ūüéĖPar qui remplacer Castaner : Fauvergue serait bien meilleur que P√©chenard

Le d√©part de Castaner est √† peu pr√®s in√©vitable aujourd’hui, tant son bilan est calamiteux et son maintien en poste urticant pour l’ensemble du pays, et tout particuli√®rement pour les policiers eux-m√™mes. De longue date, Nicolas Sarkozy pousse la candidature de Fr√©d√©ric P√©chenard, lui-m√™me flic, et ami de longue date. Mais la candidature de Jean-Michel Fauvergues para√ģt bien plus intelligente et plus prometteuse. Voici pourquoi.¬†

L’√©viction de Castaner para√ģt d√©sormais in√©vitable. Ses sorties mal ajust√©es sur les suspensions de policiers en cas de “soup√ßon de racisme”, corrig√©es par Nunez, puis par lui-m√™me en “soup√ßon av√©r√©”, ont montr√© un ministre bien mal assur√© apr√®s deux ans ou presque pass√©s place Beauvau. Si l’on se souvient de son soutien sans faille aux forces de l’ordre qui tiraient √† bout portant √† coups de LBD sur les Gilets Jaunes dans les manifestations, on ne peut que constater une absence totale de vision de l’ordre public et une incomp√©tence d√©montr√©e de Christophe Castaner d√®s lors qu’il s’agit de maintien de l’ordre.

Mais par qui le remplacer ? Dans l’int√©r√™t g√©n√©ral, nous pensons que la candidature de l’ancien patron du RAID, Jean-Michel Fauvergues, serait bien meilleure que celle de Fr√©d√©ric P√©chenard.¬†

Fr√©d√©ric P√©chenard… un proche de Sarkozy

Depuis plusieurs mois, Nicolas Sarkozy ne cesse de faire de la retape aupr√®s d’Emmanuel Macron pour qu’il nomme Fr√©d√©ric P√©chenard ministre de l’Int√©rieur. Entre les deux hommes, l’amiti√© n’est pas nouvelle. Ils sont connus √† Neuilly, o√Ļ ils √©taient voisins. P√©chenard est donc un proche de Sarkozy et probablement l’un de ceux qui le connaissent intimement depuis le plus longtemps, non seulement sur la sc√®ne politique, mais m√™me sur un plan personnel.¬†

Sans cette proximit√©, le commissaire P√©chenard aurait-il connu la carri√®re qui est la sienne ? Impossible de r√©pondre facilement √† cette question. Mais il est un fait que P√©chenard est promu contr√īleur g√©n√©ral de la police (le grade supr√™me) √† 49 ans en 2004… alors que Sarkozy est ministre de l’√Čconomie et pas encore ministre de l’Int√©rieur.¬†

Quelques jours apr√®s l’√©lection de Sarkozy √† l’√Člys√©e, P√©chenard est promu directeur g√©n√©ral de la police nationale. Son passage d√©finitif en politique se fait ensuite dans le sillage direct de Nicolas Sarkozy, dont il est l’un des plus fid√®les lieutenants aujourd’hui.¬†

Sans surprise, Sarkozy fait donc sa promotion auprès de Macron. 

Frédéric Péchenard, un dépensier conservateur sans vision

Depuis de nombreuses ann√©es, Fr√©d√©ric P√©chenard incarne tout ce qui nous fait fuir dans la droite : l’absence de vision et d’audace, un conservatisme d√©pensier d√©sesp√©rant, fond√© sur l’id√©e que la police ira mieux si on lui accorde plus de moyens. Pour que l’√Čtat fonctionne mieux, il faut augmenter les d√©penses, et ne surtout pas bousculer l’encadrement et la hi√©rarchie, cette vieille aristocratie qui gouverne de droit divin.¬†

Il est frappant de voir qu’en octobre 2019, P√©chenard (qui a toujours √©vit√© d’annoncer des r√©formes de structure, surtout d√®s lors qu’elles visaient √† reprendre en main le commandement de la police) se faisait encore l’avocat d’une augmentation des moyens de la police sans √©voquer les probl√®mes d’organisation que celle-ci rencontre.¬†

Bref, P√©chenard, c’est le discours du toujours plus qu’on conna√ģt bien avec le SNES √† l’√Čducation Nationale. Et on a un gros doute sur le fait que le personnage, sans le soutien de Sarkozy, soit arriv√© √† ce rang avec ce genre de discours de syndicaliste.¬†

Le probl√®me de la police, c’est son commandement, pas ses moyens

Pourtant, plus le temps passe, et plus on s’aper√ßoit que le probl√®me majeur de la police ne tient pas √† son pr√©tendu manque de moyens, mais bien √† l’incapacit√© de la hi√©rarchie √† manager les services. Cette incomp√©tence profonde des hauts fonctionnaires de la police, tous politis√©s comme P√©chenard, est apparue au moment de la crise des Gilets Jaunes. Il √©tait frappant de voir des milliers de CRS et de gendarmes mobiles mal command√©s, le 3 d√©cembre 2018, riv√©s au sol, serrant les mains de Castaner et de Nunez, pendant que les Gilets Jaunes prenaient l’Arc de Triomphe d’assaut et le vandalisaient.¬†

Quel cerveau insuffisant avait fix√© au sol les meilleures troupes autour de l’√Člys√©e, pendant que le maintien de l’ordre √©tait confi√© √† quelques brigades mal pr√©par√©es ? Cette police-l√† est fautive, parce qu’elle n’est pas encadr√©e, et ce n’est pas un P√©chenard qui va y changer quelque chose.¬†

Il faut, pour récupérer le morceau, un réformateur intelligent. 

Jean-Michel Fauvergues, le réformateur dont la police a besoin

C’est ici qu’intervient l’ancien patron du RAID. Devenu d√©put√© LREM en 2017, Fauvergues est l’auteur d’un rapport signal√© sur le continuum de s√©curit√© et sur la s√©curit√© globale.¬†

Ce rapport propose une vraie vision globale de la s√©curit√© en France et consolide d’authentiques pistes de r√©organisation. De notre point de vue, c’est l’une des analyses les plus solides du moment.¬†

Surtout, Fauvergues a le bon sens de ne pas se perdre dans le discours habituel du “il faut plus de moyens”, mais de poser le sujet qui compte : la reprise en main et la mise au travail de l’administration centrale de la police. C’est le sens des propos qu’il tenait en octobre 2019, au moment o√Ļ P√©chenard plaidait pour une augmentation des moyens.¬†

Comme Fauvergues le disait tr√®s bien, le sujet num√©ro un de la police, c’est la charge bureaucratique qui p√®se du fait de sa suradministration par des directions scl√©ros√©es.¬†

On ne peut pas dire mieux. Ce sujet est le m√™me qu’√† l’√Čducation Nationale ou dans les h√īpitaux publics.¬†

Macron osera-t-il r√©former l’√Čtat pour le rendre plus efficace ?

In fine, le d√©bat que pose Fauvergues est celui de la r√©forme de l’√Čtat. P√©chenard fait partie de ceux qui veulent l’enterrer, notamment par peur d’affronter leurs petits camarades et de perdre ainsi des soutiens. Or cette connivence, cet esprit courtisan, cette d√©magogie de la flatterie et de l’entre-soi, qui tuent l’√Čtat et d√©sesp√®rent les Fran√ßais.¬†

Macron a toujours promis qu’il s’attaquerait au gouvernement profond qu’est la technostructure, mais il ne l’a jamais fait. Le choix du successeur de Castaner sera un test tr√®s √©loquent sur ce sujet.

1 Shares:
2 commentaires
  1. Certes Jean-Michel Fauvergues est excellent sur papier. Mais √† ce compte-l√† Jerry Salomon aussi √©tait le meilleur Directeur de la Sant√© √† la lecture de son suppos√© merveilleux rapport de 2016. On a vu la suite. Tr√®s vite les rapports sont envoy√©s aux archives et la bureaucratie socialo toute puissante s’impose au bras de fer. Seuls les grands politiques comme il n’y en a plus peuvent renverser la table. Clairement √ßa n’arrivera pas sous maqueron Castafiore path√©tique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer