Danger pour nos libertés: Angela Merkel veut centraliser dans l’Union Européenne les politiques de santé.

Angela Merkel vient, en deux jours, de dévoiler la profonde détestation de la démocratie et des libertés qui habite beaucoup de gouvernants européens. Après avoir fait voter au Bundestag une loi qui prive les Länder de leurs compétences en matière de santé publique, elle demande, dans la foulée, le renforcement des compétences de l'Union Européenne en matière de santé. Toujours plus de centralisation nationale et supranationale ne peut mener qu'à une seule chose: la mort de la démocratie.

L'Infektionsschutzgesetz et la fin du fédéralisme allemand

Comme Le Courrier des Stratèges l’avait anticipé, il y a eu, malheureusement, une majorité de députés allemands pour voter la mise à jour de la loi destinée à encadrer la lutte contre les épidémies (Infektionsschutzgesetz). Le nouveau texte permet ce que le gouvernement allemand a appelé – d’une métaphore bien peu démocratique – un « arrêt forcé d’urgence » (Notstandbremse). Comme si la République Fédérale était un train à maintenir dans des rails dont les Länder ne pourront s’écarter. Il suffira que « l’incidence » dépasse 100 trois jours de suite, au niveau local ou régional pour que le gouvernement fédéral puisse ordonner au territoire concerné d’appliquer des mesures stricts de confinement. La loi prévoit ce système jusqu’en juin mais qui peut douter qu’il sera renouvelé, maintenant que le doigt est mis dans l’engrenage.?

C’est la suppression de la subsidiarité sur laquelle reposait la gestion sanitaire allemande – et qui avait expliqué une partie du succès de la lutte contre l’épidémie au printemps 2020. Les centres de lutte contre les épidémies sont locaux et les ministères de la santé régionaux, le ministère fédéral de la Santé ne jouant qu’un rôle de coordination. 

C’est de ce système décentralisé que la Chancelière – qui a passé plus de la moitié de sa vie dans l’Allemagne communiste qu’était la RDA –  juge archaïque.  En fait la Chancelière réfléchit toujours dans les coordonnées de l’Allemagne de l’Est et de l’ancien système soviétique – transposé à la RFA et à l’Union Européenne. 

Angela Merkel veut une gestion centralisée des politiques sanitaires dans l'UE

« Je crois que l’Europe a besoin de plus de compétences dans le domaine de la santé », a déclaré Mme Merkel dans la foulée du vote qui avait eu lieu au Bundestag. Elle a même envisagé de modifier les traités de l’Union européenne pour cela, a-t-elle ajouté. 

Proposant un débouché pratique à ses propos, la Chancelière a critiqué vertement le fait  que certains pays utilisent désormais des vaccins chinois ou russes sans attendre leur approbation par l’Agence européenne des médicaments (EMA) afin d’obtenir, comme elle a dit,  un « petit avantage à court terme ».  En l’occurrence, Madame Merkel oublie de mentionner que son pays a prévu d’importer ou de faire fabriquer le vaccin russe en Bavière. 

Mais la Chancelière ne s’est jamais vraiment intéressée aux faits. Peu lui importe qu’on lutte mieux contre l’épidémie de manière décentralisée. Et peu lui importe aussi de renforcer les pouvoirs de l’Etat fédéral aux dépens des Länder. A peine le Bundestag l’a-t-il suivi qu’elle passe sans crier gare à l’étape suivante: la centralisation doit continuer au niveau européen. 

En dépouillant les Länder de leur pouvoir, Angela Merkel met  en cause le pacte démocratique, décentralisateur, antinazi de 1949 – qui promettait à l’Europe que plus jamais l’Allemagne n’instaurerait un pouvoir fort ni ne négligerait sa tradition de libertés locales solides et enracinées. Et c’est bien pour un nouveau projet antidémocratique: celui consistant à éloigner toujours plus les décisions sanitaires des citoyens qu’elles concernent. 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

6 Commentaires

  1. Chassez le naturel, il revient au galop. Ne croyez surtout pas qu’A.M soit seule sur cette voie, et ça n’est pas bébé Macron qui y verra malice. D’ailleurs lui, il est dans son Plan Comm, à draguer du côté de l’islam, et l’Europe, il n’en veut que la Présidence!

  2. Moi, je veux exprimer ma profonde détestation de l’Europe et de la « merkel » dont je n’ai jamais voulu parce que mortifères autant l’une que l’autre : n’oubliez pas que merkel (pas de M) a reçu le prix kalergi (lui non plus pas de K) ; quant au m du « plug anal », je souhaite sa disparition par tous les moyens.

  3. Dans les entreprises on n’a de cesse que de supprimer le modèle hiérarchique car il n’est plus performant.
    Alors que la politique devrait être visionnaire et nous montrer les modèles de demain, elle nous fait reculer.
    Comme quoi, quand le changement devient urgent, la résistance au changement augmente, merci les politiques.

  4. L’Europe ayant fait la magistrale démonstration de son savoir-faire en temps de crise sanitaire, donnons-lui encore plus de pouvoir.
    Pauvres de nous !
    On continue à nous rouler dans la farine et bien peu semblent s’en apercevoir.
    Moi-même j’ai cessé de discuter, gardant mon (mes) opinion bien au chaud en écoutant calmement (J.A. reste calme, J.A. reste calme..) les grandes justifications de l’une ou l’autre décision gouvernementale. Ça tourne tellement au grand guignol que je suis toujours surpris qu’il y ait encore des dupes.

  5. Chassez le naturel… Ces dernières années ont du être dure à vivre pour mamie, être obligée d’attendre de partir à la retraite après avoir sabordé le navire pour enfin laisser apparaitre ce qu’elle est vraiment, un pur produit du communisme . Beurkkk!!! Le plus étonnant est quand même que personne dans son parti ne se soit aperçu de rien et qu’on laissé avancer ses pions sans problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.