25 novembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Strohl : une bonne séance de ciné avec Hold-Up

Hélène Strohl revient pour nous sur le documentaire à scandale Hold-Up, cible de toutes les critiques depuis sa sortie sur Internet la semaine dernière. Accusé de complotisme, Hold-Up a nourri des appels à la censure, et plusieurs intervenants du documentaire ont pris leurs distances avec son contenu. On pense particulièrement à Philippe Douste-Blazy et Monique Pinçon-Charlot. Mais, sur le fond, qui nourrit le mieux les complots aujourd’hui ? Hélène Strohl s’attaque pour nous à ce sujet risqué !

Hélène Strohl

inspectrice générale des affaires sociales honoraire
A publié avec Michel Maffesoli La faillite des élites, éditions du Cerf, 2019

Il y a quelque chose d’addictif dans les thèses complotistes, qui partant de constats quotidiens et souvent banals, des faits divers, un accident, une attaque terroriste, ou maintenant une épidémie déroulent la pelote et finissent par expliquer l’ensemble de l’époque comme un combat de nous tous contre quelques grands méchants.

« Parmi ces thématiques récurrentes repérées, il y a donc celles liées aux théories du grand complot pour la domination totalitaire du monde qui serait planifié et mené de longue date par une élite secrète de maléfiques initiés ». [1]

Le documentaire Hold-Up appartient évidemment au genre conspirationniste et on peut comprendre que quelques intervenants, qui n’avaient pas à rougir de leur prestation (y ayant répété ce qu’ils avaient écrit et répété sur les plateaux de télévision moult fois), se soient effrayés tout à coup d’avoir cautionné ce genre ! [2]

Il est donc tout à fait facile aux tenants de l’ordre établi d’envoyer balader le documentaire en le qualifiant de complotiste et en infirmant plusieurs de ses affirmations. On observe malgré tout que ce ne sont pas les plus importantes ; car s’il est sans doute vrai qu’il y a erreur sur le fait que le virus Sars Cov2 aurait été breveté, la question de savoir si le virus a une origine naturelle ou résulte d’une manipulation n’en est pas tranchée ; et que l’OMS ait finalement prôné le port du masque ne paraît pas non plus très essentiel, au vu des nombreux manquements de l’organisation dans cette pandémie, dont la plus importante et significative reste d’avoir accrédité l’étude du Lancet !!

Hold-Up : pourquoi les complots ont-ils tant de succès ?

Les questions essentielles ne sont cependant pas de savoir qui a raison sur tel ou tel point. Mais plutôt de se demander les raisons de l’énorme succès d’une telle saga  et en même temps l’extraordinaire énervement qu’elle provoque chez les bien pensants.

Et de comprendre ensuite pourquoi au fond les gouvernants et ceux qui les accusent de complot participent d’une même vision binaire et rétrécie de la réalité.

Les raisons du succès de ce documentaire tiennent bien sûr d’abord à ce qu’il construit un « enromancement » d’une réalité qui serait sinon bien terne[3]. À l’heure du confinement, chacun va participer plus facilement à la transformation du monde en épopée, les divers débats entre politiques, scientifiques etc. venant alimenter, jour après jour le grand roman. Il faut d’ailleurs noter que le documentaire est construit à partir d’interviews rediffusées ou en tout cas dont l’essentiel était déjà paru en ligne. C’est ce qui renforce son côté convaincant, chacun pouvant se dire : « ah oui, ça je l’ai déjà entendu aussi ! ».

Ils tiennent ensuite au côté « anti-système » du propos. Et enfin, ils construisent la thèse finale du complot pour un gouvernement mondial sur un solide agrégat de faits vérifiables. En ce sens, Hold-Up diffère de nombre des productions conspirationnistes, en ce qu’il ne nie pas le fait générateur, l’épidémie et le virus, même s’il en minimise, comme nombre de personnes la létalité. Présentant à l’encontre des pouvoirs établis, des statistiques vérifiées et des résultats et commentaires factuels et cohérents.

C’est d’ailleurs parce que ce documentaire énonce un certain nombre de vérités, qu’il fait parler des personnes dont la compétence et l’honnêteté ne peuvent pas être remises en cause qu’il énerve autant les pouvoirs établis.

En revanche, c’est bien dans l’agencement des faits et événements et dans leur interprétation, leur herméneutique que le documentaire se révèle extraordinairement décevant.

L’interprétation de nombre de faits rapportés est biaisée par la volonté des auteurs de les intégrer dans une histoire de complot. D’y voir une manifestation explicite d’un grand projet de destruction voire d’élimination d’une partie des humains.

Ainsi quand le docteur Violette Guérin rapporte que le ministère de la Santé a refusé ou n’a pas soutenu le projet d’étude des effets de l’hydroxychloroquine monté par un millier de médecins du collectif « Laissez les médecins prescrire », on peut suggérer que le ministère ne l’a pas fait parce qu’il avait peur que des conclusions positives viennent empêcher la diffusion du Remsedevir. Et sous entendre donc que les autorités seraient corrompues par Gilead pour empêcher qu’on utilise ce médicament vieux, bon marché et concurrent de leur molécule. Mais on peut penser aussi que les hauts fonctionnaires du ministère de la santé n’aiment pas ou n’ont aucune estime pour les médecins libéraux, qu’ils considèrent comme des médecins ayant raté les concours de médecins hospitaliers ; qu’ils ne les pensent pas capables de faire une étude « méthodologiquement rigoureuse » et que de plus ils adhèrent très facilement à la thèse selon laquelle ce vieux médicament, utilisé essentiellement dans des pays sous développés ne peut pas constituer une solution acceptable par une administration moderne, scientifique etc[4].

De manière générale, contrairement à ce que disent les analystes des Fake News, l’accumulation de faits relatés qui iraient tous dans le même sens, celui de gouvernants corrompus par quelques grands démons (Bill Gates, Jacques Attali etc.) est justement ce qui, à moment donné, va décrédibiliser le montage. Qui va peut-être même nuire à la recherche de la Vérité telle que la conçoivent un peu naïvement les auteurs du documentaire (cf.  interview dans France Soir).

Et c’est là que se rejoignent le scientisme et le positivisme des deux camps, celui des gouvernants et celui des conspirationnistes.

Complotistes et anti-complotistes : une même logique ?

Les gouvernants dans leur tentative de contrôler le virus, de l’empêcher de circuler plutôt que de chercher essentiellement à en réguler les conséquences en organisant de manière empirique (mais rigoureuse) le triptyque, dépister, isoler, traiter, poussent jusqu’à ses limites le modèle centralisé, rationaliste en faisant fi de l’expérience de terrain.  Les conspirationnistes eux s’intègrent bien dans cette logique binaire abstraite en accusant les gouvernants non pas d’incompétence et d’inorganisation, mais d’une  volonté d’éliminer les personnes âgées voire tous les pauvres.

Le débat sur les personnes âgées est représentatif de l’incapacité des deux camps à faire face à l’incertitude constitutive de toutes les sociétés[5].

Que disent en effet les conspirationnistes : le gouvernement n’a pas voulu « sauver » les personnes âgées, il a donné des ordres pour qu’ils ne soient pas admis en réanimation et il a légalisé l’administration d’un sédatif pour les euthanasier.

Qu’a fait le gouvernement ? il a confiné les pauvres vieillards dans leurs EHPAD, pour qu’ils ne soient pas contaminés, oubliant que dans tous les foyers où il y avait des cas déclarés, le confinement allait favoriser la contagion et que par ailleurs, ces personnes très fragiles ne supporteraient sans doute pas pour nombre d’entre elles l’isolement et l’enfermement.

Dans les deux cas, on fait comme si on ne savait pas que les personnes âgées viennent en EHPAD en fin de vie, que nombre d’entre elles ne supporteraient pas une réanimation invasive (avec intubation et Coma artificiel) et que réanimer à tout prix des personnes en fin de vie s’apparente souvent à de l’acharnement thérapeutique.

Ce qui est frappant, à la fois dans la politique gouvernementale et dans la critique qui en est faite dans ce documentaire, c’est le déni de la mort. Maffesoli le dit et le redit à longueur de textes, en reprenant le mot de Heidegger, Sein zum Tode, l’homme est un être pour la mort. C’est ce qui nous définit, c’est notre destin commun et à l’oublier nous construisons une société invivable.

La tragédie des EHPAD n’est pas que dans un certain nombre de cas des personnes y aient été contaminées, comme dans toute collectivité. C’est qu’elles ont été confinées non seulement dans le bâtiment, mais souvent dans leurs chambres, sans visite (même s’il faut rappeler que nombre de personnes âgées n’ont pas beaucoup de visites !) et sans accompagnement (animation, sorties etc.). La tragédie n’est pas que les réanimations mal organisées aient dû trier les malades (elles le font toujours, dès lors que le système de financement pousse les établissements à fonctionner toujours à la limite de la saturation), mais qu’elles n’aient pas orienté des malades vers des services de soins intensifs avec oxygénation sans intubation, vers des cliniques privées, vers des hospitalisations à domicile. Qu’on n’ait pas pu dans tous les EHPAD soigner correctement les personnes âgées, leur administrer en début de maladie l’hydroxychloroquine  et l’azythromycine (qui dans l’étude de l’IHU ont montré leur efficacité en EHPAD), puis de l’oxygène etc. Ce qui est critiquable c’est que le système de santé soit tellement hospitalo-centré qu’il ne peut ni ne veut véritablement collaborer avec la médecine de ville. Ce qui est critiquable c’est que comme toujours en France, on classe les professionnels selon leur réussite à un concours (l’internat) vingt ou trente ans plus tôt, et qu’on ne sache pas faire travailler ensemble les personnes selon leurs compétences différentes, mais complémentaires.

Finalement ce qu’on peut reprocher au gouvernement dans la gestion de cette crise ce sont bien plus son arrogance et sa volonté de tout contrôler et d’user de l’argument de la santé pour imposer au peuple une discipline antisociale qu’une volonté de pouvoir totalitaire.

Mise en place d’un totalitarisme doux

Le totalitarisme doux (Maffesoli, [6]-) ne doit pas être amalgamé ou comparé de manière simpliste au nazisme ou au stalinisme. Il use d’autres procédés et il faut user contre lui d’autres formes de résistance. Plutôt le retrait, l’invention de nouvelles formes de vivre ensemble, l’utilisation d’autres formes d’échanges, non monétaires. Non pas le refus des technologies, mais leur utilisation contre ce désenchantement que dans un premier temps le progrès avait initié.

Car ce qui frappe finalement tant dans le documentaire Hold-Up que dans les critiques qu’en font ses détracteurs, c’est l’enfermement dans une vision purement matérialiste, quantitativiste et individualiste de la vie. Comme si pour les uns comme pour les autres, l’objectif était de vivre Soi le plus longtemps possible, dans le bien-être matériel le plus avancé. En revanche, la spiritualité, la religiosité, les communions et partages affectifs et émotionnels, la transmission à ses descendants  sont complètement absents de la réflexion. Comme ils le sont du discours gouvernemental.

Et je reviens là encore à la belle analyse faite par Raphaël Josset de la complosphère : « À l’encontre de la vision conspirationniste du monde et même de tout un pan de la « critique radicale » pour laquelle la réalité et son devenir sont sous le contrôle de puissants maitres secrets et autres maléfiques « supérieurs inconnus », l’élite dirigeante (économique, politique, médiatique etc.) même lorsqu’elle a la « fausse conscience » d’être actrice et sujet du processus auquel elle adhère , n’en est finalement elle-même que l’agent, l’objet, le vecteur, n’exerçant tout au plus qu’une fonction d’exécutant comme pièce et rouage d’un gigantesque mécanisme qui l’englobe et la dépasse ».

Ceci n’exonère pas de leur responsabilité les décideurs qui par incompétence, morgue, idéologie ou volonté d’affirmer haut et fort un pouvoir qu’ils maîtrisent de moins en moins nous ont traîné et nous traînent encore dans un grand jeu de guerre dont les conséquences s’avèrent chaque jour plus sérieuses et destructrices.

 



[1] Raphaël Josset, Complosphère, l’esprit conspirationniste à l’ère des réseaux, Lemieux éditeur, Paris 2015
[2] Si Philippe Douste Blazy fait état de faits, et dit ce qu’il dit partout, avec courage. En revanche, Monique Pinçon Charlot est l’une des personnes qui donnent un ton conspirationniste simplet au documentaire quand elle affirme que c’est toujours la lutte des classes, les élites ayant programmé l’élimination de 2,5 milliards de personnes devenues inutiles. Manière de marquer que malgré son intérêt (bien rémunéré) pour les riches, elle reste la vieille communiste qu’elle a toujours été. 
[3] je reprends la notion médiévale « d’enromancement » de la réalité à Aurélien Fouillet L’Empire ludique, comment le monde devient (enfin) un jeu, édition François Bourin, 2014
[4] C’est d’ailleurs ce motif de réticence par rapport à l’hydroxychloroquine qu’a longtemps retenu le professeur Raoult pour expliquer l’attitude du ministère.
[5] Il faut renvoyer à cet égard à l’intervention pleine de bon sens et de réelle générosité d’André Comte-Sponville, renvoyant à Montaigne qui a connu la Peste (taux de létalité : 100%, disparition de plus d’un tiers de la population d’Europe) et les guerres de religion !
[6] Michel Maffesoli, La violence totalitaire (1979), repris dans Après la modernité, CNRS éditions 2008

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.