Régionales : cette fois, le peuple a vraiment fait sécession…

Avec une abstention de 67%, la sécession est consommée entre le peuple des Gaulois réfractaires et la caste qui les dirige (et les méprise) ou aspire à les diriger. Pire : le parti d'Emmanuel Macron subit une déculottée historique, n'occupant que la quatrième ou cinquième place dans l'échiquier politique. Dans le Nord, la liste LREM ne pourra même pas se maintenir au second tour, faute d'avoir obtenu les 10% réglementaires. Emmanuel Macron y avait pourtant envoyé cinq ministres, dont le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Justice. Désormais, les Français ne veulent pas apporter le moindre crédit à des institutions vieillissantes et à une caste sourde à leurs appels.

Les régionales ont confirmé la sécession que le peuple des Gaulois réfractaires a entamée depuis plusieurs années. Le phénomène atteint cette fois des proportions inquiétantes pour l’édifice institutionnel lui-même. On voit mal comment la Vè République pourrait durer très longtemps avec un tel manque d’adhésion populaire à ses institutions. 

Abstention record chez les jeunes

Les chiffres ne sont pas encore confirmés, mais les instituts de sondage indiquent que l’abstention chez les jeunes de moins de 24 ans a atteint 90%. Elle a, au total, concerné deux électeurs sur trois, hier, particulièrement, semble-t-il, chez les mélenchonistes et les lepenistes. Les électeurs de droite se sont plus mobilisés, ce qui explique le résultat favorable aux Républicains un peu partout. 

Une question se pose désormais : une démocratie peut-elle vivre avec un désintérêt pour les institutions aussi marqué dans la jeune génération ? Tout indique que le coronavirus a marqué une cassure profonde entre les générations en France, qu’il sera difficile de réparer de façon fluide. 

Une caste politique sanctionnée

Plus largement, l’abstention traduit la défiance, elle aussi probablement irréparable, de l’opinion publique vis-à-vis d’une caste politique jugée incorrigible, déconnectée, occupée à défendre ses privilèges et son entre-soi aristocratique au mépris de l’intérêt des citoyens. Pour le pouvoir en place, le rejet est particulièrement massif, si l’on songe que, dans plusieurs régions, le parti majoritaire ne franchit même pas la barre des 10%.

On peut se demander quelle légitimité reste au pouvoir dans son ensemble, y compris hors LREM, pour mener des pays sans une refonte massive des institutions. 

RN et LREM sanctionnés

Nous avons vu qu’Emmanuel Macron est désormais en position difficile pour mener les réformes qu’il envisageait cet été. Mais la situation n’est guère meilleure pour le Rassemblement National, dont on peinait à discerner les véritables possibilités

Pour Marine Le Pen, la situation est même très inquiétante, dans la mesure où son parti semblent peiner à tirer profit du duel annoncé avec Emmanuel Macron en 2017. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

123 Shares:
12 commentaires
  1. Ce qui éloigne le citoyen des urnes c’est le « bon sens », c’est la prise de conscience de l’évidence que voter n’apporte rien, si ce n’est le constat navrant d’une dégradation de tout ce qui fait la Vie, par l’entremise d’un régime « impie » qui ne sert que les intêrets égoïstes et mortifères de ceux qui sont élus et de ceux qui les financent, usant et abusant, le temps d’un mandat, des privilèges octroyés par leur fonction.
    Malheureusement, ne pouvant rien contre la Nature, et même si leur pourcentage décroit, il y aura toujours des naïfs, des ignorants, des crétins surtout, à l’image du public des émissions d’Hanouna, qui trouveront cela utile, sérieux et même indispensable.
    C’est sur ceux-là et leur bêtise que comptent encore les pseudo-élites et les tyrans.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lebienetlemal.html

  2. On voit aussi que les sondages annonçant le LR et le RN au coude-à-coude dans les hauts-de-France était une forfaiture complète. Etonnant de la part d’institut de sondage dont le principal client est devenu le gouvernement ?

    D’ailleurs, les sondages de l’exécutif étant surveilles et devant passer par le SIG, il fauta se demander si comme d’habitude, ils n’ont pas trouvé des moyens de contournement en passant par d’autres acteurs commandant des sondages pour eux, c’est un grand classique …

    A noter que l’IFOP par exemple est passé d’un chiffre d’affaire de 28M€ en 2019 à 29M€ en 2019 puis 33 M€ en 2020.

    1. Les sondeurs français s’américanisent, au sens qu’ils deviennent un instrument d’influence supplémentaire au service de la gauche et des médias de gauche.

      Sauf que, quand bien même les élites intellectuelles, médiatiques et bureaucratiques seraient objectivement de gauche dans toutes les démocraties dites “avancées” (le G7 et l’OCDE), le peuple de base, réfractaire et “bonsensiste”, n’est pas de gauche, en France et aux USA d’une manière flagrante !

      La démocratie peut-elle survivre longtemps à une spoliation massive des institutions par une oligarchie ?

  3. Elections = pièges à cons !
    Tous les pouvoirs en France sont (actuellement) légaux mais illégitimes !!!
    Nous sommes dans l’attente de la grande déflagration !
    Bientôt (vivement) le choc frontal !

  4. Vous êtes optimiste Eric : Schwab et l’UE renforceront DE TOUTE MANIERE leur dictature, avec leurs bourreaux volontaires. On peut surtout parler de je-m’en-foutisme généralisé de cet électorat, surtout de jeunes (87% tout de même).

  5. Le mieux c’est d’entendre Xavier Bertrand (ou Xavier Baltringue pour les intimes), il dit avoir “brisé les mâchoires du RN”, tout un programme. Le gugusse plastronne en étant oublieux de la participation dans les Hauts de France : 32.84% il en recueille 41.39%, avec quasi 70% d’abstention, autant dire qu’il ne représente rien ni personne.

    Le RN en voulant ressembler à un parti comme les autres, se ramasse comme les autres.

    Le meilleur est devant nous, avec tous ces élus qui n’ont aucune légitimité, forcément ça va bien se terminer. Comme disait un Youtubeur (Trouble Fait : https://www.youtube.com/channel/UCynFUJ4zUVuh3GX7bABTjGQ), la prochaine montée des gilets jaunes à Paris se fera en une seule étape, ça va être tranchant.

  6. Tranche de vie dans mon bureau de vote (en RP, commune de plus de 50 000 habitants).
    – Tout le monde masqué, aucune vérification du visage avec la CNI.
    – Espaces séparés pour le vote des départementales et régionales. Vérification de la CNI pour les départementales, pas pour les régionales puisque “vous êtes passé dans le bureau d’à côté”.
    – Demande de ne pas prendre tous les bulletins sur le présentoir pour les départementales car “il n’y en a pas assez pour tenir jusqu’au soir”.
    – Obligation d’avoir son stylo pour signer l’émargement, et pas de tampon sur les cartes d’électeur après le vote comme pendant les communales l’an passé.
    – Et à la phrase rituelle de demande de participer au dépouillement le soir, j’ai répondu que pas vacciné, pas de test PCR et pas de QR code. Donc refusé…
    Devant ce genre de bouffonerie (en plus des morfales qui se présentent), c’est à peu près sûr que la motivation ne peut que se diluer et disparaitre.
    Sinon, voir les pourcentages de voix pour les candidats, recalculés en fonction de l’abstention, sur le site de FdS. A peine plus de 10% pour les “moins mauvais”. Et dire qu’ils vont passer des jours à se féliciter…

  7. “Une question se pose désormais : une démocratie peut-elle vivre avec un désintérêt pour les institutions aussi marqué dans la jeune génération ?”
    La démocratie REPRÉSENTATIVE, n’est pas la démocratie.
    La jeune génération a compris le piège, et ne joue plus le jeu.
    Sont-ils armés pour le combat qui s’annonce ?
    Je l’espère,
    Jusqu’à présent mieux a valu un mensonge qui rassurait qu’une vérité qui dérangeait.
    Mais tout système a ses limites.
    Alors la proportionnelle, le RIC, la guerre civile ?
    Nos grands parents nous ont dits “tu auras une meilleure vie que nous”, nos parents aussi, je ne peut le promettre à mes enfants.
    Alors je les prépare.
    Si vis pacem, para bellum

  8. Très bien, ça ouvre donc la porte toute grande pour un outsider en mai 2022, pour peu qu’il respecte les français et soit prêt à rétablir la république – ça sera évidemment un one-shot, les français brûlant un peu trop facilement ceux qui font ce qu’il faut pour le pays, mais si le mandat est bien exécuté, il sera imparable et portera l’estocade aux non-élus de l’ue.

  9. La seule façon de sauver la démocratie représentative serait de mettre, d’une façon ou d’une autre, l’obligation de “LEGITIMITE DEMOCRATIQUE” sur le dos de tout les élus. Pour rappel la légitimité démocratique c’est l’obligation de rassembler, au minimum, les suffrages exprimés de la moitié moitié des électeurs inscrits plus un. Cela permettrait d’ailleurs aussi de pouvoir envisager une certaine obligation sur les citoyens de la “res publica”…en pendant de leurs droits… Dans un souci démocratique, les commentateurs, dont évidemment ceux du courrier des stratèges, pourrait d’ailleurs commencer à essayer à donner le premiers secours à notre démocratie moribonde en publiant les résultats de tous ces gugusses par rapport au nombre total d’électeurs et non plus par rapport aux suffrages exprimés. Pour rappel Macron a été élu en 2017 par moins de 40 % des électeurs de le République française. Ne parlons même pas du score de nombre de ses députés. Et, l’atmosphère délétère qui règne depuis n’est probablement pas étrangère à ce manque de légitimité démocratique intuitivement ressenti par tout le monde lui y compris, en tout cas au début, d’où sa tentative de cinéma de président jupitérien et la compensation qu’il cherche dans de minables bains de foule où il se précipite pour jouer inconsciemment le rôle de “tête à claque. Enfin, si on faisait ainsi, les mauvais gagnant de dimanche soir comme mon ami Xavier (président du Nord: Pas de calais) qui 5 mn après la publication des résultats plastronnait déjà comme l’ultime rempart contre le fascisme à la façon d’un vulgaire soldat macronien se seraient probablement montré plus en intelligence avec leurs électorat potentiel… Si vous n’essayez pas de former ainsi tous ces “pseudos élus démocratiques” à la démocratie vous participez de fait à ce qui remplacera notre démocratie moribon. Au stade où nous en sommes il faut aussi commencer à rappeler ce mot de Churchill lorsqu’il rappelait que “la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres” mais qu’il y a des limites à ne pas dépasser pour qu’elle reste défendable même si notre délégation citoyenne avec la démocratie représentative et du même tonneau que la violence symbolique que l’on délègue à l’Etat pour ne pas s’entretuer avec ses voisins comme on le faisait du temps des barbares.

    1. “au minimum, les suffrages exprimés de la moitié moitié des électeurs inscrits plus un.”
       
      Ben, nous y sommes déjà, puisque la moitié de la moitié, c’est 25% – enfin, un poil en dessous en réalité ;-p)
       
      “mon ami Xavier […] qui 5 mn après la publication des résultats plastronnait déjà”
       
      S’il y avait autre chose qu’un fascisme plus que moins rampant allié au vide intersidéral du manque de pensée poliotique, au sens noble du terme, et de pensée tout court chez cet aimable esthète et sa clique de tocards privateurs de libertés fondamentales, ça se saurait et ça se serait vû depuis le temps que tous ces glands arpentent le parvis du capitalisme de connivence et de la compromission réunis – d’ailleurs, je mettrais votre main à couper qu’en aparté il a applaudi des deux mains au torche-cul rapport sénatorial qui veut nous précipiter directement dans les surveillance 24/7, notation et répression à la chinoise en nous expliquant que, non, ça n’est pas si grave que ça et que même, tout le monde y trouvera son équilibre, parce que… parce que… parce que c’est comme ça et que ce sont eux qui décident à notre place de ce qui est bon pour nous-mêmes, vu qu’ils savent tout mieux que tout le monde.
       
      Ceci dit, ils ont surtout une trouille bleue de voir que le bon peuple commence à réaliser l’étendue de l’océan de leurs forfaitures et risque fort de venir en force leur demander des comptes comme ça a failli se passer avec les GJ, les mouvements sociaux de colère légitime dans ce pays ayant souvent une certaine tendance aux raccourcis… 🙂
       
      Nous-avions déjà senti l’odeur méphitique du fascisme paré d’un faux-nez lors du squatting du BnB de l’élysée par le nain de jardin, mais là, elle revient en force et est bel et bien partagée par tout cet aréopage de trous de cuir, sans doute parce qu’ils sentent que leurs jours sont comptés et que les pâtes riches, que nous payons, c’est fini – car c’est une constante chez le politocard français que d’être sourd et aveugle aux besoins réels de la population pendant tous ses mandats, mais par opposition, de flairer immédiatement ce qui lui est défavorable, trait de caractère commun à tous les egocentristes (!) sachant farpaitement bien qu’ils ne pas sont là pour le plus grand bien de tous, mais uniquement pour le leur.
       
      Comme l’a énoncé pause-caca il n’y a pas si longtemps : “nous sommes en guerre”, il a d’ailleurs eu tout à fait raison de l’ânonner six fois de suite en moins de vingt-deux minutes, parce que nous sommes de fait dans la guerre la plus importante qui soit, parce que cette fois-ci, notre ennemi est intérieur et que personne ne viendra nous donner un coup de main si les gens ne se réveillent pas maintenant pour faire le travail eux-mêmes et reprendre ce qui leur revient de droit et qu’ils n’ont en fait, jamais eu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer