Maffesoli : “L’ère des soulèvements arrive, et le sang va couler”

Michel Maffesoli a publié L'ère des soulèvements aux éditions du CERF. Il nous a donné une interview pour évoquer ce livre qui aborde les thématiques contemporaines avec l'oeil du sociologue. Son analyse est sans appel : nous nous dirigeons tout droit vers des soulèvements populaires contestant l'ordre vertical imposé par la caste. Mais par quoi cet ordre vertical sera-t-il remplacé ? Et dans quelles conditions ? Le sociologue bien connu de nos lecteurs prédit une effusion de sang qui mérite d'être mûrement réfléchie.

Les lecteurs de Michel Maffesoli n’auront probablement pas manqué son dernier livre, L’Ere des soulèvements, dont nous avons déjà publié des textes qui en sont l’écho

Le sociologue nous a reçu chez lui pour un entretien chaleureux dont les conclusions sont glaçantes. Selon lui, les soulèvements vont être violents, vont contester l’ordre vertical imposé par la caste. Et ils feront couler le sang. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

343 Shares:
7 commentaires
  1. On ne s’abstient pas, on réfléchit…
    On ne s’inscrit pas aux listes pour ne pas se faire piquer son nom via le vote électronique
    Génial, les lunettes Eric, ça dénote pour l’entretien…
    Oui, il y a un désaccord total.
    Un fait commun : je vois un homme samedi qui entre dans un petit commerce dans un petit village qui marmonne, seul : “ah, oui, je dois encore mettre le bâillon pour entrer”, je lui réponds de loin,” et, oui, ne pas oublier la bavette” et lui de me répondre : j’en ai ras le cul” en riant.
    J’adore les faits communs, ils dénotent de l’ensemble…
    Donc, la réaction sera telle cette bulle du fond du lac calme de montagne, une grosse bulle dont on n’a pas idée, ce sera la surprise. Nulle réaction politique seulement une réaction du “marre”, sans doute une réaction phénoménologique, « je suis et suis ma propre loi de respect de moi-même ».
    Peut-être revenir avant le Moyen Age où le dogme avait dépassé l’éthique et l’amour, peut-être revenir aux béatitudes qui n’étaient pas là pour nous imposer la servitude et ont déclaré une guerre sans merci à l’esclavage ?
    Oui, c’est la fin de la liberté mais ce n’est pas nouveau. D’ailleurs, qu’est-ce que la liberté ?
    La vase de « je peux tout faire » ?
    Être libre pour la grosse bagnole, du dernier téléphone, de la pétasse aux grands talons qu’on traîne par les cheveux, du gamin qu’on tabasse, du Uber téléphoné…. ?
    Le goulag est déjà là, nous voulons en sortir. Les barreaux étaient invisibles, le “virus” nous a juste permis de le voir, depuis combien de temps sommes-nous restés aveugles ?
    Le sang a déjà coulé.
    Avez-vous calculé les morts depuis plus d’un an ?
    Avons-nous calculé les morts et les estropiés aujourd’hui ?
    Le sang coule à flot depuis 2 ans voire davantage alors un peu plus au seuil de nos morts conditionnées et programmées, que nous reste-t-il ?
    Moi, je ne partirai pas en vacances… !
    Je jardine après mon travail que je quitterai bientôt, finie la collaboration!
    La bulle sera là aussi, en silence…

    .

    1. J’ai dit déjà dit et répété 100 fois depuis un an, même aux Députés de mon département, que « le Crime Organisé avait pris le pouvoir au sommet de l’Etat français ».

      Je n’enlèverai ce commentaire que lorsque ces malfaiteurs, je pèse mes mots « Malfaiteurs » auront été mis hors d’état de nuire, par les élections, ou sinon, par n’importe quel autre moyen.

      Seul le résultat comptera.
      Éliminer ce pouvoir nauséabond.
      Le Peuple ne s’arrêtera que lorsqu’il aura été mis hors d’état de nuire.
      Je peux donner mon adresse aux islamo-macroniens.
      Mais à leurs risques et périls.

  2. « L’ère des soulèvements arrive, et le sang va couler ».
    Oui ! Il y a SATURATION !
    De tout, mais surtout de lois, de contraintes diverses et variées dans tous les domaines, qui font de “notre vie” un enfer quotidien dont les “gentils organisateurs” sont nos politicards ripoublicains, et les gardiens zélés nos millions de fonctionnaires ainsi que les membres d’associations grassement subventionnées, qui eux continuent d’aller voter pour que ça dure encore le plus longtemps possible, puisque ce sont les autres qui payent !!
    Vivement que tout cela cesse !!! Et ce quoi qu’il en coûte comme dirait MICRONCESCU !

  3. Oui mais alors ce n’est donc plus la peine de se préoccuper de notre système éducatif et de sa vocation à créer des individus autonomes. De ce point de vue, la France et les USA avec leur système éducatif tombant en ruines depuis plus de 30 ans serait donc des nations pionnières de la post modernité deuis plus de 30 ans. D’ailleurs Michel Maffesoli parle un moment de l’institution des missi dominici comme premier signe de la modernité qui, il y a 1200 ans était encore pourtant à venir; or si Charlemagne n’inventa pas l’école (qui est probablement aussi vieille que l’écriture) c’est lui qui essaya aussi de rendre l’école obligatoire avec l’obligation pour chaque monastère de créer une école extérieure pour le vulgum pecus afin de pouvoir commencer à en sortir quelques-uns de la barbarie qui avait été amené en Occident 3 siècles auparavant par, justement, les TRIBUS barbares. Enfin, avec cette perspective d’avenir, les élites autoproclamées doivent se dépêcher de relire la psychologie des foules de notre bon vieux Gustave Lebon car la connaissance des mécanismes de l’ “inconscience archaïque partagée” sont indispensable à pouvoir devenir les indispensables ” chefs de horde” nécessaires aux tribus. Et, de ce point de vue Staline, Mao, et même avant eux Hitler, étaient donc des leaders ayant déjà les 2 pieds dans la postmodernité. La post modernité remonterait donc à la première moitié du XX° siècle…

  4. On va résumer en trois mots (3) la pensée de Michel Maffesoli, immense penseur sociologue, un plaisir à lire comme on boit un nectar. Pour un sociologue, faire aimer une science humaine aussi imbuvable est une prouesse :

    “C’est la guerre !”

    Il paraît que l’été 1939 a été merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer