Exclu : le courrier de Darmanin motivant la dissolution de Génération Identitaire

En exclusivité, nous publions aujourd'hui la lettre de Gérald Darmanin (signée l'adjointe du directeur des libertés publiques, Pascale Léglise) à Génération Identitaire motivant l'intention de dissoudre cette association. L'exposé des motifs ne manque pas d'intérêt, car il illustre l'ambiguïté et le flou juridique qui entoure cette démarche et cette décision très politique. Selon Pascale Léglise (mais on a la faiblesse de penser que ce courrier administratif a reçu l'aval personnel du ministre), Génération Identitaire serait un mouvement paramilitaire inspiré par le racisme et la xénophobie. Dans les preuves de cette inspiration, Pascale Léglise reproche au mouvement de défendre la préférence nationale ou d'exiger la sécurité pour les jeunes Français agressé dans les rues. Voilà une série de motifs qui risquent de rendre le débat particulièrement sensible et compliqué pour le gouvernement, après un débat Darmanin/Le Pen où le ministre de l'Intérieur avait jugé sa contradictrice trop molle.

Comme on le voit, ce courrier de Gérald Darmanin signé par une subordonnée motive longuement la décision de dissoudre l’association Génération Identitaire, en considérant comme elle développe des positions racistes et haineuses comme la préférence nationale. 

Darmanin dissoudrait-il la France libre ?

La longue liste de faits reprochés à Génération Identitaire est en réalité un melting-pot dont il ressort surtout que c’est le principe de la préférence nationale et de l’identité française elle-même qui sont jugés racistes, haineux, ou xénophobes. Cette prise de position paraît bien hasardeuse, si l’on se souvient que Nicolas Sarkozy avait lui-même créé un ministère de l’Identité Nationale en 2007, émanant d’une majorité à laquelle appartenait alors Gérald Darmanin. 

Sur le fond, jusqu’où la proscription de l’identité nationale va-t-elle ? Un Darmanin dissoudrait-il un mouvement comme la France libre, sous prétexte qu’elle fait l’éloge d’une préférence nationale et d’une identité française ? Les frontières sont poreuses entre tous ces concepts, et le gouvernement s’est engagé dans une bien étrange seringue. 

Le décret en conseil des ministres devrait cliver

La procédure de dissolution de Génération Identitaire doit être suivie d’un décret en conseil des ministres rendant effective la décision administrative de dissoudre le mouvement. Pour Gérald Darmanin, qui jugeait Marine Le Pen trop molle vis-à-vis de l’Islam il y a quelques jours lors de son débat télévisé, cette étape risque d’être très compliquée à négocier. À titre personnel, il devra justifier l’écart entre la “verdeur” de ses mots et les étranges contradictions de ses décisions.

Il ne faut pas exclure que ce décret envenime des tensions déjà apparues lors du décès d’Axelle Dorier, à Lyon, en juillet 2020, dans des conditions atroces. Cette aide-soignante avait été renversée dans la rue par une voiture conduite par des délinquants d’origine étrangère, et elle était morte après avoir été traînée sur des centaines de mètres par la voiture…

Une doctrine dépassée ?

Reste que… le lien établi entre la préférence nationale et la xénophobie dans le courrier de Pascale Léglise, juge administratif en poste au ministère de l’Intérieur, risque de faire couleur beaucoup d’encre. Son directeur, Thomas Campeaux, conseiller d’Etat, n’a pas pris la responsabilité de signer ce courrier, mais c’est la conception très extensive (et indulgente pour les islamistes, puisque le Conseil d’Etat avait estimé en son temps que le port du voile à l’école n’était pas un obstacle à la laïcité) de la xénophobie selon la haute juridiction administrative (placée sous l’autorité du Premier Ministre, rappelons-le), qui risque d’être mise en cause désormais. 

Le Conseil d’Etat est-il l’organe suprême chargé de réprimer toute contestation contre la perte de souveraineté française ?

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

275 Shares:
15 commentaires
  1. L’antiFrance dans toute sa splendeur, sa lâcheté et sa traîtrise !

    ” Une nation peut survivre à ses fous, et même à ses ambitieux. Mais elle ne peut pas survivre à la trahison de l’intérieur. Un ennemi aux portes est moins redoutable, car il est connu et il porte sa bannière ouvertement. Le traître pourrit l’âme d’une nation, un assassin est moins à craindre. Le traître c’est la peste.”

    Mais maintenant ce n’est plus aux frontières qu’il faut se rendre pour sauver le pays, défendre la Nation, mais là où se trouve le “pouvoir politique central et totalitaire”, là où se trouvent tous “les pouvoirs” à travers le pays !!!
    IL FAUT DISSOUDRE LES TRAÎTRES !

    TOUS A PARIS LE SAMEDI 20 FEVRIER 2021, Place Denfert-Rochereau à 14h.
    POUR DEFENDRE LA LIBERTE ET COMBATTRE L’ANTIFRANCE !

      1. Bonjour Kosy,
        Je vous prie de m’excuser, je n’étais pas retourné sur l’édito concerné depuis votre réponse.
        Vous pouvez y aller maintenant, je viens de vous répondre.

        Vous savez, me défiler ne fait ni partie de ma culture ni partie de mon éducation tant sur le plan physique qu’intellectuel.

          1. Oups!
            Je voulais dire : “Merci d’avoir répondu même si je suis en profond désaccord avec votre analyse.”

  2. vous n’avez toujours pas compris! il n’y plus aucune chance de gagner!
    c’est déjà trop tard. mois je laisse la France a l’islam et part en Asie, labas il sont plus intelligent et moins corrompu que les français.

    bonne chance a vous

  3. C’est dans la même veine que l'”enquête” sur l’islamo-gôchiasse confié au CNRS à un type connu justement pour ses positions islamo-gôchiassiques… (comme le dirait Ségoliene ;-p)
     
    Maintenant, il FAUT que tout ça cesse, que toute cette faune glauque, rance et corrompue jusqu’à la moëlle dégage le plus vite possible et que nous la remplacions, de la même manière que le font nos cousins Suisses, par un _collège_ de sages ayant, par dessus tout, plein de bon sens et une vraie connaissance du peuple et de ses misères.
     
    Il faut aussi que nous réfléchissions tous à cet après, notamment en écrivant une constitution réellement citoyenne faite pour durer et ne pas subire d’incessantes modifications – 24 dans celle de 58, qui n’est jamais que la XVème depuis celle de 1791 comprise, une paille… alors que la constitution américaine est toujours celle promulguée en 1791 et n’a subit en tout et pour tout depuis, que 27 amendements (25 si l’on exclut le 18ème (la prohibition) et le 21ème (son abolition)).

    1. La meilleure constitution faite pour durer existe déjà, DDHC 1789 + déclaration abolition des privilèges . Elle est d’ailleurs dans le préambule de la constitution actuelle, mais a été déclarée non opposable par toutes les politicailleries qu’elle gênait . Effectivement une cour constitutionnelle ne serait pas du luxe de même que l’obligation de passer par le referendum pour tout amendement au lieu d’autoriser la délégation à des crapules qui n’ont que leurs intérêts personnels en tête .

      1. Je ne vois rien contre, mais il faudrait la rafraîchir ; quant aux amendements, les usa sont la preuve que lorsque l’écriture a été mûrement pensée par des gens intelligents, très peu sont nécessaires, mais là aussi je souscris à votre proposition de referendum, parce que nous sommes intéressés au premier chef.

        1. Prenez le temps de la relire attentivement et vous vous apercevrez qu’il n’y a quasiment rien à changer . Aujourd’hui un système de castes s’est patiemment réinstallé, un référendum peut être ignoré ou contredit, la république s’auto alimente de ce qu’elle détruit à son profit . L’UE aggrave les choses en décidant à la place des peuples, les contre pouvoirs sont totalement inexistants à travers une justice politisée qui ne garantit plus l’égalité de traitement devant la loi, la presse est presque entièrement sous contrôle et ne permet plus la diversité des opinions allant même jusqu’à entraver l’expression des avis non conformes au politiquement correct . Le conseil constitutionnel est gangréné par la possibilité d’y retrouver des politiciens dont plus personne ne veut, recasés par copinage . Un président peut être élu par 20% des voix et gouverner contre ceux qui ne voulaient pas de lui oubliant qu’il y a une énorme différence entre légalité et légitimité . De nombreuses activités sont entravées par l’état alors qu’il ne devrait pas avoir d’autorités dessus, le régalien est abandonné au détriment de la société toute entière . Le crime sans victime n’est plus qu’un moyen de racketter le citoyen sous prétexte de solidarité ou de sécurité . Ce système est à bout de souffle .

    1. J’ai beaucoup de respect pour le talent brillant de mon ami Goldnadel. Je crains qu’hélas les dés soient pipés, car, comme disait le grand avocat Vincent de Moro-Giafferi, “quand la politique entre dans le prétoire, la justice en sort”. Et la justice administrative n’échappe pas à cette maxime. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’une bonne surprise.

  4. C’est sûr que mettre sur le même plan GI et barakacity tend à démontrer que tous ces clowns à roulettes ne sont pas à leur place. Et enfoncent un clou de plus dans notre cercueil, déjà bien plombé.Ah, les fossés de Vincennes…

  5. Là on discute du sexe des anges.
    Il faut bien admettre que depuis longtemps on laisse monter l’Islamisme pour – entr’autres – noyer le christianisme qui est à la source de toute démocratie digne de ce nom. Ce faisant, et compte tenu de ce nous observons de plus en plus, il est bien question d’annihiler l’identité des peuples et toute notion du passé historique lié à celle-ci.
    « Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir » (Foch) et donc tout prêt à s’abandonner au melting-pot de la mondialisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer