Combien de préfets sont payés 10.000€ par mois sans travailler ?

Combien de Préfets sont-ils payés à rester chez eux, avec un salaire confortable financé sans contrepartie par le contribuable ? Le député centriste Christophe Naegelen a posé la question au gouvernement en 2020, et la réponse que lui a fournie le ministre de l'Intérieur mérite d'être lue à tête reposée. Nous soutenons ici qu'un préfet sur six environ (voire un sur cinq...), soit de 15% à 20% des effectifs, est en position de chômage déguisé, avec une rémunération d'environ 10.000€ nets par mois. Nous avons interrogé le député Naegelen sur tous ces points.

Pour que la discussion soit parfaitement intelligible, il faut sans doute rappeler ici la réponse du ministre de l’Intérieur à la question posée par le députée Naegelen le 3 mars 2020

Au 15 septembre 2020, 131 préfets n'exercent pas en administration préfectorale : - 15 sont membres du conseil supérieur de l'appui territorial et de l'évaluation ; - 5 sont conseillers du Gouvernement ; - 12 sont détachés sur des emplois supérieurs (secrétaire général d'un ministère, directeur d'administration centrale, délégué ministériel) au sein du ministère de l'Intérieur ; - 52 sont en services détachés hors du ministère de l'intérieur, en disponibilité ou mis à disposition ; - 7 sont préfets chargés d'une mission de service public relevant du Gouvernement ; - 6 sont affectés en cabinet, soit au sein du cabinet du Président de la République, du cabinet du Premier ministre, soit dans un autre ministère ; - 15 sont chargés d'une mission au sein de l'administration centrale du ministère de l'Intérieur ; - 19 sont en transition professionnelle, dont 3 feront valoir leurs droits à la retraite d'ici la fin de l'année 2020 et 6 retrouveront prochainement une mission, sont chargés de mission auprès du secrétaire général du ministère de l'Intérieur. Ils représentent 7 % des effectifs du corps préfectoral et 5,95 % de la masse salariale.

Petit exercice d’arithmétique sur les Préfets en chômage déguisé

La France compte entre 250 et 300 Préfets, mais la moitié environ ne sont pas affectés “en administration préfectorale”. Selon le ministère de l’Intérieur, ils sont 131 “en dehors” de cette administration. 

On remarquera que le ministère de l’Intérieur évite de donner la proportion précise au 15 septembre 2020 de ces Préfets qui ne sont plus Préfets. 

Faisons notre exercice d’arithmétique :

  • sur 131 Préfets en “suspension”, 6 préfets sont affectés en cabinet ministériel
  • 52 sont “ailleurs”, soit hors du ministère (les détachés), soit dans le privé (les disponibilités), soit dans des organismes qui les font travailler sans les payer (des mis à disposition, auquel le Préfet est payé par le ministère avec remboursement ou non de l’organisme qui l’accueille) ;
  • 5 sont “conseillers du gouvernement”
  • 12 occupent des fonctions supérieures au ministère de l’Intérieur, notamment des postes de direction,

75 Préfets (soit un peu plus de la moitié des effectifs qui ne sont plus dans la préfectorale) sont donc réellement employés ailleurs que dans la préfectorale. Ceux-là ne posent pas de problème. 

Puis, il y a ceux sur qui on a des doutes. Il s’agit des :

  • 15 Préfets membres du conseil supérieur de l’appui territorial et de l’évaluation. Cet organe obscur est chargé de l’évaluation des Préfets en poste et de sous-préfets. Ce volume de 15 Préfets parait énorme pour cette mission et tout laisse à penser (mais nous voudrons bien admettre le contraire s’il venait à être prouvé) que ces 15 Préfets ne sont pas débordés au jour le jour ;
  • 15 Préfets sont “chargés de mission” au sein du ministère. Le ministre de l’Intérieur ne donne pas plus de détail sur leur activité. Mais enfin, a-t-on besoin de fonctionnaires payés 10.000€ par mois pour assumer des tâches de gratte-papiers ?  Notre conviction est qu’il s’agit là, majoritairement, de tâches occupationnelles destinées à éviter que ces Préfets ne soient payés à ne rien faire.

Voilà donc 30 Préfets dont nous sommes convaincus que l’on pourrait fortement réduire le nombre, tant les effectifs paraissent surévalués par rapport aux besoins réels. 

Puis il y a des Préfets qui sont à proprement parler en position de ne rien faire :

  • 7 Préfets sont chargés d’une mission de service public relevant du Gouvernement, appellation pudique bien connue qui cache un chômage déguisé, la mission de service public étant une coquille vide,
  • 19 Préfets sont en transition professionnelle, dont 3 tout au bord de la retraite et 6 en voie de retrouver une affectation. 

Ces 26 Préfets sont, pour le coup, des chômeurs déguisés, payés 10.000€ par le contribuable sans affectation correspondant à leur salaire et à leur fonction. 

Nous dénombrons donc un total de 56 Préfets dont on voit mal pourquoi ils ne font pas l’objet, dans l’écrasante majorité des cas (c’est-à-dire pour 50 d’entre eux au moins) d’une loi de dégagement des cadres les rendant à la place qui leur revient : demandeurs d’emploi dans ce splendide organisme public que le monde nous envie, Pôle Emploi. 

6 millions € gaspillés chaque année

Si l’on fait un rapide calcul, on notera que le coût global d’un Préfet à l’année est d’au moins 120.000€ hors pensions. Nous estimons donc à 6 millions € annuels le gaspillage des fonds publics causés par le recours au chômage déguisé pour des Préfets protégés par leur statut, et donc inamovibles. Comme disait le Préfet Lallemand, nous ne sommes pas dans le “même camp”. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

448 Shares:
9 commentaires
    1. ils pourraient au moins avoir la courtoisie de traverser la rue… de Valois, pour saluer leur très chère soeur d’infortune Agnès Saal…

  1. 6 millions gaspillés! Et “en même temps”, l’état fait payer aux familles nombreuses parisiennes un impôt qui n’est pas demandé aux autres citoyens disposant des mêmes revenus. Ce matraquage peut atteindre 55,68 % de l’impôt sur le revenu payé par ces familles, probablement plus pour certaines d’entre elles. Cette surcote qui s’ajoute aux autres impôts et taxes payés par tous les citoyens propriétaires de leur résidence principale ( IR, TF, TH, Frais de notaire à l’achat, plus-value éventuelle en cas de revente, droits de succession quand le moment sera venu, TVA, CSG, etc) est prélevée au moyen de l’IFI. Les familles parisiennes moins nombreuses ne paient pas l’IFI. Les familles de province non plus. En fait, les revenus des familles nombreuses parisiennes sont imposés sur un barème différent de celui appliqué aux autres citoyens. Il n’y a pas d’égalité des citoyens devant l’impôt. Tout est injuste dans l’IFI, sa conception, son mode de calcul, son mode de recouvrement.
    Cela devrait être dit, au moment où le gouvernement veut faire une loi sur le renforcement des grands principes républicains: LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. Avec l’IFI, pas d’égalité ni de fraternité.

    1. Alors… en meme temps, pour avoir habité paris 7eme, je peux vous affirmer que pendant des décennies, la taxe d’habitation et la taxe foncière ont été largement inférieures dans cet arrondissement à celles pratiquées partout ailleurs en France!!
      Donc l’un dans l’autre…

  2. Cher Monsieur Verhaeghe, j’ai lu cotre article avec attention : tout d’abord arrêtons de parler de services publics mais parlons de sévices publics. Maintenant en quoi un préfet (il n’y a aucun besoin de majuscule) est-il utile, en quoi cette administration est-elle utile. J’ai bien connu un préfet qui semblait quelqu’un d’honnête et qui s’est révélé un voyou de la pire espèce qui d’ailleurs a protégé un flic voyou des renseignements généraux qui a reconnu devant les tribunaux avoir tué, volé et escroqué de nombreuses personnes sans être en aucune façons inquiété par le procureur !!!
    Non monsieur Verhaeghe, toute cette administration n’est que banditisme, escroquerie et mensonge MAIS LEGALISE !!!

  3. Prenons aussi quelques instants pour parler des 75000 fonctionnaires qui, étant “politisés”, exercent un droit de retrait, qui les place chez eux lorsque la couleur politique de leur mairie, leur conseil régional, départemental, etc… n’est pas la leur. 75000 fonctionnaires payés à ne rien faire…. c’est beau la fonction publique non ?
    Ajoutons à cela l’édifiante “DGAC”, Direction Générale de l’Aviation Civile, dont la cour des comptes dénonçait il y a quelques années les traitements hors normes: 10 800 fonctionnaires, dont la formation serait majoritairement “de terrain” (comprenez: pas de diplôme requis, la carte du syndicat suffit, comme pour les dockers), payés en moyenne 108 000€ bruts annuels (il y a 4 ou 5 ans…) pour … 86 jours de travail effectifs dans l’année!
    Etc, etc, etc…. et ce sont ces gens là qui ferment les entreprises privées! Fermons l’ENA, vite !!!

  4. En parlant de préfecture, voici une information qui est parfaite en complément de votre article et montre à quel point Macron se fout de nous, lui qui vient de faire la réfection de son bureau de l’Elysée pour la bagatelle de 900 000 euros.

    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/video-cash-investigation-dans-les-prefectures-des-volontaires-du-service-civique-indemnises-en-dessous-du-smic-remplacent-des-contractuels_4210851.html#xtor=AL-79-%5Barticle_video%5D-%5Bconnexe%5D

    Bienvenu à la grande liquidation ! Par contre, toujours aucune réaction massive de la population vis à vis du serial killer de l’Elysée. Après le Silence des agneaux, le Silence des mougeons ?

  5. Bonsoir. Pour moi plus de Préfets. Les régions historiques déjà avec un gouverneur élu au suffrage universel et un adjoint. Des délégués élus en fonction des taches à remplir. Nous avons une institution complètement obsolète par rapport aux autres pays ! Assez de gabegies !

  6. Pour ma part, j’ai reçu une aide globale de 34 euros de l’état pour m’aider à faire survivre mon entreprise pendant cette période de pandémie. Si je compte bien : 34 euros pour 10 mois, ça fait 3,4 euros par mois pour survivre ! C’est idéal pour la ligne, moins pour la santé et tout le reste. Mais nous le bas-peuple !!!!!!
    Je me dis que s’ils me donnaient ne serait-ce qu’une fois 10000 euros, je “survivrais” mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer