[PAYANT] Joe Biden est-il encore en capacité de diriger les Etats-Unis ?

Tout au long de la campagne électorale de 2020, de nombreux observateurs s’interrogeaient pour savoir si l’actuel président des Etats-Unis avait encore la capacité à tenir des raisonnements soutenus. Ses déconvenues, quasi quotidiennes, interrogent de plus en plus quant à son aptitude à gouverner. Souvent raillé pour son manque de charisme, au point d’être surnommé «Sleepy Joe» (Joe l’endormi) par ses adversaires, Joe Biden a de nouveau vu son image médiatique écornée, notamment sur le retrait chaotique des troupes américaines d’Afghanistan.

Un déclin continu

En juillet dernier, Ronny Jackson, un ancien médecin de la Maison Blanche devenu député au congrès, se disait « terrifié pour notre pays » à la suite de la réunion publique télévisée du président Joe Biden et doutait que le commandant en chef ait la capacité cognitive de mener à bien un mandat complet.

Jackson, qui a été le médecin personnel du président Obama et du président Trump, a rejoint une douzaine de membres républicains de la Chambre des représentants dans une lettre appelant Biden à passer un test de fonction cognitive – comme Trump l’a fait pendant son mandat – et à en publier les résultats.

Il a également créé plusieurs fois le malaise, en trébuchant pour monter dans son avion ou par des lapsus, qualifiant par exemple son bras droit Kamala Harris de «Présidente élue», ou confondant le nom de ses petites-filles face aux caméras.

Des bourdes qui parasitent également son action diplomatique. Il avait notamment trébuché sur le nom de Vladimir Poutine, l’appelant «Président Cloutine», en avril dernier, avant de confondre la Syrie et la Libye trois fois de suite, lors d’un récent discours au G7.

Pour tenter de rassurer sur son état de santé, Joe Biden avait d’ailleurs dû publier un bulletin de santé lors de sa campagne présidentielle.

Pas sûr que les errements répétés rassurent une opinion américaine, et même mondiale, de plus en plus sceptique sur les facultés du Président Américain.

Le chaos Afghan et l’impeachment évoqué

La sortie bâclée et sanglante des États-Unis d’Afghanistan a fragilisé, peut-être définitivement, le mandat de Biden.

Des dizaines d’Américains et 85 milliards de dollars de matériel militaire américain ont été abandonnés. Kaboul est tombée aux mains des Talibans avant le départ des Américains, et 13 soldats américains ont été tués dans la tragédie américaine la plus sanglante de la guerre afghane depuis une décennie.

Certains des plus hauts responsables nommés par Biden le contredisent en public.

Le président des États-Unis était passé à la télévision pour dire que tout allait bien pour les Américains à Kaboul et une heure plus tard, le porte-parole du Pentagone affirmait le contraire.

En résumé, le porte-parole de l’agence la plus puissante du gouvernement informe que le président des États-Unis n’a aucune idée de ce dont il parle.

Certains républicains, dont Marsha Blackburn, sénatrice du Tennessee, et Lindsey Graham, sénateur de Caroline du Sud, ont depuis déclaré que le président devait démissionner ou être mis en accusation.

Le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré, récemment, qu'”il n’y aura pas de destitution” du président Joe Biden au sujet du retrait des troupes américaines d’Afghanistan, notant que les démocrates contrôlent la Chambre et le Sénat.

Jusqu’à quand ? Si les élections de mi-mandat font basculer la majorité vers les Républicains, l’impeachment (procédure de destitution) reviendra irrémédiablement sur la table.

L’Afghanistan n’est pas le premier désastre de Biden. Depuis des semaines, la frontière texane affronte une crise humanitaire d’ampleur, le taux d’assassinat grimpe en flèche dans beaucoup de villes, les vaccins Covid sont boudés et l’inflation est hors de contrôle.

Enfin, il doit aussi faire face à la pression citoyenne, accrue, concernant les suspicions de fraudes sur les élections présidentielles de 2020 relancées dernièrement par l’audit de l’Arizona. De quoi fragiliser encore d’avantage, un homme déjà terriblement affaibli.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

22 Shares:
3 commentaires
  1. L’effrayante puissance de la manipulation médiatique se voit dans ce simple fait : elle est capable de faire élire président de la plus grande puissance mondiale un homme dont la sénilité est évidente.

  2. Après Trump le méchant on a maintenant Biden le déficient mental sans oublié Macron le psycho une chose est sure c’est la fin de la matrice occidentale du moins celle qui fut mise en place à partir de 1945.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer