mar. Août 4th, 2020

Comment les soignants vont se faire balader en beauté par le Ségur de la Santé

La manifestation des soignants qui a dégénéré aujourd’hui à Paris illustre, par-delà les polémiques importantes mais anecdotiques, la perte de repères très profonde des soignants face à un système bureaucratique et technocratique qui les balade avec la complicité de tous les leviers d’influence. Une fois de plus, l’esprit de caste qui gangrène l’élite française désespère la base… jusqu’à plus radicaliser toute expression publique. Seul un choc systémique pourrait changer la donne. 

Sans grande surprise, la manifestation des soignants a donné lieu à des débordements à Paris. Des éléments radicaux ont affronté la police. Cette si prévisible réponse du berger antifa à la bergère gouvernementale illustre le climat dégradé dans lequel se tient le Ségur de la Santé. Présenté dimanche dernier encore par Emmanuel Macron comme une solution, ses participants lui reprochent d’être une simple mise en scène destinée à étouffer les revendications. 

Dans la pratique, le Ségur est un leurre puisqu’il réunit des décideurs qui sont à l’origine du déclin de l’hôpital français, et de la verticalité bureaucratique qui le paralyse et le décourage. 

Les soignants face à la surdité institutionnelle

Le Ségur de la Santé était la réponse du gouvernement au malaise des soignants, exprimé depuis plus d’un an, notamment à l’occasion de grèves dans les services d’urgence. Ces grèves visaient à dénoncer un manque de moyens dans les services, sur lequel il y aurait beaucoup à dire, tant il est compliqué à analyser (nous ne reprendrons ici les comparaisons dressées par l’OCDE qui montrent que l’hôpital public en France ne souffre pas d’un problème de moyens, mais d’une suradministration étouffante). 

Assez logiquement, ce grand rendez-vous de concertation aurait dû constituer un moment de réconciliation entre le pouvoir exécutif et ses personnels hospitaliers dont la conduite a été exemplaire durant toute la crise du coronavirus. Mais on ne se refait pas, même pendant un confinement ! Dès les premières heures de réunion, les coups ont commencé à pleuvoir.

Ainsi, assez rapidement, Sud a claqué la porte des réunions. Une semaine plus tard, le collectif Inter-Hôpitaux, à l’origine des grèves aux urgences, a exprimé ses doutes sur l’opération. Parallèlement, le Ségur a oublié quelques figures essentielles de la Santé, comme les infirmières libérales

En réalité, tous ces accrocs ont nourri l’idée que le Ségur de la santé était une mise en scène et non une vraie concertation destinée à aboutir.

La question de la bureaucratie sanitaire savamment diluée dans les débats

Au demeurant, le choix des quatre « piliers » de discussion a savamment évité de percuter de plein fouet la question de la bureaucratie hospitalière et de la suradministration de la santé en France. Ainsi, on parle évidemment carrières et rémunérations, on parle investissement et financement, on parle de « simplifier radicalement les organisations ». Mais la question de fond, qui est l’autonomie des hôpitaux et leur agilité par leur liberté d’organisation est occultée. 

Si l’on admet l’hypothèse que les hôpitaux souffrent d’un excès de centralisation et de verticalité, on comprend bien que le principe même du Ségur empêchera d’aborder la question frontalement. Comment les praticiens au quotidien de la verticalité et de la centralisation, qui verrouillent le ministère de la Santé et les ARS, pourraient-ils prôner subitement le contraire de ce qu’ils pratiquent ?

Pourquoi les salaires n’augmenteront pas autant que les soignants le veulent

Si l’on comprend que le Ségur de la Santé est un exercice qui consiste à demander aux loups de protéger la bergerie, la façon dont les sujets tabous est abordée indique que l’augmentation des salaires est par avance peu probable, et qu’elle se terminera selon toute vraisemblance sur un bidouillage compliqué qui décevra les personnels concernés. Les soignants des hôpitaux publics sont en effet enfermés dans le carcan complexe des grilles indiciaires de la fonction publique dont les moindres évolutions sont millimétrées et soumises à des discussions interministérielles interminables. 

C’est l’inconvénient d’être fonctionnaire : les soignants sont quelques bâtonnets dans un immense mikado. les faire bouger dans cet ensemble est éminemment périlleux et ne permet pas de mouvement fluide. Il faut se contenter d’avoir un peu sans déranger les autres. 

Au demeurant, l’administration sait très bien inventé des outils abscons pour régler ces sujets avec une timidité épuisante. Et c’est probablement à quoi se destinent les soignants. On entend d’ici les mesures pluriannuelles de rattrapage, les bonifications indiciaires de ceci ou de cela, les primes exceptionnelles en tous genres, qui seront autant de bouts de ficelle pour concilier l’aspiration à une augmentation de salaire avec les rigidités de la bureaucratie toute puissante. 

