🎖 Ce n’est pas au vieux singe Axa que les restaurateurs vont apprendre Ă  faire des grimaces

Les passages se couvrent…

Tiens ! Axa a retrouvĂ© les vieilles ficelles du mĂ©tier d'assureur en proposant, la semaine derniĂšre, une transaction avec les 15.000 restaurateurs de son portefeuille, pour une enveloppe globale de 300 millions €. Les polytechniciens auront calculĂ© que l'offre revient Ă  20.000 € par tĂȘte, ce qui est plutĂŽt avantageux pour l'assureur. Mais, face Ă  la dĂ©sorganisation des professions concernĂ©es, l'assureur joue sur du velours. Une fois de plus, la mĂ©diocritĂ© de l'UMIH dessert ses adhĂ©rents.

Axa a secouĂ© le paysage la semaine derniĂšre, avec une interview de Thomas Buberl, sur Europe 1, annonçant une transaction Ă  300 millions € offerte aux 15.000 restaurateurs de son portefeuille. L’annonce Ă©tait inattendue, et ressemble presque au scĂ©nario d’un thriller amĂ©ricain : la compagnie joue aux quitte ou double avec ses assurĂ©s, avec un arrangement Ă  “prendre ou Ă  laisser” qui ouvre un suspense complet pour la suite des Ă©vĂ©nements.

Les vieilles ficelles du mĂ©tier d’assureur reviennent

Sur le fond, l’affaire a Ă©tĂ© montĂ©e Ă  l’ancienne, selon les rĂšgles de l’assurance les plus pures. Axa a patiemment curiacĂ© ses adversaires. Il y a un an, l’assureur avait dĂ©jĂ  conclu un accord avec le trĂšs mĂ©diatisĂ© StĂ©phane Manigold. L’opĂ©ration Ă©tait judicieuse, puisque Manigold n’a eu de cesse, par la suite, d’appeler au calme et de contre-balancer l’excitation que d’autres mouvements patronaux tentaient d’entretenir.

Face Ă  la multiplication des contentieux et aux risques jurisprudentiels, Axa a fini par dĂ©gainer une arme magique : la transaction Ă  prendre ou Ă  laisser, technique bien connue de tous les gestionnaires de sinistres. L’assurĂ© a le choix entre une procĂ©dure longue, coĂ»teuse et trĂšs incertaine, et une indemnisation infĂ©rieure au dommage, mais sĂ»re. Compte tenu de la dĂ©tresse de certains restaurateurs, la perspective d’endosser rapidement un chĂšque devrait faire rĂ©flĂ©chir.

Dans la pratique, Axa propose une indemnisation Ă©gale Ă  15% du chiffre d’affaires 2019, proratisĂ©e au nombre de jours de fermeture. L’offre n’est pas nĂ©gociable sous 2 millions € de chiffres d’affaires. Elle ne peut ĂȘtre modifiĂ©e par les agents gĂ©nĂ©raux. Le chiffre paraĂźt suffisamment Ă©quilibrĂ© pour Ă©touffer de nombreux contentieux. Comme l’ont fait remarquer des agents gĂ©nĂ©raux, Axa devrait se heurter aux traditionnels 20% de clients qui souhaiteront poursuivre les opĂ©rations, convaincus d’obtenir mieux dans une procĂ©dure individuelle.

Les assureurs de la place ne manqueront de reconnaĂźtre ici des procĂ©dĂ©s et procĂ©dures qui leur rappellent leur jeunesse. L’objectif est de “mitiger” son risque et son indemnisation en nĂ©gociant les pertes. 

Une transaction habile

Sur le fond, la proposition d’Axa est politiquement habile et bien inspirĂ©e d’un point de vue financier, mĂȘme si on peut lui reprocher d’avoir produit, par son retard, quelques dĂ©gĂąts en termes d’images. Elle a l’immense habiletĂ© de “diviser” pour rĂ©gner dans un paysage oĂč certains mouvements patronaux sont depuis plusieurs annĂ©es plus prĂ©occupĂ©s del’intĂ©rĂȘt de leurs organisations que de l’intĂ©rĂȘt de leurs adhĂ©rents.

En particulier, le mĂ©rite d’Axa est de limiter le champ de la transaction Ă  la seule restauration, sans tenir compte d’Ă©ventuels prĂ©judices liĂ©s Ă  l’hĂŽtellerie. Or, sur ce point, il y aurait beaucoup Ă  dire, puisque les hĂŽteliers ont subi d’importantes pertes d’exploitation du fait de la pandĂ©mie, sans fermeture administrative. On se souvient que l’intervention d’une fermeture administrative a jouĂ© un rĂŽle essentiel dans les exclusions de garantie invoquĂ©es par les assureurs.

L’autre mĂ©rite est d’entamer une nĂ©gociation “tĂȘte par tĂȘte”, sans passage par les organisations patronales qui ont voulu se mĂȘler du dossier. Ce vĂ©ritable curiaçage des 15.000 restaurateurs concernĂ©s signe une reprise en main des opĂ©rations par l’assureur qui devrait fortement affaiblir l’opposition des assurĂ©s.

L’UMIH affaiblie par un an de flottement

Les initiĂ©s des coulisses paritaires s’amuseront de cette nouvelle dĂ©faite de l’UMIH, l’organisation patronale qui prĂ©tend reprĂ©senter les restaurateurs et les hĂŽteliers. Depuis un an, en effet, la mĂ©diatisation du dossier a largement Ă©tĂ© assurĂ©e… par d’autres que l’UMIH, notamment par StĂ©phane Manigold, qui a disparu des Ă©crans radars lorsque la machine parisienne n’a plus eu besoin de lui. Mais on pourrait parler du SDI, le petit syndicat patronal interprofessionnel, qui est parvenu Ă  mener une action de groupe largement relayĂ©e par la presse nationale. 

Il est vrai que la connivence de l’UMIH avec le monde de l’assurance ne place guĂšre le mouvement patronal en position de parfaite libertĂ© pour dĂ©fendre ses adhĂ©rents. Les experts de la nĂ©gociation collective se souviennent que l’UMIH a par exemple beaucoup comptĂ© sur ses relations avec Klesia, au point de surfacturer pendant de nombreuses annĂ©es les contrats de complĂ©mentaire santĂ© monopolistiques accordĂ©s Ă  cette institution paritaire dont la transparence n’est pas le maĂźtre mot. Les connaisseurs du secteur se souviennent encore avec amusement du jour oĂč l’ouverture Ă  la concurrence imposĂ©e par le Conseil Constitutionnel a conduit Ă  une brutale baisse des prix en santĂ© dans la restauration, preuve que les prix Ă©taient pipeautĂ©s depuis longtemps par cette osmose curieuse entre certains syndicats patronaux et certains assureurs. 

Ce manque d’indĂ©pendance du syndicalisme patronal lui cause Ă  nouveau un problĂšme de crĂ©dibilitĂ©. La presse nationale a en effet trĂšs largement ignorĂ© l’action de l’UMIH… Il serait, dans ce dossier, intĂ©ressant de savoir pour quelle raison un syndicat qui assure reprĂ©senter plus de 70% des entreprises de sa branche obtient aussi peu d’audience dans le pays rĂ©el en plein milieu d’une crise sectorielle dont tout le monde entend parler chaque jour.

Abonnez-vous Ă  notre newsletter

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthÚse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour plus d’informations.

close

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthÚse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour plus d’informations.

1 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer