La vaccination des moins de 18 ans pour se rapprocher de l’objectif quantitatif officiel de vaccination?

A-t-on autorisé officiellement la vaccination des enfants et des adolescents pour atteindre un certain pourcentage officiel de vaccination? Le Comité Consultatif National d'Ethique publie un document explosif malgré ses apparences lissées. C'est un témoignage terrible pour nos sociétés, qui fait ressortir combien les jeunes sont, depuis un an, une simple variable d'ajustement de la politique sanitaire

Il est des documents en apparence anodins mais dont la portée est immense. C’est le cas du texte publié par le Comité Consultatif National d’Ethique concernant la vaccination des enfants et des adolescents. 

Nous le reproduisons in extenso car nous pensons qu’il vaut la peine de le lire en toute sérénité. Les conclusions sur l’objet immédiat du rapport sont immédiatement identifiables: 

À ce jour, pour le CCNE, la vaccination des enfants de moins de 12 ans ne semble pas
éthiquement et scientifiquement acceptable, en grande partie parce qu’il n’existe aucune
étude évaluant la sécurité des vaccins contre la Covid-19 dans cette population. D’ailleurs,
aucun pays n’a actuellement pris la décision de vacciner ses jeunes enfants.
Chez les adolescents, entre 12 et 16 ans, le bénéfice individuel en lien avec l’infection est
très faible en l’absence de comorbidité et ne semble pas suffisant pour justifier, à lui seul,
la vaccination. La FDA, la HAS et l’Agence européenne des médicaments ont autorisé le
vaccin Pfizer dans la population des 12-16 ans. L’Académie américaine de pédiatrie
a, dès à présent, recommandé la vaccination chez les adolescents, en raison de l’absence
d’effets secondaires graves dans une seule étude et par analogie avec les données chez
le jeune adulte. Comme cela a été le cas pour l’adulte, les potentiels effets plus tardifs ou
plus rares ne pourront être connus que par les données de pharmacovigilance postérieures
à la vaccination effective de plusieurs millions d’adolescents. De ce fait, pour le CCNE, un
suivi de pharmacovigilance spécifique aux adolescents (y compris pour les 17-18 ans)
paraît indispensable”. 

Pour autant, le CCNE constate et regrette que la décision gouvernementale d’ouvrir la vaccination aux adolescents ait été prise et rendue publique avant qu’il ait formulé et publié son avis. La Haute Autorité de Santé, en effet a jugé dès le 3 juin que la vaccination des adolescents avait “des effets individuels et collectifs bénéfiques”.  Mais ce qui est intéressant, c’est que le CCNE ne se contente pas de souligner l’absence de respect des procédures. Il replace la précipitation gouvernementale dans le contexte d’instrumentalisation de la population la plus jeune tout au long de la crise du COVID 19. 

La jeunesse comme variable d'ajustement de la politique sanitaire

Le CCNE rappelle: 

“Si l’impact de la pandémie, en termes de risques liés à l’infection, est très faible dans la
population des enfants et des adolescents, l’impact psychologique a été majeur en
particulier chez les adolescents, et plus encore dans les populations défavorisées. En
d’autres termes, la politique de prévention appliquée à l’ensemble de la population
française ne pourrait-elle pas apparaître comme excessive à l’égard de la jeunesse ?

Les statistiques que nous reproduisons ci-dessus à titre d’exemple, tirées des données d’un hôpital américain illustrent ce que dit le CCNE de la fragilité des adolescents confrontés aux politiques de confinement, d’enseignement à distance, de fermeture des campus. Effectivement, la priorité ne devrait pas être la vaccination pour les 12-18 ans ni, même, pour les jeunes adultes.  

Mais alors, se demande le CCNE, n’y a-t-il pas un autre motif, inavouable, dans cette insistance mise à vouloir vacciner les 12-18 ans ? On rappellera que la Haute Autorité de Santé recommande sans hésiter “de vacciner très rapidement les adolescents qui présentent une comorbidité ou dans l’entourage de personnes immunodéprimées, puis de vacciner les adolescents en bonne santé dès lors que la vaccination de la population adulte sera suffisamment avancée“. 

Ce qui conduit le CCNE à constater froidement: 

La couverture vaccinale (pourcentage de la population ayant reçu une dose) atteint
aujourd’hui 82 % chez les personnes de 70 ans et plus, mais n’est que de 52 % dans
l’ensemble de la population adulte (Santé publique France, données statistiques, 4 juin
2021)(…) Dans ce contexte encore incertain d’atteinte possible d’une immunité collective, la
question de la vaccination des enfants et des adolescents se pose afin d’augmenter la
couverture vaccinale globale” 

On ne saurait mieux faire ressortir, sans emphase, que notre administration est imperméable au vieux principe formulé par Emmanuel Kant à l’époque des Lumières:

Agis de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin jamais simplement comme un moyen“.

Une société de liberté peut-elle subsister sans le respect de ce fondement éthique? 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

152 Shares:
4 commentaires
  1. C’est là où l’on se rend compte que la gifle était un moindre mal, un simple avertissement. Celui de ne pas dépasser les bornes pour ne pas provoquer la colère infinie des Français contre leurs élites.

    Car « Là, ils ont été trop loin. »

    Aucune force de l’ordre pourrait alors réprimer un soulèvement qui n’aurait rien à envier 1789. On pourrait mitrailler la population devant Les Tuileries ou l’Elysée, la caste au pouvoir se retrouverait quand même dans son ensemble au bout d’une corde, à la manière de la tabula rasa qui se profile en toute logique.

    C’est juste un avertissement sans frais.

    Ne touche pas à un seul cheveu de nos enfants où il t’en cuira, « Dieu est parmi nous ».

    1. Merci d’éviter d’utiliser le mot “élite” en parlant de ces raclures, ça m’ébouriffe les yeux à chaque fois . Une élite est au dessus du lot, j’ai beaucoup de mal à trouver chez ceux qui s’imaginent mériter cette appelation un seul d’entre eux qui la mérite . Parasites, magouilleurs, prétentieux, mégalos, tout ce que vous voudrez, mais pas “élite” . Merci et bonne journée .

  2. “De ce fait, pour le CCNE, un suivi de pharmacovigilance spécifique aux adolescents (y compris pour les 17-18 ans) paraît indispensable ». ”
     
    À la base, avec des gens qui ne soient ni corrompus, ni dogmatiques, de vrais médecins en quelque sorte (espèce éteinte dans l’administration française depuis mars 2020), les thérapies géniques se faisant appeler “vaccins” n’auraient jamais du obtenir une quelconque AMM conditionnelle, puisque les propres chiffres des labos montrent que le bénéfice reste très inférieur aux risques, mis à part pour les plus de 75 ans et encore, vu le nombre affolant de décès et d’effets secondaires graves et permanents pour certains – il faudra attendre plusieurs années pour pouvoir faire enfin les comptes.
     
    “Dans ce contexte encore incertain d’atteinte possible d’une immunité collective,”
     
    Mouhaharf, l’Arlésienne 2, le retour, bientôt dans vos salles – le con-cept “d’immunité collective” est l’archétype de la connerie accommodée à la sauce médicale tirée d’un chapeau et ne s’appuyant sur absolument aucune étude internationale publiée, pas plus que sur de réelles constatations de terrain qui, rappelons-le, vu qu’elles sont décriées par “les sachants”, ne peuvent donc plus être utilisées du tout vis-à-vis de quoi que ce soit de “médical” ou “scientifique” au sens étatique des termes, c’est à dire pas grand chose – c’est donc un mythe qu’aucun fondement scientifique ne vient ne serait-ce que coréller, à part celui du doigt mouillé qui lui, par opposition, sort en général de notre fondement.
     
    Pour ce qui est de Kant, je lui préférerais le bon sens populaire : “ne fait pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’ils te fassent”, dont les responsables de toute cette daube simili-médicale et soi-disant scientifique feraient bien de se rappeler…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer