Reconfinement : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Le reconfinement est devenu le nouveau sujet de montagnes russes telles que le Président Macron les aime. Alors que, dimanche dernier, le Journal du Dimanche avait assuré qu'il serait annoncé mercredi soir par le Président de la République, il semblerait désormais qu'il y ait du branle dans le manche. Hier soir, un dîner s'est tenu à l'Elysée pour évoquer les scénarios possibles. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a parlé d'un "reconfinement très serré". On attend l'arbitrage présidentiel comme la parole du Messie. En attendant, l'opinion doit vivre au rythme de ses incertitudes dont il n'est pas du tout sûr qu'elle calme la colère qui gronde contre la privation des libertés.

Mais quand débutera le troisième confinement en moins de douze mois ? Car nous sommes tous persuadés désormais qu’un reconfinement aura lieu, mais le Président hésite, semble-t-il, sur la formule et sur le calendrier. 

Les scénarios de reconfinement à l’étude

Au cours d’un conseil de défense qui a duré 2h15, puis au cours d’un dîner de la majorité organisé à l’Elysée, la macronie a débattu des scénarios possibles de reconfinement. Selon Gabriel Attal, à l’occasion de sa conférence de presse à 18 heures, trois scénarios sont à l’étude, allant du maintien du statu quo actuel (avec un couvre-feu à 18 heures) jusqu’à un reconfinement “très serré”. L’hypothèse intermédiaire consisterait visiblement à laisser les écoles ouvertes jusqu’aux vacances, dont le calendrier serait peut-être modifié. Pour l’instant, on n’en sait pas plus. 

La peur d’une sédition fait trébucher Macron

Si Emmanuel Macron hésite à reconfiner comme un seul homme, c’est évidemment à cause des appels à la désobéissance civile qui se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Collectivement, on sent bien qu’une partie des Français n’est guère prête à se reconfiner. Il suffit de suivre le hashtag “Je ne me reconfinerai pas” sur Twitter pour comprendre que les irrédentistes représentent une part substantielle de l’opinion. 

A titre d’exemple, un groupe de plus de 3.000 restaurateurs s’est constitué sur Facebook pour évoquer une réouverture de force le 1er février. 

Cette réaction peut-elle aller jusqu’à des émeutes comme en Hollande ? C’est la crainte du Président. 

Un calendrier encore imprécis

La difficulté n’est plus guère de savoir si un reconfinement aura lieu, mais plutôt quand il aura lieu. 

On le voit ci-dessus, le nombre de personnes en réanimation est à nouveau sur une pente ascendante, ce qui laisse craindre un “débordement” des hôpitaux dans les prochaines semaines si la tendance se confirme. 

Il se murmure que la décision d’Emmanuel Macron pourrait être prise demain et que le confinement commence la semaine prochaine. Mais, pour l’instant, rien n’est sûr. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

49 Shares:
6 commentaires
  1. “Cette réaction peut-elle aller jusqu’à des émeutes comme en Hollande ? C’est la crainte du Président”.
    Bon manifester en Hollande est sûrement moins risqué que de manifester en France !

    Les manifestations des GJ ont été sauvagement réprimées comme jamais sous la 5ème république !
    Il n’y a pas d’autre exemple en Europe !!!
    “Le Président” dispose donc depuis le massacre des GJ d’une “police” expérimentée, n’est-ce pas ?

    Et devinez quelle peut être “la crainte d’un Président” ayant en 2017, crié hystériquement sur une estrade “parce que c’est noootre prooooojet !” et en 2020, répété à multiples reprises “nous sommes en gueeeerrrre !!!” et qui dispose d’une telle force de frappe ?
    Tout peut arriver, même le pire !

    1. Le “massacre des gilets jaunes” était sans risque, les éléments dangereux étaient invités à la fête pour déconsidérer le mouvement . D’ailleurs ils s’attaquaient plutôt aux biens privé qu’aux FdO . On a de très interessantes images qui les montre en train de dégager des pavés devant des flics impassibles qui avaient visiblement l’ordre de ne pas intervenir . Ce qui se passe aujourd’hui aux Pays-bas, Danemark, Italie est bien plus inquiétant pour micron et sa clique, si ça fait tâche d’huile en France ce sera les gilets jaunes puissance x . Le coup de semonce du FMI me laisse dubitatif car il est possible de l’interpréter de plusieurs manières .

  2. L’avion France est en pilotage automatique depuis la tour de contrôle de Bruxelles
    Le pilote sans brevet surnommé Choupinet pour les intimes s’offre le repos du guerrier avec le steward
    Ben, ça fait longtemps qu’il ne l’avait pas vu (il avait disparu des radars)
    La grosse Merckel qui restera aussi célèbre que la grosse Berta, s’excite sur les manettes, elle n’arrive pas a attraper tous les pokémons
    Brigitte la momie s’ennuie, elle a déjà épuisé son budget coiffure et maquillage du mois de janvier, alors elle pense…….
    Elle pense à redonner un coup de neuf au cockpit de l’avion, mais ça coûte un bras…..
    Juste un peu plus cher qu’un oeil ou une main…….
    C’est décidé, demain, elle emprunte !

  3. Bonjour.
    Macron est un cynique de la pire espèce. Comme tous cyniques, il peut avoir des fulgurances bénéfiques ou destructrices.
    Il se pourrait qu’il fasse machine arrière à contre pied de son gouvernement et des ses conseillers , en revenant à une stratégie classique: dépistage, isolation et soins (antibio et plus). Retour à la réalité , la science fiction n’étant pas aisée , aisée. Non pas par sursaut de raison, mais par calcul “gaullien”.
    Calcul de l’homme providentiel, celui qui sauve le pays contre les autorités incapables. Ainsi il pourrait jouer le peuple et sa réélection, contre les élites administratives dont il est .Le stock de ce type d’élites étant important, il pourra toujours en trouver d’autre.
    A voir.

  4. Je note surtout que Macron continue à organiser des diners privés à l’Elysée pour sa cour. Et encore, on n’est probablement au courant que d’une partie d’entre eux. Je sens qu’il se sert de ces invitations quotidiennes comme une récompense sachant que ses interlocuteurs habitués aux restaurants étoilés au frais de la princesse doivent être très heureux de profiter de la cantine élyséenne. La semaine dernière, cela avait fait un peu râler les français, mais les journalistes ont été recadrés sur le sujet et il n’y aura plus de polémique semble-t-il. Le président n’est pas soumis aux même règle que ses vulgaires sujets. La brigade culinaire de l’Elysée est une cuisine privative, pas un restaurant collectif, circuler, il n’y a rien à voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer