Vaccin Johnson & Johnson : premier scandale de l’ère Biden ?

L'Agence américaine des médicaments (FDA) déclare dans un communiqué, qu’elle enquête “sur six cas rapportés aux Etats-Unis de personnes ayant développé des cas sévères de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin" Johnson & Johnson et appelle à faire “une pause".

Selon le New York Times, des effets secondaires rares, dont des caillots sanguins, sont apparus chez six femmes, âgées de 18 à 48 ans, bénéficiaires du vaccin Johnson & Johnson. Toujours, selon les informations du journal new-yorkais rapportées par L’Echo, une femme serait morte et une autre hospitalisée dans un état critique.

Vents contraires pour Johnson & Johnson.

Nous rappelions, il y a quelques jours dans ces colonnes, comment et pourquoi le laboratoire Janssen avait d’une part profité d’une autorisation en urgence de mise sur la marché américain de son vaccin Johnson & Johnson le 27 février et d’autre part d’une commande supplémentaire de 100 millions de doses le 10 mars (après une première commande de 100 millions de doses). Le copinage entre Joe Biden et Big Pharma s’affichaient au grand jour, le directeur général de Johnson & Johnson n’ayant jamais caché sa sympathie pour l’ancien candidat démocrate. Joe Biden s’est-il révélé trop prompt à récompenser son soutien ?

Le vaccin, élaboré par le laboratoire Janssen, doit être mis en circulation le 19 avril prochain en France. 

Près de sept millions de personnes aux États-Unis ont reçu des injections de Johnson & Johnson jusqu’à présent. Et la France a reçu une première livraison de 200.000 doses de ce vaccin à injection unique, cette semaine. Elle le destine aux personnes de plus de 55 ans, comme le vaccin AstraZeneca.

Quelles confiances peuvent inspirer aux populations ces autorités sanitaires en validant, visiblement sous la pression des autorités politiques et des lobbies pharmaceutiques, la mise sur le marché de produits pour mieux les suspendre le lendemain ?

Le “monde d’après“ ressemblera fortement au “monde d’avant“ !

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

1 Commentaire

  1. Non, le “monde d’après“ ne ressemblera nullement au “monde d’avant“, il sera infiniment pire, car l’ère du mensonge (oops, sorry, the fake news era;-p) est maintenant ouverte et l’info véritable étant maintenant impitoyablement pourchassée pour être éradiquée, principalement par les GAFAM et les nazes gouverne-mentaux (pléonasme dans ce pays), ça va être du sport pour arriver à la dégoter et surtout, à la diffuser. De plus, les mêmes se se cachent plus pour censurer à tour de bras.
     
    Je maintiens donc mon pari premier, l’avenir de l’information (la vraie, œuf Corse) ne pourra se faire correctement qu’avec des services complètement décentralisés, chiffrés entre eux où chaque machine de chaque lecteur sera également un serveur d’une partie du tout. De la même façon que les révélations d’E.Snowden ont monstrueusement accéléré le chiffrage du web (mais bon, https est beaucoup trop facilement piratable quand on peut obliger les vendeurs de certificats à en donner les clés et à se taire), les atteintes incessantes à la vérité vont le décentraliser complètement et le chiffrer encore plus efficacement – et ça sera tant mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.