L’agilité absente des débats

Sur le fond, la crise du coronavirus a montré que l’hôpital était capable de tripler en quelques jours le nombre de lits de réanimation sans augmentation de moyens dès lors qu’on interrompait le règne de la bureaucratie et qu’on proclamait l’avénement de l’horizontalité. L’hôpital peut être agile lorsqu’il cesse d’être dirigé par des cols blancs qui croient jouer aux chefs d’entreprise. Il se porte même très bien lorsqu’il se concentre sur sa mission de soigner les malades. 

Aussi, le seul sujet utile du Ségur devrait être résumé en une question : comment rendre nos hôpitaux publics agiles et réactifs ? On l’a vu, cette idée a été escamotée au profit d’une notion de « simplification », qui permet de faire croire que le problème n’est pas la prise du pouvoir dans la santé par une caste de managers publics incompétents, mais plus la complexité de l’organisation. 

Or la complexité de l’organisation est une conséquence, et non une cause. L’hôpital est rendu compliqué par des bureaucrates qui prennent le pouvoir en inventant des milliers de règles. Mais ce serait une erreur de croire que l’on supprimera la cause en s’attaquant seulement aux conséquences.

On prend le pari ici que le chantier de la « simplification radicale » à l’hôpital connaîtra la même fin tragique (et rapide) que toutes les tentatives de simplification que l’État prétend mener depuis vingt ou trente ans. 

La réaction des élites face à la crise de la verticalité

C’est bien ce qui se joue au Ségur de la Santé : la verticalité est en crise, parce qu’elle est allée trop loin, et parce qu’elle est devenue trop étouffante. Mais les élites qui l’utilisent pour contrôler le pays n’ont pas dit leur dernier mot. 

Sous la pression du « terrain », on concerte, on prend langue, on se rencontre, on écoute sagement. Mais cette palabre se limitera à ce qui n’est pas vital dans l’économie générale du système. On augmentera un peu les salaires, on serrera trois vis ici, et on relâchera deux boulons là. L’essentiel restera à l’abri du temps : la bureaucratie de l’avenue de Ségur et sa kyrielle d’agences nationales, régionales, locales, demeureront les seigneurs de la santé. 

D’ailleurs, dès le début du mois de juin, Gérald Darmanin annonçait qu’il ne supprimerait pas les 300 postes prévus dans l’administration de la Santé. La boucle est bouclée.

4 thoughts on “Comment les soignants vont se faire balader en beauté par le Ségur de la Santé

  1. Le vrai problème c’est qu’une organisation « plate » du type des grandes sociétés industrielles suppose des délégations de responsabilité dont la contrepartie est la récompense et la sanction.
    Ces deux concepts sont totalement exclus du « service public » à la française.
    Le problème est donc sans solution sauf à casser le statut des fonctionnaire. Malheureusement le système de la fonction publique au sens large (avec SNCF, EDF etc..) emploie plus de 50% des français. Le point de non retour est donc dépassé.

    1. Tout à fait d’accord avec le fait que le point de non retour est déjà dépassé. On arrivera toujours à faire entendre « philosophiquement » des arguments X ou Y à tout type de personne, quel que soit l’affiliation politique ou l’emploi. Par contre, le projet libéral dans sa globalité, avec toutes les réformes structurelles que ça suppose, est totalement inaudible pour une très large majorité de la population déjà clientélisée (chômeurs, retraités, fonctionnaires, assimilés, personnes dépendant de la commande publique, personnes politiquement à gauche). On est clairement dans le cas de figure type de la dictature de la majorité…
      Et par dessus le marché, il y a des obstacles juridiques quasi-insurmontables, résultat de dizaines d’années de complexification du droit…
      C’est moche, mais même un mec qui arrive à se faire élire sur un tel programme et qui veut faire, ne pourra pas le faire en un quinquennat, faute de temps. Il faudrait au minimum 10 ans de politiques libérales très difficiles à mener (politiquement) pour résoudre le problème français…

  2. ce qui me fait beaucoup rire c’est que lorsque l’on est mécontent de son boulot, on se barre. On quitte le système et on part ailleurs. Sauf que voilà, la soupe est tout de même bien bonne alors on reste !!!

  3. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Quand on veut tuer le service publique, on y met à sa tête des incompétents qui lèchent les bottes de leurs supérieurs encore plus incompétents. Tout marche en dépit du bon sens. Il va falloir repartir de la base. Nos « élites » sont complètement déconnectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter