4è vague : jusqu’où peut-elle vraiment aller ?

Jusqu'où la "4è vague", celle du variant indien ou variant Delta, peut-elle entraîner le pays ? Les enfermistes ont diffusé les scénarios les plus fous sur ce sujet, annonçant une catastrophe sanitaire dès la fin du mois de juillet, avec un mois d'août dantesque. Au regard des chiffres mondiaux, quelles sont les perspectives réalistes pour notre système de santé et pour la diffusion réelle du COVID ? Un petit rappel un peu raisonnable s'impose...

La 4è vague risque-t-elle de balayer notre système de santé, comme Véran et le lobby des enfermistes et des vaccinistes l’ont suggéré depuis le début du mois de juillet ? Il faut ici reprendre les grands éléments de comparaison internationale à notre disposition pour rétablir les “proportions” d’une épidémie qui fait l’objet d’une intoxication officielle systématique, et même systémique ! 

Voici quelques éléments statistiques pour reprendre son souffle. 

Une remontée probable des décès

Selon toute vraisemblance, le développement du variant indien produira une remontée des décès. La courbe que nous publions ci-dessus en décrit les premières formes. En un mois de variant indien, on enregistre un frémissement sur les chiffres à partir du 25 juillet. 

Mi-juillet, la moyenne quotidienne de décès était de 20 personnes. Elle est aujourd’hui de 37 personnes. Elle devrait continuer à monter.

Il faut toutefois se souvenir que, le 30 janvier 2021, époque où nous n’étions pas confinés… et où Emmanuel Macron a repoussé le confinement, la moyenne quotidienne des décès était de 426… soit 12 fois plus qu’aujourd’hui. Voilà qui tempère fortement les surréactions gouvernementales, et nous montre crûment que la peur officielle n’est pas complètement désintéressée…

Quelle est la situation dans le monde ?

Pour avoir un suivi intéressant et à jour de la situation dans le monde, nous recommandons de consulter la page d’infographie de Reuters consacrée à la pandémie. Elle permet de mieux “dominer” la situation. 

On y trouve en particulier ce graphique très instructif :

Plusieurs éléments sont intéressants ici, à commencer par la décorrélation entre l’augmentation des cas et la baisse des décès. Si la récente flambée épidémique s’est traduite par une fulgurante remontée des décès, celle-ci est éphémère et non proportionnelle aux nouveaux cas. Le même phénomène avait déjà été constaté fin avril début mai : la courbe des décès répercute de moins en moins les cas de contaminations. 

L’Inde passe le cap sans vaccin

Les chiffres ci-dessus sont particulièrement instructifs sur la situation indienne, pays d’origine du variant où la vaccination complète n’atteint pas les 10% à ce stade. 

Voici les graphiques de la situation dans ce pays :

On observe un important pic fugace en Inde, dans les contaminations. La maladie y a été massivement soignée à l’ivermectine. Le nombre de contaminations y a baissé de façon fulgurante, dans le silence des medias subventionnés qui avaient crié à la catastrophe lorsque les chiffres montaient, mais qui ont passé sous silence l’efficacité du traitement qui a permis de vaincre la flambée épidémique de façon fulgurante. 

Le nombre de morts en Inde est aussi très instructifs. Rappelons que l’Inde est 20 fois plus peuplée que la France. Elle comptabilise 543 morts quotidiens en moyenne aujourd’hui, soit l’équivalent d’environ 26 décès pour la France. Entre les deux les chiffres sont, somme toute, très proches. 

Au pire, de la flambée récente, l’Inde a comptabilisé 4.000 décès quotidiens, soit l’équivalent de 200 décès pour la France. C’est deux fois moins que notre moyenne de janvier…

Si l’on en croit les vaccinistes qui affirment que le vaccin limite le nombre de cas graves et de décès, on peut déduire de ces chiffres que le nombre de décès en France, où la vaccination complète est quatre ou cinq fois plus élevés qu’en Inde, ne devrait pas dépasser, au pire, les 100 décès quotidiens. 

La situation en Israël

Avec un taux de vaccination complète de près de 60% de la population, Israël s’est imposé comme un modèle pour tous les vaccinistes. L’analyse de la situation israélienne ne manque donc pas d’intérêt. 

Comme on le voit, la décorrélation est forte entre le nombre de cas nouveaux (que la vaccination n’empêche pas, comme on peut clairement le voir) et le nombre de décès. Ceux-ci sont inférieurs à 5 en moyenne quotidienne ces derniers jours. On notera qu’Israël est 150 fois moins peuplée que l’Inde. Un seul mort quotidien en Israël équivaut à 150 morts en Inde… qui en compte aujourd’hui environ 540. Une cotte mal taillée montre donc que passer de 10% à 60% de vaccination permet de diviser le nombre de décès par 3,5. 

Ces chiffres sont évidemment très grossiers et purement empiriques, mais ils donnent une tendance globale de la situation. 

La situation au Royaume-Uni

Rapidement frappé par le variant indien, le Royaume-Uni et réputé avoir quelques semaines d’avance sur la France, le Royaume-Uni, où la vaccination complète est à 57%, contre 47% pour la France, constitue probablement le meilleur prototype de ce qui attend notre pays. 

Voici les chiffres officiels de la situation britannique :

Là encore, on observe une décorrélation profonde entre le nombre de cas et le nombre de décès. On observe aussi, depuis le 20 juillet, un effondrement du nombre de cas quotidiens. Le pic épidémique y a été atteint en six semaines. Si l’on admet que le variant indien a commencé ses pérégrinations début juillet en France (ce qui est assez inexact, mais supposons), alors on peut en déduire que le pic pourrait être atteint à la mi-août, c’est-à-dire dans pas longtemps. 

Pour ce qui concerne les décès, l’augmentation est faible et plus tardive que le nombre de contaminations. Le Royaume-Uni enregistre actuellement environ 70 décès quotidiens, ce qui plaide là encore pour une montée des décès en France au maximum à 100 décès par jour. 

On ne sait en revanche pas encore quand s’arrêtera la hausse des décès au Royaume-Uni, ce qui incite à la prudence, mais dans les deux sens. Aujourd’hui, une explosion des décès est beaucoup plus improbable que l’hypothèse d’un léger rebond. 

Où en est la France ?

Comparativement à la Grande-Bretagne, la France peut effectivement être considérée comme ayant trois semaines de retard. Mais on y observe les mêmes courbes qu’Outre-Manche :

On le voit, alors que la Grande-Bretagne a connu jusqu’à 50.000 cas quotidiens dans cette “quatrième vague”, la France n’en a pas atteint la moitié. La logique voudrait que, comme en Grande-Bretagne, les deux semaines qui viennent voient le nombre de cas monter en France jusqu’à au moins 40.000 par jour, avant de redescendre brutalement. 

Au passage, on voit qu’un fort taux de vaccination n’a nullement protégé le Royaume-Uni de cette flambée. 

S’agissant des décès au bout d’un mois de contaminations au variant indien, la Grande-Bretagne en comptait une vingtaine chaque jour. Il est plausible que la France en compte une proportion supérieure, difficile à sérier. Mais une proportion de 50% de plus n’est pas à exclure, ce qui étaie un peu plus une mortalité moyenne de cent personnes au plus fort de la crise. 

Bien entendu, toutes ces données sont à prendre avec précautions et ne fonctionnent que par comparaison avec l’existant dans quelques pays emblématiques. Seule la réalité comptera. Mais aujourd’hui, la panique diffusée par la caste ne paraît guère fondée. Dans tous les cas, elle souligne qu’une vaccination massive n’empêche pas une flambée épidémique…

 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

72 Shares:
8 commentaires
  1. Le CDC, il y a 8 jours environ déclare que les tests PCR ne permettent pas de différencier covid d’autres atteintes virales . AMM retiRée à partir du 31/12/2021 . Voilà qui ne va pas plaire à nos alarmistes et ne leur facilitera pas l’intox . Fauci, maudits soient ce salopard et son copain Delfraissy, déclare il y a 2-3 jours que les vaccinés qui attrapent le covid ont la même charge virale que les non vaccinés . Eudravigilance 19000 morts par effets des vaccins en Europe, 2000000 d’effets secondaires dont 50% graves ou handicapants; Et ce sont ceux qui refusent de servir de cobayes qui sont des abrutis . On croit rêver, pas de bol c’est un cauchemar . Et nos dégénérés gouvernementaux continuent leur cinéma, jusqu’à quand vont durer ces folies, devront nous en arriver à la violence pour que ces abrutis comprennent qu’ils ne pourront pas indéfiniment prendre ceux qui leur ont, à tort, fait confiance pour des demeurés et que le retournement n’annoncera rien de bon pour l’avenir des assassins qu’ils sont devenus . Peut-être la vaguelette fera t-elle assez de morts chez les vaccinés, comme en GB, pour que certains, dans ceux qui ont cédé au chantage se réveillent, les autres sont tellement con-formistes qu’ils se contenteront de reprocher leur erreurs à ceux qui ne l’ont pas faite; ce n’est pas grave, si l’on enlève les vaccinés pour cause de bénéfice/risque le justifiant, ceux qui se sont trouvés coincés, les jeunes qui ont pris des risques inconsidérés vu la faible dangerosité du covid pour eux et qui pour certains commencent à se poser des questions, sortis de ces catégories les hygiénistes ne représentent pas plus que les soutiens de micron, peanuts … Tout ça va très mal finir …

    1. J’ai porté plainte contre Véran et Casteix via l’avocat Di Vizio pour 2euros exigeant test PCR et masque à l’intérieur pour les vaccinés
      A suivre

  2. Bonjour à tous,
    Il faudrait prendre en compte, dans ces chiffres, le fait que chaque pays étudié se trouve ou non dans une période de froid intense ou relatif. Les grippes, auxquelles s’apparente le COVID, sont particulièrement intenses en hiver.
    Cela implique deux questions:
    Pourquoi des variants au cours de l’été en France, dont on n’entend guère parler de la très faible dangerosité à l’inverse de la contagiosité? Une réponse peut être de préparer les esprits à de très fortes contraintes dès octobre ou novembre face à l’accroissement très net (et normal) des cas de grippe ou de COVID si vous préférez (c’est pareil).
    Ne faudrait-il pas chercher à comprendre pourquoi ce type de maladie se manifeste en été alors qu’il devrait rester en sommeil pendant cette période. La question devient alors quel est le rôle de la “vaccination” expérimentale actuellement en cours dans l’apparition et le développement des variants (les personnes “vaccinées” pouvant développer ces variants du fait du produit expérimental qu’on leur a injecté et les transmettre aux non vaccinés qui eux-mêmes vont les transmettre à leur tour etc., ce qui expliquerait la répartition réelle des contaminations entre vaccinés et non vaccinés).

    1. C’est ça. Le virus, du moins dans sa catégorie SRAS (respiratoire) est censé être en sommeil en période chaude/solaire intense (voir les stats de l’an passé pour séparer des effets “vaccins”). Le fait qu’il ne l’est pas, et de manière répartie dans les pays ayant des stats pas trop bidonnées, pousse fortement à incriminer les “vaccins” comme déclencheurs de nouveaux cas, puisque tous les pays font ou prou la même constante de vaccin ou rien (sauf l’Inde mais j’ai un doute sur les stats compilées de ses états). A noter d’ailleurs que ces “vaccins”, du moins ceux validés par les élites, sont tous sur le même modèle, un spike encapsulé dans une goutte de lipide. Les mutations étant rapides chez les SRAS, le virus a “été obligé” de se ressourcer d’une autre manière en contournant la contrainte spike “neutralisée”. D’où plus contagieux et plus actif par effet de mutation forcée accélérée en vue de sa nocivité d’automne. Si les données font apparaitre dans les semaines à venir une baisse des infections, on peut supposer qu’il a trouvé la parade au blocage de spike (ce que les labos tendent à sous-entendre en poussant à une 3ème piqûre). Un bon effet de cercle vicieux.

  3. Une vidéo à regarder
    beurk, trop d’éléments à vomir
    https://infovf.com/video/reiner-fuellmish-pandemic-fraud-version-integrale-1h20–9908.html
    partagez la, j’ai du regarder 2 fois pour tout intégrer
    La loi des brevets….

    A retenir
    la spike synthétique dans les injections
    le ciblage AcE 2
    Le battage médiatique pour forcer l’adhésion
    Tout y est!
    Vouscherchiez le dernier film d’horreur à la mode
    1h20 de cauchemar et on finit alcoolo, je déteste.
    Je les déteste mais peut-être plus ceux qui me bousculent dans les abords des cortèges de contestation, c’est dur.
    On se bat pour vivre mais nos proches nous jettent des pierres
    Plus d’un an de solitude et de rejet
    Heureusement, il y a le courrier…des stratèges
    peut-être qu’un jour, on va avoir raison, qui sait!

  4. Eric
    Comment faire sécession quand le rapport de forces est aussi déséquilibré ?
    Vous voulez des idées ?
    Dans l’absolu, j’en aurai plein mais aujourd’hui, j’avoue la stérilité de mon imaginaire.
    Dans tous les moments compliqués de notre histoire humaine, un leader a toujours été salvateur or aujourd’hui, Nada, il n’y a personne même les confédérés avaient Lee et aujourd’hui, qui avons-nous ?
    Même vous, n’avez personne en vue !
    Vous comptez sur vos lecteurs, cela se voit. On s’accroche comme on peut, n’est-ce pas ?
    Il y a un vide sidéral et des tas de « connards » en face, il faut l’admettre.
    Est -ce que le vide va nous remplir ?
    La vacuité nous emmènera-t-elle vers des chemins surprenants ?
    Je retournerai samedi en des rassemblements déserts et pleins de la Province anesthésiée comme partout, où je me hisserai sur un socle en bois et dans un porte-voix de papier, je clamerai des réalités hors médias dans mes paroles criantes de vérité qui resteront sans écho.
    Faîtes un papier sur l’intervention récente de la chose qui nous sert de président, mais quel con de blablater sur les réseaux en tee-shirt noir sur fond du drapeau, incriminant ce qui se passe de minorité violente. Il est pathétique de connerie, les mots me manquent.
    Je n’aimais pas Giscard, ni Pompidou, encore moins Chirac et Mitterrand mais depuis, ce sont des tarés et des incompétents au pouvoir d’une puissance qui compte dans le monde. Preuve que le monde entier sombre dans un crétinisme généralisé. Cela met des claques à chaque instant.
    Comment se détacher ?

    La sécession ?
    Je vous avais dit que j’étais chef d’une petite entreprise de bâtiment en Province, Massif Central, bref, j’ai rentré mes chantiers jusqu’à décembre, matériaux inclus et après et bien RIEN, rien, pas d’appels, pas de contrats seulement le fruit de ce que j’aurai semé dans les jardins et plantes sauvages.
    Mon comptable m’a demandé : jusqu’où irez-vous ? Jusqu’au bout de ce que je peux.
    Pas de chômage, pas de minimas, que dalle ! Il va falloir apprendre à manger le cuir de sa ceinture d’ici janvier en fait donc je conserve, je plante d’ici là, je bois un peu des coups et fume mes clopes avant la disette. C’est un peu des vacances avant le 5 août !
    Se détendre avant le bordel général.
    Et vous, vous allez rester à Paris, repli, Normandie ou Sologne, Morvan ?
    Faites-vous partie de ceux qui vont chroniquer jusqu’au bout ?
    La voix et la voie de la résistance ?
    La sécession sera de reverdir ses jardins, de se sustenter de peu, de ne plus payer ses impôts d’ailleurs j’ai annoncé publiquement dans un rassemblement que je ne paierai pas mes impôts fonciers, ceux-ci me relancent à une déclaration que je refuse de faire et bientôt le RSI va recevoir ma carte vitale que je n’utilise pas depuis plus de 10 ans.
    Je participe à des plaintes avec Di Vizio et après ?
    On verra.
    Soit je fais un coup de Trafalgar genre bouddhiste en flamme soit je me tire de ce pays et demande l’asile quelque part histoire de gagner du temps. Mais bon à plus de 50 ans et sans fric, c’est un peu complexe, vous admettez.
    Donc, je finirai mal dans le journal au milieu des chroniques des handicapés et décès dus aux injections qui passeront dans le battage des médias autorisés.
    Quelle merde, cette époque ! On ne l’a pas assez vu venir même si on l’attendait.
    Mais qui sait, si un sursaut populaire arrivait ; qui sait ? Allons jusqu’au bout des surprises à venir même si le présent est si sombre ; après tout, qu’avons-nous à perdre ?
    La vie ?
    Où est la vie aujourd’hui ?
    Là, juste là, il ne reste qu’elle, après tout, seulement ELLE et rien d’autre et ça , c’est bon.

  5. Bonjour Eric,
    Je m’excuse pour le hors-sujet relatif, mais je préfère relancer ici un sujet un peu plus ancien, les conseils que vous avez donné au personnel hospitalier.
    Des connaissances se demandent dans quel cadre légal se retrouvent-elles si elles sont embauchées en CDI, voire CDD, par l’hôpital public. Est-ce que la présentation que vous avez faite du cas des contrats de travail (avec employeur privé) s’applique à leur situation ? Est-ce que certains des mécanismes (notamment liés au licenciement) qui s’appliquent aux fonctionnaires sous statut pourraient aussi être pris en compte ?
    Merci pour votre travail et pour vos efforts de nous rassurer dans ce brouillard épais qu’on essaie de nous imposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer