Les trois risques majeurs d’un referendum écologique

Emmanuel Macron a surpris hier en annonçant la tenue possible d'un referendum écologique, c'est-à-dire d'un referendum sur une réforme constitutionnelle qui intégrerait dans l'article 1 de notre loi fondamentale la "lutte contre le dérèglement climatique". Après le douloureux préambule de la Constitution de 1946, qui prévoit expressément la déclinaison de certaines politiques publiques, Emmanuel Macron donnerait donc un caractère contraignant aux politiques écologiques (qu'il s'abstient allègrement de mettre en oeuvre, par ailleurs). Si ce referendum lui permettrait de se relégitimer à gauche à bon compte, quels seraient les dangers qu'un "oui" emporterait pour l'ensemble du corps social français ?

Avec un peu de précipitation, la presse a relayé l’organisation de ce referendum comme s’il était imminent. Le Président de la République s’est en réalité montré beaucoup plus circonspect. Le referendum se tiendra si l’Assemblée Nationale et le Sénat adopte le projet de loi dans des termes identiques. Alors, et alors seulement, le referendum sera organisé. Voilà qui laisse un peu de temps. Disons même que, en supposant que le Sénat adopte ce texte sans coup férir (ce qui est loin d’être garanti), Macron pourrait décider d’organiser le referendum à peu près quand il veut. 

Par exemple quelques semaines seulement avant les élections présidentielles, ce qui lui permettrait de se relégitimer facilement, et d’écraser tous ses adversaires, s’il en reste. 

La tactique politique est ici limpide, mais elle fait peser de vraies menaces à long terme sur l’ensemble de la société française. 

Menace n°1 : les questions prioritaires rendront le pays ingouvernable

Du temps (c’était jusqu’à Sarkozy!) où aucun citoyen français ne pouvait individuellement invoquer la Constitution pour faire annuler une loi, à moins d’être député ou sénateur, l’intégration de l’écologie dans la Constitution n’aurait posé que peu de problèmes. Mais depuis l’invention (bienheureuse et démocratique) de la question prioritaire de constitutionnalité, qui permet d’exciper devant n’importe quel tribunal de la violation de la Constitution par le législateur, la réforme proposée par Emmanuel Macron peut potentiellement conduire au blocage de la société française : plus aucun texte de loi n’échappera à l’appétit des activistes écologiques pour la QPC comme arme de combat politique. 

Dès que le législateur devra plancher sur le moindre texte, il s’exposera à un recours des associations qui considéreront que la loi ne respecte pas assez l’impératif de lutte contre le réchauffement climatique. De quoi transformer le pays en gouvernement des juges… 

Menace n°2 : la Constitution devient une arme politicienne

Jusqu’ici, la Constitution n’a jamais, en dehors de la laïcité, défini une politique publique comme ayant valeur constitutionnelle. Le préambule de la Constitution de 1946 a bien défini quelques principes comme la protection sociale, qui appartiennent au « bloc de constitutionnalité », ce qui les prive d’une véritable valeur contraignante.

Avec la réforme d’Emmanuel Macron, toute politique publique, quel que soit le gouvernement, serait obligatoirement inspirée par la volonté de lutter contre le réchauffement climatique ou la préservation de la biodiversité. On mesure la dérive qui se prépare… 

Rappelons qu’il est, en l’état actuel, possible d’invoquer l’Accord de Paris ou de Kyoto pour exciper d’une violation des engagements internationaux de la France du fait d’une loi ou d’un règlement. Une modification de la Constitution ne fera donc que banaliser une procédure qui est déjà possible. 

Menace n°3 : un poids à porter en plus pour l’économie française

Surtout, après l’insertion du principe de précaution qui a figé dans le marbre la frilosité française face au risque de l’innovation, la réforme que propose Emmanuel Macron plombera un peu plus la capacité de notre société à s’ouvrir au monde nouveau. C’est bien le paradoxe de la Start-up Nation dont parlait Macron. Sous couvert de lutter contre le repli sur soi et le conservatisme, Emmanuel Macron en fait le lit. 

Nous l’avons vu avec le débat sur la 5G : les « Quakers » ne manquent pas dans la France bobo, et le referendum leur servira la soupe. 

En ce sens, Emmanuel Macron reste bien dans la ligne du Great Reset, qui propose de se servir de la pandémie pour accélérer la mise en place de l’économie verte. 

Reste à savoir si cette ficelle passera véritablement comme une lettre à la poste. Dans les cénacles parisiens, la lutte contre le réchauffement climatique est un dogme que personne n’ose remettre en cause sous peine de bannissement. Mais chez les Gaulois réfractaires ? La situation est probablement moins nette. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

7 Commentaires

  1. « Chez les gaulois…. » il suffit de leur faire comprendre que que s’ils veulent bien payer des éoliennes pour avoir enfin des coupures d’électricité à un prix défiant toute concurrence et un retour en force des taxes carbone le non pourrait être le chant du cygne pour ce gouvernement de salopards .

  2. Quand va t’on redevenir sérieux sur cette possibilité de maîtrise du climat alors que toutes les prévisions cataclysmiques du GIEC et des écolos se sont brisées sur le mur des réalités depuis les années 70 ?

  3. Il va falloir espérer que le Sénat s’oppose à cela. Mais vu ses derniers errements, ce n’est pas gagné. Après, peut-être que si ce machin parvient à être organisé, il y ait comme souvent une réponse négative, les votant s’exprimant en général pour faire chier celui qui pose la question. A voir…

  4. comme toutes les belles idées sur le papier: communisme, 35h et en particulier le principe de précaution elles conduisent les pays hors sol ou plutôt dans les gouffres…celle là en est une!

  5. Au secours ! Que devient ce pays ! Ne sommes nous pas en guerre contre un État islamique qui prive, selon nos bonnes visions d’occidentaux, les libertés fondamentales de l’homme ? Et bien je pense que la France se transforme en pays totalitaire, dirigé par des extrémistes écologistes qui souhaitent régirent la façon de vivre de leur concitoyens. C’est une privation de liberté indéniable qui est entrain de se mettre en place. Le gouvernement est le gouvernement le plus dictatorial de tout les temps. Toutes les réformes passées en 49.3, pas de remise en question du président de la république après une crise des gilets jaunes qui reste la crise sociale la plus longue de l’histoire de la France contemporaine, mascarade démagogique de la convention citoyenne. Quelle est cette convention citoyenne dont je ne me retrouve dans aucune proposition ?! N’a t’on pas des élections pour élire justement les représentants de nos paroles ? Si j’ai quelque chose a dire j’écris à mon député. Qui sont ces gens de la convention citoyenne ?? Ou peut on les trouver ? Quelle légitimité ont-ils pour parler au nom des autres ? 150 personnes tirées au sort pour représenter 65millions de Français ?? Mais réveillons nous !! Ce qui est en train de se passer est très grave. La France tombe dans le fascisme. Vraiment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.