2 mars 2021

7 thoughts on “Moscovici, Ribadeau-Dumas : pendant l’épidémie, business as usual pour l’Etat profond

  1. Bien vu.
    Il est bon de faire connaître les réalités qui se cachent derrière ces mouvements. Beurk pour la cupidité et l’indécence de la caste qui nous gouverne..!
    Les électeurs s’en souviendront aux prochaines élections. Sinon peut-être le peuple aussi…!
    Mais pour mettre qui au pouvoir ? Des pires ?

    1.  »MAIS pour mettre qui au pouvoir? Des pires…? »
      Vous faîtes les questions et les réponses! Vous êtes a priori dans la disposition d’esprit pour continuer avec les mêmes puisque votre coeur balance plutôt avec ceux-là qu’avec  »les pires ». Le système commande pour vous. Ne vous faîtes surtout pas violence, ce n’est oas bon pour l’estomac!😁

  2. Vous pointez le doigt sur Moscovici, mais de nombreux dirigeants d’entreprises cumulent salaire et retraite + dividendes. Il leur suffit pour cela de quitter leurs fonctions « executives », ou mandat social, pendant 6 mois, et revenir en tant que DG délégué, ou non exécutif, et se verser un salaire en plus de leur pension de retraite. C’est monnaie courante dans ls PME/ETI familiales.
    Ce qui reste absolument inacceptable, ce sont ces aller-retours incessants entre haute fonction publique et privé. Ces gens veulent aller dans le privé? Alors que la sécurité de l’emploi leur soit retiré, ainsi que toues les avantages liés, en particulier la retraite.

  3. Est-il exact qu’il y a à Bercy en haut de la hiérarchie environ 600 « ponctionnaires » (jolie trouvaille réaliste) qui se sucrent largement sans beaucoup suer aux dépens évidemment des contribuables ?

    Voilà une question pour le second épisode, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.