Grands corps de l’Etat : Macron s’attaque au gouvernement profond

Selon le site Acteurs Publics, Emmanuel Macron a décidé de "fermer" les corps d'inspection recrutés à la sortie de l'ENA (inspection générale des finances, inspection générale de l'administration et inspection générale des affaires sociales). Cette décision en apparence technique est en réalité essentielle, car ces corps forment le "réacteur nucléaire" du gouvernement profond qui structure la haute administration. Seul le Conseil d'Etat échappe pour l'instant à un remaniement en profondeur.

Le gouvernement profond a du souci à se faire, et on peut d’ailleurs se demander pour quelle raison obscure, à un an de la fin du quinquennat, Emmanuel Macron décide de s’y attaquer aussi frontalement. Selon le site Acteurs Publics, le Président aurait en effet décider de “fermer” les corps d’inspection recrutés à la sortie de l’ENA, et de bouleverser, comme il l’avait annoncé, leur mode de recrutement. 

Le gouvernement profond face à la “fonctionnalisation”

Dans la pratique, Emmanuel Macron s’est donc rallié à l’une des propositions du rapport Thiriez, qu’il avait commandé. Cette proposition est celle de la “fonctionnalisation” des grands corps d’inspection, autrement celle d’un passage dans un corps d’inspection en cours de carrière, pour une durée déterminée. 

Le système aristocratique à la française, avec une admission à l’inspection générale des finances à 24 ans, qui vaut sauf-conduit durant toute une vie professionnelle, serait donc remis en cause en profondeur. Dans la pratique, ces corps, qui constituent le coeur du gouvernement profond avec des carrières météoritiques (comme celle d’Emmanuel Macron) coupées de la “troupe” verraient leur recrutement (et leur rôle) profondément bouleverser par l’obligation de recruter les fonctionnaires qui se sont le mieux distingués sur le “terrain” et non ceux issus des meilleures écoles. 

Résistance farouche de la caste

Cette réforme devrait susciter un véritable tir de barrage de la part de la caste qui tient l’appareil d’Etat grâce à ce système depuis de nombreuses années. Le rapport Thiriez insistait déjà sur son opposition à cette idée :

Consultés sur un tel scénario, les corps d’inspection ont unanimement formulé leur opposition, estimant que la « fonctionnalisation » des emplois compromettrait l’indépendance de jugement de leurs membres, laquelle conditionne l’objectivité des rapports d’inspection et la pertinence des propositions de réforme qu’elles sont conduites à faire à leurs ministres de tutelle. Les inspections ont également insisté sur l’impact négatif d’une telle réforme s’agissant de l’acquisition des compétences professionnelles requises pour exercer ce métier. 

On voit que la galerie des arguments de circonstance pour affirmer une opposition frontale n’a pas tardé. Reste à savoir quelle est aujourd’hui la capacité de ces corps à faire barrage à la réforme voulue par le Président. À n’en pas douter, celle-ci doit contrarier certains proches du Président qui ont beaucoup oeuvré à sa victoire, comme Jean-Pierre Jouyet, dont le rôle de “parrain” de l’inspection générale des finances a fait de lui l’un des acteurs les plus puissants de la caste. 

La question de l’indépendance sera traitée

L’argument de l’indépendance des inspections par rapport aux ministres est au coeur du débat. Elle illustre bien le poids critique qu’a pris l’appareil d’Etat face au politique. Les hauts fonctionnaires revendiquent une autonomie d’action par rapport aux élus. 

Le paradoxe tient évidemment au fait que plus aucune carrière dans l’administration ne se déroule sans un passage très politique en cabinet ministériel. 

Pour donner le change, le direction de la fonction publique planche sur un système qui apporterait des garanties de carrière aux fonctionnaires détachés dans des corps d’inspection. L’instauration de rapports anonymes est même évoquée. 

La mise en application complète de cette réforme par le Président constituera un test majeur, même s’il sera peu apparent. Un Président peut-il réformer aussi brutalement sa haute administration sans glisser sur de dangereuses peaux de banane à un an de sa réélection ?

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

55 Shares:
13 commentaires
  1. Cette décision de M. Macron sera sans doute un élément prépondérant de sa future défait aux présidentielles. Pourquoi fait-il cela maintenant? A-t-il décidé de ne pas se représenter? Va-t-il revenir sur sa décision? Mystère. Mais le mal est fait.

    1. L’ENA est le cancer de la France. Ces incompétents, maintenant consanguins, et leurs cohortes de tares ont déclassé la France. Pourquoi agir maintenant ? Je souhaite qu’il réussisse à déboulonner ce panthéon de branleurs de fils à papa privilégiés et qu’enfin le bon sens, la créativité, l’action soient récompensés. L’administration en général est devenue une usine clienteliste, bourrée de fainéants. La réforme de l’état passe aussi par un dégraissage et une surtout un recrutement plus sévère quel que soit le Poste. La fonction publique ne crée aucune richesse, c’est un gouffre financier sans fin
      La richesse ce sont les entreprises qui la créent, à condition de ne plus les saigner et conserver nos cerveaux est également une priorité. Mais avec notre administration archaïque c’est impossible

  2. Quel mal? Supprimer l’influence d’une caste qui a depuis longtemps perdu tout sens de sa fonction réelle au profit de ses intérêts propres aurait l’avantage de remettre certaines pendules à l’heure . La seule question qui se pose est tout bêtement par quoi remplacer ce bouzin inutile? Quant à ce que des privilégiés peuvent penser de ce qui remet en cause leurs pouvoir et leur impunité après 45 ans de réussite négative (on ne dit pas à nos lumières qu’ils se plantent), franchement, qui cela peut il cela peut il intéresser? Cette clique de parasites incompétents ne manquera à personne si ce qui doit les remplacer n’est pas fait en dépit du bon . L’ENA aurait du disparaitre depuis longtemps, en même temps qu’ont disparu les raisons de sa création . Favoriser une forme d’élitisme sera toujours une catastrophe . Venant de Macron, j’envisage le pire, espérons que le remède ne sera pas pire que le mal, il a l’art de foirer ce qui pourrait être une bonne idée …

  3. Tant que le gros problème du Pantouflage n’est pas régler ,
    C’est une diversion et de l’esbroufe,
    Et peut être même un moyen de confier l’avenir de la France et ses ressources a des cabinets privés anglo saxon(comme la “crise” de la grippe 19) et de rendre impossible la reconstruction comme après guerre (économique)

    1. Tout à fait d’accord !
      Cette fermeture signe la déconstruction de l’Etat français et la poursuite de la privatisation de la nation. Ne vient-il pas d’évoquer la nécessité de « déconstruire l’Histoire de France » ?

    2. Absolument, on le voit également à EDF où la privatisation se prépare également avec des cabinets anglosaxons. KPMG, HSBC,BCG, Blackbloc, tellement plus facile de pratiquer la double facturation avec ces experts, banques et assurances, tandis que les français écoutent leurs médias vanter, après Alsthom, les mérites de l’affaire Veolia-Suez.

  4. Le pire de ces grands corps est encore le Conseil d’état, responsable essentiel de l’installation de L’islamisme. Voir le livre essentiel de Yves Mamou:le grand abandon (L’ARTILLEUR)

  5. Qui vous dit qu’E. Macron se représentera en 2022 ? S’il engage de telles réformes de structure, ce pourrait être plutôt le signe qu’il aurait déjà pris sa décision de ne pas se représenter, l’autre lauréat du programme Young Leaders 2012 de la fondation franco-américaine prenant le relais avec la bénédiction de la NED et des influenceurs médiatico-financiers !

  6. Poser la question «  pourquoi pas le Conseil d’Etat? «  c’est posséder la réponse
    De mon aventin, il me semble que tout cela demeure de la poudre aux yeux…
    Faut-il croire un instant que ceux qui sont à l’origine des maux de notre pays depuis la fin des grands serviteurs de l’Etat sont les mieux placés pour tracer le chemin du courage ?
    Non, seule une révolution de fond en comble ( pas seulement des corps de la haute technocratie !) pourrait éviter le naufrage et cela passe par un programme soumis à l’approbation du peuple français, unique détenteur de la souveraineté donc de la légitimité

  7. détruire l’Etat est une excellente idée : faire crever ces bandits qui se gavent sur les agriculteurs, les commerçants ou les industriels est une excellente idée : à quoi servent ces bandits escrocs et voleurs sinon qu’à faire crever les français !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer