Hélène Strohl : “seule la privatisation peut régler le problème de la bureaucratie dans l’hôpital”

Hélène Strohl, ancienne inspectrice générale des affaires sociales, a fait le point pour nous sur les moyens hospitaliers et sur la meilleure façon de lutter contre l'inflation bureaucratique qui étouffe l'hôpital public. Mêlant expériences personnelles et analyse "macro", son point de vue saisissant rappelle que le problème de l'hôpital public tient moins à l'absence ou l'insuffisance de moyens qu'à une centralisation extrême des décisions autour d'une technostructure qui encourage de mauvaises pratiques.

De cette interview, on retiendra surtout une longue explication sur la question des moyens alloués aux services de réanimation. Depuis le début de la crise du COVID, beaucoup de Français s’interrogent sur le manque de réactivité et de volonté, de la part du gouvernement, pour créer des lits de réanimation temporaires. 

L’explication donnée ici revient aux mécanismes internes de l’organisation hospitalière française. Hélène Strohl montre comme cette passivité est aussi le fruit de choix de gouvernance qui repose essentiellement sur la mise en coupe réglée de l’hôpital par une caste d’énarques. 

Une interview à regarder d’urgence. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

25 Shares:
10 commentaires
  1. Entretien fort intéressant – Merci
    D’accord avec l’invitée pour la conclusion
    Pas d’accord avec vous pour la querelle de générations ! La génération dite du baby-boom travaillait réellement, elle.
    Non seulement, elle ne batifolait pas dans les locaux professionnels (consultations internet et téléphones, achats privés en ligne, …) et ne perdait pas son temps en réunions inutiles et interminables, mais elle était “sur le pont” 10 h par jour. Chacun voulait obtenir des résultats et ramait pour y arriver. En plus, le chômage était honteux. Donc, on travaillait tous. Les cotisations ont été payées à des taux moindres mais sur un travail effectif double ou triple ! Les chocs pétroliers ont été payés cash et les folies socialistes ont fait déraper les taux d’emprunt jusqu’à 17% pour se loger !

  2. https://images.app.goo.gl/UeNSi3Mz1roDGmaP9

    Petit tackle a Eric a propos des billevesées des jeunes qui cotisent pour les retraites actuels « Boomer favorises » qui bénéficiaient de taux favorables ! Les Snowflakes Mondialises a la Cancel Culture ,aux comptes epargnes temps , au repos compensatoire, aux cellules de soutient psychologique ,aux RTT DU JEUDI SOIR , pourront lire sur ce graphique que le temps de travail n était vraiment pas le même ! J espère ne pas trop les traumatiser 🤫 ! Quand a l Hopital les Comptables de Bercy ont eu la peau des Mandarins Divas , mais la musique n est plus la même depuis , et on voit que les comptables ne sont pas fait pour affonter les vrais defis de santé et nos politiques non plus !
    Et quand Les artistes ont décidé de reprendre la partition sans chef d orchestre et on a eu une belle représentation de leur efficacité intellectuelle au lit des patients ! Sans rancune et Madame Strohl merci de recadrer le sombre constat vers un peu de lumière !

  3. En Phase avec Thierry, on faisait 10 heures par jour sans RTT avec 24 jours de congés par an soit 4 semaines. Cotisation plein pots, fin des études à 23 ans pour un ingénieur suivi d’un service militaire (entre 12 et 16 mos) où l’armée c’est à dire la nation vous faisait exercer votre métier gratuitement. Le chômage était une honte

    Sans vouloir faire de querelles inutiles on est bien loin des générations Chirac-Mitterrand : 35 heures, entre 5 et 6 semaines de congés avec les RTT, pas de service militaire, âge moyen de fin des diplômes augmenté de 2 à 3 ans par catégories de diplômes. Ma mère sui n’avait que le certificat d’études savait une règle de trois ou connaissait le nombre de m² d’un hectare contrairement à nos ministres, hauts diplômés de l’ENA.

    Je précise également que ce n’est pas un problème individuel, les hommes politiques soit par clientélisme, soit par incompétence, soit par lâcheté, ont pourri la situation qui malheureusement est subie par tous, jeunes et moins jeunes.

  4. Le COVID 19 a une qualité il fait la démonstration de la médiocrité de la France avec son niveau de réflexion au plus bas. Ceux qui dirigent la France depuis des décennies, n’ont pas évolué, ils raisonnent toujours avec une pensée locale parisienne et une action globale alors qu’il faut penser global et agir local. Quand on réalise que pour 4.600 personnes en réanimations à venir, soit 46 par département , certains veulent confiner une économie et 67 millions d’habitants, nous atteignons le sommet de la médiocratie.
    Le Problème majeur est le nombre de lit de réanimation en 2 décennies , les gouvernants français en ont supprimé + de 40.000. Les Allemands en ont 40.000 alors que la France en a 5000. De plus durant ces décennies l’administration de santé n’a cessez d’augmenté en effectif au détriment des soignants . D’ailleurs les Allemands ont moins d’administration hospitalière (10%) que la France (38%) et plus d’effectifs soignants dans leur administration de santé.
    Le mot République en France que certains utilisent à tout bout de champ.
    La Ripoublique serait préférable !
    La France depuis quelques décennies est une suite de mensonges sur lesquels beaucoup trop de citoyens sont d’accord et cela rend son redressement impossible ou très , très difficile. La France est maintenant un pandémonium et ce n’est pas un euphémisme.
    « Plus une société se détourne de la vérité, plus elle déteste ceux qui la disent. » George Orwell
    La France a cruellement un déficit culturel et que disait Jean Rostand à ce sujet : Qu’est-ce que la culture ? cliquez pour lire la suite :
    https://developpement-mental-semantique.com/la-culture-en-france-cest-ce-qui-manque-le-plus-en-france/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer