Le COVID 19 est-il un « virus sino-américain » financé par l’apprenti-sorcier Anthony Fauci?

L'état de droit américain reste une réalité: grâce au Freedom of Information Act (FOIA), 3200 pages d'e-mails du Professeur Anthony Fauci sont désormais accessibles. Dans la masse d'informations, il ressort très clairement que le "Monsieur COVID" de la Maison Blanche a délibérément tenté d'effacer les traces de son implication dans le financement des recherches civiles et militaires menées sur les coronavirus dans le laboratoire P4 de Wuhan. Le "virus chinois" dont parlait Donald Trump au printemps 2020 pourrait bien être un virus "sino-américain".

L’état de droit américain reste efficace. Il est possible de saisir la justice pour demander la publication de documents gouvernementaux. C’est ainsi que, grâce à Buzzfeed, nous avons maintenant plus de 3000 pages à disposition de courriels du Dr. Anthony Fauci, le « Monsieur COVID » de la Maison Blanche, sous Donald Trump puis sous Joe Biden. Or il apparaît que le plus célèbre virologue des Etats-Unis a sciemment cherché à effacer les traces de son implication et celle du « National Institute for Allergies ans Infectious Diseases » (institut américain de recherche sur les allergies et infections), qu’ il préside, dans le co-financement de recherches menées au laboratoire P4 de Wuhan et qui pourraient être à l’origine du COVID. 

Les e-mails montrent un Fauci se comportant comme un coupable qui veut effacer les traces

Le 31 janvier, Anthony Fauci reçoit un message d’un collègue chercheur  (reproduit ci-dessus) qui fait clairement allusion au soupçon que le COVID 19 soit un virus artificiel, issu d’un laboratoire, et non pas passé naturellement d’un animal à l’homme à partir d’un des marchés de la ville de Wuhan.  Il ne s’agit pas d’une affirmation mais d’une question ! Et cela ne prouve encore rien sur les origines du virus. Sauf que le comportement de Fauci est clairement celui d’un homme qui veut effacer des traces compromettantes.  Il n’a pas envie qu’on lui demande s’il a suffisamment contrôlé des recherches menées en Chine grâce à des co-financements américains

Le lendemain, Anthony demande au N°2 du NIAID de se tenir prêt pour un appel urgent de sa part. Un article est en pièce jointe à son mail, qui témoigne de recherches menées en commun par des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord et les chercheurs Zenli-Li Shi, Xing-Yi Ge du laboratoire P4 de Wuhan. L’article fait état de recherches menées pour étudier en laboratoire des mutations de coronavirus de la chauve-souris rendant ces derniers plus susceptibles d’infecter l’homme.  Or Anthony Fauci avait toujours nié avoir participé à de telles recherches. 

Le médecin italien Joseph Tritto a déjà montré, dans un livre paru à l’été 2020 que, selon toute vraisemblance, ces recherches menées à Wuhan par des civils avaient aussi intéressé l’armée chinoise. Et, les conditions de sécurité n’étant plus respectées par un nombre trop grand de chercheurs (militaires plus civils) travaillant sur ces coronavirus mutants, une fuite a selon toute vraisemblance eu lieu à la fin de l’été 2019, à l’origine de l’épidémie de COVID 19. 

Or, le 17 avril 2020, dans une conférence de presse, Anthony Fauci affirmait que les chercheurs étaient désormais absolument sûrs que le virus était d’origine naturelle. Le lendemain 18 avril, il recevait un courriel de remerciement d’un chercheur impliqué dans les recherches sino-américaines. 

"Fake news" dans la bouche de Trump, vérité dans la bouche de Biden

Plus on se plonge dans la lecture des courriels d’Anthony Fauci, plus on découvre que derrière le chercheur se cache un homme de pouvoir, un fonctionnaire de la santé, désireux de maîtriser une situation qu’il sait très explosive – surtout quand le président Trump lui-même est suffisamment bien informé pour déclarer que la thèse de l’accident de laboratoire est très probable. 

A l’époque, Anthony Fauci pouvait compter sur la complicité des médias qui crièrent aux « fake news » à chaque fois que Donald Trump parlait du virus chinois. Aujourd’hui le contexte a changé. Comme l’analyse excellement Laure Mandeville dans Le Figaro du 3 juin, les « mensonges de Trump » sont devenus vérité sous Biden.  L’administration Biden-Harris a ordonné la reprise de l’enquête sur les origines du COVID 19.  Et le roi Fauci est nu. D’autant plus que, du coup, la thèse trumpienne du « virus chinois » pourrait céder la place à celle d’un « virus américano-chinois » sorti des mains de chercheurs devenus des apprentis-sorciers dans les deux pays.  

Les médias les plus impliqués dans la gigantesque manipulation d’information du printemps 2020 essaient encore de protéger Fauci. Mais ce n’est plus pour longtemps puisque tout un chacun peut lire les courriels du Professeur. Facebook a senti le vent tourné et ne censure plus la thèse de l’origine artificielle du virus.  On se croirait revenu au temps de la grande URSS quand les changements de ligne du parti provoquaient des tête-à-queue spectaculaires. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires

  1. Plus quelques « détails » : minimiser l’efficacité de la chloroquine (objet de son échange avec Delfraissy -ça serait intéressant de creuser de ce coté là) et promouvoir l’obligation du masque dont il écrivait en privé qu’il ne servait à rien.

  2. C’est là où on se rend compte que les USA sont une vraie démocratie. On attendra 100 ans pour connaitre les tenants et les aboutissants de la corruption de l’INSERM, de Mérieux-Lyon, des différents gouvernements, des hauts fonctionnaires et des intermédiaires vérans – pardon, véreux – dans le scandale du Laboratoire de Wuhan construit par la France, et du refus des médications qui marchent partout ailleurs, donc le refus de soigner et le massacre du Serment d’Hippocrate, pendant qu’on a consommé 4 milliards d’€, soit le prix de 16 IHU de Marseille, pour ne fournir aucun soin aux malades (tester PCR n’est pas soigner et encore moins détecter une maladie par examen clinique, quand on a 3.5kg de bactéries et brins de virus dans le corps)… Cela finira en France sans doute comme le Rapport d’Outreau, où les plus impliqués feront partie de la Commission d’enquête sénatoriale et feront les gros yeux aux lampistes… Là, aux USA, on n’hésite jamais à impliquer et condamner le gratin des fautifs jusqu’au président.

  3. oui alors faisons comme en amerique , dénonçons ouvertement les coupables et qu’on en finisse avec ces abrutie , merci .

  4. Vous connaissez l’histoire selon laquelle la meilleure façon de cacher un document est de l’exposer en pleine vue…

    Il en est de même pour l’origine du Covid : à tant chercher du côté des pangolins et du marché de Wu-Han, on en a oublié (ou voulu oublier) l’évidence !

    • Oui. C’est « La Lettre Volée » d’Edgar Poe. La lettre est cachée sous le chapeau dans l’entrée, de mémoire et tout le monde met le reste de l’appartement sens dessus dessous

  5. Pour l’instant, il temporise énormément devant les différentes commissions et sous-commissions du sénat en répondant le plus souvent à côté de la plaque, ce qui a le don d’énerver grandement des gens comme Rand Paul par exemple, ce qui n’est pas bon pour lui, parce que ses interrogateurs sont des politiciens retors très habitués à extirper le vérité des menteurs et certains autres membres leurs transfèrent même leur temps de parole pour plus d’efficacité – tôt ou tard, Fauci va trébucher et là, ça va faire très mal. Dommage que ça n’ait aucune chance d’arriver en france…

  6. Comment un seul homme, fauci, peut il être aussi toxique, au point de laisser le monde se détruire par ses manipulations et ses mensonges

    • Simplement parce qu’il est l’homme lige du deep state et qu’en tant que tel, on a concentré beaucoup (trop) de pouvoir dans ses mains – à comparer avec le sinistre de la maladie en france.

  7. A partir du moment ou buzyn prend le 13 janvier 2020 ( publié au Jo le 15) un arrêté interdisant l’hydroxychloroquine ( créé en 1949 et administré à des centaines de millions de personnes ), la messe était dite, ces gens savaient. Il ne restait plus aux labos qu’à engranger le pactole par le vaccin puis maintenant distribuer le médicament.

    • Pas tout à fait – l’arrêté de classement en liste II des substances vénéneuses a été signé par le DGS, en l’occurrence Jérôme Salaud-mon et il faut rappeler que ce classement s’est fait suite à la demande expresse de son principal fabricant, Sanofi-Aventis, alors que son AMM avait été renouvelée dans les conditions habituelles et sans aucun problème quelques mois auparavant…
       
      Étonnant que ce personnage n’ait pas déjà été exfiltré, tout comme la vieille, vers un job lui procurant l’immunité judiciaire – soit il aime vivre dangereusement, soit, plus prosaïquement, il servira de fusible le moment venu, c’est à dire quand toutes les procédures contre l’état arriveront à leur régime de croisière (n’oublions jamais que l’ajustice a préféré les repousser après l’été pour des raisons… plus que saumâtres) – dans ce cas, comme il y a très peu de chances que ça soit un don gratuit de sa personne, il conviendrait d’ores et déjà de mettre sous surveillance ses comptes ainsi que ceux de tous ses proches et de suivre sa trajectoire future.

  8. Sincèrement les riches du monde; et en majorité des sionistes évangéliques sont les premier à vouloir détruire l’humanité. Mais c’est Dieu le tout puissant qui va les détruire en fin de compte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.