Les régimes de retraite du privé, vaches à lait du remboursement de la dette

Les régimes de retraite du secteur privé - personne ne l'a dit clairement, mais les langues commencent à se délier - seront en charge du remboursement de la dette. Une aubaine pour les fonctionnaires qui ne feront a priori aucun effort, ni durant leur vie professionnelle, ni durant leur retraite. Décidément, le racket social a de beaux jours devant lui...

Les régimes de retraite du secteur privé vont être mis à contribution pour rembourser la dette. Ni le gouvernement ni la majorité ne l’ont encore dit clairement, mais les langues se délient peu à peu et le choix apparaît de plus en plus évident. 

Les régimes AGIRC-ARRCO plongent dans les réserves

Premier élément discret de l’équation : les régimes AGIRC et ARRCO ont dû puiser dans leurs réserves pour éviter un naufrage financier directement lié au COVID. L’effondrement de la masse salariale en 2021 crée en effet un sérieux trou d’air dans les cotisations. Le déficit technique des fédérations avoisine les 6 milliards €, avec un baisse des recettes de près de 4 milliards, et une hausse des dépenses de près de 2 milliards. Grâce à une mobilisation d’une partie des réserves, le déficit est contenu à 4,8 milliards €.

Mais c’est un indicateur supplémentaire de la dégradation des comptes, à l’unisson des autres comptes sociaux. Inévitablement, il faudra réparer les dégâts. 

Le groupe LREM crache le morceau sur la dette

Parallèlement, trois parlementaires LREM (dont Pascal Canfin, député européen ex-écologiste) ont fini par écrire, pour LREM, comment ils voyaient le remboursement de la dette. De leur point de vue, c’est assez simple : il faut mobilier la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) pour rembourser la dette sociale… et réformer les retraites pour diminuer les déficits publics

Voilà une façon élégante d’expliquer que tous les efforts viendront très majoritairement du secteur privé, et que les dépenses publiques continueront comme avant.

La CRDS pour rembourser la dette sociale

Les amateurs du genre noteront que la dette sociale devrait être remboursée (selon ces parlementaires) par cet impôt universel qu’est la CRDS. Ce n’est pas totalement absurde. Mais, historiquement, la CRDS devait être temporaire, et ne rembourser que les dettes accumulées à sa création. Elle ne devait pas servir à rembourser les dettes suivantes. 

Une réforme des retraites pour les comptes publics

Plus surprenante est la théorie de LREM selon laquelle les déficits publics devraient être réduits… grâce à une réforme des retraites. Le déficit des retraites ne concerne pourtant que la dette sociale. Mais le tour de passe-passe est ici assez simple : il est vrai que la dette sociale compte dans les déficits publics. Donc, en la réduisant, on permet à l’Etat de ne faire aucun effort futur. 

Et hop ! voilà comment refiler aux salariés du privé la patate chaude de l’effort pour rembourser la dette. Et voilà comment exonérer les fonctionnaires de tout effort futur. 

Quelle réforme des retraites ?

Car, en matière de réforme des retraites, pour l’instant, c’est tout sauf clair. Depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron laisse entendre que cette réforme sera remise sur le tapis sous une forme allégée. On ne dispose que de peu d’informations sur le sujet, si ce n’est que, nous en faisons le pari, les fonctionnaires en sortiront largement gagnants. 

Et hop ! Les efforts, c’est toujours pour les mêmes. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

96 Shares:
4 commentaires
  1. Les voix de 6 millions de fonctionnaires zélés comptent !
    C’est eux qui maintiennent LE SYSTEME !!! La soupe est bonne et surtout on ne risque pas la porte !

    Rappel :
    1. les retraites ARRCO – AGIRC sont alimentées par les prélèvements effectués sur le salaire brut des salariés actifs !
    2. les réserves ARRCO – AGIRC ont été constituées de la même façon. Il s’agit d’économies ou de gestion responsable
    en prévisions de crises économiques !
    3. Et c’est bien dans ses réserves que l’ARRCO – AGIRC est allée piocher, sans rien demander à qui que ce soit et encore
    moins à l’état !

    Donc tout ça n’a rien avoir avec la “dette publique” générée par qui vous savez ! Et notamment par les retraites des fonctionnaires !!!
    C’est une vaste escroquerie !
    Nous sommes “gouvernés” par une bande de MENTEURS et d’ESCROCS !
    Et ça aussi il ne faudra pas l’oublier !

  2. Et oui, comme ça on pourra fournir davantage de retraites aux gens venus d’ailleurs et qui n’ont jamais cotisé.
    L’agriculteur, l’éleveur, le coiffeur et tous autres artisans sont gens nantis, c’est bien connu !
    Pendant le covid, on n’a pas de remèdes mais le gouvernement a des idées qu’il s’en va appliquer cahincaha, ni vu ni connu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer