Instrumentalisation politique du COVID : la vérité sort de la bouche des Flamands

Le COVID est-il instrumentalisé par certains gouvernements pour transformer la société, comme le préconise le fondateur du Forum de Davos, Klaus Schwab, dans son livre The Great Reset paru en juillet 2020 ? Cette idée est largement combattue par les propagandes officielles du monde entier... sauf en Belgique, et plus particulièrement en Flandre, où les élites n'ont pas la malice des grands pays. On retiendra, au cours de ces trois derniers mois, des aveux confondants sur les calculs politiques qui expliquent certains choix ou certaines décisions jugées absurdes par les citoyens.

Si certains soupçonnent les ou des gouvernements d’instrumentaliser le COVID, en s’entendant accuser de complotisme, ils trouveront dans les déclarations successives de responsables belges, et tout spécialement flamands, de bonnes raisons de nourrir la suspicion. 

Un banquier belge lâche une bombe sur le travail indépendant

Il y a quelques jours, le PDG namurois (mais le Comté de Namur appartenait à la Flandre bourguignonne…) de la banque Belfius a publiquement lâché une bombe sur la disparition des petits commerces. Ce fameux Marc Raisière, ancien de l’université catholique de Louvain, a dit les choses telles qu’il les pense :

Bien sûr qu'il y aura des faillites! Mais n'avions-nous pas trop de cafés et de restaurants en Belgique? Etaient-ils tous rentables? Etaient-ils tous viables, sans avoir recours au noir? J'ai bien conscience de parler très crûment mais les économies ont de temps à autre besoin d'une vague d'assainissements. Les entreprises zombies (ces entreprises dont les actifs ne couvrent pas les dettes, Ndlr) vont disparaître. Est-ce grave? Pour leur propriétaire et leur personnel, certainement, mais pas pour l'économie. D'autres naîtront sur leurs cendres. De nouvelles activités se créeront.

Marc Raisière, PDG de Belfius

Pour ceux qui avaient un doute sur le sens des propos de Klaus Schwab à ce sujet (à savoir que le COVID conduira au remplacement des petits commerces de bouche par des chaînes mondialisées de restauration), les réponses de Marc Raisière dissipent le flou. 

Eva de Bleeker, la ministre flamande qui a vendu la mèche sur le prix des vaccins

Durant la trêve des confiseurs, la ministre belge du Budget, la libérale flamande Eva de Bleeker, avait commis une autre boulette. Elle a tout simplement révélé le prix d’achat des vaccins par la Commission Européenne, à l’occasion d’un tweet malheureux. 

Qu’est-ce qu’ils sont gaffeurs, ces Flamands…

Quand le ministre de la Santé avoue que le confinement sert à produire un électrochoc, pas à prévenir la contamination

Fin novembre, un autre politicien flamand, le ministre fédéral de la Santé, Franck Vandenbroucke (socialiste), avait commis un autre impair, en donnant les vraies raisons du confinement décidé en Belgique au mois de novembre :

Malgré le soulagement, un goût amer traîne dans la gorge des commerçants après que le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (sp.a) a indiqué que faire ses courses ne présentait "pas de grand risque" d'augmenter la propagation du coronavirus, si cela se faisait de manière contrôlée. Alors, pourquoi cette fermeture d'un mois? Pour provoquer un "électrochoc" dans la population, a-t-il répondu.

Franck Vandenbroucke, ministre de la Santé

Pour tous ceux qui cherchaient à comprendre, l’explication est donnée : la pandémie est un prétexte à produire des électrochocs, en sacrifiant le petit commerce. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

6 Commentaires

  1. La France est devenue une démocratie de faible intensité, La France est donc devenue peu à peu un pandémonium et ce n’est pas un euphémisme. La vérité ne peut plus être enfermée, elle nous rend libre , elle est sans pitié!

  2. Au sujet de la vaccination COVID, je sens poindre un beau désastre en février quand le temps de la deuxième dose va arriver. En effet, si le nombre de dose livré ne double pas par rapport à début janvier, il faudra redonner une dose à tout ceux qui ont été vaccinés un mois plus tôt. Donc si le nombre de dose livré est constant, il n’y aura plus pendant un mois de nouvelles vaccinations mais juste des deuxième injections en attendant le mois de mars … Puis le même cycle recommencera pendant deux mois. Pour éviter cela, il faudrait n’utiliser que la moitié des doses livrés actuellement alors que le gouvernement en pleine panique fait utiliser toutes les doses disponibles … On aura donc probablement une forte chute des vaccinations en février avec en sus des personnes ne pouvant pas avoir la deuxième dose en respectant le protocole médical.

    A mon avis, c’est pour cela que les anglais qui ont probablement plus réfléchit que nous ont décidé de donner une dose unique. Ils éviteront donc une chute brutale des vaccinations en février … même si c’est fortement discutable sur l’efficacité du vaccin.

  3. Je dois être lent ou inculte mais je n’ai pas compris quel est le rapport entre la photographie figurant en tête de cet article , de la vierge à l’enfant (au demeurant magnifique) située dans l’abbaye cistercienne de Fontenay et le COVID en Belgique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.