Non, le climat n’est pas « déréglé »*

La Terre n’a jamais été un paradis climatique sans cyclone, sécheresse ou inondations. Réalité éternelle : la nature est parfois violente.

NON, Il n’y a pas de « règlement climatique », le climat change, tout comme il a toujours changé

1.OUI, Les températures varient… les hommes s’y adaptent depuis toujours

La température de la Terre a modestement augmenté depuis 150 ans : moins de 1°C, à comparer aux amplitudes quotidiennes (facilement 10°C) et spatiales (3°C entre Paris et sa banlieue). L’époque médiévale était au moins aussi chaude que la nôtre. La petite ère glaciaire qui lui a succédé fut une époque de famines à répétition.

2.NON le CO2 n’est pas un poison. Le CO2 c’est la vie… la nature en redemande

La teneur atmosphérique en CO2 a augmenté elle aussi, elle est passée de 0,03% à 0,04% depuis la Révolution industrielle. Cela reste très faible, d’autant que le CO2 n’est pas un polluant. Les agriculteurs savent tout le bien qu’il fait aux plantes et en diffusent dans leurs serres pour de meilleurs rendements. L’impact du CO2 sur la biosphère est observé par satellite : en 30 ans la Terre a gagné 18 millions de km2 de surface verte, soit deux fois le Sahara. Le CO2 ne commande pas la température. Le tiers de tout le CO2 émis depuis la révolution industrielle l’a été au XXIe siècle, alors que la température n’a que très peu varié depuis 2001, hormis un événement naturel (El Niño) qui a ponctuellement réchauffé la Terre en 2015- 2016.

3.Banquise, mers, ouragans… rien d’inquiétant

La fonte de la banquise, la hausse du niveau marin, la fréquence des ouragans… sur tous ces sujets, les observations ne montrent rien d’inquiétant. Les données fiables ne sont disponibles que pour des périodes récentes, d’où la tendance à exagérer l’importance des fluctuations et des « records ». 

4.Les glaciers avancent et reculent… depuis la nuit des temps

Les glaciers alpins n’ont pas attendu nos émissions de gaz à effet de serre pour amorcer leur retrait. En certains endroits leur recul a même mis au jour d’anciennes routes et constructions, ce qui prouve que ces glaciers étaient encore plus réduits dans un passé récent. La banquise arctique a rétréci dans les années 2000 puis s’est stabilisée contrairement aux craintes (tandis que celle autour de l’Antarctique, elle, battait des records d’extension)… On pourrait multiplier les exemples.

5.Les ours polaires prospèrent… leur population augmente

Enfin, la vidéo virale d’un ours décharné ne prouve rien. Depuis l’interdiction de leur chasse, les ours polaires se portent bien. En atteste la nette augmentation de leur population depuis 50 ans.

*Association des Climato-réalistes

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

220 Shares:
7 commentaires
  1. Et pendant ce temps là, la folle de la C.E. vient nous saouler avec ses rêves de facho vert et ne pense qu’à interdire tout et n’importe quoi sans un seul véritable argument scientifique à part des modèles aussi fiables que ceux de l’I.C.L. en matière sanitaire . Tout va bien …

  2. Tous les phénomènes naturels ou météorologiques qui se passent sur Terre (y compris la température) ont une cause cosmique. Tout dépend de l’action des astres.
    Mais le mensonge du « réchauffement climatique » est destiné à nous faire croire que nos « zélites » et leurs « experts autoproclamés » stipendiés et autres scientifiques dit « sérieux », mais tous stipendiés, peuvent apporter tous les progrès, même ceux du climat.
    En réalité, c’est dans les profondeurs de l’océan céleste qu’il faut aller chercher la cause de la plus légère brise qui souffle autour de nous. La terre et l’homme y sont étrangers.
    LIEN : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/cosmogonie.html

  3. Le GIEC relève en 2013 dans son 5ème et dernier rapport du WG1 (The physical science basis) page 471 du chapitre 6 qui traite du cycle du carbone, que les émissions naturelles de CO2 ont augmenté de 15 % au cours de l’ère industrielle, l’homme n’en ayant produit que 5%.
    Si même le GIEC dit que la Terre elle-même en pond plus que nous, on peut raisonnablement penser, hors phénomènes planétaires comme dit par @annwn, que l’on a aucune chance de réaliser les “objectifs” annoncés par tous nos cinglés d’élite. Même en appauvrissant gravement le monde…

  4. C’est la même histoire avec la soi disant hygiène vie. Quand on voit la quantité de cancers contractés par des ascètes hystériques qui ne boivent, qui ne fument pas qui ne mangent que des graines alors regardons la vérité en face. Le cancer est aux êtres vivants ce que le co2 est à la planète : un phénomène naturel. Tenons nous loin de la pensée mainstream, buvons du scotch à satiété, fumons des havanes, roulons en range rover diesel pour aller chercher notre baguette, laissons fumer les super navires de croisière devant les fenêtres des marseillais, promouvons la consommation effrénée surtout quand elle est inutile, déforestons pour cultiver l’alimentation pour le bétail afin de nous goinfrer de barbaque à tous les repas, produisons de l’énergie carbonée, …. Bref soyons Jackie, rien qu’un instant, beau, beau et surtout très con à la fois.

  5. Je pense au contraire qu’en modifiant l’écosystème nous rompons l’équilibre géochimique et biodynamique qui nous était idéal (attracteur climatique).
    Nous civilisation a pu s’épanouir car nous avons bénéficié depuis 10’000 ans d’un climat particulièrement stable (holocène).
    Il existe des systèmes de régulation du climat (forêts, océans) qui favorisent cette stabilité. En modifiant notre écosystème, nous perturbons des cycles très sensibles. Dès lors le climat devient plus instable et ce n’est pas bon pour nous (arriverons à continuer à nourrir 8 milliards d’être humain avec des extrêmes climatiques?).

  6. Article rempli de truismes, mais l’écologie politique est polluée par le marxisme-léninisme. Elle est comme Brice de Nice, elle cherche éternellement “la vague” quitte à se renier d’une génération à l’autre.

    En 1970, le Jour de la Terre annonce une immense glaciation pour les années 1980-2000. Puis les famines, les guerres… Dès 1990, voyant que ce créneau n’est plus porteur, elle change son fusil d’épaule à 1980°.

    Reste que pour ceux qui connaissent la climatologie sur ses trends millénaires, notre période chaude devrait normalement accoucher dans le courant du siècle d’un refroidissement important, comme le Petit Âge Glaciaire consécutif de l’Optimum médiéval.

    En général, les pandémies donnent le la. Le début du Petit Âge Glaciaire est situé par les Historiens du climat aux alentours de 1350, au moment de la Peste Noire dite bubonique de 1348-1350. Mais d’un tiers à la moitié de la population européenne a péri…

    Relativisons !

    Ah, j’oubliais : « toutes choses égales par ailleurs »…

    Les 13 pires prédictions du Jour de la Terre de 1970 : https://www.contrepoints.org/2013/05/14/124295-les-13-pires-predictions-du-jour-de-la-terre-de-1970

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer