.¬†

Les raisons de cette d√©rive sont bien connues. Au lieu de profiter de l’apr√®s-crise 2008 pour se d√©sendetter, la France a fait exactement le contraire. Elle a mis √† profit les taux bas de la BCE (et c’est particuli√®rement vrai avec Emmanuel Macron) pour engraisser sa bureaucratie en recourant massivement √† l’emprunt. Toutes ces ann√©es perdues co√Ľtent aujourd’hui tr√®s cher, puisque l’√Čtat est dans la g√™ne pour financer massivement la reprise, quand l’Allemagne dispose d’un v√©ritable matelas pour se donner les moyens de prot√©ger son industrie.¬†

La sphère financière prend le pouvoir

Bien entendu, tous ces arrangements se font entre gens de bonne compagnie qui ont le bon go√Ľt se parler poliment et de ne rien trahir de leurs jeux de coulisses. Mais il est √©vident que la d√©pendance politique vis-√†-vis des banques et des assurances n’est pas un jeu √† somme nulle. L’√Čtat ne peut se d√©sint√©resser compl√®tement des dol√©ances de ses cr√©anciers. Il faut se souvenir que la France aura besoin de beaucoup emprunter pour mieux interpr√©ter, dans quelques mois, les fins de non-recevoir que Bercy opposera autoritairement aux d√©put√©s qui r√™vent de voter des amendements punitifs contre la finance.¬†

Et ce n’est pas le moindre des paradoxes qui habitent ces ennemis officiels de la finance que l’on trouve √† gauche de l’√©chiquier politique, mais aussi au Rassemblement National. Leur apparent refus des r√®gles orthodoxes en mati√®re budg√©taire les oblige… √† ob√©ir √† ceux qu’ils pr√©tendent combattre, tous ces financiers qui disposent d√©sormais du pouvoir de faire ou d√©faire les politiques publiques par l’argent qu’ils leur apportent.¬†

D√©rapages incontr√īl√©s en vue

On ajoutera que ce recours √† l’emprunt para√ģt aujourd’hui relever du d√©rapage absolument incontr√īl√©. L’√Čtat l√®vera 260 milliards de dettes, mais Bruno Le Maire r√©p√®te √† l’envi que le ch√īmage devrait bondir de pr√®s d’un million de personnes (800.000 √† ce stade, chiffre qui para√ģt largement sous-estim√©). Ce seront autant de recettes en moins pour la s√©curit√© sociale et pour les caisses de l’√Čtat, et autant de d√©penses en plus pour l’assurance-ch√īmage, dont le d√©ficit est d√©j√† abyssal.¬†

Autant dire que nous sommes entr√©s en terre inconnue budg√©tairement (ou alors terre jamais atteinte depuis Philippe le Bel, qui avait pers√©cut√© les Juifs et trucid√© les Templiers pour renflouer le Tr√©sor Royal). Heureusement, nous disposons d’√©lites qui ont le sommeil profond et sont d’une bonne nature, puisque personne ne songe √† ce stade √† diminuer les d√©penses, et puisque beaucoup de gens proposent m√™me de les augmenter encore, surtout √† gauche.¬†

49 Shares:
4 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer