Levée immédiate du passe vaccinal : pourquoi la recommandation des sénateurs est une arnaque

Tout ça pour ça. Le Sénat a présenté son rapport sur l’adéquation du passe vaccinal à la situation épidémique jeudi 24 février 2022. Bien qu’en apparence il préconise une levée « rapide » du dispositif, il nous propose surtout de vivre avec une épée de Damoclès constamment au-dessus de nos têtes. Le passe vaccinal doit être réversible – alors qu’ils jugent eux-mêmes l’outil de « gadget » – et n’est pas synonyme de levée du passe sanitaire dans les hôpitaux ni de l’obligation vaccinale pour les soignants. Les parlementaires tentent ridiculement de nous faire croire qu’ils sont encore un organe de contre-pouvoirs. A d’autres.

Le rapport initial fait 248 pages, vu les conclusions on se contentera de la synthèse de 38 pages (ce qui est déjà trop).

248 pages de rapport pour constater que le passe vaccinal est « un pur gadget »

Inspecteur Gadget - Générique TV (HQ) - YouTube

Les sénateurs tirent le bilan des auditions menées depuis janvier. Pour eux, le passe vaccinal a servi tout d’abord à imposer la vaccination sans passer par une obligation légale, « stratégie désormais très clairement assumée par le gouvernement » – alors que c’était initialement interdit par le Conseil Constitutionnel.

Les parlementaires pointent une gestion sanitaire trop isolée – décidée de conseil de défense en conseil de défense – et de mesures restrictives à l’assise scientifique insuffisamment expliquée.

Il en résulte une stratégie sanitaire confuse, en plus d’un déséquilibre institutionnel.

« La substitution du conseil de défense au conseil des ministres, et donc la soustraction de la décision au jeu normal des institutions, ne trouve sa justification que dans le caractère exceptionnel de la situation. Or l’exception dure depuis deux ans. »

L’outil ne rempli pas pleinement ses objectifs « et ses effets sont incertains face à l’évolution de l’épidémie ». Les primo-vaccinés recensés depuis mi-décembre ne constituent pas la cible prioritaire pour réduire les potentielles formes graves de la covid-19 et l’on constate dans la population un essoufflement de la vaccination.

Le dispositif n’est pas assez suivi pour que son efficacité soit prouvée. Ni le Gouvernement, ni les agences sanitaires n’ont mis en place une évaluation de la contribution de cet outil à la vaccination et à l’évolution de l’épidémie. « Plusieurs personnes entendues par la commission ont ainsi confirmé que nous ne disposions pas de données sur les effets du passe vaccinal. »

Le passe vaccinal a été présenté comme une fin en soi, a ensuite paru servir de justification au relâchement des réflexes prophylactiques (dépistage), et a enfin semblé être un pur gadget – puisque le ministre de la santé a estimé pouvoir faire dépendre la levée de l’obligation de port du masque et du passe vaccinal selon « deux critères indispensables » : le nombre d’hospitalisations et le taux d’incidence.

Un « gadget » aux lourdes conséquences pour bon nombre d’entre nous … des gens perdent leur travail et leur vie sociale, certes dans l’indifférence générale mais je tiens tout de même à le rappeler …

 

248 pages de rapport pour rien

Le rapport tire des conclusions édifiantes, mais les solutions apportées par les sénateurs sont loin d’être à la hauteur (sans surprise).

En page 37 se trouve les recommandations les plus inutiles de l’histoire de la Commission d’enquête.

Malgré toutes ces observations alarmantes – qui démontrent bien l’inutilité du passe ! – la Commission estime qu’une levée de ce dernier doit désormais s’engager avec précaution et de manière transparente.

Cette levée doit s’engager sans délai, mais avec prudence. D’accord, ça c’est de la poigne.

Surtout, les conditions de la réversibilité de la décision devront être assurées et la levée du passe vaccinal n’est pas synonyme de levée du passe sanitaire dans les hôpitaux ni de l’obligation vaccinale pour les soignants.

De plus, la territorialisation du passe doit pouvoir être envisagée.

Les Indicateurs proposés par la commission afin de savoir si la passe doit être imposé sont ceux dégagés par Delfraissy lors de son audition du 1e février 2022, à savoir :

  • la situation hospitalière
  • les déprogrammations
  • le nombre de contaminations
  • l’acceptabilité des mesures

Comment en venir à conclusions en ayant reconnu dans la première partie du rapport que le passe « n’est qu’un gadget » ?!

 

Courage Sénateurs, fuyons !

Ca se mouille pas trop rue de Vaugirard et ça se met à la mode de la rue du Faubourg Saint-Honoré : en même temps on dit que ça sert à rien, mais en même temps on dit qu’il faut le garder.

Arrêtez de faire l'autruche avec vos chiffres ! | LMK Training

Les Sénateurs peuvent bien être gênés par l’omniprésence des conseils de défense, leur avis leur a été demandé et personne n’est dupe de rien. Il est bien facile de se cacher derrière le gouvernement, et ce n’est vraiment pas notre style de défendre le gouvernement.

Il est aussi totalement inutile d’organiser une mission d’information sur le passe vaccinal après l’avoir voté, les parlementaires pensent s’en tirer ainsi ? étant donné l’extraordinaire complaisance de la commission envers le ministre de la santé et quelques fausses gesticulations dans les médias –  il aurait mieux fallu s’abstenir.

Les parlementaires ont reçu des collectifs de citoyens lors de leur permanence, différents points de vue sur la vaccination et sur le passe vaccinal leur ont été exposés et c’est eux-mêmes qui ont fait le choix de suivre l’exécutif dans ce vote.

Choix qu’ils n’assument qu’à moitié apparemment, en voulant être à la fois en dehors et en dedans de cette décision. Ils n’ont même pas le courage d’aller jusqu’au bout des conclusions de leur propre rapport.

Bref, quelle indignité comme dirait l’autre.

About Post Author

178 Shares:
9 commentaires
  1. Il faut rappeler qu’au moment de la loi du 5 aout sur l’obligation injectale, les sénateurs qui ont fait semblant d’interpeler le conseil constitutionnel (décision 2021/824) n’a jamais obligé le dit CC à examiner l’article 12 et tout ce qui était lié..

    De la même manière, aucun élu (il y a des rares exceptions) de ce monde des dortoirs appelés pompeusement “assemblée ” et “sénat” n’a relancé le conseil d’état qui estime au paragraphe 35 de son Avis du conseil d’état du 19 juillet 2021 N° 403.629 (section sociale)

    je cite :

    35. Le projet de loi prévoit, en troisième lieu, que le fait pour un salarié ou un agent public de ne plus pouvoir exercer son activité pendant une durée supérieure à deux mois pour le motif mentionné au point 33, constitue un motif de cessation définitive des fonctions ou de licenciement
    S’agissant, d’une part, des salariés, le Conseil d’Etat note qu’il résulte de la jurisprudence du Conseil constitutionnel qu’il est loisible au législateur de créer un motif spécifique de cessation de fonction ou de licenciement à condition de garantir à la personne concernée le respect des droits de la défense (Conseil constitutionnel, décision n° 2006-535 DC du 30 mars 2006, cons. 20 et 21 ; décision n° 2017-665 QPC du 20 octobre 2017, paragr. 6 à 13). Le Conseil d’Etat relève également que la convention n° 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) exige que les Etats signataires prévoient une procédure contradictoire avant le licenciement. Le Conseil d’Etat estime ainsi nécessaire de compléter le projet de loi afin de rendre applicable à ce nouveau motif de licenciement les procédures prévues pour le licenciement mentionné à l’article L. 1232-1 du code du travail et, pour les salariés protégés, aux dispositions du livre IV de la deuxième partie du code du travail.

    ceux qui n’ont pas encore compris que nous sommes face à une secte de organisée de sadiques gigantesques, ne comprendront jamais ce qui s’est passé…

  2. Le passe est critiquable dans son principe. C’est dès juin 2021 qu’il fallait s’y opposer.
    Faute de quoi, les modalités peuvent changer avec le temps et… éventuellement conduire au pire.
    Les gesticulations sénatoriales sont-elles destinées à sauver leur poste (et leur tête?) au moment iù le narratif Covid prend l’eau?

  3. Ils étaient tous d’accord dès le départ pour tout ce cirque qui a démontré que seule la
    médecine était la mieux placée pour soigner la population. Le politique arrogant a échoué
    comme il fallait s’y attendre …

  4. 35 jours pour comprendre que ce #PasseVaccinalDeLaHonte est une infamie au mieux un gadget politicard pour infliger un vaccin à des jeunes qui n’en ont aucun besoin.
    C’est long, c’est lâche, c’est criminel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer