2 mars 2021

9 thoughts on “Maffesoli : une société en pleine décadence

  1. la morale , mais quelle morale ?? il n’y en a plus aucune : on découvre qu’une personne a pu s’adonner à l’inceste tranquillement : où est la morale ????
    Sans même mettre le personne en prison, on aurait pu la soigner, l’aider pour qu’elle ne commette pas ce drame !!!

  2. Merci. J’adhère au pronostic, optimiste dans cette période désespérante, le bon sens populaire, la raison sensible, la renaissance, la métamorphose en cours. Oui le masque est provisoire. Le retirer demande temps et effort pour briser le cercle vicieux : le « refus à la soumission » sera montré du doigt comme « refus du bien commun – refus du collectif – égoïsme amoral… » par le maintien de l’ordre (moral). Nous avons toujours avancé sur un chemin escarpé entre l’abime du néant et les horizons de la pensée « alliant les sens et l’esprit ». Il nous faut continuer. Merci M. Maffesoli.

  3. Merci pour ce travail
    Pleinement en accord avec cette analyse des temps actuels
    Pour libérer ce processus d emprise sur la Vie, le peuple doit retrouver la source de son état et ne plus se comporter en foule
    L être humain a t il encore la capacité d accéder à son principe vital voire son essence est elle toujours effective ?
    Puisse t il si elle est encore frémissante, se transfigurer en la ibérant en l affirmant et ainsi éviter sa combustion totale ce qui l amènerait à une perte d identité individuelle au service d une foule sans âme et d un microcosme se chargeant de son contenant et de son contenu .
    Bien sûr au détriment de l essentialite de chacun et de la liberté d action de pensée d »Être dans toutes ses acceptions
    Soyons confiant
    Le. Frémissement est là

  4. Très réconfortante la lecture de ce texte et tellement proche de cette intuition populaire qui dit « non le monde et l’humanité ne sont pas ceux qui sont montrés,
    merci infiniment.

  5. Il s’agit tout à fait d’une stratégie et pour l’instant elle gagne, triomphe. 2021 sera 2020 en pire. Je crains l’horreur en 2022. Comme le dit Florian Philippot chez Charles Gave (chaîne Youtube IDL, Institut des libertés), en face il n’y a personne, le désert de Gobi. Winners Take All. Les perdants perdent leur chemise et leurs droits d’expression. Les gagnants gagnent une position inexpugnable de domination. On mesure ces jours ci leur capacité terrifiante à écraser et réduire au silence. De fait la majorité de ce qui reste de société civile s’écrase et fait carpette. Nous sommes en 1940. Les puissances de l’Axe ont vaincu. La route sera longue pour redresser la tête. Première étape trouver des alliés. Trump d’un côté, Génération Identitaire de l’autre. Le Professeur Raoult est notre Angleterre, notre CDG à Londres.

  6. https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/01/22/maffesoli-une-societe-en-pleine-decadence/

    Difficile de contredire l’auteur quand on est d’accord avec ce qu’il nous dit dans ce texte.
    Mais pourquoi devoir s’étaler si longuement sur l’inanité du Spectacle joué par le microcosme ?
    Quel esprit perdu s’y laisse prendre ?
    L’auteur lui-même a quelques faiblesses par exemple en s’accusant d’incompétence concernant le fameux virus qui sert de prétexte temporaire à la montée du fascisme permettant de compenser l’effondrement du capitalisme. Cette petite concession au scientisme des experts est preuve de la gravité de la perversion des esprits. Je reconnais donc qu’on puisse s’y laisser prendre.

    En poussant l’observation, j’en viens à reconnaître que dans le fatras argumentaire du ‘microcosme’ – je préfère dire des milliardaires et leurs larbins pour mieux situer les acteurs – ces gens se prennent à leur jeux et n’ont pas même besoin de se faire souffler leur texte, ils improvisent avec talent, c’est ce qui justifie leurs salaires – le mérite validé par la réussite à la tromperie. Leur formation étant excellente, leur sélection tout autant, ils sont devenus co-auteurs du Spectacle pour les gueux. C’est peut-être une des raisons qui rend le bon diagnostic critique aussi rare que difficile. Ces gens ont construit un monde virtuel et sont allés y vivre. En quittant le réel, ils nous y ont emmené. C’est le syndrome rose pourpre, le Spectacle est entré dans nos têtes en même temps que dans les leurs, sans que nous y prissions garde. Comme eux, nous avons perdu pied avec le réel.

    L’auto-aliénation dont parle l’auteur est clairement l’objectif des acteurs du microcosme. Le Spectacle est si incompréhensible pour ceux qui y recherchent un fil conducteur, que l’esprit se perd. La stratégie du choc terrifiant ou du choc bousculant est l’outil usuel du capitalisme moderne : fabriquer la précarité partout, aussi bien dans notre statut social mais aussi dans notre raison raisonnante. Les points d’appuis d’un jour se volatilisent le lendemain ; le virtuel a des propriétés nouvelles que nos esprits animaux n’ont pas encore apprivoisées. L’image d’une société liquide est une manière d’approximation.
    Mais passons sur cette écume qui encombre notre horizon et ouvrons les yeux de l’esprit sans regarder les écrans.
    Nous ne voyons qu’une seule chose : les derniers soubresauts d’un régime économique en détresse mortelle. Le capitalisme, ce moteur civilisationnel s’arrête. Nous l’avons vu en surchauffe plusieurs fois, provoquant des guerres mondiales, nous l’avons vu au ralenti, avec des ratés terrifiants. Aujourd’hui les mécaniciens ont beau tout tenter, il marche sur son erre et, comme un deux-roues sans moteur et sans béquille, va vers sa chute inévitable. Le moteur capitaliste n’est plus (c’est une trivialité malgré tous les efforts pour nous le cacher). Le microcosme le sait et construit le fascisme (cf aussi le grand reset). Ce dernier admet tout en abolissant le droit, sans exclure le pire. C’est la transition atroce entre deux ères, la grande lessiveuse des civilisations.

    L’auteur tente de nous rassurer sur le bon sens populaire qui permet de comprendre la faillite des élites, l’inanité des actions, etc .
    Certes, j’admets volontiers ce bon sens qui parfois émerge de façon surprenante, pour autant, le bon-sens a ses limites. J’ai vécu des révolutions, j’ai vécu des fins de civilisations, …, c’est atroce et le bon sens rassurant n’empêche jamais le pire, voire plus, il le masque. Souvenez-vous des avant-guerre, on en parlait sans cesse sans agir, comme le lapin devant le serpent, se voyant déjà virtuellement mort.
    La confiance de l’auteur est démentie par des milliers d’années du peu d’histoire que je connais. Peut-être pouvons-nous espérer que notre cerveau raisonnant a un peu évolué, mieux rempli, il subit plus de sollicitations diverses mais quid des cerveaux sous-jacents, ceux qui nous dominent malgré notre volonté, ceux qui nous entraînent sans que l’on comprenne ni le pourquoi ni le comment ? La propagande de masse que nous subissons tous en permanence du berceau à la mort, accède à notre insu à nos cerveaux plus primitifs et incontrôlables et fait de nous des lobotomisés. Dans ces profondeurs, le bon-sens n’a plus de pouvoir et la danse macabre nous entraîne sans résistance.

    Souvenez-vous : les bras des foules écoutant Hitler se levaient sans passer par la volonté. Regardez : les masses lobotomisés du petit écran se battent pour acheter les produits prescrits.
    Pronostiquez : ils extermineront les ennemis désignés, comme il l’ont fait autrefois.
    D’ailleurs c’est déjà commencé en virtuel, notre réel. Regardez les commentaires et autres gazouillements (plutôt que gazouillis) inondant l’Internet, le cerveau reptilien domine les claviers, il suffit d’un petit rien de plus pour que le clavier se transforme en arme assassine, que l’on repasse du virtuel au réel – ces deux ne faisant plus qu’un. Nous avons vu à la fois l’ignoble et terrifiante soumission et le savoir-faire des forces de l’ordre pour susciter la folie collective qui justifiera l’avènement de l’ordre fasciste.

    Pour ceux qui ne pourrait me suivre, je pourrais justifier, illustrer, valider, chacune de mes propositions par des faits récents et récurrents et les prouver par des raisonnements argumentés, en respectant la non-contradiction. Ils pourront le faire par eux-même, tant qu’il en est encore temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.