AstraZeneca ou la chronique d’une incompétence déjà connue

Emmanuel Macron a fini par suspendre, pour 24 heures, l'administration du vaccin AstraZeneca, après plusieurs jours de combat absurde et contre vents et marées mené par le gouvernement en faveur de ce produit controversé depuis son arrivée sur le marché français. La veille encore plusieurs ministres, dont le Premier, avaient asséné qu'il fallait avoir confiance dans ce vaccin, malgré sa suspension déjà acquise dans de nombreux pays européens. Mais comment peut-on être ministre et infantilisé à ce point tout un peuple en lui demandant sans nuance et sans recul critique de croire aux bienfaits de produits dont la dangerosité est reconnue par tous les autres ? C'est l'énigme de l'élite française... soutenir mordicus des absurdités en se croyant intelligente.

Le vaccin AstraZeneca est donc suspendu en France, par décision du Président de la République tombée hier lors d’une conférence de presse à Montauban. Emmanuel Macron a donc mis fin à la pantomime lancée par son gouvernement unanime depuis une semaine pour expliquer que ce vaccin ne posait de problème et qu’il fallait accepter de le recevoir en toute confiance – discours répété sans relâche alors même que, partout en Europe, les cas suspects se multipliaient et que nos voisins suspendaient l’utilisation de ce produit. 

AstraZeneca, ou quand l’incompétence flirte avec des niveaux jamais atteints

Nous avons évoqué, lors d’une édition précédente, la surdité du gouvernement tout entier aux nombreux effets secondaires lourds constatés dès le début de l’utilisation du produit. Ces effets secondaires expliquent le faible taux de vaccination chez les soignants : beaucoup d’hôpitaux ont arrêté les injections sur le personnel, à cause des vagues d’arrêts maladie qui s’en suivaient. 

Hier encore, les pompiers des Bouches-du-Rhône annonçaient qu’ils renonçaient au vaccin à cause de ses effets secondaires. 

Malgré cette parole unanime, le gouvernement s’est enferré dans les dénis et dans la répétition en boucle des mêmes injonctions infantilisantes : faites-vous vacciner sans vous plaindre ! Olivier Véran a même expliqué qu’il y avait trop peu de morts pour qu’on s’en inquiète

Mais le cas d’Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’Industrie, mérite aussi d’être signalé. L’intéressée a expliqué dimanche sur une radio communautaire qu’elle exigeait de disposer de toutes les doses promises par AstraZeneca. Manifestement, elle n’avait pas attendu parler des problèmes posés par ce vaccin…

La France forcée de s’aligner sur l’Allemagne

La décision de finalement suspendre le vaccin semble être venue d’en haut, hier, à 16 heures, alors que personne dans les états-majors ministériels ne s’attendait visiblement à cette décision de bon sens. Alexis Kohler, selon Politico, aurait reçu un coup de téléphone le lui annonçant en plein milieu d’une réunion de cabinet. Voilà le signe que, faute d’avoir renouvelé en profondeur son entourage bureaucratique après ce petit juin 40 qu’a été le premier confinement, Emmanuel Macron continue à gouverner avec une clique d’incompétents notoires qui n’ont aucun flair politique et qui envoient le pays dans le mur avec le sentiment d’être des génies. 

Il ne fallait pourtant pas être grand clerc pour comprendre que si des pays “raisonnables” comme le Luxembourg ou le Danemark avaient suspendu dès la semaine dernière le recours au vaccin, la généralisation de la décision à toute l’Europe était une hypothèse à envisager.

En début d’après-midi, l’Allemagne se ralliait à la suspension. Comme d’habitude, nous n’avions plus le choix : la France devait s’aligner sur la Prusse. Les vraies décisions françaises sont prises à Berlin, sans que Paris ne soit consultée. Ainsi fonctionne le couple franco-allemand. 

En route vers un nouveau confinement

Cette décision tombe bien mal. Elle annonce une interruption impromptue de la campagne de vaccination. L’incapacité du gouvernement à reconnaître dans les temps les défauts du vaccin AstraZeneca nourrit par ailleurs la méfiance du public pour la parole officielle. 

Surtout, avec plus de 4.200 personnes admises en réanimation, le gouvernement se trouve face à un dilemme cruel : ou bien il reconfine à l’arrivée du printemps, ce qui donnera le sentiment d’un retour à la case départ. Ou bien il ne reconfine pas et s’expose au risque d’une crise sanitaire gênante. 

Au fond, nous voilà revenus à la situation du début de la pandémie. Avec 10 points de PIB en moins. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

52 Shares:
17 commentaires
  1. Ce sont des assassins en puissance !
    Le malheur c’est que nous ne connaîtrons jamais les chiffres réels des morts ou atteints de séquelles après vaccination !
    Pu…in !!! Que font les familles concernées ???
    Un pays de résignés, de trouillards ???

  2. Il serait temps que ces abrutis posent les deux pieds par terre . Le vaccins ne sont pas au point, dont acte, on passe à autre chose . Qu’ils mangent leur chapeau et que l’on valide les traitements pour permettre des prises en charge précoces . Avec tout le fric qui a été gaspillé (pas pour tout le monde sans doute) on aurait eu les moyens de former des soignants et augmenter le nombre de lits en réa . On nous bassine depuis un an avec l’état d’urgence sanitaire et on est incapable de passer par dessus une administration qui crève de son obésité . Qu’ils aillent se faire voir avec leur passeport et leurs certitudes et laissent travailler les médecins de ville, ils sont les mieux placés pour intervenir efficacement et limiter les hospitalisations tardives . Tout ça pour un virus qui provoque moins de 0.5% de morts pour la plupart à espérance de vie déjà réduite . La seule chose de positive dans tout ce bazar sera peut-être que l’état ne peut pas tout contrôler deviendra apparent pour beaucoup de gens qui ne l’avaient pas encore compris .

  3. Qu’on s’expose à une crise sanitaire en ne confinant pas n’est pas certain. La “crise sanitaire” en Suède en 2020 n’était pas pire que dans les pays confinés.

    Mais si tout le monde dit et se dit qu’on n’a pas le choix, on n’aura pas le choix.

    Le confinement paraît de plus en plus comme un outil marketing pour promouvoir l’injection. Cette affaire AstraZeneca vient mettre un grain de sable dans la machine.

  4. Qui peut encore être dupe des mensonges de macron et sa bande ??????
    Plus de vaccins donc ==> reconfinement !!!
    Ces ordures veulent remettre la muselière aux FRANCAIS et les mener à l’abattoir …..
    macron et son toutou (véran) s’en donnent à coeur joie; les FRANCAIS sont trop CONS pour comprendre; il faut les mener à la baguette avec l’aide des collabos

  5. Inquiétudes autour du vaccin d’Astra zeneca: La Belgique serait elle le seul pays raisonnable de l’Union Européenne , à ne pas ceder à une hystérie collective et totalement injustifiée?

    La stratégie du gouvernement belge passe toujours par le respect des mesures et la vaccination. Mais celle-ci, si elle avait fini par vaincre les réticences de nombreux sceptiques, suscite à nouveau des inquiétudes dans la population après la décision de nombreux pays de suspendre l’administration du vaccin AstraZeneca à cause de craintes liées à la formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées. La Belgique, elle, continue à l’autoriser.

    Pour le ministre de la Santé, il serait “irresponsable” en ce moment de mettre à l’arrêt la vaccination contre le Covid-19 avec ce produit.

    On attend la position de l’Agence européenne des médicaments jeudi. Mais “pour nous, la balance est claire et nette”, a insisté Frank Vandenbroucke sur le plateau du JT de la RTBF, lundi. “C’est un très bon vaccin qui protège contre cette maladie qui est terrible (…) et qui entraîne souvent la mort”. Il est donc important que les “milliers de personnes, surtout des personnes âgées qui sont très vulnérables vis-à-vis du virus”, aillent bien se faire vacciner les prochains jours, comme prévu.
    L’Echo.
    PS de l’auteur: il y a en France 150000 thromboses par an “en temps normal” soit 411 par jour., 12700 par mois rien qu’en France et , sur 5 Millions d’injection sur plusieurs semaines, on a compté ( sans en connaitre la source ) 30 cas dont 1 mortel quelques temps après une injection Il y en a aussi qui sont morts du cancer , d’un infarctus et de plein d’autre choses , aprè avoir été vaccinés : il meurt 1650 personnes par jour en France…..

    1. C’est vous qui dans une édito précédent aviez écrit :
      ” Les anti vaccins sont des imbéciles rétrogrades. J’assume.”

      Je vous avais alors répondu, un peu comme un droit de réponse :
      “Vous n’y allez pas de main morte !
      Êtes-vous en service commandé ?”

      Mais vous n’avez pas répondu et c’est votre droit.

    2. C’est vous qui aviez écrit lors d’un précédent édito :
      “Les anti vaccins sont des imbéciles rétrogrades. J’assume !”

      Je vous avais répondu un peu comme un droit de réponse :
      “Vous n’y allez pas de main morte !
      Êtes-vous en service commandé ?”

      Vous ne m’avez pas répondu ; c’est votre droit je l’admets.

    3. Il n’y a pas que les morts dans la vie.

      Il y a aussi les désordres irréversibles du système nerveux, par exemple. Il ne faut pas que les arbres des décès cachent la forêt des autres pathologies induites.

      Quoi qu’il en soit, chacun doit pouvoir choisir librement et sans contrainte. Ce n’est pourtant pas compliqué. Pourquoi vouloir “vaincre les réticences des nombreux sceptiques” ? Abandonnez-les à leur triste sort, il ne vous seront que plus reconnaissants 🙂

  6. cet article soulève plusieurs points d’intérêt :
    1) le vaccin Astra Zeneca a des effets secondaires peu graves (fièvre, état grippal) mais relativement fréquents; ce qui explique qu’il n’est pas recommandé de vacciner toute une équipe d’hôpital le même jour pour ne pas se retrouver avec trop d’absents le lendemain des injections.
    2) les effets secondaires graves (thromboses) pourraient exister en lien avec le vaccin, mais il semble (au vu de ce que j’ai lu par ailleurs) que le lien n’est pas établi. Le Royaume Uni ne rapporte rien de cela malgré des dizaines de millions d’injection et en France on parle de 1 cas sur 1,3 million de doses (sans que la causalité soit établie). L’application du principe de précaution est probablement pas ou peu justifiée à ce stade.
    3) Ce qui est intéressant est le suivisme des décisions : comme le confinement du printemps, tout le monde fait la même chose; mieux vaut avoir tort avec tous que raison tout seul; le suivisme de Paris vis à vis de Berlin est pitoyable alors que nos agences de santé donnent un avis favorable (et je pense encore qu’ils font un travail sérieux).

  7. L’Espagne déconfine. Les restaurants étaient ouverts en horaires réduits. On y incite le pays à la prudence.
    Il semble que les virus soient intelligents et géographes. Ils respectent les frontières des régions et des pays.
    NB Pour les sceptiques sur la situation en Espagne, je vis à Barcelone depuis plus de 20 ans.

  8. Un fait que personne ne prend en compte alors que déjà l’année dernière cela avait déterminé les dates du confinement et les opérations de com’ visant à la faire “accepter: le ramadan. Eh oui; il commence le 12 avril, donc si ces criminels incompétents confinent le WE prochain, ils “déconfineront” juste avant… Comme l’année dernière.

  9. Ils ne savent plus comment se dépêtrer de leurs insuffisances et de leurs mensonges.
    Je pense d’ailleurs qu’Ursula Van der Leyen, appuyée par le CSCE qui ne peut se démettre de ses décisions antérieures, va bientôt proclamer que le vaccin Astra Zeneca n’est strictement pas responsable des problèmes évoqués. Et on continuera à chercher des punitions (le passeport sanitaire) pour ceux qui refusent de se soumettre…

  10. Il n’y a pas que l’AZ qui pose problème (si tant est que ça soit vrai et pas une cabale de l’ue, parce qu’il y a un bras de fer nauséabond qui fait long feu entre AZ et ue – de là à penser que c’est une vengeance de petits ponktionnaires… (les chiffres ne montrant une causalité que de 0.000054% allant contre AZ)), les autres sont tout aussi problématiques, parce que dans les 3 pays qui ont “vacciné” le plus, les chiffres sont implacables : ils ont enregistré un pic de mortalité _très_ supérieur à celui de l’année dernière et ceci, juste après la vaccination (chiffres officiels dispos sur les sites spécialisés).

    1. Donc les vaccins sont bien dangereux, surtout quand les séquelles ou la mort vous tombe dessus et pas sur le voisin, n’est-ce pas messieurs les statisticiens et les merdias de la propagande NON VACCINÉS ?! !😆

  11. En effet, tristes sires que ces gens du gouverne-ment..Mais laissons les se prendre les pieds dans le tapis …
    Lorsque les gens sont unis par le désir d’être en lien en dépit d’idées différentes, l’ Humain est plus fort que tout
    MAIS lorsque le groupe est lié par le pouvoir et l’argent, au bout d’un moment il y en a toujours un qui veut plus, plus…
    Laissons les se “manger” entre eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer