1 000 milliards de mille Bitcoin !

Le bitcoin peut-il saborder le système monétaire ? L’introduction en bourse record de Coinbase, courtier en bitcoin et cryptomonnaies, braque les projecteurs sur les cryptomonnaies. Quel est l’avenir de cet objet monétaire non identifié (Omni) ? Pour le moment faute d’usage, le bitcoin reste encore un outil spéculatif. Mais il fait de l’ombre aux manœuvres des banquiers centraux.

En lançant Coinbase en 2012, Brian Armstrong et Fred Ehrsan veulent démocratiser le bitcoin qui vaut alors 15 $. En 2021, Coinbase s’introduit en Bourse et recueille 20 Mds$ de capitalisation.

Avant Coinbase, le réseau Bitcoin et sa mystérieuse monnaie bitcoin étaient restés entre les mains de quelques geeks qui avaient entendu le message du mythique fondateur Satoshi Nakamoto : seul un système monétaire « basé sur une preuve cryptographique plutôt que sur un tiers de confiance », énonçait-il en exposant son projet, peut résister à la censure et « échapper au risque d’inflation arbitraire des devises centralisées ».

Le bitcoin, dans la mesure où personne ne peut se l’approprier ni le multiplier, est apte à devenir un refuge contre l’arbitraire et l’inflation voulus par les pouvoirs (gouvernements et banques centrales). Pour pouvoir démocratiser le bidule, il faut pouvoir le négocier (en acheter et vendre) simplement.

Profession de foi de Brian Armstrong en écho à celle de Nakamoto :

« Je ne pense pas que la cryptographie soit là pour résoudre tous les problèmes du monde […] Mais c’est là pour résoudre un méta-défi très important, qui est la liberté économique. »

Tout le monde a compris que, pour le moment, la création monétaire débridée mise en œuvre par les Banques centrales, a conduit à une gigantesque inflation des actions, obligations et de l’immobilier partout dans le monde.

Ironiquement, le bitcoin, est l’actif financier qui a atteint le plus rapidement la barre des 1 000 milliards de dollars de capitalisation. Il a donc lui aussi profité de l’inflation des grandes devises.

Capitalisation du Bitcoin
Durée en années pour atteindre 1 000 Mds$ de capitalisation

Source : Visual Capitalist

Il a fallu au bitcoin seulement 12 ans pour atteindre ce seuil fatidique contre une quarantaine d’année pour Microsoft et Apple, et une vingtaine d’années pour Amazon et Google. Pour le moment, l’Omni bitcoin défie la pesanteur financière et a bien réussi en tant qu’actif.  Mais en tant que monnaie ?

Jusqu’à présent peu de gens échangent concrètement en bitcoin dans le monde. La valeur d’usage du bitcoin reste donc insignifiante. Il y a deux interprétations possibles. L’une consiste à dire que le bitcoin restera un truc de geek (discours déjà entendu au début d’Internet). L’autre interprétation parlera à ceux qui se sont penchés un peu sur l’histoire monétaire : si les gens stockent du bitcoin sans l’utiliser c’est parce que « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». C’est le principe de Nicolas Oresme, auteur du Traité sur l’origine, la nature, le droit et les mutations des monnaies, paru en 1535. Ce qui voulait dire qu’on préférait faire circuler la monnaie qu’on soupçonnait d’avilissement pour conserver celle qu’on estimait la plus saine.

Quoiqu’il en soit, plus le bitcoin connaîtra du succès plus il sera dans le collimateur du pouvoir qui ne saurait tolérer une monnaie privée et perdre son monopole étatique ou supra-étatique dans le cas de l’euro.

Comme je l’explique dans mon dernier livre, Money, Monnaie, Monnaies -Du sumérien au bitcoin : dettes et crises monétaires, nous devons comprendre que tout ce que nous considérons comme de l’argent, notre argent, ne sont en réalité que des dettes dont de plus en plus risquent de ne pas être honorées.

Retrouver une vraie monnaie qui ne soit la dette de personne (le bitcoin s’achète comptant) représente un enjeu considérable. Cela permettrait aux épargnants de ne pas voir leur épargne financière engloutie dans un Great Reset, la remise à zéro des compteurs de dettes, le jubilé du XXIème siècle, la crise monétaire mondiale qui couve. Or, argent, bitcoin : peu importe. La concurrence se chargera de faire le tri.

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

1 Shares:
1 commentaire
  1. “dans la mesure où personne ne peut se l’approprier”
     
    C’est là qu’est l’os, parce que c’est fort malheureusement bleu-suppo, car si un acteur arrive à obtenir le contrôle de 51% des serveurs de calcul, il obtient également le contrôle de cette monnaie – inutile de pointer qui a les plus grosses capacités de calcul.
     
    D’un autre côté, la capacité et surtout la multiplicité des unités de calcul des autres réunis, qui ont largement bénéficié des nouveaux matériels et de la diffusion de l’existence du BTC, contrebalancent pour l’instant assez bien celles des gouvernements.
     
    Reste une zone noire qui pose une (très) grosse question existentielle, le code BTC délivré en premier jet était un peu trop farpait pour n’émaner que d’un seul homme, fut-il une tronche en crypto, en programmation et en sécurité, c’est donc un travail d’équipe, reste à savoir si elle a agit pour le plus grand bien du plus grand nombre, oupas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer