ūüéĖAxa plie sous la crise mais ne rompt pas

La crise a co√Ľt√© 1,5 milliard ‚ā¨ √† Axa, conform√©ment aux pr√©visions du groupe publi√©es au printemps. Cette somme colossale correspond √† la moiti√© des r√©sultats pr√©vus… et au volume que l’assureur entendait distribuer de fa√ßon compl√©mentaire √† ses actionnaires. Par prudence, ce deuxi√®me versement est suspendu. Mais le champion fran√ßais √©vite le pire et r√©siste plut√īt bien √† une crise tr√®s dure.¬†

Le 6 ao√Ľt, Axa a publi√© ses r√©sultats semestriels. L’entreprise a souffert de la crise et consid√®re que l’addition du coronavirus s’√©l√®ve √† 1,5 milliard, dont 1,2 en couverture de sinistres. Ce faisant, le r√©sultat est diminu√© de moiti√©. Mais le groupe limite les d√©g√Ęts et semble r√©sister √† la crise. Les analystes s’en f√©licitent.¬†

Les r√©sultats d’Axa plomb√©s de moiti√©

Axa a publi√© ses r√©sultats semestriels. Ils montrent un net repli d√Ľ au coronavirus. Le r√©sultat brut est de 1,9 milliard, et le r√©sultat net de 1,4 milliard ‚ā¨. Celui-ci est en repli de 39% par rapport √† l’an dernier. C’est √† la fois beaucoup et plut√īt rassurant. La baisse est en effet conforme aux pr√©visions, et pr√©serve une solidit√© financi√®re rassurante pour les assur√©s.¬†

Axa souligne que les indemnisations dues au coronavirus et aux effets du confinement s’√©l√®vent √† 1,2 milliard. En quelques mois seulement, √ßa fait beaucoup…

Les pertes sur les march√©s financiers ressortissent √† 300 millions ‚ā¨. L√† encore, les cons√©quences des tabacs boursiers auraient pu se r√©v√©ler bien pires.¬†

Le g√©ant fran√ßais de l’assurance peut donc se targuer d’encaisser une crise violente avec de vrais √©l√©ments de solidit√©. Mais pas au point de continuer ses distributions de dividendes : alors que l’Assembl√©e g√©n√©rale avait ent√©rin√© un versement compl√©mentaire de dividende √† l’automne, le groupe y renonce finalement. Prudence oblige.¬†

La solvabilit√© d’Axa conforme aux objectifs

Le r√©gulateur se f√©licitera d’apprendre que le ratio de solvabilit√© d’Axa se maintient √† 180. Comme nous l’avions indiqu√© en juin, il a baiss√© de 20 points sous l’effet du coronavirus. Mais il se maintient au-dessus de la ligne de flottaison d√©finie par le plan Ambition 2020. Celui-ci avait d√©fini un plancher √† 170.

En l’√©tat, Axa peut donc se targuer de r√©sister plut√īt bien √† la crise, m√™me si le management de l’entreprise a annonc√© qu’il renon√ßait √† deux objectifs initiaux : un r√©sultat op√©rationnel par action en hausse de 3% √† 7% en moyenne par an, ainsi qu’une rentabilit√© courante des capitaux propres comprises entre 12% et 14% en raison de la crise √©conomique et sanitaire.

On parlera ici de d√©g√Ęts limit√©s, qui valident la r√©orientation strat√©gique de ces derni√®res ann√©es, qui consistait √† remettre l’assurance au coeur de l’activit√© du groupe.¬†

Axa √©vite le pire sur les pertes d’exploitation des restaurateurs

Parall√®lement √† ces nouvelles financi√®res qui ne sont pas au fond si mauvaises qu’on ne le craignait, Axa a globalement r√©tabli sa situation juridique sur le fond des pertes d’exploitation dans le secteur du tourisme, et singuli√®rement dans le secteur de la restauration. Apr√®s la d√©cision “Manigold” qui a condamn√© l’assureur √† payer, plusieurs autres affaires ont donn√© lieu √† des d√©cisions contrast√©es. L’une d’elles m√©rite une attention particuli√®re : √† Toulouse, tr√®s symboliquement, le chef bien connu Michel Sarran a √©t√© d√©bout√© de son recours sur le contrat standard d’Axa. Celui-ci pr√©voit explicitement une exclusion de garantie en cas de fermetures collectives sur d√©cision administrative.¬†

Cette d√©cision judiciaire apporte un peu de s√©r√©nit√© √† l’assureur qui fait ainsi valider une position qu’il tient depuis plusieurs mois maintenant. Et fait retomber une pression mont√©e un peu partout, notamment sous l’impulsion de certains syndicats patronaux de la restauration.¬†

L’achat de XL √©tait-il judicieux ?

Les observateurs ont √©videmment relev√© avec malice que l’essentiel des pertes subies par Axa durant ce semestre provenait de sa nouvelle filiale Axa XL, rachet√©e 15 milliards en 2018.

Perdre plus d’un milliard en trois mois sur une affaire rachet√©e √† un prix de 12,5 milliards, deux ans auparavant, cela fait √©videmment un peu tache dans le paysage. Dans cette affaire, c’est la strat√©gie imprim√©e par Thomas Buberl, successeur d’Henri de Castries, qui est interrog√©e.¬†

D√©sormais, Axa avance sous la pression des analystes qui s’interrogent sur le b√©n√©fice que l’assureur tirera finalement de cette op√©ration. XL Group est sp√©cialis√© dans le risque industriel. C’est un poids lourd mondial, et Axa doit d√©montrer que le jeu en valait la chandelle.¬†

Buberl va devoir r√©ussir l’int√©gration de cette acquisition d√©sormais √† haut risque.¬†

Des cessions à prévoir

Pour renflouer ses comptes, Axa réfléchit désormais à sa stratégie de cession. La rumeur court selon laquelle Axa Singapour serait à vendre. En revanche, sa filiale Axa Life Europe ne serait plus à vendre. On sent bien que la crise redistribue profondément les cartes et que les stratégies à long terme seront impactées. 

Pour l’instant, le march√© reste toutefois positif en demeurant majoritairement sur des positions d’achat avec un pronostic de valorisation des cours.¬†

11 Shares:
1 commentaire
  1. Ne pas s’inqui√©ter pour AXA, qui a refus√© pratiquement toutes le indemnit√©s de perte d’exploitation de ses assur√©s.
    Mais on n’en attendait pas moins, AXA n’est qu”une holding de BlackRock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer