Les mythes de la religion écologiste

Selon le nouveau rapport du Groupement Intergouvernemental d’Experts pour le Climat (GIEC) la fin du monde aura lieu en 2050 pour cause de changement climatique. Selon la Banque mondiale, il faudrait dépenser 89 000 Mds$ entre 2015 et 2030 pour « décarboner » les activités humaines et inverser la tendance. Après l’urgence sanitaire, nous voici dans l’urgence climatique quoi qu’il en coûte. Comme lors de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, la police de la pensée veille et tous les climatosceptiques sont cloués au pilori médiatique. Mais heureusement quelques auteurs courageux trouvent un éditeur… C’est le cas de Christian Gerondeau.

Avant de parler du livre de Christian Gerondeau, signalons que de plus en plus d’écrits et d’articles en français commencent à faire surface malgré l’autocensure qui est la règle depuis que le terrorisme climatique s’est abattu.

L’anglais est la langue de communication scientifique, il est donc normal que la dissidence s’exprime d’abord dans cette langue. Une diffusion des arguments climatosceptiques dans notre pays est donc encore plus rare que dans le monde anglophone.

Par ailleurs, beaucoup de scientifiques jargonnent car le jargon est justement fait à cet usage : accélérer la communication entre spécialistes de la même discipline. Présenter aujourd’hui des arguments scientifiques à une audience grand-public francophone demande un double effort de rédaction, efforts d’autant plus importants que la culture scientifique est en net déclin dans notre pays.

Le livre de l’ingénieur polytechnicien Christian Gerondeau est accessible au non scientifique prêt à dépasser la pensée unique du moment et à continuer à placer leur confiance dans l’avenir et le progrès au lieu de se fier aux néo-malthusianisme ambiant.

La science ne parle pas d’une voix unique et le GIEC n’a rien prouvé

Les seize premiers chapitres du livres se consacrent chacun à expliquer et commenter un graphique différent afin de démonter certaines utopies relatives à la transition énergétique, de relativiser le « changement climatique » sur des périodes longues (450 000 ans, 11 000 ans), d’infirmer la relation de cause à effet entre taux de présence de CO2 dans l’atmosphère et niveau de température.

En effet, le consensus scientifique n’existe pas sur ce sujet, contrairement à ce que serine le GIEC et les medias ; une déclaration signée de 1 000 scientifiques a été adressée au Secrétaire général des Nations-Unies pour démentir cette affirmation gratuite (voir à ce propos la fondation Climate Intelligence ou Clintel). Ce qui est revanche tristement vrai est que les chercheurs qualifiés de climatosceptiques sont immédiatement ostracisés comme le dénonce aussi François Gervais dans ses ouvrages. La science s’est hélas politisée même dans les pays où les universités ne dépendent pas forcément des subsides de l’État.

Les chapitres suivants se consacrent à mettre à plat les rouages de la désinformation ou propagande touchant au climat.

Naissance de la religion climatique

Comment le GIEC, organisme politique et non scientifique dont le bureau est aux mains de militants, a-t-il réussi à imposer ses idées en instrumentalisant ou en transformant en « idiots utiles » des experts ? Comment fonctionne la mécanique de communication qui entoure les fameux rapports et surtout celui qui s’adresse aux « décideurs » ? Pour mesurer le succès de cette propagande, sachez que les énergies intermittentes (dites renouvelables) ont cumulé en 10 ans 3 000 Mds$. Moins de 3% par rapport à ce que prévoit la Banque mondiale mais quand-même plus que l’économie française.

Petit à petit, la désinformation s’enracinant, est né un culte de la religion verte. Son credo :

La planète est en danger par la faute de l’homme, et il faut la sauver pour le bien de l‘humanité future ; il est urgent de changer le fonctionnement de notre société et notre mode de vie lui-même car nous sommes coupables

Voilà ce que psalmodie les grands prêtres et les fidèles de ce nouvel anti-humanisme. James Hansen, Al Gore, Rachel Carson, Paul Ehrlich, Bert Bolin, Maurice Strong, autant de figures qui, bien avant Greta Thunberg, ont évangélisé les foules et dont les manipulations sont bien démontées par Gerondeau.

Pour le moment, succès total : le sujet est bien verrouillé. Même les entreprises pétrolières ne combattent plus l’hydre et souhaitent s’acheter une image verte. Gerondeau cite l’exemplaire Carlos Tavares : « En tant que citoyen, je m’interroge sur le bien-fondé des véhicules électriques. Mais comme chef d’entreprise, je dois m’adapter aux règles fixées par le pouvoir public, fussent-elles sans justification ».

La messe écologiste est dite ?

La guerre contre le climat, comme toute guerre, réclame de l’argent. Christine Lagarde peut rêver en tant que présidente de la Banque centrale européenne de lever des milliers de milliards d’euro pour financer cette fausse guerre, les pays développés sont déjà plus endettés qu’au moment de la Seconde guerre mondiale.

Si crime il y a, c’est celui du gâchis de ressources humaines et naturelles. Le tournant énergétique allemand est un désastre et le généraliser ne mènera qu’à plus de dépenses inutiles.

Comme toujours, la réalité reprendra le dessus. L’argent ne pousse pas sur les arbres (même gavés de CO2). La crise financière et monétaire se produira avant la fin du monde annoncée par le GIEC et c’est très bien ainsi.

En attendant, le livre de Christian Gerondeau mérite de faire partie de votre bibliothèque d’honnête homme climatosceptique du XXIème siècle.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

47 Shares:
6 commentaires
  1. Comme toujours il y a un petit noyau de neuneus en mal de raison d’être, pilotés par une poignée de salopards idéologisés ou exploitant un filon grâce au capitalisme de connivence . A côté de ça beaucoup de gens ne sachant plus trop quoi penser mais transformés en cochons payeurs . Il ne sert à rie de s’attacher à convaincre la 1ere catégorie, par contre, si l’angle d’attaque dévie le problème et se concentre sur le coût induit pour les cochons payeurs, là, il serait surprenant que la résistance à l’intoxication mentale ne se renforce pas au fur et à mesure que les factures augmentent et les porte-monnaies se vident, ce qui est inévitable dans un système de décroissance . Pas sûr que ce cinéma dure longtemps ni que le film continue à passionner les spectateurs vu le prix du ticket . Il suffira d’un événement comme celui du Texas où il y a eu 60 morts de froid en 4 jours pour que l’éolien retourne dans la poubelle qu’il n’aurait jamais du quitter . D’autant que ce serait pire chez nous, les réseaux de distribution européens étant tous inter connectés .

  2. Nous y sommes.

    Le GIEC n’a pas encore sorti son rapport que les mediat prédisent les pires catas des pires calamités.

    Alerte au CO2, à la viande rouge, aux bagnoles, aux grenouilles, à la grêle et autres sauterelles !

    La presque fin provisoire du confinement sanitaire enclenche une diarrhée de propagande réchauffiste : le confinement climatique n’est pas loin.

    Oyez, oyez, citoyens du monde libre, de tout genre, toute race, toute couleur, crevez de trouille et surtout détournez les yeux de la seule crise qui pourrait vous mettre sur la voie d’une solution : la crise du capital, du taux de profit et de la saturation des marchés.

    https://democratisme.over-blog.com/2017/09/ecologisme.html

  3. La prestation de Monsieur GERONDEAU chez IVAN RIOUFOL était un vrai moment d’intelligence.
    On peut aussi se convaincre de cette imposture climatique en cherchant sur la toile la référence suivante:
    “comment Margaret Mead a théorisé le réchauffement climatique”

  4. Prêtresse Greta se concentre… Elle prie pour Gaïa…
    Elle va bientôt marcher sur l’eau et multiplier les pains.
    Puis le miracle va surgir, la planète sera décarbonnée… 2021 ans après sa crucifixion.
    Mais elle est prête à donner son corps à l’Histoire, le en vau la peine. Songez, une nature propre à laquelle même Tonton Adolf n’aurait pu rêver !
    « Le mal que vous faites au plus petit d’entre mes enfants, c’est à moi que vous le faiiiiites ! »
    « Oh, Le Donaldo Satanos surgit au fond du couloir ! Faites qu’à mon regard tellurique s’ajoute la puissance financière des GAFAMs et soient concentrés en un éclaaaar interstellaaaarrr sur son odieuse dépouille libidineuse ! Faites, Gaaaaïa parraine ce sacrifiiiiiice ! »

    Les millions de disciples de Prêtresse Greta s’agenouillent alors en silence. Puis de leurs de profundis au pied de la pyramide des offrandes monte un murmure bientôt insoutenable : « Oui Prêtresse Greta, Aaaaaammmenn, prétresse Greta, Aaaaaaaaaammmeeeenn, que le glaive de Gaïa transperce l’immonde Donaldo Satanos et purge la Terre mère de ses souillures ! »

    Le ciel noir se divisa en deux.
    Un éclair tomba des cieux.
    Donaldo Satanos fut scindé en deux.
    La Terre était purifiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer