Comment la nullité de Bercy nous a privés d’une manne de 100 milliards € annuels

assureurs

Une manne de 100 milliards € annuels nous est passés sous le nez grâce à la parfaite incapacité de Bercy (et de Bruno Le Maire) à sortir de la pensée bureaucratique pour mener des politiques intelligentes. L'affaire est pour ainsi dire passée inaperçue, puisque seul le COVD occupe les esprits. Mais elle manifeste de façon simple et pratique comment le blabla officiel sur la souveraineté, les relocalisations, et autres balivernes, ne repose que sur des mots et du vent.

Une manne de 100 milliards € nous est passée sous le nez, alors que Bercy annonçait depuis des années que tout était réuni pour que cela n’arrive pas…

La manne de 100 milliards € que nous avons perdue

En 2018, Bercy avait mené une grande campagne de communication pour expliquer que nous étions en “pole position” :

« Oui, Paris sera demain la première place financière d'Europe » a martelé Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, devant un parterre d'une centaine de hauts dirigeants de la banque, l'assurance ou la gestion d'actifs, réunis ce mercredi 11 juillet aux Rencontres financières internationales annuelles de Paris Europlace, aux portes de la capitale. « Il y a encore un an, nous devions persuader le monde que la finance pouvait trouver sa place à Paris », a-t-il fait valoir. Les traces laissées par le fameux « mon ennemi c'est la finance » de François Hollande. Aujourd'hui, l'un des défis est de « réconcilier la France et la finance », a-t-il reconnu.

Bruno Le Maire

11 juillet 2018

Bruno Le Maire l’avait juré : Paris, grâce au Brexit, deviendrait la première place financière d’Europe, “demain”. Ce devait être le grand coup de la start-up nation. Avec la sortie de la City hors du marché unique et les tracasseries prévisibles sur la libre prestation de service, les emplois logés à Londres pour faire fonctionner les marchés financiers devaient forcément émigrer Paris.

Comme le précise le Financial Times, on estime à 100 milliards € annuels les recettes fiscales apportées à l’Etat britannique par la City. Tous ultra-libéraux qu’ils sont, les Anglais s’y entendent pour faire payer leurs financiers. Avec notre minable taxe gauchiste sur les transactions financières qui rapporte moins de 2 milliards les meilleures années, nous apparaissons comme des bouffons. 

Selon Bruno Le Maire, nous étions donc sur les charbons ardents tout près de récupérer cette extraordinaire manne. Et puis pof…

C’est finalement Amsterdam qui a récupéré le morceau

Pof… c’est Amsterdam qui a doublé Paris en quelques semaines, et qui s’est imposée comme première place boursière européenne devant Londres. 

Comme le montre le graphique ci-dessus, en décembre 2020, Amsterdam était la quatrième place financière européenne. Un mois plus tard, elle était devenue la première devant Londres, et Paris est devenue troisième en dépassant péniblement Francfort. 

Tout ça pour ça ?

L’environnement pro-business d’Amsterdam a fait la différence

Cette défaite en rase campagne, qui prive la France de recettes fiscales colossales à un moment où nous en avons le plus besoin, a une explication assez simple : l’opération menée par Bercy a consciencieusement repris tous les ingrédients qui ne fonctionnent pas depuis des années. Des hauts fonctionnaires, des hiérarques, se sont gorgés de mots, de diaporamas en franglais, de missions de conseil hors de prix, de plans stratégiques, de groupes de travail interminable. La France a démontré son savoir-faire de grande diseuse, mais de petite faiseuse.

En Hollande, pas de grands discours, et pas de conventions avec des énarques la Légion d’Honneur à la boutonnière qui se succèdent à une tribune pour prononcer des discours fleuves. En revanche, des taux d’imposition loin de l’enfer fiscal français, une administration qui fonctionne, et des solutions pratiques pour importer les emplois et les salaires. 

Moyennant quoi, les Bataves ne passent pas leur temps à dénoncer la finance, mais ils vont récupérer les recettes fiscales qu’elle apporte. 

Le Maire et Bercy : des grands mots pour cacher une immense incompétence

Cette défaite française (si prévisible, si programmée) qui a permis au ministre de se gorger de mots triomphants pendant de nombreux mois pour finalement balayer sous le tapis la poussière de son lamentable échec, devrait alerter toute l’opinion publique. Nos ministres, nos gouvernants, font de très beaux discours, et trouvent même le temps d’écrire des livres qui amplifient la vacuité de leurs déclarations à la Tartarin. 

Mais en dehors de cette ostentation permanente, ils ne sont capables de rien. Et cette incapacité est toxique pour le pays, car elle l’appauvrit inexorablement. Et comme nos dirigeants n’ont aucune forme de noblesse, ils attribuent aux Français la responsabilité de leurs échecs. 

Tout ce qui marche, c’est grâce à eux. Tout ce qui rate, c’est la faute des Gaulois réfractaires. Et comme plus ne rien ne marche, ils ne sont plus responsables de rien. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

183 Shares:
7 commentaires
  1. Grands diseux, petits faiseux. Il y a plus d’un siècle, Tocqueville dénonçait déjà ce qu’il appelait “l’esprit littéraire en politique”, qui “consiste à voir ce qui est ingénieux et neuf plus que ce qui est vrai, à aimer un tableau intéressant plus que ce qui sert, à se montrer très sensible au bien jouer et au bien dire des acteurs, indépendamment des conséquences de la pièce, à se décider enfin par des impressions plutôt que par des raisons. »
    Cela n’étonnera pas de BLM, auteur de romans grotesques, au lieu de faire son boulot.

  2. Eric, félicitations pour cet article, c’est un direct en pleine face de clown !
    « … Dans ce pauvre pays qui n’existe plus, les pires singeries, les impostures les plus farces prennent la valeur de la véritable monnaie – on ne recule plus devant aucun mensonge. Tout fait barrage ! c’est la complète décadence. L’heure des Pitres. » Céline – Lettre à Lucette

    Nous sommes en plein dedans, non?
    Il n’y a pas que le scandale du covid !
    Et même pour ça “LES SALAUDS DEVRONT PAYER!”

  3. Excellent papier ! Et d’accord sur l’analyse comme avec les précédents commentaires.
    Une remarque, la perte de business par Londres va à mon humble avis déclencher une réaction évidente de Londres. On peut s’attendre à la mise en place d’un Singapour sur Tamise à bref délai. Ce qui devrait encore arranger la situation économique française…

  4. Bonjour,
    Dans l’intérêt de la SCI, j’avais en tant que gérant, réclamé le paiement en injonction de payer à l’administration Française envers un associé qui ne paye plus rien depuis 2015, ni avant, mettant volontairement la SCI en difficulté afin d’obtenir la liquidation tant désirée et pouvoir racheter ce local en affaiblissant l’associé coupable d’avoir dénoncé le trafic de drogue du fils propriétaire de 10% des parts. Il y avait largement de quoi payer les 6120,- euros réclamés par le liquidateur qui va mettre l’indivision en cessation de paiement, ce qui va entrainer le passage d’une liquidation amiable en liquidation judiciaire, la SCI n’ayant pas de dettes, mais pas suffisamment de fonds propres pour maintenant payer les frais de liquidation.Or l’injonction de payer m’a été refusée car il manquait juste les status de la SCI et ne pouvant être réclamée une deuxième fois. Cette créance représentait une indemnité d’occupation de l’associé qui occupait la quasi-totalité du local sans payer.IL faut savoir que l’associé a largement de quoi payer, dirigeant d’une société très prospère mais décidé à se faire la peau d’un gérant qui n’avait pas d’autre choix que dénoncer son fils devant la culture de 100 pieds de cannabis à l’intérieur du local, cachés dans deux armoires blindées. Je considère que l’Administration française a une responsabilité pour ne pas avoir facilité la demande justifiée d’injonction de paiement, tout en participant à la destruction de trois sociétés, la SCI, les deux occupants actuels du local qui va être vendu après que l’associé condamné au pénal pour trafic de drogue ai pu obtenir de l’Etat Français, un jugement au Civil, me condamnant, moi, le gérant en responsabilité de “mésentente entre associé”. C’est une atteinte aux fondements de la démocratie, une grave atteinte aux propriétaires qui ne sont pas soutenus en cas de défaillances ou de manoeuvres déloyales. Je suis extrêmement choqué, j’ai besoin de soutiens…

  5. La France en pleine décrépitude avec des clowns prétentieux aux commandes! Ce constat amer est le fruit du désintérêt des Français pour les urnes et de l’incapacité de la population à se responsabiliser et à analyser la réalité du délitement depuis plus de quarante ans déjà car totalement infantilisés par le pouvoir et son encadrement, c’est tellement plus facile de” se laisser glisser sur la vague”!. C’est la course aux chefaillons et aux prérogatives générées par le “pouvoir” qui détruit la société par sa désunion et qui ne sait , ni ne veut conserver et/ou ajouter des avantages et des opportunités à cette société en déliquescence pour faire triompher des dogmes éculés et délétères qui nous ruinent économiquement et psychologiquement.

  6. Pas de problème, notre bon gouvernement envisage le vote par anticipation et les machines à voter. Donc Macron, BLM dans la foulée et tous les autres niaiseux que l’on se traine, type Véran, n’en ont rien à faire qu’Amsterdam ait récupéré les billes. Ils vont pouvoir faire comme Biden, n’importe quoi, et pour longtemps…

  7. Tranquillisez vous car plein de choses vont changer dès que l’affaire de la tromperie du vote américain va être publiée par l’armée US qui est actuellement la seule en charge du pays et que ce bon Donald va reprendre le travail qu’il n’avait pas fini d’accomplir en purgeant le marais nauséabond et ses milliardaires.
    Des têtes vont tomber partout, car trop de traitres et trop d’affaires de pédérasties et viol d’enfants qu’il est grand temps d’éliminer tant c’est révoltant. Vous serez même surpris par les élites mises en cause. Donc d’énormes changement à venir ne permettront sûrement pas à notre président de se représenter pour une nouvelle présidence.
    Il est probable que l’Union Européenne va également exploser aussi ne tenez nullement compte des racontars des merdias d’aujourd’hui. Nous sommes au printemps des jours meilleurs, plus que quelques semaines ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer